Applications du e-learning : e-formation, étudiant et entreprise

By 6 July 2013

I.2. Applications du e-learning

Les entreprises françaises de grande taille (Renault, PSA, Michelin, Alcatel, Société Générale, Paribas, Crédit Agricole, Axa, La Poste, etc.) s’engagent. Les entreprises moyennes sont encore hésitantes.

Toutes les entreprises rencontrent une difficulté à s’orienter dans le maquis des offres. Selon l’enquête Rhinfo, la majorité des responsables de formation (66%) estiment ne pas avoir une vision claire de l’offre.

Les grandes entreprises françaises ont besoin d’assistance face aux fournisseurs de formation en ligne. Les PME demanderont une collaboration avec des organismes de formation et des branches professionnelles leur permettant d’exprimer leurs besoins à une échelle satisfaisante. Les organismes de formation pourront leur proposer des solutions compatibles avec leurs publics à la condition d’acquérir des compétences en matière de e-learning. Pour la masse des PME, la solution réside dans la participation à des extranet de formation permettant à chaque entreprise de bénéficier des mêmes avantages que les grandes entreprises.

Aujourd’hui, le e-learning est lié spécialement à deux secteurs :

– Des grandes entreprises qui l’utilisent avec le KM (Knowledge Management ou management des connaissances) pour former et actualiser les connaissances de ses employés de manière plus rapide.
– Des universités qui offrent des alternatives de formation à distance.

L’univers du e-learning s’étend à des différents prestataires :

– Les entreprises qui offrent des solutions technologiques : infrastructure, plates-formes.
– Les sociétés qui fournissent des contenus pédagogiques qu’elles ont dans l’étagère.
– Les sociétés qui développent un contenu pédagogique sur mesure.

Quand on parle de e-learning, il ne faut pas oublier une partie importante que sont les apprenants. Est-ce que les objectifs d’apprentissage ont été basés sur les besoins du public cible ? Est-ce que les apprenants sont-ils satisfaits avec les résultats ?

La réussite d’un cours à distance est directement liée à la motivation et au comportement de l’apprenant. Pour qu’il puisse arriver à la fin de la formation, il aura besoin de tutorat et de support technique.

Un cours de e-learning bien préparé comprend :
– Le cahier des charges de la formation.
– La définition des objectifs de formation.
– Le choix des modules.
– La scénarisation de la formation et des modules.
– La construction du dispositif normalement basé sur une plate-forme.
– Le suivi des apprenants.
– L’organisation de leur entrée dans le dispositif.
– L’organisation du support et du tutorat pendant la durée de la formation.

I.2.1. Dans quels domaines se développe la e-formation ?

Formation à la carte Formation initiale Formation continue professionnelle
Cible : le particulier qui cherche une formation plutôt dans le domaine des loisirs ou de la cultureLa formation passe par des portails de formation comme smartplanet.com (USA) Cible : les étudiants, les écoles, les universités mettent en œuvre des programmes de formationInscription en ligne à des cours

Auto-évalution

Appel aux enseignants par e- mail

Repose sur des plate-formes de télé-formation comme WebCT (USA)

Cible : les salariés d’entreprise, les indépendants, les professions libérales, les adultes en reprise d’étudeActuellement, c’est le domaine

le plus concerné par l’offre de e- formation

Tableau 3 – Domaines de développement de la e-formation

I.2.2. La e-formation et l’étudiant

Au niveau de l’enseignement scolaire, le e-learning offre de nombreux avantages pour les étudiants :

– Permet l’accès à de nouvelles compétences et chaque étudiant peut se familiariser avec les nouvelles technologies.
– Constitue également un moyen d’aller en cours régulièrement, pour ceux qui n’ont pas la possibilité de se déplacer facilement.
– Permet également un autonomie de l’étudiant qui devient ainsi l’acteur de sa formation.

L’outil informatique sert à de nouveaux usages éducatifs et permet d’adapter la formation au rythme et à l’intelligence de chacun :

– Les techniques de simulation et de réalité virtuelle, peuvent, par exemple, facilité la vision de l’espace.
– Les livres électroniques, support de cours plus riches, plus interactifs.
– Les logiciels de simulation, permettent de modéliser des phénomènes complexes.
– Le développement de contenus culturels adaptés aux besoins des communautés éducatives.

Mais des limites subsistent au cyber apprentissage, des barrières face à l’école traditionnelle :

– L’enseignement est très coûteux.
– Un taux d’échec et d’abandon très élevé.
– L’enseignant ne peut plus exercer de contrôle et n’a plus d’échange pédagogique. La médiation directe disparaît.
– Inégalité face à l’accès.

I.2.3. La e-formation et l’entreprise

En général, une session de formation organisée pour des salariés à former (les apprenants) se déroule selon le schéma suivant :

Organisation d’une session de formation
Figure 1 – Organisation d’une session de formation

L’ensemble de la formation se faisant uniquement en présentiel implique des inconvénients en termes de :

– Coûts : Frais annexes importants (déplacements, hébergement, etc.), coûts de désorganisation pour l’absence du salarié.
– Efficacité : les programmes de formation sont souvent denses donc l’assimilation est faible. Le groupe est souvent peu homogène, d’où l’impression de « perdre son temps » ou inversement de « ne pas arriver à suivre ».

I.2.4. Avantages d’une session de e-formation

Une session ou un stage de e-formation, comprend dans sa forme complète 3 temps :

– Un processus amont où le salarié prend connaissance du contenu de la formation et suit un planning de travail sur site Web.
– Un présentiel intervenant après le processus amont qui permet de faire le point et de travailler les points difficiles.
– Un processus aval permettant d’aller plus loin, de rester en contact entre apprenants et formateur afin d’assurer une bonne compréhension de la formation.

Trois temps d’une session de e-formation
Figure 2 – Trois temps d’une session de e-formation

Définition et positionnement dans l’institution

Positionnement dans l’institution
Figure 3 – Positionnement dans l’institution

Choix pédagogique :

– Choix du modèle pédagogique, du support au cours en présentiel ou à distance. Choix technique :
– Choix d’une plate-forme LMS (Learning Management System).
– Achat de licences d’utilisation.
– Définition des objectifs et des modules de la formation.
– Ressources de médiation (forum, chat, vidéoconférence, mode asynchrone ou synchrone).
– Définition du nombre maximal d’élèves, du nombre de groupes, de la durée des formations.
– Choix des outils d’appui à être utilisés en cas de production local du contenu où choix d’un fournisseur de contenu pédagogique.
– Définition de l‘infrastructure (serveurs, disque dur, comptes d’accès).

Ressources externes / ressources internes :

– Documents pédagogiques disponibles sur d’autres médias (CD-ROM, papier) en cas de besoin.
– Logistique de distribution.
– Infrastructure technologique (bande passante, équipements de réception de vidéo en cas de besoin…).
– Tuteurs et animateurs de cours.
– Spécialistes de contenu.
– Concepteur pédagogique.
– Équipe de production.
– Équipe de logistique.
– Support technique.

Les acteurs et leurs rôles :

– Spécialiste de contenu : Maîtrise le sujet traité par le module. Parfois, la personne qui a écrit le contenu du cours n’est pas le tuteur lui-même.
– Apprenant : Cible de tous les acteurs décrits.
– Instructional designer : Avec le spécialiste de contenu, il élabore une manière de présenter le matériel aux apprenants, en alliant les contenus pédagogiques à la technologie.
– Equipe de support : Responsable pour la résolution de problèmes techniques des apprenants.

Généralement il y a un horaire de garde, basé sur les heures d’accès plus fréquents.

– Equipe de production : Constituée au moins par un designer et un programmateur. A partir du storyboard, ils produisent le contenu du cours.
– Animateur : Soutien le tuteur dans la gestion des groupes. Responsable pour la mise à jour du cours, l’affichage et la publication de fichiers à télécharger.
– Tuteur : Parfois peut-être la même personne qui a écrit le cours. Est aidé par l’animateur de cours, pour faire le tutorat de la formation. Résoudre des questions, proposer des thèmes de discussion et modère les séances de chat.
– Equipe de logistique : Avec l’animateur du cours, il gère les délais et envoie/reçoit des matériaux avant que les cours démarrent.

Lire le mémoire complet ==> (Etat de l’Art du E-Learning)
DU Modèles de l’Economie Numérique : Informatique – Economie – Management – Droit
Université Panthéon-ASSAS Paris II – Projet du module 4.1 : Management et NTIC