Le marché des cosmétiques en quelques chiffres

By 29 October 2012

B. Le marché des cosmétiques en quelques chiffres

1. Le poids de l’industrie des cosmétiques

L’industrie des cosmétiques est évaluée à près de 237 milliards d’euros avec, comme marché numéro un l’Europe avec environ 63 milliards d’euros.

En 2008, le marché mondial des parfums et cosmétiques s’est élevé selon Euromonitor International, à 333,5 milliards de dollars USD.

Le marché des produits cosmétiques est traditionnellement segmenté en cinq catégories de produits :
– les soins de la peau parmi lesquels on distingue les soins du corps, du visage, les produits anti-âge, les produits minceur, les soins solaires
– les soins des cheveux avec les produits pour cheveux et la coloration
– l’hygiène-toilette avec les bains et douches, les soins buccodentaires, les déodorants, l’hygiène intime et l’épilation
– le maquillage des yeux, lèvres, ongles et visage
– les parfums

Selon l’étude statistique réalisée en 2008 par la Fédération Européenne des Industries Cosmétiques (cosmeticseurope.eu), la COLIPA1, les parts de marché par segments de produits sont les suivantes :

– Maquillage : 10%
– Hygiène et toilette : 19%
– Parfums : 18%
– Produits capillaires : 24%
– Soin pour la peau : 29%

1 Colipa Statistics, 2008 http://www.colipa.eu/publications-colipa-the-european-cosmetic-cosmetics-association/statistics-.html?view=item&id=71

* Les canaux de distribution du marché

Les différents acteurs du marché des cosmétiques utilisent quatre canaux de distribution pour leurs produits. À chaque circuit de diffusion correspond une stratégie commerciale et marketing adaptée.

L’un des principaux circuits de distribution est la grande distribution (GMS ou « food »). Il représente 55% du marché avec une forte diversité de l’offre au sein des multiples hypermarchés, supermarchés, supérettes et magasins populaires. Les grandes surfaces alimentaires (GSA) possèdent une part de marché de 22% mais représentent néanmoins le premier circuit de distribution de cosmétiques avec 27% des ventes.

Ci-dessous figurent les parts de marché respectives des différents acteurs de l’industrie cosmétique au sein de la grande distribution.

Part de marché chiffre d’affaires des fabricants en hypermarchés et super marchés dans le secteur de l’hygiène-beauté en 2009
Part de marché chiffre d’affaires des fabricants en hypermarchés et super marchés dans le secteur de l’hygiène-beauté en 2009
Source : IRI France

La distribution sélective constitue le deuxième circuit de distribution cosmétique constituant 23% des ventes en volume mais 44% en valeur. Elle est constituée des parfumeries indépendantes, des grands magasins tels que les Galeries Lafayette, des instituts de beauté et des chaînes de parfumerie comme Marionnaud ou encore Nocibé qui représentent un second canal de distribution généralement rattaché au circuit de la grande distribution au sein des entreprises en proposant, toutefois, une offre plus complète.

Le troisième circuit est la pharmacie et parapharmacie avec 10% des parts de marché mais recrute l’essentiel de ses consommateurs sur une attente basée sur le conseil et la prescription.

Enfin, la vente directe englobe la Vente par correspondance (VPC) avec, par exemple, le club des créateurs de beauté et la vente via internet avec des acteurs tels que ventesprivées.com ou aufeminin.com. La concurrence s’intensifie et se diversifie sur le web. Des enseignes de parfumeries sélectives (Séphora, Marionnaud, Nocibé…) et un nombre croissant de marques-enseignes haut de gamme (Clarins, Lancôme, Annick Goutal, Serge Lutens…) sont présents dans le commerce en ligne au côté des véadistes traditionnels comme Yves Rocher, de quelques grandes surfaces alimentaires (Auchan, Carrefour…) et de nombreux pure players low-price tels que eyeslipsface.fr ou beauteprivee.fr.

Ce type de vente représente 8% des parts de marché et s’appuie sur une clientèle d’initiés et sur une clientèle fidèle aux marques. Les ventes via ce circuit se développent rapidement et l’on peut citer à titre d’exemple, les ventes en ligne d’Estée Lauder qui ont progressé de 40% en 2008.

Structure des ventes de parfums et cosmétiques par circuits de distribution

Poids du rayon hygiène-beauté dans les ventes totales Poids sur le marché des parfums et cosmétiques Tendances d’évolution de la part de marché sur le moyen terme
Parfumeries sélectives 100% 44%
Grandes surfacesalimentaires <5% 22%
Marques enseigneset véadistes traditionnels 100% 15%
Pharmacies <5% 14%
Parapharmacies 65% 5%
TOTAL 100%

Unité : part en % du marché en valeur

Source : Precepta, données 2007

* Les stratégies de distribution

Au niveau des marques, le choix des canaux de distribution est essentiellement conditionné par le positionnement prix et l’image (spécialiste, sélective, professionnelle, mass market…).
En raison de leur large portefeuille de marques, les groupes sont généralement présents sur différents circuits de distribution.

Voici un schéma synthétisant les modèles de distribution des acteurs de la beauté.

Les groupes ayant une distribution multicanal Les spécialistes de la grande distribution Les spécialistes de la distribution sélective Les spécialistes de la vente à distance et de la vente directe Les spécialistes de l’officine Les marques enseignes
Beiersdorf Coty Johnson & Johnson Kao L’Oréal Puig Procter & Gamble Revlon Shiseido Colgate- Palmolive Henkel Sara lee Unilever Clarins Estée Lauder Institut Esthederm InterParfumsLVMH AmwayCorporationAvon Groupe Yves RocherMary Kay Natura Cosmeticos Nipon Ménard Nu Skin Entreprises Oriflamme Tupperware Vorwek CaudalieNuxe Pierre Fabre Weleda Alliance Boots Limited brands L’Occitane O Boticario Yves Rocher

Source : Eurostaf, Le marché mondial des parfums et cosmétiques, Paris, Perspectives stratégiques et financières, vol 1- Analyses et conclusions, 2009, p. 14

* Un marché atomisé en voie de concentration

Le marché mondial des parfums et cosmétiques est relativement peu concentré puisque les 68 premières entreprises concentrent 75% du marché mondial total (ventes au détail) en 2008 selon Euromonitor International. Ainsi, le marché reste très atomisé du fait d’une multitude de PME et de petites entreprises positionnées sur des marchés de niche, tels que la cosmétique bio. Toutefois, l’analyse des parts de marché au niveau des 60 premières entreprises mondiales (réalisant un chiffre d’affaires de plus de 200 milliards d’euros) montre une concentration forte si l’on considère le haut du classement. Les principaux acteurs du marché mondial des parfums et cosmétiques et l’évolution de leurs parts de marché en 2008 est disponible en annexe.

Lire le mémoire complet ==> (Optimisation stratégique des prévisions de ventes au sein du secteur des cosmétiques)
Mémoire de fin d’études – Spécialité Logistique
Université Paris 1 Magalie CHICHE Panthéon-Sorbonne