Entretenir son corps et son esprit, face aux signes de vieillissement

By 18 November 2012

2.3. Entretenir son corps et son esprit

2.3.1. Des pratiques de bien être

Face à l’arrivée des premiers signes physiques de vieillissement comme les douleurs, la prise de poids ou la fatigue, certains enquêtés adoptent des pratiques d’entretien du corps. Des pratiques de bien-être font alors leur apparition, comme les massages ou les séjours en thalasso thérapie. Celles-ci ne s’intègrent pas dans des pratiques ritualisées et quotidienne, telles l’utilisation de crèmes. Elles sont avant tout intégrées dans un modèle d’hygiène de vie :

« Je ne prends pas de crèmes. Comme j’allais beaucoup dans les pays nordiques à une époque, qui on une hygiène de vie bien supérieure à la nôtre, ce qui était important c’était tout ce qui est soins par eau, massage, balnéo, thalasso. Ca c’est important et avec ma femme on en fait tous les deux ans. Ce qui est plus important pour moi c’est aller aux sports d’hiver parce que quand on redescend après on est bien. C’est pas lié à des produits spécifiques, c’est plus lié à une hygiène de vie à travers tout ce qui est à base d’eau, massages. »
(Jean, H, 58 ans, professeur de sport)

Cette évolution des pratiques de bien-être correspond à une prise de conscience de par les effets du vieillissement de l’importance de prendre soin de son corps. Les massages et soins de bien-être ne sont plus considérés comme des pratiques superficielles. C’est alors un autre regard sur le corps qui se pose avec l’avancée en âge. L’attention vouée au corps est d’abord une lutte contre son vieillissement, un effort pour se mettre hors du temps. Mais cette attention relève également d’une mise en avant du corps qui est un des piliers de l’identité. L’arrivée des premiers signes de vieillissement amène donc l’individu à faire du corps un élément central de soi, parce que justement la transformation de ce dernier n’est pas souhaitée mais subie. Maîtriser son corps à travers des pratiques d’entretien, de bien-être et une alimentation adaptée permet alors de maîtriser en partie le poids du vieillissement :

« On utilise des huiles essentielles depuis peu, et des huiles de massage. Maintenant on prend le temps de se faire plaisir avec des massages, et je trouve que c’est chouette. C’est agréable les soins du corps. C’est une chose sur lesquels on passait beaucoup plus dans le temps parce que on croyait que c’était superficiel. Mais c’est génial ! Et maintenant on les mets en avant. Moi j’apprécie beaucoup tous les massages, ou les cures, la balnéo. » (Anne, F, 58 ans, institutrice en préretraite)

2.3.2. Des pratiques d’entraînement cérébral

Face à l’arrivée des signes psychiques de vieillissement comme une capacité mémorielle amoindrie, certains enquêtés adoptent des pratiques d’entraînement cérébral. Celles-ci sont pour les individus un moyen d’entraîner la mémoire afin de contrer les effets du vieillissement :

« On essaye de faire des exercices qui nous permettent de tester la mémoire. Et souvent je me fais des tests, et je pense effectivement qu’on perd quelques capacités de mémorisation. […] Souvent je regarde une plaque quand je conduis, et puis après je me dis c’était quoi le numéro. Je fais des trucs comme ça. Le sudoku ou le scrabble aussi ça garde en forme. Ne serait-ce que pour avoir à garder les mots en mémoire, les significations, l’orthographe. C’est curieux, mais il y a des mots qu’on a l’habitude d’écrire de manière courante et quelquefois on a un doute. J’essaye surtout d’avoir à faire encore tourner la mémoire. » (Laurent, H, 54 ans, capitaine de police)

Les stratégies mises en place face aux effets du vieillissement sont finalement des stratégies permettant avant tout à l’individu d’avoir l’impression de maîtriser son corps et les effets du vieillissement. Les effets du vieillissement relèvent également de l’ordre de la santé. Ainsi le processus de vieillissement renforce-t-il le souci des individus pour leur santé ?

Lire le mémoire complet ==> (Les 45-60 ans : âges de transition)
Master 2, Magistère de sciences sociales appliquées à l’interculturel
Université Paris Descartes, Faculté des Sciences Humaines et Sociales Sorbonne