Les documentaires philosophiques à destination des 7-11 ans

By 19 February 2013

Université Du MANS

Master 1 de littérature de jeunesse

Mémoire de Master 1 de littérature de jeunesse

Les documentaires philosophiques à destination des 7-11 ans
ou comment philosopher à hauteur d’enfant

Présenté et soutenu par Alice Reibel

Directeur de recherche :
Monsieur Bertrand Ferrier

Septembre 2007

À la mémoire de François-Xavier Chenet,
Professeur de Philosophie

 

Introduction :

La dénomination de « documentaire philosophique pour enfants» pose d’emblée deux problèmes. Les termes « documentaire » et « philosophique », paraissent contradictoires. La philosophie, en tant qu’elle n’est pas une science ni un objet clairement reconnaissable, peut-elle être en effet le sujet d’un livre dont la finalité est de transmettre, sur un mode explicatif, un savoir ? À cette première difficulté, s’ajoute une seconde : comment penser la dialectique de la philosophie et de l’enfant ? Dans Les Méditations métaphysiques, René Descartes relate son long cheminement philosophique :

Il y a déjà quelques temps que je me suis aperçu que, dès mes premières années, j’avais reçu une quantité de fausses opinions pour véritables, et que ce que j’ai depuis fondé sur des principes si mal assurés, ne pouvait être que fort douteux et incertain ; de façon qu’il me fallait entreprendre sérieusement une fois dans ma vie de me défaire de toutes mes opinions que j’avais reçues jusqu’alors en ma créance, et commencer tout de nouveau dès les fondements (…) Mais cette entreprise me semblant être fort grande, j’ai attendu que j’eusse atteint un âge qui fût si mûr, que je n’en pusse espérer d’autre après lui, auquel je fusse plus propre à délibérer. 1

Comment un enfant pourrait-il seulement philosopher lorsque Descartes attend le dernier âge de sa vie pour commencer à le faire ? L’enfant est-il à même de discerner le vrai du faux et d’échafauder un raisonnement logique et rigoureux ? Le documentaire philosophique prétend-il initier l’enfant à la philosophie ? Quelles méthodes propose-t-il pour développer la pratique philosophique du jeune lecteur ? Seule l’étude de la nature du documentaire philosophique et de ses modes de fonctionnement est susceptible d’y répondre. Le discours philosophique ne s’impose pas en outre de manière évidente. Sa nature ne nous est pas immédiatement révélée. « Il n’y a pas », selon François Galichet, « de critère objectif qui permettrait de délimiter à coup sûr le philosophique du non-philosophique »2. Le discours philosophique ne pourrait être identifié qu’à partir de la subjectivité de chacun. Ce qui semblera « trop connu » à l’un, non-philosophique, semblera étonnant, et donc philosophique, à un autre. Comment procéder alors pour faire apparaître la substance philosophique du documentaire ?

DESCARTES, René, méditations Métaphysiques [1641], Paris, Garnier-Flammarion, 1992, « Première Méditation », p. 57.
GALICHET, François, La Philosophie à l’école, Toulouse, Milan, 2007, p. 32.

Semblant répondre à nos préoccupations, Michel Onfray dans son Antimanuel de Philosophie, écrit en 2001, s’adresse aux lycéens en ses termes :

La philosophie ne se réduit pas à ce théâtre institutionnel (des cours, des notes, des bulletins, des livrets, des conseils de classe, un programme, une dissertation, un commentaire de texte). Elle est, bien au-delà de tout ça, une invitation à mettre en perspective sa vie et sa pensée, son existence et sa vision du monde.3

L’enseignement de la philosophie en France, qui commence en classe de terminale, repose sur l’histoire de la philosophie, l’étude des concepts et celle des œuvres philosophiques. Michel Onfray propose de penser la philosophie autrement. À travers « les leçons socratiques et alternatives » 4 de L’Antimanuel de Philosophie, le lecteur emprunte un chemin de traverse. La pensée socratique crée, en s’ouvrant à toutes sortes de sujets, universels ou intimes, une proximité entre le professeur et le disciple. « L’enseignement socratique », et de ce fait la philosophie elle-même, se met ainsi « au service [des] questionnements [de l’élève], de [ses] interrogations, afin [qu’il] puisse utiliser la discipline dans [son] existence, pour mieux penser, être plus critique, mieux armé pour comprendre le monde et éventuellement agir sur lui. » 5.

3 ONFRAY, Michel, Antimanuel de Philosophie, Rosny, Éditions Bréal, 2001, p. 330.
4 Ibid., page de titre.
5 Ibid., p. 19.

Après Le Monde de Sophie de Jostein Gaarder, Michel Onfray semblerait avoir montré la voie à l’ensemble des partenaires du livre. En s’adressant aux adolescents puis aux enfants, la littérature philosophique s’est développée considérablement en dix ans. Monographies mais aussi articles de presse, rubriques de revues, publications scientifiques, témoignent d’un intérêt grandissant pour la philosophie. Dans la presse pour enfants, presque chaque revue a sa rubrique « philo » : « Pense pas bête » dans Astrapi, avec pour « conseiller philo » Oscar Brenifier, « Les P’tits Philosophes » dans Pomme d’Api, « C’est philo » dans Le Monde des Ados… La philosophie intéresse-t-elle toutes les tranches d’âge ou est-ce que ce sont les éditeurs qui s’y intéressent ?

Nous avons ciblé notre étude sur les documentaires philosophiques destinés aux 7-11 ans. Cette tranche d’âge présente en effet trois intérêts. Premièrement, elle pose une question fondamentale : à quel âge peut-on effectivement commencer à philosopher, et de quelle façon ? Deuxièmement, elle constitue le champ d’investigations privilégié des chercheurs qui ont pour objectif de développer la philosophie pour enfants. Troisièmement, elle est concernée par la pratique de la philosophie en classe, dans la mesure où une demi-heure est allouée au débat hebdomadaire dans les programmes de l’enseignement primaire. L’école représente donc un vivier d’expériences pédagogiques pouvant nourrir notre réflexion.

Le choix du corpus s’est fait ensuite selon deux limitations : ont été exclus les contes philosophiques et les albums, dans la mesure où il s’agit de pures fictions et qu’il existe déjà des études sur la portée philosophique des histoires pour enfants 6 ; les ouvrages non publiés en France ainsi que les collections psychologiques, telle que la collection « Oxygène » de La Martinière. Deux tableaux synthétiques recensent, d’une part, les collections philosophiques, d’autre part, les documentaires philosophiques appartenant à une collection non-philosophique. Certains titres isolés, qui n’apparaissent pas dans ce corpus restreint, seront utilisés pour élargir notre vision et recensés dans la bibliographie finale.

6 JOBERT, Claire, Le questionnement ̏ philosophique ̋ à travers l’album de fiction, Master 1 de littérature de jeunesse dirigé par Jean-Pierre Goldenstein, soutenu en 2006 à l’Université du Mans .

Afin de définir ses caractéristiques, nous appréhenderons, dans un premier temps, le documentaire philosophique dans une double perspective : historique et générique. En le replaçant dans le contexte de ses origines puis en le comparant aux autres documentaires, nous ébaucherons un premier portrait du documentaire philosophique. Un état des lieux éditorial permettra ensuite de comprendre comment le documentaire philosophique se définit par rapport aux stratégies éditoriales.

L’analyse descriptive ne permettant qu’une approche extérieure, nécessaire mais parcellaire du documentaire philosophique, nous chercherons, dans un second temps, à savoir comment fonctionne le documentaire philosophique de l’intérieur. Une typologie des discours et des usages didactiques présentera tout d’abord les méthodes didactiques du documentaire philosophique. Puis, après avoir mis en évidence les motivations des auteurs, nous tenterons de mettre au jour les différentes démarches philosophiques, et de cerner ainsi les enjeux politiques du documentaire philosophique – avec, toujours à l’esprit, cette question : peut-on tenir ensemble les trois segments constitutifs de notre étude, qui postule l’existence d’un « documentaire » « philosophique » « pour enfants ».

Partie I : Qu’est-ce qu’un documentaire philosophique ?
I. Caractérisations du documentaire philosophique
A. Approche historique
B. Approche générique
II. État des lieux des documentaires philosophiques
A. Les livres
B. Les lecteurs
Partie II : Comment fonctionne un documentaire philosophique ?
I. Les méthodes didactiques des documentaires philosophiques
A. Typologie des discours
B. La philosophie au service de l’école
II. Les démarches philosophiques adoptées par les documentaires philosophiques
A. Les motivations
B. Les enjeux philosophiques et politiques

Sommaire :

  1. Qu’est-ce qu’un documentaire philosophique ? Approche historique
  2. Caractérisations du documentaire philosophique pour enfants
  3. État des lieux des documentaires philosophiques en France
  4. Les lecteurs français des documentaires philosophiques
  5. Les compétences du lecteur des documentaires philosophiques
  6. Les destinataires des documentaires philosophiques en France
  7. Comment fonctionne un documentaire philosophique? Typologie des discours
  8. La philosophie au service de l’école, Documentaire philosophique
  9. Les motivations dans les documentaires philosophiques
  10. Histoire de la philosophie, Documentaires philosophiques français
  11. Démarches philosophiques adoptées par les documentaires philosophiques
  12. Les enjeux philosophiques et politiques, Le champ de références
  13. Oscar Brenifier ou la nouvelle « réforme socratique » ?