Définition: Risque financier et Risque économique

By 20 April 2011

La gestion de risques financiers – Section 2
La détermination de la structure de trésorerie prévisionnelle  sur la banque pivot et la réalisation des placements et des financements donnent une position finale en devises. Les décisions financières et la structure de trésorerie en devises génèrent différents risques. Parmi ces risques, risque de change.
Pour éviter de telles conséquences, les trésoriers d’entreprise devront identifier le risque de change, puis le gérer.

Paragraphe 1: définition des risques financiers et risque économique
A-Définition: Risque financier et Risque économique
le risque financier: c’est un risque de perdre de l’argent suite à une opération financier(sur un actif financier) ou une opération économique ayant une incidence financier( par exemple une vote à crédit ou en devises étrangère) ainsi il tient à la présence d’une dette dans la structure de financement de l’entreprise, c’est outre le risque économique , le risque spécifique à une entreprise endetté, et dans une de ses forme externe il désignerait, par exemple le cas d’une entreprise dont l’excédent brut d’exploitation est pourtant positif mais dont les charges financières dues à l’endettement sont plus importants et provoquant en définitive une perte avec les mêmes conséquences que ci-dessus.

C’est la conjoncture entre le risque financier et celui de risque économique qui justifie l’addition d’une prime de risque globale au taux d’intérêt pur sans risque. Le diagnostique de ces types de risque conduit une analyse de levier financier, nous exprimons ensuite la solvabilité de l’entreprise et sa liquidité. Le risque économique: dit aussi risque d’exploitation il tien à la variabilité possible pour de multiples raisons dans l’évolution, toujours difficilement prévisible de facteurs de l’ environnement tel que la conjoncture, la concurrence, la technologie, la secteur d’activité etc., de la performance d’exploitation de l’entreprise comme par exemple son excèdent brut d’exploitation c’est d’autres termes le risque d’une entreprise non endettés et dans sa forme externe il désignerait un excédent brut d’exploitation négatif
Donc une perte finale et par conséquent l’absence de dividende et l’appauvrissement des fonds propres.

Pour l’entreprise le risque économique  due à l’instabilité du chiffre d’affaire ou rendement dans les premier mois ou les premières années et qui ne permet pas de courir les charges fixes d’où une variation des charges entre charges fixes et charges variable.

Le risque de crédit résulte de l’incertitude quant à la possibilité ou la volonté des contreparties ou des clients de remplir leurs obligations. Très prosaïquement, il existe donc un risque pour la banque dès lors qu’elle se met en situation d’attendre une entrée de fonds de la part d’un client ou d’une contrepartie de marché.
Exemples:
Un client utilise son compte courant pour effectuer des paiements: si la banque autorise le client à rendre son compte débiteur, il y a risque de crédit.
La banque négocie une vente à terme d’euro contre Dollar avec une autre banque. A la date de valeur, la banque émet son paiement EURO en direction de sa contrepartie. Elle s’expose de facto au risque que la contrepartie ne paie pas les dollars.

Remarque: Contrairement à la notion intuitive, il y a risque de crédit quand une contrepartie doit de l’argent à la banque, et non pas quand la banque doit de l’argent (adage: « si je te dois 100 francs c’est mon problème, si je t’en dois 100 000 c’est ton problème »)
Mesure du risque de crédit: sachant que chaque nouvelle opération modifie l’exposition au risque de l’établissement, il importe d’être capable d’appréhender les risques de manière globale, c’est à dire consolidée:

  • Risque financier et Risque économiqueAu niveau de la banque, tous centres d’activités confondus
  • Au niveau de la contrepartie, c’est-à-dire de l’entité juridique

Le calcul de l’exposition doit tenir compte de la nature de l’opération (bilan / hors-bilan) et de l’échéance.[1]
Le contrôle du risque se fait en définissant des autorisations ou limites par contrepartie, qui tiennent compte très souvent de la fiabilité de celle-ci, fiabilité qui est évaluée par sa notation (Moody’s, Standard & Poor’s) sur le marché. Au niveau du contrôle de crédit client, on parle de ligne de crédit. Le système de contrôle vérifie alors en permanence que l’exposition totale se situe en deçà des limites autorisées (contrôle en temps réel). Le raisonnement de ce type de risque repose sur la distinction entre coût fixes et coûts variable ou sur leur répartition en deux catégories de charges: Charges opérationnelle et charges de structure.

Le diagnostic de ce type de risque insiste un calcul du risque d’exploitation qui consiste à calculer la marge sur coût variable après la différence entre le C.A et le coût de vente, ce ci pour passer au calcul du point mont présente plusieurs intérêt à savoir la croissance, la stabilité ou volatilité du résultat et expliquer les écarts entre le prévu et le résultat.
Lire le mémoire complet ==>
(Gestion de la trésorerie: Cas des PME)
________________________
[1] http://www.fimarkets.com/pages/risque_credit.htm