Evaluation de l’adoption des outils technologiques du e-learning

By 9 January 2013

2. Evaluation de la facilité d’adoption des outils technologiques du e-learning

Dans la littérature en système d’information et management, des questionnaires permettent de mesurer la satisfaction de l’utilisateur. Une synthèse réalisée par Keinonen (1998) a permis de recenser des outils de mesures subjectives de l’utilisation dont les deux principaux sont : le modèle TAM et le Modèle SUMI. Ces modèles proposent des dimensions de mesure de l’attitude d’acceptation de la technologie par l’utilisateur. Cette approche rejoint les analyses menées en marketing sur les TIC et les relations de services (Bancel-Charensol & al., 1999; Bouillon et Omrane, 2005). La performance du processus de qualité est liée à l’attitude et aux compétences de l’utilisateur dans l’usage des TIC. Sa volonté d’accepter et de s’approprier les nouvelles technologies aura une influence sur cet usage (Bouillon et Omrane, 2005).

2.1. Perception de la facilité d’utilisation de l’outil technologique du e-learning

Le modèle TAM (Technology Acceptance Model) permet de mesurer l’attitude d’acceptation de la technologie par l’utilisateur. Le modèle TAM étudie l’adoption en termes de facilité d’utilisation perçue et d’utilité perçue sur la base des intentions de comportement et des croyances relatives au système (Van Akkeren & Harker, 2002). Son objectif est de fournir une explication des déterminants de l’acceptation. Selon le TAM, la Perception de l’Utilité (PU) et la Perception de la Facilité d’Utilisation (PFU) sont les déterminants de l’attitude envers l’utilisation (Davis & al.; 1989). L’Utilité Perçue est définie comme « le degré auquel une personne croit que l’utilisation d’un système particulier pourrait améliorer sa performance au travail ». La Facilité d’Utilisation Perçue est définie comme « le degré auquel une personne croit que l’utilisation d’un système particulier sera exempte d’efforts » (Davis, 1989). L’intérêt du TAM est qu’il permet de séparer les croyances des attitudes et de l’affect.

Figure 11 : Modèle TAM
Modèle TAM

Le modèle SUMI (Sofware Usability Measurement Inventory) comme le modèle TAM permet d’effectuer une enquête sur l’utilisabilité et de mesurer les perceptions et les sentiments d’un type utilisateur de produit (Porteous &. Al., 1993). L’échelle de mesure utilisée par le SUMI comporte cinq dimensions : l’affect, l’efficacité, l’utilité, le contrôle, la capacité d’apprentissage. Chacune de ces dimensions est constituée de 10 items. La dimension « affect » mesure le sentiment positif ou négatif de l’utilisateur à la suite d’une interaction. La dimension « efficacité » est une mesure de la perception de l’efficacité temporelle et de la charge mentale de travail occasionnée par l’interaction. L’ « utilité » réfère à la qualité perçue des messages fournis par le système. Le « contrôle » traite de la réponse donnée par le produit aux actions de l’utilisateur. La « capacité d’apprentissage » renvoie à l’effort perçu d’apprentissage, la capacité de mémorisation et la qualité de la documentation.

2.2. Adaptation du modèle de perception de la facilité d’utilisation au site web

Le WAMMI (Web Site Analysis MeasureMent Invetory) utilisé par Lindgaard et Dudek (2003) est également un outil de mesure qui permet d’étudier la satisfaction de l’utilisateur pour un site web. Il est composé de cinq dimensions que sont : l’attractivité, le contrôle, l’efficacité, l’utilité, et la capacité d’apprentissage.

Ces modèles d’acceptation de la technologie s’inscrivent dans une approche d’évaluation faite par les utilisateurs. Cette démarche qui s’inscrit dans le cadre des approches dites « subjectives » diffère des approches dites « objectives » qui sont réalisées par les experts.

Lire le mémoire complet ==> (La mesure de la qualité perçue d’un dispositif de e-learning)
Thèse pour l’obtention du Doctorat Nouveau Régime ès Sciences de Gestion
Université NANCY 2 – Institut D’administration Des Entreprises