L’enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes

By 1 November 2012

L’enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes – Chapitre VI :

Les deux seules enquêtes canadiennes récentes ayant des micro-données d’obésité mesurées réalisées sur un échantillon national représentatif et contenant un nombre suffisant de variables pertinentes sont l’ESCC et l’ÉLDEQ. Ces deux enquêtes sont transversales. Nous avons décidé de ne pas utiliser l’ÉLDEQ (l’Étude Longitudinale du Développement des Enfants du Québec), car le volet nutrition (traitant de l’obésité) bien que détaillé incluait seulement les enfants de 4 ans sur une seule année. De plus, les données étaient exclusivement québécoises ce qui empêchait toute comparaison avec d’autres provinces. Nous avons donc choisi l’ESCC qui est l’Enquête sur la Santé dans les Collectivités Canadiennes.

L’ESCC, un projet mis en branle en 2000, visait avant tout à recueillir des informations sur les déterminants de la santé, l’état de santé et l’utilisation du système de santé à l’échelle de la population. Cette série d’enquêtes résulte d’une collaboration entre Santé Canada, Statistique Canada et l’Institut Canadien d’information sur la santé (ICIS). L’ESCC comporte deux cycles de collectes des données qui s’échelonnent sur deux ans; elle renferme deux types d’enquêtes :
– Une enquête globale sur la santé est menée lors de la première année du cycle (cycles 1.1, 2.1, …) auprès d’un échantillon d’environ 130 000 Canadiens et Canadiennes.
– Au cours de la deuxième année du cycle (cycles 1.2, 2.2, …), une enquête sur un sujet précis est menée auprès d’un échantillon d’environ 35 000 Canadiens et Canadiennes afin de recueillir des informations à l’échelon provincial. (http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/surveill/nutrition/commun /index-fra.php)

Le cycle que nous avons choisi est celui de l’ESCC Cycle 2.2, réalisée en 2004 qui se consacre particulièrement au volet nutrition. Cette enquête transversale par échantillon nous est apparue comme la plus appropriée pour notre mémoire.
Cette enquête cible les répondants de tous les groupes d’âge vivant dans un logement privé occupé dans les dix provinces canadiennes. Les résidents des trois territoires, les personnes qui vivent dans des réserves indiennes ou sur des terres de la Couronne, les pensionnaires d’un établissement, les membres à temps plein des Forces canadiennes et les résidents de certaines régions éloignées ont été exclus de la base de sondage. (http://www.statcan.gc.ca/cgi-bin/imdb/p2SV_f.pl?Function=getSurvey&SDDS =5049&lang = fr&db=imdb &adm=8 &dis=2)

Selon Statistique Canada (2005), l’enquête se divise en deux volets distincts, mais complémentaires. En premier lieu, le volet général sur la santé globale qui permet de recueillir de l’information sur le répondant, que ce soit l’IMC mesuré, les caractéristiques sociodémographiques, les activités physiques, le tabagisme ou les problèmes de santé chroniques entre autres. Et en deuxième lieu, le rappel alimentaire de 24 heures fournissant de l’information sur les aliments et boissons consommés au cours de la période de 24 heures, de minuit à minuit, le jour précédent l’entrevue.

Les objectifs spécifiques de l’ESCC 2.2 sont les suivants :
1) Estimer la distribution des apports alimentaires habituels en termes d’aliments, de groupes alimentaires, d’habitudes alimentaires, de nutriments et de suppléments alimentaires à partir d’un échantillon représentatif de la population canadienne aux échelons national et provincial
2) Recueillir des données relatives à la taille et au poids mesurés afin de pouvoir calculer l’indice de masse corporelle (IMC).
3) Évaluer la prévalence de l’insécurité alimentaire des ménages chez divers groupe de la population canadienne.
4) Recueillir des données relatives à certains états de santé, à l’activité physique et aux caractéristiques socio-économiques et démographiques des répondants. (http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/surveill/nutrition/commun/cchs/focus-volet_escc-fra.php)

Le besoin d’une mise à jour des données sur la santé des Canadiens et Canadiennes était indispensable. En effet, selon Shields (2005) il s’agit de la première enquête fournissant des données nationales sur la nutrition depuis l’Enquête Nutrition Canada menée en 1978.

Au Canada, l’utilisation principale de ces données est la surveillance de la santé, comme la prévalence des maladies et autres formes de recherche en santé. Les données sont utilisées de manière intensive par la communauté des chercheurs et autres professionnels de la santé. Les ministères fédéraux et provinciaux de la santé et des ressources humaines, les organismes de services sociaux et autres agences gouvernementales utilisent l’information recueillie des répondants afin de planifier, mettre en œuvre et évaluer des programmes pour améliorer la santé des Canadiens et l’efficacité des services de santé. Les organisations à but non lucratif et les chercheurs du milieu académique utilisent l’information afin de faire avancer la recherche et améliorer la santé. Les médias utilisent les résultats des enquêtes afin de sensibiliser la population aux questions relatives à la santé qui concernent tous les Canadiens. (http://www.statcan.gc.ca/cgi-bin/imdb/p2SV_f.pl?Function=getSurvey&SDD S=5049&lang = fr&db=imdb&adm=8&dis=2)

6.1 Procédures de collecte de données

Il s’agit d’une enquête à participation volontaire où les données sont obtenues directement auprès des répondants. La collecte des données, qui a débuté en janvier 2004, a couvert l’année complète du calendrier de 2004 afin d’éliminer les effets éventuels de la saisonnalité et pour répartir la charge de travail des intervieweurs sur le terrain. L’interview durait en moyenne 60 minutes, y compris le rappel alimentaire de 24 heures (30 minutes). La majorité des interviews ont été réalisées sur place par la méthode de l’interview assistée par ordinateur. Tous les répondants de 12 ans et plus ont fourni leurs propres renseignements. Dans le cas des enfants de 6 à 11 ans, l’interview a été menée avec l’aide du parent, de manière à garantir, dans la mesure du possible, que les détails sur les aliments consommés en l’absence du parent soient recueillis. Dans le cas des enfants de moins de 6 ans, seuls les parents ont fourni les renseignements. Dans ces groupes d’âge, croit-on, les parents exercent beaucoup plus de contrôle sur ce que leurs enfants mangent. Lorsque les parents ne pouvaient fournir les détails, par exemple dans le cas de repas pris à la garderie, on demandait aux parents de communiquer avec les personnes responsables pour fournir le plus de détails possible. Tout a été mis en place pour éviter les erreurs, car la vérification des données a été exécutée en grande partie par l’application d’interview assistée par ordinateur (IAO) durant la collecte des données. En général, il était impossible que les intervieweurs saisissent des valeurs situées en dehors de la fourchette permise et qu’ils commettent des erreurs d’enchaînement, car ceux-ci étaient contrôlés par le système programmé de sauts de question (commandes «passez à»). Par exemple, l’IAO faisait en sorte que dans le volet général sur la santé, toute question ne s’appliquant qu’aux enfants, ne soit pas posée à des adultes. Si certains types de déclarations étaient incohérentes ou inhabituelles, après la collecte de données, des vérifications élaborées ont été effectuées au Bureau central et en général, on a corrigé les incohérences en attribuant la valeur «Non déclaré» à la ou les variables en cause. (http://www.statcan.gc.ca/cgibin/imdb/p2SVf.pl?Function=getSurvey&SDDS=5049&l ang=fr&db=imdb&adm=8&dis=2)

Lire le mémoire complet ==> (Les déterminants de l’obésité et du surpoids chez les jeunes au canada)
Mémoire présenté comme exigence partielle de la maîtrise en économique
Université Du Québec À Montréal

Sommaire :