Les TIC en France : partie intégrante de nos vies modernes

By 1 July 2013

1.1.3. Les TIC : partie intégrante de nos vies modernes

Les TIC sont des objets qui interviennent directement dans nos modes de vie. Leur usage obéit à un modèle dynamique d’interactions et ils sont même parfois détournés (ex des geeks ou des hackers pour Internet). Même si l’on n’en est pas adepte, on ne peut ignorer leur omniprésence dans l’environnement qui nous entoure. L’utilisation d’Internet est même, pour beaucoup, considérée désormais comme un loisir à part entière, et souvent pratiqué bien plus souvent que d’autres activités.

Nous allons donc ici rappeler certains chiffres nationaux concernant l’équipement des français. Ces chiffres ont été établis par le CREDOC, Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observation des Conditions de Vie, qui suit les usages d’Internet et des technologies numériques dans ses enquêtes depuis 15 ans et qui a publié plusieurs études sur la diffusion des technologies de l’information et de la communication dans la société française ; la dernière datant de 2010.

Nous aborderons par la suite, en première partie du développement de notre sujet, les chiffres régionaux établis par le CRP consulting et réactualisés dans cette étude.

Il nous faut à ce stade, développer brièvement l’historique de l’outil de connexion sur lequel nous allons nous appuyer durant cette étude : Internet. La plupart des historiens s’accordent pour dire que ce n’est qu’à partir des années 90 qu’Internet s’est réellement répandu en France : « si on ne compte en 1995 qu’entre 200 et 300 000 internautes, ils sont environ 6,3 millions en 2001 et près de 15,6 millions à la fin de l’année 2003 » (INA), puis en 2004, l‘INSEE publiait une étude montrant que le cap des 20 millions d’internautes de 15 ans et plus a été atteint courant décembre (Bevort, Breda, Hulin, 2005). Avec ce « boom » de connexions, de nombreuses études ont commencé à pulluler dans les années 2000, sur les multiples facettes de l’usage des technologies de l’information et de la communication, arrivant toutes à la conclusion que les TIC s’inscrivent de plus en plus dans les pratiques quotidiennes des Français. En effet, les différents équipements liés à ces technologies concernent désormais une grande majorité de la population, et notamment les jeunes, pour qui l’utilisation d’Internet et du portable sont, pour une grande partie, des terrains familiers depuis déjà plusieurs années.

a) L’ordinateur

– Les fixes : Depuis une douzaine d’année, la progression de la connexion à Internet à travers un poste fixe est constante, et aujourd’hui encore, l’ordinateur à domicile reste le terminal privilégié de connexion à internet, pour preuve, en 2010 71% de la population disposaient d’une connexion à internet à domicile, soit près des trois quarts.
– Les portables : Le succès des ordinateurs portables contribue sans nul doute à l’accroissement de l’équipement informatique avec 44% des personnes interrogées qui en sont équipées, soit deux fois plus qu’il y a trois ans.

b) Le téléphone

– Les fixes : Le taux d’équipement français en téléphonie fixe est stable à 87%. En baisse constante jusqu’au milieu des années 2000, cet équipement connaît depuis une légère remontée.

– Les portables : Comme nous l’avons vu, la totalité ou presque des personnes ont accès à Internet chez elles, cependant d’autres modes de connexion progressent tels que les connexions dans les lieux publics mais aussi et surtout les connexions sur téléphone mobile. Après une forte progression en juin 2009, le taux d’équipement en téléphone mobile des français a peu augmenté en 2010 ; cependant le CREDOC a tout de même dénombré 83% de la population française qui disposaient d’un téléphone mobile en juin 201015, il est donc avéré que cet outil est déjà bien répandu. En effet, le téléphone portable s’est largement diffusé dans les sociétés, et notamment en France, durant la dernière décennie : en 2005, l’INSEE recensait plus de 45 millions de clients. Cet outil initialement conçu pour faciliter la communication entre professionnels, s’est avéré faire l’objet d’un véritable coup de foudre pour les jeunes. Cependant, on ne peut le qualifier d’outil « stable » car ses usages s’intensifient et se diversifient sans cesse ; il apparaît alors que le caractère multitâche que présente le téléphone portable soit en fait son atout majeur : il est devenu un objet de mode ! Au-delà des textos, il y a également l’écoute de musique, l’envoi de photos, de vidéos etc. autant de fonctionnalités pour lesquels les jeunes ont été en première ligne de mire, et aujourd’hui ils n’échappent pas à la règle lorsque l’on évoque la tendance grandissante de l’accès à internet via la téléphonie mobile. En effet ce média correspond désormais à une vrai réalité de connexion Internet, avec 53% des internautes équipés d’un téléphone mobile permettant d’accéder à internet16. Comme nous le montre la courbe ci-dessous, l’usage du téléphone portable pour se connecter à Internet n’a cessé de progresser entre 2003 et 2010. Il y a un chiffre qu’il nous faut alors citer : entre 2008 et 2010 le nombre de personnes qui se connectaient à Internet via la téléphonie mobile est passé de 3 millions à 7 millions, soit plus du double en 2 ans, et bien que cela ne représente que 15% des possesseurs d’un mobile, il semblerait qu’il couvre en grande partie la catégorie des jeunes adultes.

Le CREDOC recensait l’an dernier 30% des 18-24 ans qui se connectaient à Internet avec leur téléphone portable, tout comme 26% des étudiants ou encore 24% des adolescents.

Graphique 1 : Proportion de personnes utilisant un téléphone mobile pour naviguer sur internet
Proportion de personnes utilisant un téléphone mobile pour naviguer sur internet

Comment alors ne pas citer les Smartphones, véritable révolution dans l’usage du téléphone mobile et de l’Internet, avec en 2010, plus de 7 millions de français équipés 17, et bien que le leader en téléphone portable reste Nokia, les Smartphones ont connu une évolution fulgurante puisqu’entre janvier et août 2010, 25.1% des téléphones vendus étaient des Smartphones contre seulement 11.3% en 2009, soit une croissance annuelle de 138%18.

Bien que les chiffres des taux d’équipement n’aient pas de source fiable, le plus « mode » d’entre eux reste bien sur l’iPhone, (1,8 millions de détenteurs l’an passé selon AdMob, leader mondial de la publicité sur téléphone mobile19), talonné par les BlackBerry, dont certains disent qu’ils auraient dépassé le million20. On ne peut alors se retenir de citer cette phrase publicitaire qui après avoir mentionné toutes les qualités et les multiples fonctions du téléphone déclare : « Mais si vous n’avez pas d’iPhone… vous n’avez pas d’iPhone » ! Et oui, à croire qu’à l’heure actuelle, avoir son BAC et faire des études ne suffisent plus à réussir dans la vie…

c) Les réseaux sociaux

Qu’est-ce qu’un réseau social ? La sociologie des réseaux vous répondrait qu’un réseau social c’est à la fois l’ensemble des unités sociales et des relations que ces unités sociales entretiennent les unes avec les autres, directement, ou indirectement, à travers des chaînes de longueurs variables21 ; nous simplifierons cela en disant qu’un réseau social correspond de manière générale à une communauté d’individus, reliés entre eux selon les cas par : des origines, des centres d’intérêts, des besoins ou encore des points de vue. Aujourd’hui c’est un terme qui s’applique principalement au domaine de l’Internet, il désigne alors un site web qui, dans un domaine quelconque, fédère des individus et facilite leurs échanges (d’images, d’informations etc.)22. De la même façon que nous faisons partie au quotidien de plusieurs réseaux de connaissances, « la toile » nous offre donc la possibilité d’intégrer plusieurs groupes.

La dernière étude du CREDOC, publiée en 2010, nous informe que les raisons de se connecter à internet sont très nombreuses et susceptibles de toucher des publics assez variés. L’étude mentionne que les internautes ont du mal à hiérarchiser les principales motivations qui les ont conduits un jour à s’abonner : 27% citent les loisirs, 19% évoquent des besoins pour leur activité professionnelle ou leurs études, 16% l’ont fait pour leurs enfant s, 14% signalent le besoin de simplifier les démarches de la vie quotidienne et 19% parlent de l’envie de communiquer avec leur famille et leurs proches23.

Cette étude faisait alors apparaître une nouvelle catégorie qui n’était pas présente dans le rapport de 2008 : les réseaux sociaux. En effet dans l’étude parue en 2008, le CREDOC aborde la question de la communication parmi les usages d’Internet, mais n’évoque alors que la création de sites personnels et de blogs ainsi que l’utilisation de logiciels type Messenger. Deux ans plus tard, et bien que les recherches liées à la formation professionnelle ou à la recherche d’un emploi, obtiennent respectivement 29% et 15% d’usage habituel, pour les jeunes Internet est essentiellement un outil de loisirs et de communication, avec, en particulier, des taux d’usage des réseaux sociaux très élevés : la catégorie de ses participants explose, puisqu’en 2010 plus d’une personne sur trois déclarait faire partie d’un réseau social sur Internet, comme l’illustre le graphique ci-après :

Graphique 2 : L’extension extrêmement rapide des réseaux sociaux sur Internet
L'extension extrêmement rapide des réseaux sociaux sur Internet

Ces sites, à la source de la création des réseaux, sont de plus en plus nombreux, à l’image de LinkedIn ou Viadeo dans le monde professionnel, ou encore MySpace, Facebook, ou Copains d’avant dans le grand public24. Selon le CREDOC, en 2010, 36% des Français étaient concernés par les réseaux sociaux, alors qu’ils n’étaient que 23% dans ce cas en 2009; et ce sont les réseaux sociaux dits « grand public » qui semblent rassembler le plus puisque selon cette étude, 19 millions de personnes ont participé à des réseaux de type Facebook, MySpace en 2010, soit 7 millions de plus qu’en 2009. Cependant, on dénombre certains critères récurrents chez les participants de ces réseaux sociaux. Ce serait surtout l’âge qui expliquerait la fréquentation, puisque plus des trois quarts des moins de 25 ans participent à Facebook et consorts, contre un quart seulement des 40-59 ans comme l’illustrait le graphique précédent sur l’extension des réseaux sociaux25. Le CREDOC précisait que « de tous les usages d’internet et des technologies numériques que le CRÉDOC suit depuis 15 ans dans ses enquêtes, la participation aux réseaux sociaux est la pratique qui s’est diffusée le plus rapidement » et ajoutait que cet engouement était révélateur de profonds changements dans la manière de communiquer et d’échanger avec ses proches puisque ces pratiques permettent de renforcer certaines relations tout en redéfinissant les contours des différents cercles « amicaux », ainsi que de tisser de nouveaux liens entre les individus26.

d) La fracture numérique

De nombreux chiffres montrent combien Internet est désormais entré dans les habitudes d’une grande partie de la population française. Cependant nous ne devons pas oublier l’existence d’une fracture numérique liée à l’accès à l’internet, mais aussi à ses usages27. La fracture numérique est aussi et surtout un clivage générationnel ; en effet, bien que ce nombre diminue d’année en année, en 2010 74% des personnes âgées n’étaient pas équipées en accès à Internet, déclarant qu’elles n’y voyaient pas d’intérêt, et très peu en téléphone portable puisqu’ils atteignaient seulement 48% d’équipement au-delà de 70 ans. Ces chiffres se retournent cependant lorsque l’on parle d’équipement en téléphonie fixe. Mais étant d’ores et déjà assuré que les jeunes étaient les plus enclins à des usages multiples des TIC, intéressons-nous plutôt à des effets croisés de genre, de niveau d’étude, ou encore de situation géographique au sein de la catégorie jeune. Selon l’étude du CREDOC de 2010, « Les jeunes adultes (surtout les 18-24 ans) sont les plus enclins à se connecter quotidiennement et la propension à se connecter quotidiennement est fonction croissante du niveau de diplôme :

55% des non diplômés le font, contre 85% des personnes issues de l’enseignement supérieur ». Ces résultats sont illustrés dans le schéma ci-dessous :

Graphique 3 : Proportion d’utilisateurs quotidiens d’Internet parmi les personnes équipées, en fonction de l’âge et du diplôme
Proportion d'utilisateurs quotidiens d'Internet parmi les personnes équipées, en fonction de l'âge et du diplôme

Lire le mémoire complet ==> (Usage des technologies de l’information et de la communication dans la recherche d’emploi et de logement chez les jeunes)
Master 2 GLECOP – Mémoire Recherche – Action
Université de Toulouse Le Mirail