Nouvelle politique de gestion de risque crédit

By 10 June 2011

Proposition d’actions pour l’amélioration du Système de gestion du risque crédit – PartieIII:
Compte tenu des limites relevées, en matière de gestion du risque crédit au sein du crédit Agricole du Maroc et pour sécuriser le développement du portefeuille crédit de la banque à l’instar des nouvelles orientations stratégiques tout en respectant les exigences réglementaires en la matière, nous proposons dans ce chapitre une série de mesures à entreprendre dans les meilleurs délais pour mettre à niveau un système de gestion du risque crédit.

Comme tout système, un système de gestion du risque doit disposer de :
-Une politique déclinée en stratégie qui oriente l’action,
-Des ressources qui alimentent le système,
-Des structures qui optimisent le fonctionnement du système,
-Des outils de gestion modernes pour assurer son efficacité.

Ainsi les mesures proposées s’articuleront autour de ces 4 thèmes. ces mesures correspondent soit à des actions ponctuelles ou à des projets entiers. Nous insisterons dans leur présentation sur leurs objectifs et leurs démarches d’implémentation.

Section I : Un nouvelle politique de gestion de risque crédit :
Le point de départ de la construction du système de gestion du risque crédit est la définition d’une politique claire. C’est un ensemble d’orientations stratégiques qui cadre les actions en la matière et assure leur cohérence et leur intégrité. il est à rappeler au départ de contexte d’élaboration de cette politique :

-La stratégie de diversification adoptée par le CAM implique l’ouverture du portefeuille crédit de la banque sur de nouvelles expositions. En effet le financement de nouveaux segments induit un besoin de réadaptation de l’appareil de gestion du risque aux spécificités de chaque segment.

-L’évolution du contexte réglementaire locale et international (Bâle II) qui oblige les institutions financières à respecter de nouvelles exigences réglementaires calculées selon de nouvelles méthodes.

1-Finalité du système :
Compte tenu des limites du système de gestion du risque actuel et eu égard du contexte d’actions du CAM, on peut formuler la finalité du système de gestion du risque comme suit : optimiser la triade :
Compétitivité de l’offre de financement,
Rentabilité du portefeuille crédit,
Respect des règles prudentiels,

I-Compétitivité de l’offre de financement
Les dix dernières années ont été marquées par l’augmentation de la compétitivité entre les banques marocaines eu égard de leurs orientations stratégiques similaires à savoir devenir des banques universelles servant toutes les catégories de clientèle et pratiquement tous les secteurs. Ces transformations ont repositionné les facteurs clés de succès sur le marché pour devenir :
-La différentiation de l’offre produite,
-L’adaptation de la tarification des produits et services
-La qualité et la célérité des traitements.

L’appareil de gestion du risque du CAM doit ainsi tenir compte de ces enjeux adaptant ces pratiques, ses outils et son organisation.

2-Rentabilité du portefeuille crédit :
La sécurité du portefeuille crédit de la banque est une condition sine qua non la pérennité de la banque, elle suppose l’adéquation permanente  entre le niveau de rentabilité et le niveau de risque supporté. Cet exercice d’adaptation, similaire aux pratiques de gestion du portefeuille dans la finance des marchés, nécessite la mise à niveau de dispositif de pilotage du risque permettant de :
-Prévoir la qualité le risque couru en estimantc l’impact du risque individuel de chaque crédit sur le risque global,
-Surveiller en permanence l’ exposition,
-Orienter les actions correctives opérationnelles et participer à la construction de la politique du risque,
-Mesurer l’impact  des actions correctives.

3-Respect des règles prudentiels
Nul ne peut nier le respect des règles prudentielles dans la construction de son système du risque. En effet, la réforme qu’a connaît le système bancaire marocain, à travers l’actualisation des règles prudentielles à l’instar des dispositifs internationaux en la matière nécessite, de la part des banques d’engager un projet d’implémentation des approches proposées dans ces dispositifs selon une démarche progressive et pragmatique.

II-Les objectifs stratégiques :
La déclinaison de la finalité formulée en préalable pour la mise à niveau du système de gestion du risque ressort deux objectifs stratégiques : l’assainissement et la surveillance du portefeuille actuel d’une part et la pérennisation de la croissance du portefeuille d’autre part.

Pour le premier objectif, il s’agit d’engager une démarche :
-Apprécier le niveau d’exposition actuel du portefeuille crédit de la banque,
-Entreprendre les actions de recouvrements nécessaires pour améliorer la qualité des engagements,
-Mettre en place les mécanismes de suivi et de pilotage nécessaires.
Selon les résultats, la banque pourrait étudier d’éventuels projets de titrisation de certaines créances.

objectifs strategiques risque crédit Pour le second objectif, la banque est appelé à moderniser son dispositif d’appréciation du risque et de prise de décision par le recours à des techniques de modélisation (scoring, cotation) et à la décentralisation des délégations de pouvoir. Ses dispositifs supposent la préparation des bases de données.

III-Les axes stratégiques
Les axes stratégiques qui découlent des deux objectifs sus mentionnés se présentent comme suit :

1-Mise en place d’une approche différenciée.
La maîtrise du risque crédit ne peut s’effectuer en adoptant la même pour tous les segments de clientèle, d’où la nécessité de mettre en place des approches différenciées par catégorie de clientèle de sorte à apprécier, le mieux, le niveau de risque. Toute fois ces  approches doivent être élaborées dans une logique d’ensemble pour assurer une cohérence dans leur mise en place et pour et faciliter leur consolidation.

2-Mise à niveau des outils de gestion du risque :
Il est clair que le crédit agricole doit déployer un grand éffort dans la modernisation des outils de mesure du risque notamment par le recours à la modérnisation de certains risques. Les outils opérationnels de gestion sont également à mettre en place notamment les tableaux de bord et le reporting risque.

3-Renforcement des structures :
Pour optimiser le fonctionnement du système, les efforts du CAM doivent s’axer, en particulier, sur le renforcement des structures de gestion du risque régionales et centrales, il s’agit concrètement :
-Définir leurs missions et attributions,
-Déterminer leurs pouvoirs décisionnels,
-Les doter des ressources humaines et matérielles ad hoc.

4-Refonte des procédures risque :
L’analyse du système de contrôle interne actuel du CAM relève une série de dysfonctionnements organisationnels, ce qui se traduit sur le plan gestion du risque par une faiblesse majeur et une réactivité très limitée. D’où la nécessité de mener une opération de refonte des processus et de normalisation des procédures correspondantes. Le but étant une industrialisation de l’activité crédit et le renforcement du système de contrôle interne pour une meilleure vigilance.

5-système d’information risque :
La mise à niveau du système d’information de la banque de sorte à optimiser la gestion du risque s’impose eu égard du niveau d’élaboration du système actuerl. Depuis 2005, le crédit agricole s’est engagé dans un processus de refonte structuelle de son système d’information selon une approche modulaire, il s’agit maintenant de contribuer activement dans la définition des besoins en matière de gestion du risque, les intégrer dans le cahier des charges globales et de participer dans les phases d’implémentation du nouveau système.

Lire le mémoire complet ==> (Gestion du risque de crédit au Crédit Agricole)
Option : Economie et Gestion
Faculté des sciences Juridiques, Économiques et Sociales