La Gestion des Applications inscrit dans le mode projet

By 14 September 2012

3 La Gestion des Applications inscrit dans le mode projet
La Gestion des Applications (GdA) veut répondre à une préoccupation de capitalisation inter-projets.

3.1 Définition de la GdA

Au sein de cette organisation, il est difficile de maintenir une cohérence fonctionnelle sur l’ensemble du système d’information sans un garant qui en assure le bon fonctionnement.

Une des missions de la Gestion des Applications est de garantir le maintien de la cohérence fonctionnelle du SI et de son évolutivité en :
* maîtrisant les connaissances fonctionnelles sur les Systèmes d’information
* définissant les solutions fonctionnelles des projets en collaboration avec les urbanistes
* assurant un support fonctionnel aux projets.

Voici la définition et les caractéristiques qu’attribue Groupama Systèmes d’Information à la Gestion des Applications

Définition

* La Gestion des Applications est la structure en charge de garantir la pérennité du patrimoine applicatif en assurant le maintien de la cohérence fonctionnelle des systèmes d’information et leur évolutivité,

* Ce rôle conduit la Gestion des Applications à intervenir :
– Soit directement sur le patrimoine applicatif,
– Soit indirectement vis-à-vis des acteurs susceptibles d’impacter ce patrimoine applicatif.

* Elle comprend une activité de deux natures :
– Une activité de type « pilotage » pour assurer la qualité et le respect des conditions de pérennité du patrimoine applicatif,
– Une activité de support fonctionnel pour garantir le respect des enjeux métiers.

Caractéristiques
* Structure légère : deux à trois ressources permanentes par domaines,
* De taille variable selon l’activité courante.

La Gestion des Applications intervient donc soit indirectement vis-à-vis des acteurs susceptibles d’impacter le patrimoine applicatif, soit directement sur le patrimoine applicatif dans le cas de la maintenance à chaud.

3.2 Structure de la Gestion des Applications

La gestion des Applications comprend deux pôles :
– Le pôle maintenance en charge des activités de maintenance à chaud,
– Le pôle bureau d’études en charge de l’ensemble des travaux visant à assurer la cohérence du SI et la pérennité du patrimoine applicatif.

Notre étude se concentrera que sur le deuxième pôle.

Structure de la Gestion des Applications
Figure 21 : Structure de la Gestion des Applications

3.3 États des lieux

Un constat général a été fait sur la documentation applicative concernant l’ensemble du système d’information du Gan et plus précisément du domaine collectives : « il existe une documentation applicative mais inexploitable ». D’abord, cette « inexploitabilité » va nécessiter de faire de la retro documentation, et ensuite de créer un minimum de document qui réponde aux besoins des projets (MOE, MOA, etc…). Prenons l’exemple d’une personne qui a travaillé sur un projet, après la fin de celui-ci, elle serait incapable de trouver directement le dossier recherché, bien sûr dans le cas où il aurait été crée et conservé. En effet, la documentation se trouve sur un disque partagé, à chaque instant tous les acteurs sont en mesure de créer ou supprimer des fichiers, et ils peuvent également créer le même document à différent endroit (problème de versionning).

En résumé, voici l’état des lieux fait par la GdA :
– Documentation Applicative existante mais inexploitable
– Référentiels de tests inexistants
– Difficulté d’identification des compétences des ressources
– Absence de ressources apte à orienter les choix architecture
– Nécessité de faire adhérer sur les enjeux de la Gestion des Applications

3.4 Objectifs et missions de la Gestion des Applications

3.4.1 Objectifs :

Les principaux objectifs de GdA sont :
– Disposer d’une documentation applicative apte à permettre une bonne instruction des projets,
– Disposer de procédures industrialisées de tests.

3.4.2 Missions :

Industrialiser et piloter les procédures de documentation applicative et cartographie fonctionnelle et physique des composants et données consiste à :
– Capitaliser les cahiers des charges et les livrables produits par les projets selon une décomposition « Système Applicatif » (SA),
– Constituer et entretenir les dossiers applicatifs de synthèse décrivant les fonctionnalités des SA,
– Vérifier que les projets documentent correctement les spécifications des évolutions.

Gestion des ApplicationsIndustrialiser et piloter les procédures d ’entretien des référentiels de tests applicatifs :
– Vérifier que les projets documentent correctement les tests des évolutions,
– Capitaliser / documenter les tests de référence des SA (à minima : les stratégies de test, les plans et scénarios types permettant de dérouler les fonctions ou actes de gestion du système applicatif),
– Capitaliser / réaliser et entretenir les plans de TNR standards des SA.

3.5 Typologie des charges GdA

3.5.1 Investissement

La charge d’investissement concerne les travaux de lancement de la Gestion des Applications par domaine, par exemples la constitution de la cartographie des compétences, création de base pour les référentiels de tests, rétro documentation, outillage et fiches de recette…

3.5.2 Récurrent

Les charges récurrentes concernent le fonctionnement de la Gestion des Applications par domaine, ceci peut-être illustré par la participation à la macro-planification, coordination, pilotage…

3.5.3 Imputable aux projets :

Les charges imputables aux projets sont identifiées comme incombant aux projets ou contribution imputable aux projets (exemples : support fonctionnel, entretien des référentiels documentaires et de tests…).

Imputation des charges GdA
Imputation des charges GdA

Lire le mémoire complet ==> (Choc démographique : Knowledge Management ou bug 2010 ?)
Mémoire de D.E.S.S. Systèmes d’Information Et De Connaissance En Apprentissage
Université PARIS I – Panthéon Sorbonne – Institut d’Administration Des Entreprises