SPL et développement économique au Maroc

By 8 May 2011

SPL et développement économique au MarocSection II :
L’analyse de notre tissu économique montre qu’il y a des grappes d’entreprises spécialisées dont les spécificités sont proches de celles des SPL.

Des exemples se présentent à cet égard à savoir : le tourisme à Erfoud, l’artisanat à Fès, la briqueterie à Tétouan et l’agriculture à Sous-Massa, les PMI de la confection à organiser à Tanger[1].

Ces groupes d’entreprises marocaines ne signifient pas forcement qu’il existe des caractéristiques spécifiques des SPL. Au Maroc deux spécificités de SPL peuvent être vérifiées, il s’agit de  la concentration spatiale dans un territoire qui s’appuie sur les potentialités économiques (ressources naturelles, position géographique) et d’une taille minimale pouvant créer des emplois dans les années futur.

Dans cette perspective, y a-t-il des SPL au Maroc ? Dans quelle mesure les SPL peuvent constituer un outil de développement ?

A-  L’expérience marocaine pour le développement des  SPL
Durant ces derniers années, il convient de signaler que le Maroc n’a pas consacré un effort suffisant aux développements des PME / PMI, étant entendu que ces dernières constituent une part  importante du tissu de notre économie.

Dans ce sens la direction de l’aménagement du territoire fait une étude sur un groupe de SPL dans notre territoire national notamment pour les cas Guercif, (province de Taza), ou à Taounate pour l’oléiculture, à Taznakht pour les tapis, à Safi et Salé pour la poterie[2].

La direction à lancé une étude à caractère expérimental dans neuf cas, cette étude va également préciser les conditions et les situations où la démarche de SPL s’évolue. En effet, la direction de l’aménagement du territoire appelle les PME notamment artisanales à développer leur relation entre elles notamment pour les cas de coopérations interentreprises et de complémentarité, de mutualisation et de partage de ressources ce qui permet plus de compétitivité et une forte capacité d’innovation.

Ainsi, il faut noter que l’accompagnement des SPL et le renforcement de leurs actions et leur fonctionnement en réseau sont nécessaires, en tant que facteur de leur émergence.

De même l’accompagnement peut se fait assuré par les pouvoirs publics, les conseils régionaux d’investissement et de tourisme, les associations de développement et clubs d’entreprises, etc.[3].

En définitive, le développement des SPL au Maroc dans le contexte des attentes et besoins des territoires, permet à ces derniers plus de compétitivité, capable de faire face aux défis de la globalisation, car il n’y a pas de territoire sous-développés par contre il y a beaucoup des territoires sous-analysés.

Alors, les SPL dans certains pays comme le Maroc constituent un outil de développement économique et assurent à leurs territoires une capacité de développement.

B- Les SPL comme un outil de développement
L’intérêt des SPL découle du constat d’échec des politiques récentes de développement ayant prévalu jusqu’au début des années 70 dans les pays du tiers monde. A partir de cette période, les SPL constituent l’une des conceptions de développement, et comme solution la plus adéquate à la crise de la mondialisation cela a commencé depuis quelques années, une certaine valorisation et une prise de conscience de l’importance des SPL qui doivent jouer un rôle prioritaire plus actif dans les politiques de développement qui permettent d’assurer plus de compétitivité à notre économie.

Le SPL, un processus de construction

Le SPL est un processus de construction impliquant de nombreux acteurs qui contribuent à leur développement par des actions communes aux projets collectifs. Cela veut dire qu’il n’est pas possible de faire reposer la démarche sur le mécanisme spontané d’émergence progressive de la coopération entre les individus ayant des objectifs purement individualistes avec des règles de jeu stables dans le temps.

La démarche SPL suppose une coordination « consciente » de l’économie locale, ce qui pose le problème de pilotage des projets.

Le SPL contribue au renforcement du système productif ;

Si le SPL s’appuie sur les spécificités et sur la mobilisation des acteurs locaux, le SPL se distingue de la démarche selon laquelle, il faudrait appliquer dans tous les domaines les règles de la compétitivité et de l’optimisation des facteurs (ressources naturelles, ressources humaines, capital), ce qui reviendrait à restreindre l’action de l’Etat à la seule action sur les coûts des facteurs de production. La démarche SPL permet de :

v -Créer des emplois productifs ;
v -Passer d’une stratégie de compétitivité – coût à une compétitivité basé sur l’innovation ;
v -Choisir une meilleure spécialisation ;
v -Restreindre les disparités régionales[4].

Bien que le SPL constitue un processus impliquant de nombreux acteurs, il est aussi une voie de développement durable et équilibré.

C- SPL comme voie de développement durable
Suite à l’échec des politiques classiques, programme d’ajustement structurel et aux effets de la mondialisation sur le plan social (l’extension de la pauvreté, la marginalisation, le chômage ) et sur le plan écologique qui porte atteinte à l’environnement, le développement à visage humain tel qu’il est défini par les Nations Unies a été conçu comme une solution en faveur des pays du tiers monde. De tel développement a comme base l’approche participative qui permet à la société civile notamment la population cible de participer à la fois à l’identification des problèmes locaux dans la définition des solutions ainsi que la mise en exécution des projets [5].

développement économique au MarocDans ce cadre la valorisation des territoires se voie comme un système convenable et permettant la mise à niveau économique et sociale de chaque territoire[6] ce qui permet d’accompagner en quelque sorte le développement croissant de la mondialisation. Dans cette même vision le Maroc à lancé ce qu’on appelle aujourd’hui l’initiative nationale du développement humain sous la présidence de sa majesté le Roi Mohamed VI. Cette initiative qui vise le court et le long terme a pour objet de créer un équilibre entre la croissance économique et le coté social ainsi que la protection de l’environnement.

Bref, la soutenance d’un développement économique durable nécessite la mise en œuvre des politiques étatiques convenables qui préparent une plate forme pour le SPL comme expression de la volonté de soutenir ce développement.

Conclusion
Pour conclure cette partie, on peut dire que les SPL constituent une meilleure stratégie pour les pays en voie de développement, voir même une exigence pour s’adapter à l’accélération de la mondialisation et de la régionalisation. Cette exigence s’explique d’abord par la domination du système capitaliste qui ne peut vivre que dans un bloc inégalitaire, en suite par un blocage au niveau social notamment dans les pays en voie de développement.

Dans ce fait, le Maroc comme d’autre pays du Sud, pense a valorisé cette forme endogène de développement dans certaines régions Fès, Marrakech, Safi

Alors, la question qui s’impose et qui doit être l’objet de la deuxième partie est la  suivante : peut- on parler d’un SPL à base de bois à Tounfite ?

Lire le mémoire complet ==> (Système de production localisé Filière Bois : Tounfite)
Mémoire de la Licence en Sciences Economiques
Faculté des sciences Juridiques, Économiques et Sociales
______________________________________________________
[1] – J.P Gilly, J. Perrot : « Développement local et coopération décentralisés », S/D de Malika Hattab Christman, N° 14, automne 2004, p 36-37.
[2] – El Kébir Hammou : « Les systèmes productifs localisés et le développement des territoires au Maroc », S/D, de Malika Hattab Christman, N° 14, automne 2004, p 60-61.
[3] – Direction de l’aménagement du territoire.
[4] – – J.P Gilly, J. Perrot : « Développement local et coopération décentralisé », S/D de Malika Hattab Christman,N° 14, automne 2004, p 37.
[5] – Abdou Mohamed : « Eléments d’économie sociale », Edition 2004, p 69.
[6] – Programme sociale de proximité, 2004-2005, Ministère de développement social de la famille et de la solidarité.