Les objectifs de l’enseignement de l’entrepreneuriat

By 14 January 2013

I.2 Les objectifs et les méthodes de l’enseignement de l’entrepreneuriat

L’enseignement de l’entrepreneuriat est encore mal connu et de nombreuses questions lui sont adressées. Selon Fayolle (2000), le système éducatif constitue le premier fondement du développement d’une culture et de l’action entrepreneurial. Il serait intéressant de repérer, d’étudier et d’évaluer la diversité des contenus, des méthodes d’enseignement et des environnements éducatifs proposés : l’important est d’analyser sur quoi va reposer l’enseignement de l’entrepreneuriat en termes d’objectifs, de contenus, de moyens didactiques, d’activités d’apprentissage et de procédés d’évaluation (Legendre, 1998).

L’activité entrepreneuriale dépend presque toujours de l’enseignement qui y dispensé (Hisrich, 1989). Par contre, rare sont ceux qui lanceront leur entreprise sitôt leur diplôme obtenu. Pour résoudre l’enjeu de l’enseignement, il faut analyser trois questions, celle des objectifs et des méthodes et techniques pédagogiques.

I.2.1 Les objectifs de l’enseignement entrepreneurial

« Peut-on enseigner l’attitude entrepreneuriale ? » (Neunreuther, 1979). La réponse est positive à condition de favoriser des situations et des contextes d’apprentissage cohérents avec l’objectif de l’enseignement (Gibb, 1999). Les objectifs d’enseignement sont encore flous à définir, car il leur faut un degré de maturation que ne permet pas encore la politique très dispersée des établissements d’enseignement supérieur (Fayolle, 2003). De nombreux auteurs ont essayés de mieux les définir (Block et Stumpf, 1992 ; Albert et Marion, 1997 ; Fayolle, 1999).

Béchard (1998) distingue les objectifs de l’enseignement de l’entrepreneuriat selon le niveau du programme offert. Dans le tableau ci-dessous, nous trouvons des objectifs centrés sur la personne (compétences techniques, humaines, et managériales), des objectifs centrés sur l’environnement de l’entrepreneuriat (la carrière d’entrepreneur, consultation).

Tableau 5. Les objectifs de l’enseignement de l’entrepreneuriat Béchard(1998)

Programme Objectifs de programmes
Sensibilisation à l’entrepreneuriat Informer sur l’entrepreneuriat et sur la carrière d’entrepreneur
Création d’entreprise Former des compétences techniques,humaines, et managériales pour générer son propre revenu, créer sa propre entreprise ou créer des emplois.
Développement des formateurs Développer les compétences utiles pour laconsultation, l’enseignement et le suivi des petites entreprises.
Développement des entreprises Répondre aux besoins spécifiquesdespropriétaires dirigeantes

En générale, Saporta et Verstraete (2000) regroupent les objectifs d’une formation à l’entrepreneuriat dans une école ou université de gestion en deux familles :
-« former des personnes pouvant appuyer l’entrepreneur dans la formulation et la mise en œuvre d’initiatives et dans la gestion des implications qu’elles ont dans l’entreprise ;
-stimuler les capacités entrepreneuriales, celles-ci renvoyant à l’anticipation, à l’élaboration d’une vision, à la créativité, mais aussi à la concrétisation et à la déclinaison de la stratégie dans le management quotidien ».

Dans ce sens, nous distinguons les objectifs centrés sur les facteurs personnels qui s’intéressent au développement des compétences et qualités personnelles.

Vu que l’entrepreneuriat peut être considéré comme un processus finalisé, dialectique et favorisant la structuration de l’organisation qui se caractérise par sa complexité (Schmitt et Knoll, 2003), les objectifs de l’enseignement à l’entrepreneuriat devient centrés sur la complexité des situations rencontrées caractérisant le processus de prise de décision entrepreneurial. En fait, créer une entreprise ne doit pas constituer le seul créneau de l’éducation entrepreneuriale mais sensibiliser à l’importance de l’entrepreneuriat et son impact sur le tissu économique en : développant l’esprit d’entreprendre, la carrière d’entreprendre constituent un créneau de éducation de l’entrepreneuriat. Les objectifs centrés sur l’environnement de l’entrepreneuriat qui aura des conséquences sur l’environnement économique et social.

Ainsi, les objectifs de l’entrepreneuriat prennent en considération les différentes approches de l’entrepreneuriat cité en premier chapitre : approche individu, processus et environnement. Analysons les différents objectifs.

I.2.1.1 Les objectifs centrés sur les facteurs personnels

Vesper (1972) a posé la question concernant l’objectif de l’enseignement de l’entrepreneuriat aux différents professeurs. Le changement des qualités personnelles générales comme le courage, la confidence, la motivation, l’autonomie ont été mentionnée par les professeurs. C’est l’approche endogène de la formation à l’entrepreneuriat (Schmitt et Knoll, 2003). Dans cette perspective, l’objectif n’est pas forcément « la fabrication » des entrepreneurs mais augmenter le taux de pérennité des jeunes entreprises et former des candidats ayant la capacité entrepreneuriale pour gérer des initiatives, surtout que le marché d’emploi est saturé par les managers. Du point de la formation, Schmitt et Knoll(2003) constatent que les efforts sont essentiellement sur deux points : la définition du profil entrepreneurial et le développement personnel vers un profil type.

La confrontation au réel manque par définition aux étudiants. Pour combler ce manque, l’université devrait s’engager dans un prosélytisme sur les valeurs entrepreneuriales à l’encontre souvent des schémas mentaux étudiants. L’objectif de l’enseignement de l’entrepreneuriat devient de « former des propriétaires d’entreprises créateurs, innovateurs, capables de focaliser sur les occasions et de développer des stratégies originales et compétitives, lesquelles sont toutes des composantes du comportement entrepreneurial (Gasse, 1996). Rabbior (1990) affirme la nécessité de plus d’activités d’apprentissage centrées sur la créativité et l’innovation, activités à travers lesquelles l’éducateur aide l’étudiant à faire émerger de nouvelles idées et à les explorer.

I.2.1.2 Les objectifs centrés sur le processus entrepreneurial

Cet objectif prend bien évidemment en compte le fait que la création d’entreprise est considérée comme un processus (Hernandez, 1995). « Nos connaissances et notre compréhension limitées de l’interaction entre l’apprentissage et le processus entrepreneuriat restent parmi les domaines les plus négligés de la recherche en entrepreneuriat » Deakins et Freel (1998)40. Dans leur ouvrage « entrepreneur et décision », Hernandez et Marco (2006) délivre un message qu’il faut éduquer le plus grand nombre de compétences à acquérir « un œil absolu » pour détecter à temps les opportunités et à exercer le sens de la décision. Ces auteurs trouvent que l’aide à la prise de décision est un angle d’attaque intéressant : « en apprenant aux jeunes générations à bien décider en toute connaissance de cause, on aidera certainement leur quête de nouveauté, leur sens du risque et leur volonté de renouveler l’existant sans retomber dans les ornières du passé ».

Bon nombre de chercheurs du domaine de l’entrepreneuriat considère l’opportunité au cœur du processus entrepreneurial. Corbet (2005) fait un lien entre le style d’apprentissage et l’identification de l’opportunité. Dans ce sens, l’enseignement de l’entrepreneuriat doit favoriser les facteurs influençant la capacité des individus à identifier des occasions d’affaires. Shook et al. (2003) s’inspirent des travaux de Learned (1992) et de Shane et Venkatraman (2000) pour représenter le processus de création d’une organisation en quatre étapes : (1) l’étape de l’intention, (2) de l’identification, (3) de l’exploration et (4) de l’exploitation de l’opportunité. Aouni et Surlemont (2007) réalisent une analyse synthétique des compétences cognitives proposée par Shook et al. (2003). A chaque étape du processus entrepreneurial, l’analyse présupposela nécessité de connaissances, attitudes et habilités différentes mais complémentaires. Les auteurs envisagent que « l’entrepreneur devra ainsi faire preuve, au fur et à mesure de son avancement dans le processus de création d’une activité, d’une capacité d’adaptation et d’acquisition de ces compétences complémentaires ». Ainsi, l’enseignement de l’entrepreneuriat doit s’intéresser au processus d’acquisition de ces compétences par les entrepreneurs.

I.2.1.3 Les objectifs centrés sur l’environnement

processus entrepreneurialLe développement de l’entrepreneuriat dans le système éducatif a un rôle primordial à jouer dans le développement d’un esprit et d’un environnement entrepreneurial (Verstraete, 1999), et pour que l’entrepreneuriat fait partie des intentions de carrière des étudiants.

En développant les compétences utiles pour la consultation et le suivi des petites entreprises, en répondant aux besoins spécifiques des propriétaires dirigeantes, l’environnement sera l’objectif de l’enseignement de l’entrepreneuriat. Le succès d’une formation en entrepreneuriat n’est pas la création d’entreprise seulement mais, par exemple, la formation des banquiers qui savent monter un business plan, peuvent répondre aux interrogations de l’entrepreneur. C’est l’approche exogène de la formation en entrepreneuriat, « une approche centrée sur l’externe, c’est-à-dire sur l’environnement du porteur de projet et du projet lui-même (….). Les actions de formation associées à cet approche relèvent essentiellement de conférences, de cours de type magistral, d’exposés, de cas pratiques ou encore de sensibilisation à l’entrepreneuriat. La formation à l’entrepreneuriat est vue comme une sommation de différents domaines » (Schmitt et Knoll, 2003).

La fonction principale de l’enseignement de l’entrepreneuriat quant au l’environnement permettra la diffusion de l’esprit d’entreprise et l’augmentation du taux de pérennité des jeunes entreprises. La promotion de l’esprit d’entreprendre auprès d’un public d’étudiants est tout d’abord une nécessité économique (Leger-Jarniou, 2001). L’enseignement de l’entrepreneuriat permet aux étudiants de développer des compétences entrepreneuriales tout en découvrant l’esprit entrepreneurial c’est-à-dire « cette volonté constante de prendre des initiatives et de s’organiser compte tenu des ressources disponibles pour atteindre des résultats constante (Gasse, 1982).

« L’enseignement de l’entrepreneuriat constitue donc un outil essentiel pour développer une culture entrepreneuriale dans un pays. Au-delà même du développement du goût d’entreprendre et de l’esprit d’entreprise, l’enseignement peut contribuer à l’amélioration de l’image de l’entrepreneuriat et de l’entreprise, et à mettre en valeur le rôle de l’entrepreneur dans la société » (Fayolle, 2007). Pour favoriser l’esprit d’entreprise, Santi (1994) élabore des conseils assortis de formules pédagogiques censées: centrer les cours sur les problèmes nouveaux, habituer les étudiants à penser en termes d’alternatives et de scénarios alternatifs, transmettre l’habitude de trouver de nouvelles solutions à des problèmes complexes et centrer les études des cas sur les entreprises déjà en incubation ou en réel démarrage.

La théorie des carrières et l’entrepreneuriat constituent deux domaines de recherches classiques ayant rarement faits l’objet de rapprochements, ce que regrette Dyer Gibb(1994)41 : « malgré la longue tradition de recherche dans les deux champs des carrières et de l’entrepreneuriat, la quasi- totalité de ce travail a été faite en parallèle. Peu a été fait en utilisant la théorie des deux champs pour construire une large théorie des carrières entrepreneuriale». La thématique de la carrière entrepreneuriale commence à susciter de l’intérêt auprès d’un nombre croissant de chercheurs (Audet, 2001; Gasse et D’Amours, 2000; L’Heureux, 1994, 2000; L’Heureux, Gingras, Dupont, 1994; Filion et al., 2002). Cependant, la plupart des gens, même les entrepreneurs, ne considèrent pas l’entrepreneuriat comme une carrière professionnelle (Hisrich, 1989). Pour cela, l’enseignement de l’entrepreneuriat doit prendre en compte la théorie des carrières entrepreneuriales comme résultats. Il s’agit de montrer aux jeunes qu’être entrepreneur est une carrière possible (Filion, 1997). Cette carrière entrepreneuriale devient de plus en plus plausible en raison des changements profonds qui marquent l’emploi (Filion, 2002).

Nous présentons ci-dessous les trois objectifs de la formation en entrepreneuriat.

Figure 30. Les objectifs de la formation en entrepreneuriat
Les objectifs de la formation en entrepreneuriat

Nous nous intéressons à l’éducation entrepreneuriale, essentiellement la formation et la sensibilisation à l’entrepreneuriat qui visent au moins deux buts. Le premier est entrepreneurial puisqu’il y a formation autour des concepts de l’entrepreneuriat. Le second correspond à l’insertion sociale de l’étudiant dans la mesure où ce but cherche à répandre l’esprit d’entreprise et de socialiser l’étudiant à l’entrepreneuriat pour réussir à exercer une activité entrepreneuriale et d’en tirer un revenu suffisant afin de prendre une place importante dans la société. Donc les objectifs sont plutôt centrés sur l’individu et sur le processus entrepreneurial qui auront une incidence sur l’environnement.

Lire le mémoire complet ==> (L’intention entrepreneuriale des étudiantes )
Thèse de Doctorat ès Nouveau Régime Sciences de Gestion de l’Université de NANCY 2
Institut D’administration Des Entreprises