Le système de l’éducation et de la formation professionnelle

By 29 April 2013

La Formation Professionnelle; Un système, un secteur – Chapitre 3 :

3.1 Le système de la formation professionnelle

Pour montrer que la formation professionnelle constitue la réponse aux attentes des apprenants et aux besoins des entreprises, il est utile de présenter le cadre de référence du système éducatif marocain constitué par la charte nationale d’éducation et de formation. Cette dernière met l’accent sur le développement de l’enseignement professionnel et la mise en place de passerelles entre l’enseignement général et professionnel. La charte insiste également sur le développement de partenariats entre la formation professionnelle publique et privée. Cette dernière doit jouer un plus grand rôle et avoir un plus grand poids dans la formation professionnelle en particulier, et la formation en général.

Il nous semble opportun de suivre l’évolution de la formation professionnelle pour montrer les efforts déployés visant la mise à niveau de ce type de formation.

Conscient du rôle important de la formation professionnelle, nous essayerons de cadrer cette formation par rapport à :
• Son environnement global,
• Son mode de gestion en citant le cadre juridique et organisationnel,
• Sa rentabilité par l’évaluation de l’offre et de la demande.

3.1.1. La Charte Nationale de l’Enseignement et de Formation

L’objectif de tout système de formation est d’aboutir à une adéquation entre la formation et l’emploi. C’est dans ce sens que la réforme, du système éducatif marocain, a été entamée il y a quelques années. Les principaux fondements de cette réforme contenus dans la charte nationale d’éducation et de formation insistent, entre autres, sur le rôle important dévolu à la formation professionnelle qui va constituer un levier principal de développement de l’économie marocaine et de mise à niveau de l’entreprise.

Dans ce paragraphe, nous allons donc présenter successivement un bref aperçu de la charte nationale d’éducation et de formation qui constitue le cadre de référence du système éducatif marocain. Nous nous arrêterons ensuite sur le rôle important dévolu par la charte à la formation professionnelle.

La charte nationale d’éducation et de formation est le livre issu des travaux de la commission spéciale de l’enseignement et de la formation, désignée par le Roi Hassan II. Cette commission, présidée par M. MEZIANE BELLAFKIH – conseiller du Roi-, avait pour mission d’entamer une réforme du système éducatif marocain.

Dans son Discours du 8 octobre 1999 à l’ouverture de la session d’automne de la troisième année législative, le roi Mohamed VI a précisé, entres autres :

« La première question concerne l’enseignement (…), malgré les efforts ininterrompus déployés tout au long de quatre décennies en vue de permettre à notre enseignement d’accompagner l’étape de recouvrement de l’indépendance et les exigences de son édification, nous constatons en fait qu’il souffre d’une crise chronique, laquelle avait amené notre vénère père (…), à désigner une commission royale spéciale (…) afin d’élaborer un projet de charte nationale pour l’éducation et la formation. »

La charte se compose de deux parties complémentaires :

• La première partie énonce les principes fondamentaux qui comprennent les fondements constants du système d’éducation et de formation, ses grandes finalités, les droits et devoirs des différents partenaires et la mobilisation nationale pour la réussite de la réforme;
• La deuxième partie regroupe les six espaces de rénovations comprenant dix-neuf leviers de changement :
o L’extension de l’enseignement et son ancrage à l’environnement économique;
o L’organisation pédagogique;
o L’amélioration de la qualité de l’éducation et de la formation;
o Les ressources humaines;
o La gouvernance;
o Le partenariat et le financement.

Dans l’espace 1 consacré à l’extension de l’enseignement et son ancrage à l’environnement économique, le levier 3 énonce la mise en place de passerelles entre l’enseignement général, la formation professionnelle et la vie active

Concernant ce dernier espace, la charte vise en particulier à :

• Encourager le secteur privé de l’enseignement et de la formation et réguler ses normes et son fonctionnement, entre autres, par :
o L’instauration d’un processus systématique de normalisation, de reconnaissance et de vulgarisation des formations méritantes;
o La mise en place d’un système fiscal approprié et incitatif;
o L’encouragement à la création d’institutions d’enseignement d’utilité publique

• Mobiliser les ressources de financement et optimiser leur emploi, en particulier par la création d’un système de crédits d’études, en partenariat entre l’Etat et le système bancaire afin de permettre aux étudiants ou leurs parents / tuteurs de financer dans le secteur public et privé à des conditions préférentielles.

Une attention a été également portée à la formulation claire et précise aussi bien des principes fondamentaux que des espaces de rénovation. Ainsi, les leviers de changements ont-ils été présentés sous forme de propositions pratiques, accompagnées des voies et des délais de leur mise en œuvre.

L’adoption de la charte a eu pour premier effet une modification de la structure de l’enseignement au Maroc. Ainsi, le système éducatif marocain a connu depuis septembre 1990 une nouvelle structure qui s’est substituée à l’ancienne.

Au lieu de la structure 5 ans d’études primaires et 7 ans d’études secondaires, à la suite de la réforme du système éducatif entamée depuis l’année 1985-86, la durée des études a été subdivisée en un enseignement fondamental d’une durée de 9 ans et un enseignement secondaire d’une durée de 3 ans.

3.1.1.1. L’enseignement préscolaire

On distingue deux types d’établissements :
• Les écoles coraniques constituent la forme de pré scolarisation la plus répandue, elles dispensent un enseignement de type traditionnel rénové.
• Les maternelles et jardins d’enfants dont l’encadrement et l’équipement permettent d’assurer une formation basée sur des méthodes modernes.

3.1.1.2. L’enseignement fondamental

Il se compose de deux cycles :
• Le premier cycle d’une durée de six ans, il accueille les enfants du groupe d’âge 7-13 ans, qui ont bénéficié pour la plupart d’un enseignement préscolaire de quelques années.
• Le deuxième cycle d’une durée de 3 ans, reçoit les élèves qui ont terminé les études du premier cycle.

Les élèves qui, pour une raison pédagogique ou sociale, n’accèderont pas au second cycle de l’enseignement fondamental pourront trouver une place dans la formation professionnelle.

La mise en place de la nouvelle structure (3 ans) a été effective à partir de 1991.

Au terme du deuxième cycle de l’enseignement fondamental, les élèves devront en principe être orientés soit vers l’enseignement secondaire général et technique soit vers la formation professionnelle.

3.1.1.3. L’enseignement secondaire qualifiant

La durée dans ce cycle est de 3 ans. Il accueille les élèves de la 9ème année de l’enseignement fondamental orientés à poursuivre leurs études dans une section d’enseignement général ou technique. La tranche d’âge correspondante à ce cycle est celle de 16 à 18 ans.

Cette phase conduit à l’obtention du baccalauréat qui ouvre la voie à l’enseignement supérieur ou à défaut l’accès à la formation professionnelle.

3.1.1.4. L’enseignement supérieur

L’enseignement supérieur au Maroc est dispensé par trois grandes catégories d’établissements : Les universités, les grandes écoles et les instituts relevant du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique;

• Les grandes écoles et les instituts placés sous la tutelle de certains ministères à caractère technique;
• L’enseignement supérieur privé : composé actuellement d’une université anglophone et de grandes écoles principalement de gestion.
• L’enseignement supérieur universitaire public marocain se compose de 13 universités. Les établissements universitaires publics se répartissent comme suit : 4 facultés d’enseignement originel, 14 facultés des lettres et des sciences humaines, 8 facultés des sciences juridiques économiques et sociales, 11 facultés des sciences, 7 facultés des sciences et techniques, 2 facultés de médecine et de pharmacie, 2 facultés de médecine dentaire, 1 faculté des sciences de l’éducation, 3 écoles d’ingénieurs, 3 écoles de commerce et de gestion, 1 école supérieure de traduction, 7 écoles supérieures de technologie, 4 instituts de recherche.

Les étudiants admis aux examens du baccalauréat poursuivent leurs études supérieures dans :
• Les universités,
• Les instituts et écoles supérieures,
• Les Centres de formation des instituteurs,
• Les Centres pédagogiques régionaux,
• Les Ecoles normales supérieures,
• Les universités et instituts à l’étranger

La répartition des étudiants par niveau et type d’enseignement entre 2001 et 2003 est donnée par le tableau suivant :

Tableau n° 13 : effectifs scolaires et universitaires selon le niveau et le type d’enseignement

2001-2002 2002-2003 Variation en %
Enseignement secondaire qualifiant 515 132 559 497 8
Public 484 422 530 761 9,6
Privé 30 710 28 736 -17,4
Brevet de Technicien Spécialisé (BTS) 1 287 1 762 36,9
Classes Préparatoires 2 689 3 036 12,9
Enseignement universitaire (public) 266 621 276 018 3,5
Formation pédagogique 12 330

Source : Le Maroc en chiffres 2002

La charte a prévu des dispositions visant la mise à niveau et le développement du secteur privé de l’enseignement et de la formation par :

La mise en place de passerelles entre l’enseignement général, la formation professionnelle et la vie active :
• La mobilisation des ressources de financement et l’optimisation de leur emploi, en particulier par la création d’un système de crédits d’études, en partenariat entre l’Etat et le système bancaire afin de permettre aux étudiants, ou leurs parents ou tuteurs de financer dans le secteur public et privé à des conditions préférentielles.
• L’encouragement et la régulation des normes et du bon fonctionnement de la formation professionnelle, par :
• L’instauration d’un processus systématique de normalisation, de reconnaissance et de vulgarisation des formations méritantes;
• La mise en place d’un système fiscal approprié et incitatif, nous détaillerons plus loin ce point puisqu’il constitue pour nous une opportunité;
• L’encouragement à la création d’institutions d’enseignement d’utilité publique.

3.1.1.5. La formation professionnelle

Le secteur de la formation professionnelle a été marqué depuis 1984 par la réforme de ce système annoncée dans le Discours Royal du 8 juillet 1984 et confirmée dans le Discours Royal de juillet 1985.

Les objectifs de la réforme du système de la formation professionnelle peuvent être ainsi résumés :
• Le développement de la formation professionnelle en tant qu’instrument de valorisation des ressources humaines et de promotion économique et sociale;
• L’amélioration constante de la qualité de la formation ainsi que la réalisation d’une meilleure adaptation formation /emploi;
• La promotion de l’emploi des lauréats, l’organisation et la valorisation des métiers.

Le système de la formation professionnelle est constitué de 4 cycles :
• Technicien Spécialisé : accessible, après concours ou test, aux bacheliers. Il débouche sur le diplôme de technicien spécialisé.
• Technicien : accessible aux élèves de la 2ème année baccalauréat après concours. Il débouche sur le diplôme de technicien.
• Qualification : accessible aux élèves de la 9ème année de l’enseignement fondamental, du Tronc Commun, de la 1ème année du baccalauréat après concours. Il débouche sur le Certificat de qualification professionnelle.
• Spécialisation : accessible aux élèves de la 6ème, de la 7ème et de la 8ème année de l’enseignement fondamental après concours. Il débouche sur le Certificat de formation professionnelle. Ce cycle concerne essentiellement les métiers de l’artisanat, du bâtiment et de l’agriculture.

Il ressort de cette nouvelle structure de l’enseignement l’importance et le rôle dévolu par la réforme à la formation professionnelle par :
o Sa restructuration,
o La mise en place de passerelles entre l’enseignement général et ce type de formation.

Le système de la formation professionnelle a donc été soutenu par la charte de l’enseignement et de formation mais avant la formation professionnelle a franchi plusieurs phases pour arriver à ce niveau actuel.

La formation professionnelle d’aujourd’hui est le fruit d’une histoire, on trouve dans la situation actuelle du système de la formation professionnelle des traces de cette histoire en même temps que les ferments de l’avenir.

Nous allons tracer dans ce qui suit l’évolution de ce système à travers le temps.

Lire le mémoire complet ==> (La création d’entreprise: Cas de création d’un établissement de formation professionnelle privé)
Mémoire présenté pour l’obtention du diplôme du Cycle Supérieur de Gestion
Institut Supérieur de Commerce et d’Administration des Entreprises