L’avenir de l’advergame : dans la poche ?

By 14 February 2013

“…annonceurs sont de plus en plus enclins à utiliser les advergames dans leurs campagnes, mais ces derniers doivent encore être maîtrisés. Ce constat est plus vrai que jamais, face à un nouveau support où l’advergame n’a pour l’instant pas la même viralité que sur le web 2.0.

Cependant certains annonceurs profite de l’advergame pour sortir des serious games afin de sensibiliser, faire passer un message pédagogique et institutionnel…”

c. L’avenir de l’advergame : dans la poche ?

L’avenir de l’advergame : dans la poche ?
Les chiffres restent modestes, mais pourtant le téléphone portable devient un réel moyen de communication. En 2006, déjà, les investissements publicitaires s’élevaient en France à 12 millions d’euros. L’année dernière, ce marché a connu une hausse, jusqu’à atteindre 20 millions d’euros. Des chiffres qui ne sont pas extravagants. Le marché reste de petite taille mais il sera pourtant encore en hausse en 2008, grâce entre autre au développement de l’Internet mobile et d’une technologie toujours plus poussée.

Mais les advergames peuvent-ils se faire une place ? Le téléphone portable : le support d’advergaming d’avenir ?

Le portable, on l’a sur soi, dans chacun de nos déplacements du quotidien. Cette proximité fait envie aux annonceurs. Sauf que l’attention sur le téléphone portable est peu importante et que la publicité statique, par ce moyen, devient vite intrusive. L’advergaming semble être une solution adaptée à ce problème. Il permet de proposer un message publicitaire interactif et ludique pour mieux faire accepter sa diffusion sur ce support. Les joueurs occasionnels peuvent alors en profiter en jouant cinq minutes dans le métro, voire dans les embouteillages.

La facilité de développement est telle qu’un jeu complet et ambitieux peut raisonnablement s’envisager. Les dernières innovations technologiques en matière de mobiles laissent présager une jouabilité jamais vue sur ordinateur. L’exemple le plus parlant est celui de l’Iphone. Le premier advergame développé sur ce support est Match !, a priori créé pour l’Iphone. On a beaucoup entendu parler, lors du lancement de l’iPhone en France, de certaines marques qui proposaient déjà un site compatible. Un bon moyen pour elles de profiter du buzz. En effet, l’écran tactile de l’iPhone permet aux marques et aux agences de communication de laisser libre court à la créativité dans le contrôle des informations qui passent à l’écran.

Vans, profitant alors de ce support de haute technologie, a intégré dans un advergame les possibilités de contrôle et d’interaction offertes par l’interface tactile de l’iPhone.

L’avenir de l’advergame  dans la poche

Les prochains jeux risquent d’être en effet plus ambitieux dans la forme et dans le fond. Avec un taux d’équipement de 80 % au niveau européen, il certain que l’advergame puisse trouver un attrait aux yeux des annonceurs sur ce support.

Cependant, le casual gaming ne doit pas entraîner une baisse de la créativité des développeurs, ni un manque d’ambition de la part des annonceurs. L’attention d’un consommateur est mise à mal durant son exposition au message publicitaire. Le bruit ambiant, des bousculades ou une occupation peuvent très bien le rendre moins attentif. Le risque est plus important que pour l’ordinateur. Un mobile reste une zone d’affichage relativement faible. Le jeu doit donc être conçu spécialement pour ce support en prenant en compte un paramètre inévitable : la rejouabilité. Plus que sur ordinateur, cette dernière joue un rôle essentiel. Là où un advergame éphémère peut occuper sur ordinateur entre deux pages Web, on peut penser qu’il ne peut pas avoir sa place sur un téléphone portable, surtout s’il faut le télécharger.

Les annonceurs sont de plus en plus enclins à utiliser les advergames dans leurs campagnes, mais ces derniers doivent encore être maîtrisés. Ce constat est plus vrai que jamais, face à un nouveau support où l’advergame n’a pour l’instant pas la même viralité que sur le web 2.0.

Cependant certains annonceurs profite de l’advergame pour sortir des serious games afin de sensibiliser, faire passer un message pédagogique et institutionnel.

Dans ce créneau, on retrouve la RATP qui propose de télécharger gratuitement un jeu, le Snakebus, sur téléphone portable. Cela doit permettre aux usagers de s’amuser pendant les trajets de transports en commun. Le but du jeu est de faire monter les personnages à temps dans le bus en s’aidant des horaires en temps réel de la RATP.

L’advertainment comme nouvelle forme de publicité
Certificat de Qualification Professionnelle « Conseil, achat et vente d’espace publicitaire dans les médias »
Media Institute – Intelligence for Business

  1. L’advertainment comme nouvelle forme de publicité
  2. L’advergaming, la forme la plus en vogue de l’advertainment
  3. L’avenir de l’advergame : dans la poche ?
  4. Advertainment : la publicité 2.0