Investigation de l’identité sous une approche anthropologique

By 17 July 2012

L’exploration de la culture professionnelle du tourisme sportif – Chapitre 3:

Les ressources anthropologiques mises en œuvre dans l’ouvrage sont rassemblées dans ce chapitre à dominante théorique. Le constat de sous développement de l’offre du tourisme sportif engage une investigation théorique et technique de l’anthropologie culturelle inscrite dans une logique constructiviste. Elles se présentent sous la forme d’un ensemble de concepts qui met en lumière le caractère très particulier de la dynamique culturelle des acteurs au sein de l’organisation. Un panorama conceptuel explore les processus d’adaptation culturelle de l’homme et éclaire les processus identitaires se déroulant au sein des organisations au travers de la bibliographie managériale.

1.3 Le recours aux concepts de l’anthropologie culturelle

Nos propos se penchent sur l’étude de la culture et de l’identité et s’approchent des concepts anthropologiques pour orienter notre réflexion vers « l’étude des processus dynamiques de nature à modifier le destinataire, dans son comportement ou dans sa structure » (Lamiezt & Silem, 1997, page 141). Souvent méconnue du public, elle propose une démarche et des méthodes originales qui lui permettent d’aborder les sociétés humaines contemporaines. Entre autre, son objet englobe la culture au sens d’un « Ensemble des structures sociales et des manifestations artistiques, religieuses, intellectuelles métabolisées par les individus et qui définissent leur appartenance à une société identifiée par ces traits mêmes qui la distingue d’une autre » (Mead & Enriot, 1997, page 170). Cette recherche porte sur l’étude des groupes humains dans le temps et dans l’espace sous l’angle des ressemblances et des différences qui les caractérisent. Son objectif rend compte et explique l’unité et la diversité des groupes humains dans l’organisation et plus spécifiquement dans celles du tourisme sportif.

Le texte s’engage dans une réflexion préalable des apports des travaux qui se préoccupent des interactions entre les différentes composantes de l’être humain. Il est communément admis de concevoir l’espèce humaine dans son évolution comme un continuum biologique et social qui intéresse toutes les populations humaines qui habitent notre planète. L’évolution de la culture occupe une place centrale dans les propos des anthropologues. Chaque individu est considéré comme un membre d’un groupe culturel. Dans ce cas, les individus et le groupe culturel représenté par l’organisation de tourisme sportif, constituent l’objet d’étude spécifique. La recherche s’intéresse essentiellement à la variabilité culturelle de notre espèce plus qu’à sa variabilité biologique ; ces deux grands axes de recherche se subdivisant dans le temps et dans l’espace. La recherche s’intéresse à la dimension culturelle construite par les groupes et les individus qui se trouvent dans un espace social (l’entreprise) et dans une période de temps (le travail).

Au cours des décennies, les chercheurs développent différents domaines d’investigation traitant de la culture, chacun étant concerné par un aspect particulier. Cependant, toutes les approches s’accordent sur la particularité que si la culture s’oppose à la nature, elle s’appréhende essentiellement dans « ce qui définit l’appartenance à une société identifiée par les traits qui la distingue d’une autre. Elle structure les comportements et détermine ainsi l’évolution de la société » (Lamizet & Silem, 1997, page 170). Ce constat dote l’humain d’une double dimension. La dimension biologique nous renvoie à son appartenance au monde animal. La dimension culturelle fait référence à son aspect spécifiquement humain.

1.3.1 L’investigation de l’identité sous une approche anthropologique.

Force est de constater que le premier phénomène identitaire est celui de la similitude physique, renvoyant au si controversé concept de races (Blumenach, 1795). Au cours du temps, différentes formes d’êtres humains apparaissent, vivent ensemble, chacune explorant différents axes adaptatifs. L’homme contemporain est l’héritier de cette histoire foisonnante, le résultat des réussites et des échecs. L’espèce humaine a bien évidemment évolué comme toutes les autres espèces vivantes soumises aux mêmes mécanismes naturels. Elle connaît une évolution biologique et la place qu’occupent aujourd’hui les humains dans l’ensemble du monde vivant a été préparée par des milliers de générations au cours desquelles les lois de l’évolution ont façonné ses ancêtres. Logiquement, l’étude des corps humains visait à classer les hommes en races d’après leurs caractères physiques, la forme, les dimensions, les proportions des différentes parties du corps et de la tête, la couleur et l’aspect de la peau et des cheveux. Tout être humain hérite d’un patrimoine biologique et son influence dans la pratique sportive reste indéniable. Pour étudier l’aspect biologique des êtres humains, les scientifiques se réfèrent à deux concepts de base : celui d’espèce et celui d’évolution.

– L’espèce désigne l’ensemble des individus susceptibles de procréer entre eux des descendants féconds dans des conditions naturelles. Aujourd’hui, chaque espèce vivante porte un nom qui lui vient du système suédois de classification (Linné, 1753). Le nom d’une espèce est constitué de deux mots latins : le premier désigne le genre et débute par une majuscule, le second désigne l’espèce et débute par une minuscule. Tous les êtres humains font partie de l’espèce Homo sapiens. La particularité de l’espèce humaine, c’est qu’elle regroupe un ensemble d’individus qui habitent le même milieu et dont le code génétique est suffisamment semblable pour laisser une descendance féconde. (Par opposition, l’âne et le cheval peuvent se reproduire ensemble, mais leur descendance, le mulet, est stérile et on les classe en deux espèces distinctes). Pour d’autres espèces, la descendance est féconde, mais le milieu habité n’est pas le même ; elles portent alors chacune leur propre nom. (C’est le cas du lion et du tigre qui peuvent se reproduire entre eux en captivité mais qui habitent des continents différents). Cette seconde classification n’est plus pertinente pour l’espèce humaine qui voyage et colonise l’ensemble des espaces géographiquement viables.

– Le concept de l’évolution s’intéresse également à la variabilité biologique. Dans son sens biologique le plus large, l’évolution signifie que les différentes formes de vie animale et végétale subissent des changements au cours du temps pour aboutir aux formes actuelles qui évoluent toujours. S’il est aujourd’hui reconnu que le vivant est en constante évolution, il n’est pas nécessairement en progrès et ne se dirige pas dans une direction précise. Le terme d’évolution n’est pas synonyme de progrès. Depuis le XVIII° siècle, plusieurs chercheurs mettent en lumière que le vivant, loin d’être immuable, se transforme continuellement (Buffon & Lamarck, 1809). La découverte de la sélection naturelle comme l’un des mécanismes les plus importants de l’évolution bouleversa les connaissances (Darwin, 1859). Selon cette théorie, certains individus possèdent des variations génétiques favorables qui leur permettent de laisser plus de descendants. Au fil des générations, ces caractéristiques sont plus fréquentes parmi les membres de cette espèce. Il s’effectue une sélection d’une génération à l’autre. Par voie de conséquence, l’évolution de la lignée humaine a entraîné le développement de caractéristiques qui la distinguent des autres espèces animales. Si les êtres humains possèdent un ensemble de caractéristiques biologiques et génétiques communes qui en font une espèce unique, cette dernière se caractérise par sa grande variabilité anatomique. Les êtres humains sont dotés de peaux et d’yeux de couleurs différentes, de tailles et d’ossatures variées et de divers groupes sanguins. La discipline traite essentiellement de la variabilité biologique de l’espèce humaine au travers de deux champs dont la paléanthropologie, qui étudie l’histoire évolutive de l’espèce humaine et l’anthropologie biologique du vivant qui s’intéresse à l’espèce humaine actuelle. Chacun de ces secteurs englobe différentes spécialités, telle que la primatologie.

Si la primatologie s’éloigne des préoccupations centrales de l’identité du tourisme sportif ; elle s’en rapproche par l’analogie que développent certains auteurs entre les facteurs conjoncturels qui pèsent sur l’organisation et les inter-actions entre le milieu naturel et une espèce animale (l’homme) qui s’y adapte (Muzard, 1997). Des réponses fait partielles apparaissent au travers de cette discipline connexe pour donner une explication originale des inter-actions entre l’homme, son entreprise et le milieu économique environnant.

La diversité des formes humaines ne concerne pas uniquement l’anatomie et la physiologie des individus. Elle affecte très profondément le comportement culturel. L’évolution accorde aux hommes une fonction d’agents évolutifs dans les territoires qu’ils occupent et l’histoire de l’évolution de l’espèce humaine se caractérise notamment par la spécialisation d’un organe : le cerveau. Il permet de percevoir, de comprendre, de communiquer et surtout d’apprendre. De cette évolution essentiellement biologique, émerge des capacités d’apprentissage et le transfert de connaissances entre les générations construit l’héritage culturel. Chez l’humain, la part de l’apprentissage dans la régulation des comportements atteint des proportions inégalées chez aucune autre espèce animale. L’évolution dote l’espèce humaine d’une capacité d’adaptation à l’environnement physique et social par la faculté d’apprentissage qu’il utilise tout au cours de sa vie. L’être humain invente de multiples mécanismes d’adaptation à son environnement tant naturel que social et cette part du comportement humain constitue sa culture.

Nos propos se tournent vers la variabilité culturelle de l’espèce humaine. Ce champ anthropologique concerne diverses disciplines dont l’anthropologie culturelle, appelée aussi ethnologie. Rapporté à la spécificité de nos préoccupations, le postulat principal est que l’homme développe une adaptation extra-biologique que l’on appelle culture et dont la communication, au niveau individuel et au sein des organisations, matérialise l’identité. Lorsque que l’on parle d’identité, les êtres humains apparaissent à la fois semblables et différents tant du point de vue de l’apparence physique que du point de vue de leurs manières d’être. « Il n’est d’identité que paradoxale, il n’est d’identité que personnelle et sociale, indissolublement, effort constant d’unification, d’intégration et d’harmonisation, aussitôt démenti et toujours recommencé ; effort constant de différenciation, d’affirmation et de synchronisation, aussitôt limité par la tentative inverse d’affiliation, d’appartenance et d’identification en relation ou non, avec la co-action et la convivialité » (Tapp, 1980, page 12). Le Sénégalais, l’Américain, le Chinois et le Français ont en commun, à la naissance, ainsi qu’avec tout être humain, la même complexité du cerveau et les mêmes capacités d’assimiler des connaissances ou d’acquérir des habiletés. Leurs apprentissages sont cependant diversifiés, car chacun évolue au sein d’un groupe culturel particulier. « Le groupe est l’objet d’un processus d’unification interne, d’un travail sur lui-même, par lequel les individualités qui le composent s’intègrent en s’identifiant, en se fondant dans une même culture » (Da Silva, 1973, page 31).

Le tourisme sportif en quête d’identité
La construction identitaire dans les organisations de tourisme sportif, entre idéologies sportives et matérialité professionnelle marchande
Thèse de doctorat de 3° cycle – Sciences de l’Information et de la Communication
Université de Nice Sophia-Antipolis