Orienter les entrepreneurs sociaux vers les structures spécialistes

By 25 March 2013

1.3 Orienter les entrepreneurs sociaux vers les structures spécialistes

La pépinière est un espace privilégié pour aider à la mise en réseaux des entrepreneurs avec d’autres acteurs du territoire. Parmi ces acteurs, il existe de nombreux dispositifs et structures d’accompagnement spécialisés dans certains secteurs. La pépinière pourrait inciter les entrepreneurs sociaux à chercher de l’appui auprès de ces dispositifs d’accompagnement, en s’appuyant éventuellement sur des partenariats qu’elle aura monté avec ces dernières pour pouvoir offrir des offres d’accompagnement privilégiées aux entrepreneurs.

Il est utile ici de faire un bref état des lieux des principaux dispositifs d’accompagnement ou de suivi post création qui existent sur le territoire, et vers lesquels on pourrait diriger les entrepreneurs sociaux dans le futur.

L’AVISE, Agence de valorisation des initiatives socio-économique, vise à « faciliter, soutenir et promouvoir les initiatives entrepreneuriales qui conjuguent dimension économique et finalité sociale 57». Son site internet contient de nombreuses informations sur les différents dispositifs d’appui à l’entrepreneuriat social, notamment à travers le « guide web de l’entrepreneur social », qui répertorie les structures d’accompagnement des projets d’entrepreneuriat social au niveau national.

Les principaux acteurs généralistes de l’aide à la création d’entreprises sont :
– l’APCE (agence pour la création d’entreprises), qui joue un rôle majeur d’observatoire de l’environnement de la création d’entreprise aux niveaux local, national et européen, et recense de nombreuses informations essentielles destinées à tous les profils d’entrepreneurs
– les boutiques de gestion sont implantées sur les territoires, à proximité des habitants. Elles visent à promouvoir la création de petites entreprises tout en favorisant l’initiative individuelle.
– Le Réseau Entreprendre à pour objectif d’aider les créateurs à devenir de véritables chefs d’entreprises. Le réseau veut aider les créateurs vers le développement de leurs projets et l’un des soucis majeurs du réseau est la création d’emplois. Le réseau travaille donc en premier lieu avec les « petits projets à potentiel » qui deviendront ensuite des PME.

Au niveau local, il existe des acteurs de l’accompagnement plus spécifiques à certaines entreprises sociales qui pourront venir soutenir les entrepreneurs sociaux:

-L’URSCOP Rhône-Alpes, membre de la CGSCOP (confédération générale des sociétés coopératives de production qui réunit 12 Unions Régionales de coopératives), propose de nombreux services aux entrepreneurs coopératifs . Ces services prennent la forme d’offre de services ante et post création. Avant la création, l’URSCOP accompagne les porteurs de projet dans la définition de leur projet et dans la consolidation de leur business plan. Après la création, l’accompagnement est constitué d’une part d’un volet économique et financier, d’autre part d’un volet lié au projet coopératif. L’intervention de l’URSCOP prend la forme soit de formations collectives, soit de visites d’experts à l’intérieur de l’entreprise. Comme tout réseau, L’URSCOP souhaite également favoriser les rencontres et échanges d’expériences entre dirigeants et salariés/associés des différentes entreprises.

-L’UREI Rhône-Alpes, qui appartient au CNEI (comité national des entreprises d’insertion), vise à mutualiser les expériences des créateurs d’entreprises d’insertion pour promouvoir leur action et faciliter la démarche des nouveaux créateurs.

-Equi’sol accompagne les porteurs de projet dans le domaine du commerce équitable, cependant l’association ne fait pas de suivi post création des entrepreneurs. Equi’sol est un lieu d’accueil, d’information et d’orientation des porteurs de projets. L’association connaît les réseaux d’accompagnement en Rhône-Alpes, et sait donc orienter les structures vers ce dont elles ont besoin, selon qu’elles cherchent des conseils ou des financements par exemple. Equi’sol dispose également d’une expertise sur le sujet du commerce équitable et sur ses débats, aussi son objectif est d’interroger les porteurs de projets sur leur conception du commerce équitable, pour les aider à le consolider. Cette fonction d’Equi’sol répond donc au besoin de consolidation du projet social que nous avons évoqué plus haut.

-De manière bien plus généraliste, la CRESS anime également des pôles de réflexion dans des secteurs variés qui ont des liens avec l’économie solidaire, tels que l’environnement, le logement, la culture, etc… On ne peut pas parler ici de dispositifs d’accompagnement, mais ce sont des lieux de réunion, de rencontres et de débats entre plusieurs acteurs impliqués autour d’une problématique commune. Il est toujours intéressant pour les jeunes créateurs d’entreprises de s’introduire dans de tels réseaux.

-Au-delà de ces structures spécialisées, qui jouent un rôle très important dans la mise en réseau des entrepreneurs sociaux, il existe un dispositif d’appui aux entrepreneurs sociaux bien plus personnalisé : le DLA. Le dispositif local d’accompagnement est un outil au service des structures d’utilité sociale créatrices d’emplois, et dépasse donc les cadres de l’économie sociale, même si 95% des bénéficiaires sont des associations.

En Rhône-Alpes, c’est RDI, Rhône Développement Initiative, qui est en charge de mettre en oeuvre ce dispositif auprès des bénéficiaires. A la demande des structures d’utilité sociale qui souhaitent bénéficier d’un DLA, RDI est en charge d’établir un diagnostique des problèmes identifiés. RDI propose ensuite un prestataire à la structure, choisi parmi un vivier de consultants privés opérant dans des domaines très variés, et partenaires du DLA. Ce cabinet conseil vient intervenir à l’intérieur de la structure, pour une durée variable allant de un jour à plusieurs semaines, dans le but de résoudre les problèmes repérés. Le DLA c’est aussi des formations collectives, lorsque des problèmes identiques ont été repérés au sein de plusieurs structures.

L’objectif final de ces interventions est la consolidation et la professionnalisation des entreprises ou activités d’utilité sociale créatrices d’emplois. Le DLA est coordonné au niveau national par l’AVISE. Le CNAR (centre national d’appui et de ressources) apporte un appui sectoriel aux DLA, en travaillant au repérage des cabinets conseil spécialisés sur des secteurs ou des thématiques. Au niveau régional c’est le C2RA, centre régional de ressources et d’animation, qui coordonne le DLA. La CRESS porte le C2RA Rhône-Alpes depuis 2005, elle est ainsi en charge de professionnaliser les chargés de mission DLA, de coordonner les DLA entre les départements, de les valoriser sur le territoire, et de capitaliser les expériences. L’accompagnement à proprement parler est pris en charge par RDI et les prestataires auxquels RDI fait appel.

Le DLA est un dispositif d’appui particulièrement intéressant et efficace car il intervient sur des problématiques précises, à l’intérieur des structures, avec des techniques de conseil rodées et professionnelles. Il faut garder en tête l’existence de ce dispositif pour éventuellement pouvoir diriger les futurs entrepreneurs sociaux vers RDI, lorsqu’ils auront des problèmes précis auxquels la pépinière ne pourra pas répondre. En effet les interventions DLA couvrent une très grande variété de problématiques: management, recherche de fonds, consolidation financière, consolidation du projet social, ressources humaines, création de nouveaux postes, marketing, etc…

Il existe donc un large panel de structures et dispositifs qui apportent formations, suivi ou conseils aux entrepreneurs sociaux. Nous n’en avons cité que quelques uns ici, mais ils sont en réalité bien plus nombreux, et il est parfois difficile de s’y retrouver. Dans ce contexte, l’enjeu pour la pépinière consiste à bien connaître l’ensemble de ces acteurs, pour pouvoir orienter au mieux les entrepreneurs sociaux en fonction de leurs particularités et de leurs besoins. La pépinière a donc un rôle de médiation à jouer entre les entrepreneurs et les acteurs du soutien à l’entrepreneuriat social. Il semble inutile qu’elle cherche à recréer ce qui existe déjà, et elle doit plutôt chercher à venir en complément, en subsidiarité de l’offre d’accompagnement existante . Sa plus value auprès des entrepreneurs sociaux ne doit donc pas se situer dans son offre d’accompagnement à proprement parler (bien qu’elle continue de proposer l’accompagnement classique) mais dans sa faculté à établir des liens, à mettre en réseau les entrepreneurs avec les acteurs qui leurs correspondent .

Pour cela, il faut que la pépinière de l’entrepreneuriat social travaille avec ces acteurs, communique régulièrement sur les avancées du projet de pépinière, et cherche à établir des partenariats qui permettront éventuellement d’obtenir pour les entrepreneurs sociaux des offres de suivi ou de formations à prix négociés. Parallèlement à l’accompagnement, la pépinière peut aussi jouer un rôle sur la recherche de sources de financements pour les entrepreneurs.

Lire le mémoire complet ==> (Comment identifier et accompagner les entrepreneurs sociaux ?)
Réflexions autour du montage de projet de la pépinière de l’entrepreneuriat social
Mémoire de stage – Master II Economie Sociale et Solidaire
Université LUMIERE LYON 2