La durée de l’allaitement et l’influence de l’éducation antenatale

By 30 January 2014

V – LA DUREE DE L’ALLAITEMENT MATERNEL

Les taux d’allaitement (allaitement exclusif compris) à 1 et 2 mois du post-partum étaient respectivement de 83.7% et 65.3% dans l’échantillon. La durée médiane de l’allaitement était de 4.3 semaines +/-2.5. Dans l’étude Epifane de 2012 le taux d’allaitement à 1 mois était de 54.4% et dans l’étude menée en Rhône-Alpes entre 2004 et 2006, 54% des patientes avaient aussi poursuivi l’allaitement à 1 mois ; à 3 mois elles n’étaient plus que 27% [1 ; 22].

La plus forte proportion de femmes allaitantes peut s’expliquer par le fait que toutes les patientes incluses ont eu une information pendant la grossesse sur l’allaitement maternel. En effet, la synthèse de la revue a montré que la préparation à la naissance est un facteur influant positivement l’allaitement maternel. Dans l’étude Epifane, une différence statistiquement significative sur le taux d’allaitement maternel à 1 mois s’observe entre les patientes qui ont participé ou non à une préparation à la naissance et à la parentalité, 59.8% d’allaitement chez les patientes ayant assisté à une préparation contre 47.4% dans l’autre groupe [1].

L’OMS recommande un allaitement maternel exclusif pendant 6 mois. La littérature retrouve des taux d’allaitement maternel exclusif à 1 mois de 41 à 35.4% et à 3 mois de 15% [1 ; 22].

La pratique d’un allaitement maternel exclusif a été évaluée dans l’enquête, 73.5% des patientes allaitaient de façon exclusive à 1 mois du post-partum et 36.7% à 2 mois. Le taux à 1 mois se rapproche de celui des patientes ayant participé à des séances de préparation dans l’étude Epifane 69.4% des patientes [1].

La plupart des femmes enquêtés ont mis en place un allaitement mixte à la fin du premier mois, il a débuté en moyenne à partir de 3.9 semaines +/- 1.8 semaines.

VI – L’INFLUENCE DE L’EDUCATION ANTENATALE SUR LA PRATIQUE DE L’ALLAITEMENT MATERNEL

L’objectif principal de l’étude était d’évaluer l’influence de deux stratégies d’éducations anténatales sur la pratique de l’allaitement maternel dans le post-partum.

Les taux d’allaitement à 1 et 2 mois du post-partum entre le groupe de patientes ayant participé à une séance d’information spécifique sur l’allaitement maternel et le groupe ayant participé à des séances de préparation à la naissance et à la parentalité n’ont pas montré de différence statistiquement significative. Cependant, les patientes ayant eu l’information spécifique allaitaient plus que les autres et la différence était plus marquée à 2 mois du post-partum, plus de 10% d’écart alors qu’à 1 mois moins de 5%.

Les différentes études sur le sujet montrent des résultats très hétérogènes. En effet, certaines études ont montré que des programmes structurés, semblables à l’information spécifique proposée au CHU, améliorent dans certains cas la durée de l’allaitement comparé à une prise en charge habituelle, 59% d’allaitement à 3 mois contre 37% dans le groupe contrôle. Une étude de Kistin avait des taux d’allaitement significativement plus élevés dans le groupe spécifique à 2 semaines et à 12 semaines du post-partum [3 ; 11 ; 36].

Mais, d’autres études randomisées n’ont pas établi de lien entre éducation prénatale et durée de l’allaitement maternel [2 ; 37].

En revanche, une information spécifique sur l’allaitement maternel a plus d’influence sur la durée de l’allaitement maternel exclusif. Dans une étude de Wiles, issue d’une méta-analyse de la Cochrane Library, les taux d’allaitement maternel exclusifs étaient plus élevés à 1 mois. Un essai randomisé a montré des différences significatives à 6 semaines : 54.8% d’allaitement maternel exclusif dans le groupe informé contre 42.4% dans le groupe non informé et à 3 mois du post-partum. Une étude évaluant l’éducation anténatale sur l’amélioration du taux d’allaitement exclusif, a aussi mis en évidence un lien avec la pratique d’un allaitement maternel exclusif à 6 semaines et 3 mois du post-partum mais pas à 2 semaines. 27% d’allaitement exclusif chez les patientes ayant reçu l’information contre 21% chez les patientes avec une prise en charge classique [36 ; 38-39].

Les taux d’allaitement maternel exclusif selon les stratégies d’éducation anténatale de notre étude sont assez reproductibles avec ceux retrouvés dans la littérature. En effet, à 1 mois ils ne sont pas significatifs moins de 5% de différence entre les deux groupes.

A 2 mois, la différence n’est pas significative mais les patientes du groupe allaitement maternel allaitaient plus de façon exclusives que les autres, 60% contre 40%.

L’influence d’un programme plus structurée se mesure donc plus à partir de 2 mois, durant le premier mois la prise en charge et les conseils à la maternité ont plus d’impact que l’information durant la grossesse.

Evaluation post-natale des différentes stratégies d’éducation anténatale sur l’allaitement maternel
Mémoire – Diplôme d’Etat de sages-femmes – Ecole de sages-femmes de Clermont- Ferrand
Université d’Auvergne – Clermont 1

Sommaire  :Introduction
Revue de littérature
I – L’allaitement
II – Politique de Santé Publique pour soutenir l’allaitement maternel
III – Education anténatale sur l’allaitement maternel
Résultats
Discussion
I – Les limites de l’étude
II – Caractéristiques socio-économiques de la population
III – Le projet d’allaitement maternel
IV – La conduite de l’allaitement maternel
V – La durée de l’allaitement maternel
VI – L’influence de l’éducation anténatale sur la pratique de l’allaitement maternel
VII – La satisfaction des patientes
Projet d’action
Conclusion