Compétences et qualités d’un ostéopathe en France

By 29 June 2013

2 Réflexion
2.1 Compétences et qualités d’un ostéopathe

2.1.1 Quelques définitions « références » de l’ostéopathie
* Collégiale académique de France

L’ostéopathie est l’art de diagnostiquer et de traiter, par la main, les dysfonctions de la micro mobilité des tissus du corps, qui entraînent des troubles fonctionnels pouvant perturber l’état de santé [12]

* Définition élaborée par la « Convention Européenne d’Ostéopathie » qui se tenait à Bruxelles en 1987 :

La médecine ostéopathique est une science, un art et une philosophie des soins de santé, étayée par des connaissances scientifiques en évolution [13]

* Proposition du groupe de travail au ministère de la Santé, dit « Commission Nicolas » :

L’ostéopathie et la chiropraxie constituent un ensemble de pratiques manuelles ayant pour but d’identifier les dysfonctionnements de mobilité du corps et d’y remédier par des techniques appropriées [14]

* CEESO (Centre Européen d’Enseignement Supérieur de l’Ostéopathie) :

L’ostéopathie est un système de soins basé sur des techniques de manipulation, qui se concentre sur l’intégralité de la structure corporelle (Os, muscles, articulations et fonctions environnantes). Médecine complémentaire, elle s’intéresse non seulement aux symptômes physiques, mais aussi au style de vie, aux habitudes et à l’état global du patient. [15]

* Ostéos de France (association des médecins ostéopathes) :

L’ostéopathie est une médecine manuelle qui comprend plusieurs champs d’application. Ses multiples techniques permettent d’aborder nombre de problèmes de santé. [16]

* Sir William Osler (médecin canadien du XIXe siècle)

La médecine ostéopathique est un art et une science clinique amplifiés par des méthodes et des compétences spéciales visant à la régulation et à la correction du fonctionnement musculo-squelettique. [17]

Les termes récurrents dans toutes ces définitions sont « la technique », « la pratique » et « la connaissance ».

2.1.2 Compétences nécessaires

* Connaissances scientifiques et techniques

Elles sont apportées par une formation spécifique à laquelle vous avez choisi d’adhérer, mais elles dépendent aussi de l’assiduité dont chacun a fait preuve pendant cette formation.

– Les connaissances scientifiques acquises correspondent à des cours théoriques portant sur les « sciences fondamentales ». Elles sont validées par des examens ou unités de valeurs.
– la maîtrise des techniques ostéopathiques ne dépend pas seulement de la présence en cours de pratique et de la validation des examens, mais aussi de la mise en œuvre de ces techniques sur les autres étudiants (en ostéopathie), sur de « vrais » patients apportés par la clinique interne de l’école, et sur toute personne acceptant de se confier à vos mains.

* Expérience :

L’expérience minimum étant apportée par les consultations au sein de la clinique de votre école et les différents stages proposés par cette dernière, il est évident qu’une activité antérieure à la création d’un cabinet d’ostéopathie peut être un atout supplémentaire important pour offrir à vos patients une main plus aguerrie. Il peut s’agir de remplacement(s), d’un exercice chez un ostéopathe sous forme de rétro cession, de la prise en charge d’un club sportif, etc.

Bien souvent, les connaissances et l’expérience acquises demandent à être complétées par des formations supplémentaires et régulière (post grade)

2.2 Objectifs et contraintes personnels

2.2.1 Objectifs personnels

On ne crée pas un cabinet d’ostéopathie sans raison précise ; il faut donc se poser la question : « pourquoi je souhaite créer un cabinet d’ostéopathie » :

Pour exploiter un savoir faire ?
Pour acquérir une indépendance ?
Pour atteindre une certaine position sociale ?
Pour mettre en pratique une idée qui m’obsède depuis un certain temps ?
Pour résoudre un problème personnel ?
Pour développer une entreprise ?
Etc.

Si certaines motivations sont un gage de succès, d’autres risquent au contraire de se révéler néfastes.

2.2.2 Contraintes personnelles

Pour devenir ostéopathe au sein d’un cabinet, il va falloir passer d’une situation personnelle à une autre, ou règne l’imprévu et l’aléatoire. Il faut donc considérer votre situation présente et vérifier sa compatibilité avec la situation engendrée par la création d’un cabinet d’ostéopathie.

2.2.2.1 Aspect financier

2.2.2.1.1 Ressources financières disponibles et envisageables

Une implication financière minimum est indispensable à la création d’un cabinet d’ostéopathie, soit pour faire directement des investissements essentiels, soit pour convaincre d’éventuels financiers. Vous devez donc considérer votre capital personnel pour savoir exactement de quelle somme vous disposez.

2.2.2.1.2 Revenus incompressibles souhaités

Le cabinet d’ostéopathie devra générer en temps voulu le revenu minimal vital correspondant à vos besoins financiers actuels.

2.2.2.2 Aspect environnemental

Il sera plus aisé de mener à bien votre projet si votre désir d’implantation de ce cabinet d’ostéopathie est partagé par votre entourage (parents, conjoint, amis,…). En effet leur aide psychologique ainsi que leurs conseils prendront toute leur importance pendant cette période souvent difficile qu’induit le démarrage d’une activité professionnelle libérale.

2.2.2.3 Aspect physique

La création d’un cabinet d’ostéopathie implique une bonne réserve physique et une pleine disponibilité. En d’autres termes, vous devez être capable d’assurer une présence maximum au cabinet d’ostéopathie avec des consultations irrégulières à des horaires adaptés aux patients. Vous devez donc confronter cet état de fait aux ressources physiques et mentales qui vous sont propres.

2.3 Finalité : cohérence homme /projet

C’est toute cette réflexion préalable essentielle qui va permettre, si elle est faite en toute sincérité, de prendre une décision :
– passer à une seconde phase : la mise en place du cabinet d’ostéopathie
– différer cette mise en place pour chercher un complément de temps, de ressources financières ou de formation,
– renoncer à ce projet qui présente trop de risques et s’orienter vers une pratique de l’ostéopathie plus rassurante (sous forme de rétrocession, à domicile, rachat de clientèle, etc.)

Lire le mémoire complet ==> (L’installation des jeunes ostéopathes : théorie et réalité)
Mémoire de fin d’études – Diplôme en ostéopathie
ISO Institut Supérieur d’Ostéopathie – Aix-en-Provence