Le Tourisme au Maroc : atouts, potentialités, et indicateurs

By 22 April 2014

L’investissement touristique au Maroc – Deuxième partie :

Introduction

De nos jours, il est communément admis que l’industrie touristique a un impact économique, social, culturel et environnemental de plus en plus marqué, et l’expansion continue du tourisme et des activités qui en découlent se répercute de diverses manières sur le processus de développement durable.

En effet, l’Organisation Mondiale du Tourisme affirme que l’essor considérable du tourisme au cours des cinquante dernières années constitue l’un des phénomènes économiques et sociaux les plus remarquables de cette période. Son rythme de croissance soutenue d’environ 7 % a été plus rapide comparé aux autres secteurs économiques traditionnels comme l’industrie lourde, le secteur de l’automobile, l’agriculture, la pétrochimie…

Aussi, le secteur du tourisme est- il considéré comme un puissant catalyseur du progrès économique de nombreux pays, où il favorise la création d’emplois, encourage la diversification économique et accroît les rentées en devises.

Au Maroc, Le secteur touristique jouit d’une place prépondérante dans l’économie marocaine, à tel point qu’il a été considéré par les pouvoirs publics comme étant une locomotive du développement du pays : « …vu l’intérêt particulier que Nous accordons au secteur touristique pour triompher dans le Jihad économique et social et créer des emplois, et partant de Notre souci d’augmenter le flux de touristes afin de le hisser au niveau des potentialités touristiques naturelles et culturelles considérables de notre pays ».

En effet, le tourisme au Maroc a été considéré dès l’aube de l’indépendance comme un secteur porteur de l’économie nationale, générateur de devise et créateur d’emplois, et ceci est attribuable aux atouts touristiques riches et diversifiés que recèle notre pays, lui permettant de se situer parmi les premières destinations à vocation touristique.

Chapitre I- Le Tourisme au Maroc : atouts et potentialités :

La priorité gouvernementale accordée au Tourisme depuis l’indépendance

au Maroc, est attribuable aux riches potentialités touristiques que recèle le Maroc, ainsi que de sa valeur ajoutée sur le plan économique et social par son apport en devises et la création d’emplois.

I- Présentation du pays

1- Atouts historiques et culturels :

La place prépondérante accordée au tourisme en tant qu’activité prioritaire de l’économie nationale est due en particulier aux atouts de notre pays, tant au niveau historique et culturel qu’au niveau naturel et géographique.

En effet, le Maroc jouit d’un riche patrimoine civilisationnel et culturel séculaire résultant essentiellement de la succession de diverses civilisations sur le règne de ce pays.

Afin de mieux comprendre la culture et la civilisation du Maroc, les historiens ont circonscrit son histoire en trois époques principales à savoir : l’époque préhistorique, l’époque antéislamique et l’époque islamique1.

Aussi, et comme en témoignent les recherches archéologiques, la présence de l’homme au Maroc remonte aux plus anciennes époques préhistoriques, d’ailleurs « le Maroc vient du fond des âges, sa civilisation plusieurs dizaines de fois millénaire, trempe ses racines dans le temps mémoriaux »2.

Et c’est au cours des siècles, que les autochtones se sont vus mêler à différentes populations venues du moyen orient, d’Europe, principalement d’Andalousie, et d’Afrique noire pour former le peuple marocain.

L’époque antéislamique, quant à elle est caractérisée par l’invasion du Maroc par les Phéniciens et les Carthaginois et par le brassage des peuples anciens du pourtour méditerranéen.

Le Maroc a connu par la suite le règne de l’empire romain, qui a laissé des empreintes dans l’histoire et la civilisation de ce pays. Ces empreintes sont sous forme des ruines de Walili à Mekhnès, de Luxus à Larache et de Tamouda à Tétouan.

Ce n’est que Lors de l’époque islamique que le Maroc trouve son identité et sa civilisation authentiquement arabo- musulmane. Pendant cette période, plusieurs dynasties ont occupé le règne du Maroc, pour marquer chacune de sa part, son histoire et sa culture.

Pendant cette ère, l’histoire du Maroc a commencé en tant que nation politiquement et économiquement organisée et ce avec le pouvoir des Idrissides, fondateurs de la ville de Fès. Cette dernière demeure toujours la plus importante étape du circuit touristique culturel et spirituel sont ensuite nés les Almoravides dans la tribu de SANHAJA, au sud du Maroc, leur empire s’est illustré principalement dans l’histoire du Maroc par l’instauration de la civilisation hispano mauresque.

Laquelle civilisation serait développée et propagée par la suite par les Almoahades, issus de grandes familles de tribus rivales les MASMODAS vivant dans les montagnes de l’Atlas. L’amalgame des valeurs universelles qu’a connu cette période s’est manifesté dans les arts, les sciences, l’architecture, la littérature, la musique, et la gastronomie.

Des monuments et des vestiges de cette époque persistent jusqu’à nos jours tel que la tour Hassan à Rabat, la koutoubia à Marrakech, la Giralda à Séville…

Les Mérinides, issus des tribus nomades de ZENATA ont conquis par la suite le Maroc, ont construit Fès Jdid, ont fait de Rabat la capitale, et ont bâti de nombreuses Madrasa pour l’enseignement et l’étude.

L’époque des Mérinides, a été suivie par un siècle de perturbation avec les Vizirs et les Wattassides où les chrétiens espagnols et portugais ont occupé la plus part des cités et centres commerciaux des cotes méditerranéenne et surtout atlantique du Maroc.

Néanmoins le Makhzen a pu surmonter toutes les difficultés engendrées par de telle situation pour perdurer jusqu’à l’arrivée des premiers chérifs Saadiens dont la dynastie est fondée sur une doctrine religieuse fondamentaliste ou orthodoxe, ils ont fait de Marrakech leur capitale, cette ville conserve toujours de nombreux monuments et vestiges.

C’est au milieu du 17 eme siècle que la dynastie Alaouite est arrivée au pouvoir pour régner et gouverner le pays à travers toutes ses régions, consolidant ainsi la personnalité et la civilisation dont se distingue l’histoire du Maroc.

Les Alaouites issus du Tafilalet, ont commencé leur dynastie par une lutte contre les adversaires intérieurs qui se sont départagé le pays. Moulay Ali Chérif, fondateur, a réussi d’étouffer l’anarchie. Sous le règne de Moulay Ismaïl, la dynastie Alaouite a connu une puissance à l’image de ce grand Roi. Il a implanté solidement son autorité au Maroc y compris la Mauritanie. Mais de 1727 à 1822, ce fut un siècle de difficultés (crises militaires et poussée montagnarde vers les plaines atlantiques). Le retour au calme ne sera effectif qu’à partir de 1810.

Depuis la fin du XIXème siècle, le Maroc a commencé à connaître des difficultés économiques et surtout financières. L’apparition de classes sociales trop contradictoires (paysans, bourgeois, makhzen et grands féodaux…), Le jeu des puissances coloniales, le problème saharien et l’évolution de l’agriculture, de l’artisanat, du commerce extérieur et la crise monétaire ont rendu le pays comme une proie entre les mains de ces puissances.

Par diverses formes de résistance dans le Sud Marocain, au Moyen Atlas et au Rif, ainsi qu’avec une lutte nationaliste citadine (Casablanca, Fès, Salé…) ont conduit le Maroc a arracher son indépendance avec le retour du feu Mohamed V de l’exil, le 18 Novembre 1956. Depuis cette date, le pays oeuvre sur deux fronts : un économique (problèmes de développement) et politique (démocratie) et l’autre territorial (l’accomplissement de son intégrité territoriale).

Cette synthèse de l’itinéraire historique du Maroc, quoique succincte témoigne de sa richesse se répercutant nettement sur la culture du pays, ses coutumes, ses traditions artistiques, artisanales, vestimentaires, culinaires. Toutes ces potentialités patrimoniales font du Maroc une destination touristique des plus prisée.

2- atouts naturels et géographiques :

Outre les potentialités historiques et culturelles dont jouit le Maroc, ce pays dispose d’atouts naturels considérables lui permettant de développer plusieurs créneaux touristiques (tourisme rural, de montagne, culturel et spirituel…)1; à tel point d’être considéré comme étant une destination à la carte.

Aussi, Le Maroc est situé à l’extrême nord ouest de l’Afrique, à quelque 14 Km de l’Europe de l’Ouest le plus grand marché international du tourisme, ceci est favorable pour le développement touristique du Maroc, dans la mesure où ça lui permet de nouer des relations de coopération avec les opérateurs européens pour l’exploitation des produits combinés.

De ce fait, Situé dans son contexte continental, en 1994, et lors d’une présentation des produits touristiques les plus attractifs à travers les cinq continents, au World Travel Awards (forum international du voyage) aux États- Unis (à Hollywood), le Maroc a été cité comme la troisième meilleure destination convoitée en Afrique par les plus gros tours opérateurs du globe1.

Il est limité du nord par le détroit de Gibraltar et la mer méditerranéenne, à l’est par l’Algérie, un autre marché touristique potentiel ; au sud par la Mauritanie ; et à l’Ouest par l’océan atlantique.

La mer méditerranéenne s’étend à 500Km entaillée de baies encore à l’état vierge, atout inestimable pour le développement du tourisme durable.

Du côté de l’ouest, l’océan atlantique s’étalant sur 3000 Km, et entrecoupé de falaises et de plages, présente une variation climatique, végétale et halieutique.

Par ailleurs, le Maroc dispose de la chaîne de montagnes du Rif qui donne sur le coté nord du pays constituant ainsi un trait d’union entre la Maroc et l’Europe. Ces montagnes dont les sommets ne dépassent pas 2450 m, sont souvent recouvertes de paysages forestiers, domaine idéal pour le tourisme rural.

Au cœur du pays, il y a les montagnes de l’Atlas, formant trois chaînes, avec plus de 200 sommets recensés, tous accessibles, y compris le plus haut, le Toubkal de 4165 m de hauteur. Toutes ces chaînes offrent au Maroc un domaine privilégié pour la pratique du tourisme de montagne et jouent un rôle économique considérable, notamment par l’approvisionnement du pays en eau.

Quant aux conditions climatiques, le Maroc dispose d’un climat tempéré pendant la plus grande partie de l’année. Sur les côtes, la brise de la mer adoucit la chaleur estivale.

En hiver, la température moyenne ne descend pas au dessous de 10°. La neige, tombe en montagne au dessous de 2000 m d’altitude, ce qui, a permis l’aménagement de stations de ski à Michlifen au moyen atlas et à l’Oukaimden au haut atlas.

II- LE SECTEUR TOURISTIQUE AU MAROC:

1 – Indicateurs et performance :

La demande et l’offre touristique, sont deux indicateurs clés qui décrivent le plus l’activité touristique dans un pays. C’est pour cette raison que BELGHMI et LIWA1 les ont considéré comme deux éléments fondamentaux dans l’étude de faisabilité de tout projet d’investissement touristique.

Aussi allons nous examiner la demande touristique à travers les flux et les nuitées touristiques.

Pour ce qui de l’offre touristique, elle sera approchée par le biais du diagnostic de la capacité d’hébergement touristique, sa structure et sa répartition géographique.

a- La demande touristique au Maroc :

1- le flux touristique :

Les richesses historiques et culturelles que recèle le Maroc sont de nature à engendrer un flux touristique considérable, de ce fait, les arrivées des non résidents aux postes frontières ont atteint durant l’année 2008 environ 7000000 arrivées, enregistrant ainsi une hausse de l’ordre de 10 % par rapport à l’année 2007.

En revanche, la part du Maroc dans le tourisme mondial reste relativement faible puisqu’elle ne représente en 2007 que 0.7 % du total des arrivées mondiales2.

2- Les nuitées touristiques :

L’étude de la demande touristique au Maroc, nous amène à nous demander sur le volume des nuitées réalisées afin de savoir le degré de fréquentation des visiteurs du Maroc des unités d’hébergement touristiques.

Lesdites nuitées sont estimées par la Direction de la planification et de la coordination du Département du tourisme à 24 079 562 nuitées en 2002,

b- l’offre touristique au Maroc :

Au vu de la croissance exponentielle de la demande touristique escomptée au niveau mondial et évaluée à presque un milliard de touristes à l’horizon 2010 par l’OMT3, le Maroc devrait se doter d’une infrastructure respectable lui permettant de s’ériger parmi les pays à vocation touristique et de faire face à son environnement concurrentiel.

Cependant, et Malgré l’évolution de la capacité litière disponible au Maroc, celle ci demeure insuffisante. C’est pourquoi, les besoins en lits sont estimés à 20 000 par an1.

1- La capacité d’hébergement touristique :

2006

2007

2008

Unités

Lits

Unités

lits

Unités

Lits

Hôtels classés

590

97 001

594

102 097

632

109615

Hôtels non classés

1 146

33 379

1 223

36 226

campings

97

86 640

97

86 640

Total

1 833

217 020

1 914

224 963

Tabl. n°4 TTabl. n°4: Répartition de la capacité d’hébergement touristique par catégorie.

Source : Direction de la planification et la coordination de la promotion

2- La structure des unités d’hébergement touristique :

A la lecture des chiffres figurant sur le tableau 4, on peut soulever que la capacité d’hébergement des hôtels classés est plus importante que celle des hôtels non classés représentant respectivement 45 à 16 % de la capacité globale.

La structure des hôtels classés se caractérise par une prédominance des hôtels 4 étoiles comme le schématise le camembert suivant :

a- La répartition géographique des unités d’hébergement touristique classées

Régions

Capacité en lits

Sous Massa- Draa

36 119

Marrakech tensift al haouz

33 566

Oriental

4 326

Grand casablanca

12 123

Rabat- salé- zémmour- zaer

6 491

Meknes- Tafilalt

6 593

Fes- boulmane

7 720

Tanger – Tétouan

15 900

Autres

14 675

Total

137513

Tabl. n°5 : répartition de la capacité d’hébergement touristique par région au titre de l’année 2007

Source : Direction de la planification et la coordination de la promotion

La répartition régionale de la capacité hôtelière témoigne de la prédominance de la région de Souss massa Draa en terme de lits avec un pourcentage de l’ordre de 31.4 % du total de la capacité hôtelière homologuée.

La région de Marrakech Tensift al Haouz vient en deuxième position avec 21.5 % suivie de Tanger- Tétoouan avec 12% de la capacité litière globale.

Cette répartition pourrait se justifier par le fait que les régions prééminentes sont d’une part, celles qui ont bénéficié des premiers travaux d’aménagement touristique dans le cadre des orientations du plan 1965- 67, et d’autre part, ces régions englobent les destinations touristiques marocaines les plus répandues dans les marchés touristiques dans le monde à savoir Agadir, Marrakech et Tanger.

Lire le mémoire complet ==> L’investissement touristique au Maroc
Mémoire de Fin d’Etudes _ Administration et Gestion des Entreprises
Hôtelières et Touristiques _ Institut Supérieur International de Tourisme de Tanger ISITT