Systèmes favorisant le travail collaboratif : Claroline et IsaWiki

By 11 March 2013

3.7.4 Systèmes

Dans [SAL 05b], nous avons présenté une analyse de plusieurs systèmes hypermédias favorisant le travail collaboratif : SEPIA, Crocodile, Vital, Iris, CoMedia, Xerox Docushare, la plateforme d’enseignement à distance Blackboard et les systèmes HyperTecTol et ICRS développés au sein du Laboratoire Paragraphe de l’Université Paris VIII. Nous avons mis l’accent sur les possibilités de communication et de travail en utilisant l’Internet. Cependant, dans cette partie, nous souhaitons nous concentrer sur d’autres systèmes importants et qui mettent l’accent sur la gestion et la distribution de contenus dans un contexte pédagogique plus spécifiquement sur le Web.

3.7.4.1 Claroline

Le système Claroline représente un bon exemple de plateforme d’enseignement à distance moderne. Il regroupe plusieurs des outils requis pour produire des cours, pour transférer leurs ressources associées, pour gérer les utilisateurs, pour suivre le parcours des apprenants et pour permettre la collaboration entre apprenants. Ces outils sont : agenda, annonces, documents et liens, exercices, parcours pédagogique, travaux, forums, groupes, utilisateurs, et discussion (figure 25).

Claroline est un projet de l'Université catholique de Louvain

Dans la pratique, Claroline peut assister également à la formation présentielle, mixte et hybride en tant que support pour le partage et le déploiement de ressources aussi bien entre apprenants qu’entre enseignants. Néanmoins, la production de documents reste une tâche individuelle dans le sens où Claroline ne permet pas la collaboration collective et synchrone 444.

444 Claroline a été utilisé au Département hypermédia, Université Paris VIII, pendant l’année 2005 – 2006 comme support académique du Mastère professionnel THYP (Technologies de l’hypermédia). Bien que la formation ait été dispensée en modalité présentielle, nous avons constaté un usage élevé de Claroline de la part des enseignants pour rendre leurs cours disponibles à tout moment aux étudiants. Ces cours ont été mis dans la plateforme comme des ressources numérisées ou des pièces attachées à un parcours créé par l’enseignant.

En ce qui concerne des outils de collaboration Web 2.0, Claroline a introduit dans ses dernières versions un outil wiki pour la production collaborative des documents entre les apprenants et un flux RSS, permettant la notification de nouveaux messages dans l’agenda et dans les annonces.

Claroline est un projet de l’Université catholique de Louvain, en Belgique, développé par Thomas De Praetere. La version actuelle est la 1.8 (octobre 2006).

3.7.4.2 IsaWiki

Le système IsaWiki est une implémentation du concept « Web scriptural » qui met l’accent sur la collaboration par le biais des annotations et des versions de sites Web. Il a été inspiré de travaux sur le Web, comme JotSpot, ou de logiciels locaux, comme Amaya.

IsaWiki est un système qui comporte, d’un côté, une application installée sur un serveur et, d’un autre côté, un plug-in qui s’installe dans le navigateur. De cette manière, le plug-in sert à lancer une boîte à outils et le serveur est un administrateur de versions et un moteur de transformation de documents (figure 26).

IsaWiki : espace d'annotations [DIL 05]
IsaWiki : espace d’annotations [DIL 05]

Afin d’accéder aux services de navigation et d’écriture, l’utilisateur doit d’abord s’inscrire à IsaWiki. Ensuite, pour fonctionner, IsaWiki collecte et transforme l’information de sites Web visités par l’utilisateur. Il décompose le code HTML de chaque page visité, le stocke sous un format structuré XML dans le serveur et finalement, le renvoie au client sous forme HTML. L’intention du langage XML de IsaWiki, IML, est la transformation de sites Web afin de séparer la forme du contenu, laissant ainsi les utilisateurs devant l’information pure (ou avec un formatage de base).

Lors de la navigation et de la consultation de sites Web, IsaWiki se présente d’une manière similaire à Amaya dans le sens où toute page peut être modifiée dans ses aspects éditoriaux et de format. L’avantage d’IsaWiki, cependant, réside dans son orientation Web, gérant les utilisateurs inscrits et permettant de les avertir si un site à été déjà visité, modifié ou annoté par un autre utilisateur.

3.8 Conclusion

Dans ce chapitre nous nous sommes concentrés sur les cadres d’usage des objets techniques hypermédias à des fins pédagogiques.

À ce sujet, nous avons analysé les hypermédias pédagogiques sous deux angles différents. Premièrement, ils ont été conçus comme des systèmes informatiques possédant une architecture particulière et visant à répondre à des besoins spécifiques. Deuxièmement, ils ont été mis en relation avec la dimension pragmatique du signe qui nous a conduit à considérer l’action de l’individu en tant qu’agent du sens; l’individu est l’acteur qui interprète les objets hypermédias selon un modèle créé à partir des conventions culturelles.

Nous avons vu que la dimension pragmatique est liée aux autres dimensions du signe (syntaxique et sémantique) dans la mesure où elle les utilise pour explorer les habitudes, les réponses et les comportements des interprétants. D’après ce modèle, un signifiant peut fonctionner comme un double signe : un signe pour l’émetteur, un autre pour le destinataire. Le premier essaie d’utiliser la syntaxe et la sémantique en accord avec une circonstance donnée motivant une réponse de la part du second lorsque le signe est utilisé. Le destinataire se trouve ainsi inscrit dans un contrat de lecture qui détermine ses attentes et ses interprétations.

Sur le Web, ce contrat de lecture est composé de signes de nature diverse. Le langage du Web est complexe parce qu’il peut faire appel à des codes linguistiques, iconiques, cinétiques, techniques, etc. On peut penser que, de manière similaire à un homme de la Renaissance, les auteurs et les lecteurs d’hypermédias doivent être capables de connaître plusieurs codes et de les utiliser pour produire un sens. Cette situation montre que le travail des utilisateurs pour créer du sens à partir des hypertextes peut sembler gigantesque, et dans un certain sens c’est bien le cas.

D’après les notions de machines à enseigner et machine pour apprendre, nous avons mis un accent particulier sur les machines pour apprendre favorisant deux types d’usage pédagogique des hypermédias : l’usage exploratoire et l’usage constructif. Afin de clarifier ces deux idées, nous avons distingué cinq types d’usage constructif : l’argumentation hypermédia, la modélisation, l’édition hypermédia, la production multimédia et le travail collaboratif. Pour chacun de ces types, nous avons examiné leurs apports à l’éducation et la manière dont le Web participe comme support technique de leur réalisation.

Cette analyse nous a permis de constater que les systèmes pédagogiques constituent de plus en plus des systèmes riches et complexes : d’une part, ils comprennent différents domaines hypermédias regroupés dans un seul environnement et, d’autre part, ils sont réalisés suivant une grande diversité d’approches pédagogiques.

Mais peut-on dire que le Web a été suffisamment exploré pour promouvoir à la fois des fonctions primaires variables et des fonctions secondaires « ouvertes » des objets techniques hypermédias ? Nous considérons que l’éducation a effectivement redécouvert des objets techniques et des nouveaux scénarios d’application, mais il est difficile d’affirmer qu’elle a revalorisé la conception de l’enseignement. Les possibilités du Web devraient être étudiées dans un contexte plus large, tirant parti de nouveaux aspects. Dans ce sens, il ne s’agit pas de numériser les ressources et de les stocker sur un serveur en proposant un accès libre. Est nécessaire une distinction entre produire un nombre infini de ressources et en interpréter avec précision un nombre fini.

Bien qu’aujourd’hui on parle des usages exploratoires et constructifs des hypertextes ainsi que des techniques de développement qui considèrent le Web comme plateforme, il semble cependant que le domaine de l’éducation a manqué d’une optique considérant les avancées significatives dans le domaine des hypermédias. Parmi ces avancées, nous pensons plus spécifiquement à des approches centrées sur les structures plutôt que sur l’information.

Poursuivant dans cette direction, nous allons essayer dans le chapitre suivant de répondre à cette problématique à travers notre approche de la création de contenu pédagogique, les « documents pédagogiques numériques ».

Objet technique hypermédia : repenser la création de contenu éducatif sur le Web
Thèse pour obtenir le grade de Docteur – Discipline: Sciences de l’information et de la communication
Université De Paris VIII – VINCENNES-SAINT-DENIS – U.F.R. Langage Informatique Technologie