Associations et Coopératives, l’économie sociale à Meknès

By 28 April 2011

Etude de cas: L’économie sociale à MeknèsChapitre 2:
Section 1: Associations et Coopératives
1.  Associations
Pendant les précédents décennies la politique gouvernementale a cherché à limiter le développement d’un mouvement associatif autonome, de même que les autres forces politique ont en plutôt tendance a l’instrumentaires.
Cette situation est en passe de changer, depuis le début de la décennie 90, A cela plusieurs raisons. D’abord, la coopération internationale, face aux problèmes de l’immigration, de la drogue, et aux soucis sécuritaires de l’Europe en particulier, devient plus sensible à la dynamique de développement et de renforcement d’une société civile marocaine.

La légalité d’une association dépend de sa conformité à deux ensembles juridiques:
Le droit applicable aux obligations: toute association fondée sur une cause illicite, contraire aux lois ou aux bonnes mœurs est nulle et nul d’effet (article3).
Le droit constitutionnel: une association qui aurait pour but de porter atteinte à l’intégralité du territoire national ou la forme monarchique de l’Etat est nulle et de nul effet (article3).

Le tissu associatif a fait un grand pas en avant en constituant, le 29 Décembre 1996, l’espace associatif. Du fait que le gouvernement n’adopte plus la même attitude consistant a tout traiter sur le mode Centralisateur, sécuritaire et répressif, et pour autant que sa suspicion s’est relativisé. L’Etat encourage aujourd’hui la création des associations, notamment dans le domaine de développement social, dans le cadre de sa politique de désengagement et de décentralisation.

Coopératives, l’économie sociale à MeknèsLes combattants du mouvement associatif revendiquent de plus en plus un espace propre et autonome pour répondre aux besoins exprimés par les populations, en termes de défense et de promotion des droits (droit de citoyenneté, droit économique et sociaux …).
Ce nouvel environnent a mis en place les conditions propice au développement de mouvement associatif.
Aujourd’hui, le tissu associatif présente des aspects de force notables, l’étendue de son   action, l’importance de ses potentialités et la richesse de ses réalisations lui assurent une visibilité et une légitimité de plus en plus grande sur le plan régional, national qu’un international.

2.  Coopératives
Le secteur coopératif est la composante essentielle de l’économie sociale et représente un très grand potentiel qui peut contribuer effectivement au développement économique et social de la ville de Meknès.

Ce secteur a émergé sous l’impulsion du protectorat notamment, dans l’artisanat afin d’intégrer les corporations de métier traditionnelle dans le système coopératif proprement dit. Après l’indépendance, un essor important, notamment, dans l’agriculture au moment de la reforme agraire, qui semblait a l’époque, le moyen adéquat pour intégrer les larges couches des paysans traditionnelles dans l’économie moderne et pallier, par la voie même, aux inégalités sociales.

En effet, le nombre des coopératives dans la ville de Meknes atteint en 2006, 67 coopératives (1) (dont 20 coopératives artisanales) (2) ce qui représente 16% des coopératives existantes dans la région Meknes-Tafilalet.

Le secteur reste immature, malgré le temps écoulé et constitué par un agglomérat de coopératives perpendiculaire sans articulation adéquate et sans l’émergence de coopératives horizontales qui répondent à la complémentarité et à l’articulation que nécessite tout un mouvement dynamique et performant.

Le secteur connaît plusieurs insuffisances notamment(3):
–         une faible assimilation du concept de la coopérative;
–         Le niveau faible de la formation du dirigeant des coopératives;
–         Le non-respect des lois et de la réglementation;
–         L’absence de la comptabilité;
–         L’inadaptation de la loi sur la coopérative qui met l’accent sur sa dépendance vis à vis de l’administration et qui complique le réglementation de la constitution des coopératives.
L’office du développement de la coopération, crée depuis 30 ans, et qui devait chapeauter avec la collaboration des autres départements ministériels de la promotion des secteurs.

La direction de l’économie sociale a été créé en 2002 conçue initialement, avec le direction de la petite et moyenne entreprise, comme partie intégrante d’une unité ministérielle, rattaché actuellement au département de l’artisanat, elle devait en principe matérialiser la volonté de l’Etat de promouvoir le secteur coopératif.
Elle devait aussi procéder à sa mise à niveau dans une stratégie qui mobiliserait le potentiel grandissant des associations de développement.

Lire le mémoire complet ==> (L’Economie Sociale au Maroc)
TFE en Economie & Gestion
_____________________
(1): Annuaire statistiques 2005 des coopératives et union de coopératives
(2) : Pour plus d’informations voir liste des coopératives de la ville de Meknès (annexes: récapitulatif des coopératives par provinces et par secteur).
(3) : Sources: ODCO (office du développement de la coopération). Meknès