Usages d’Internet: Téléphonie et Achat en ligne et Peer-to-peer

By 8 September 2013

L’intérêt pour ces mêmes services

Afin de rendre notre propos le plus clair possible, nous nous proposons de reprendre les trois services qui ont le vent en poupe – l’achat en ligne, le peer-to-peer et la téléphonie en ligne – et décryptons le profil de ses usages.

L’ACHAT EN LIGNE

Fabrice Le Guel, Thierry Pénard et Raphaël Suire26 ont très bien analysé les motivations de l’acheteur en ligne. Leurs résultats sont étonnants. Ils rejettent la thèse du déterminisme socio-économique, parfois même en l’inversant – ainsi de la profession. Plus généralement, les auteurs ont mis en évidence l’absence de corrélation entre les revenus et la tendance à acheter sur Internet26.

De même la barrière de l’âge (sauf pour les 15-20 ans, en raison de la non-détention de carte de crédit) est balayée. Il en est de même pour le niveau d’études, le sexe ou encore le lieu d’habitation (ville – campagne) 26.

La technophile ne joue pas davantage. Ni l’accès à haut débit26.

Parmi les facteurs ayant un effet d’entraînement sont en fait seuls reconnus « l’influence de l’entourage » et « l’usage quotidien de l’Internet ».

LE PEER-TO-PEER

En nous appuyant sur les travaux de Régis Bigot34, on peut constater que le profil de l’utilisateur de peer-to-peer – à part le quasi-impératif technique du haut débit – est à peine plus « typé »33, un peu orienté toutefois vers les étudiants.

Rappelons enfin que le peer-to-peer touche toutes les classes sociales […] : 32% des cadres supérieurs qui disposent d’une connexion à Internet s’y adonnent, de même que 35% des personnes percevant plus 3 100 € mensuels et 32% des diplômés du supérieur [mais aussi 35 % des ouvriers]. Au demeurant, cette pratique concerne principalement les 18-24 ans (49%) et les étudiants (42%)34.

Par ailleurs, Régis Bigot enregistre une stagnation du nombre d’utilisateurs de peer-to-peer.

L’information importante de cette année est la stabilisation de ce comportement : 31% des internautes en juin 2004, de même que 30% en juin 2003. Ces chiffres sont à mettre en relation avec les estimations de la Fédération internationale de l’industrie phonographique (IFPI), selon lesquelles le nombre de fichiers musicaux disponibles dans le monde sur les réseaux peer-to-peer seraitpassé de 1 milliard en avril 2003 à 800 millions en janvier 2004. En France, la pratique du « piratage » reste importante, mais semble se tasser. Peut-être les récentes menaces de poursuites judiciaires des contrevenants sont-elles en train de porter leurs fruits ?34

LA TÉLÉPHONIE EN LIGNE

Le phénomène de la téléphonie est trop récent pour que nous puissions disposer d’une étude approfondie sur le profil des utilisateurs de téléphonie en ligne, appelée aussi téléphonie par IP. Toutefois, nous savons d’ores et déjà que la France est la première sur ce nouveau service Internet avec 1,2 millions d’utilisateurs dont plus de 500 000 sur Skype.

Si nous nous fiions au profil des utilisateurs de messagerie instantanée (de type MSN, Yahoo, AIM), voici ce qui ressortirait : une pratique « dans toutes les couches de la population », « les jeunes sont plus mordus que les adultes (57 % des adolescents connectés à Internet, contre 36 % des 18 ans et plus) », mais une « pratique […] aussi répandue chez les hommes que chez les femmes, parmi les diplômés et les non diplômés, et davantageparmi les bas revenus (52 %) que parmi les hauts revenus (28 %) »34.

Mais rien ne nous dit qu’il en soit ainsi, et ce, d’autant plus que, contrairement au chat (le mot anglais pour messagerie instantanée), la téléphonie IP est accessible sans ordinateur avec la FreeBox de Free ou la LiveBox de France Télécom.

Au-delà de ce bref panorama exemplifié des usages, une nouvelle frontière se dessine, celle de la fracture culturelle due à l’avènement fulgurant d’une approche textuelle, technique et abstraite de l’information et de la communication, telle qu’évoquée par Jacques-François Marchandise58.

Le premier obstacle est la relation au texte, qui correspond à un ensemble de difficultés allant de l’illettrisme à la mauvaise maîtrise du clavier – qui transforme la saisie d’un CV en parcours du combattant – ou à la méconnaissance de la langue (l’anglais pour les Français, le français écrit pour les Français d’intégration récente, les langues et typographies européennes pour les populations originaires du reste de la planète,…). Le second obstacle […] est la relation à l’abstraction, qui n’est pas une pure question de niveau de vie ou d’éducation ou de génération : une partie significative de la population, y compris parmi les CSP aisées, éprouve une réticence peut-être irréductible face à la dématérialisation des échanges. […] En matière de e-learning comme d’utilisation du multimédia, les principaux facteurs d’échec sont rarement matériels ou techniques.

Cette fracture culturelle associée à la courbe de Rogers (Figure 4 – Courbe de Rogers (1962) : diffusion des innovations) nous permet d’aboutir, en suivant, Cazeneuve10 à une véritable typologie des usagers :

Tableau 8 – Typologie des usages d’Internet

D’après méthode CAUTIC – Conception Assistée par l’Usage pour les TIC
+ + + – –
Temps Nouveauté

Rupture

Changement dans

la continuité

Continuité avec

un peu de changement

Inertie
Soi Sujet

S’impose

Sujet

Négocie

Sujet

Suit

Objet

Subit

Les autres /

sociabilité

Ouverture

complète

Ouverture

sélective

Repli sélectif Fermeture
Espace /

territoire

Illimité Large Restreint Refuge

Citadelle

Mais à l’échelle gouvernementale, nous ne saurions aller plus loin dans la tête de l’internaute. Des défis autrement plus globaux nous font face : l’aménagement du territoire, l’e-gouvernance et la compétitivité – lesquels nous permettront d’aborder la dernière fracture de Marchandise : la fracture au sein des corps sociaux.

Lire le mémoire complet ==> (La fracture numérique en France : définitions, enjeux, défis)
Mémoire de fin de master En vue de l’obtention du Diplôme Sup de Co Reims
REIMS Management School Formation Approfondie au Management