Organisation et environnement : facteurs de survie de l’entreprise

By 12 February 2014

3.3.3 Les facteurs de survie / succès relatifs à l’organisation

Les éléments mis en avant par le tableau 10 montrent clairement une certaine affection des chercheurs pour certains types de facteurs clés dans le domaine organisationnel. En effet, il apparaît que le capital investi, la dimension des ressources humaines ou encore la taille et l’âge de l’entreprise ont été des facteurs clés de succès – survie fortement analysés par les recherches passées.

Dans le même ordre d’idées, la dimension organisationnelle révèle quatre catégories dans lesquelles il est possible de regrouper les différents facteurs clés de succès – survie relevée dans la littérature passée.

L’emploi : cette thématique reprend les facteurs qui lui sont propres comme le nombre d’employés ou encore la thématique des ressources humaines qui apparaissent au regard de ce tableau comme largement acceptés comme FCS par la littérature mobilisée.

La structure financière : il s’agit de prendre en compte tous les facteurs relevés dans la littérature et afférant aux domaines financiers, sans toutefois verser dans la dimension financière de l’analyse des FCS. Le montant de capital investi est clairement mis en avant dans cette thématique du fait du nombre important de recherches qui l’avaient inclus pour analyser le succès ou la survie des jeunes entreprises. Des FCS liés à la trésorerie ou encore à la profitabilité de la jeune entreprise sont également apparus dans les résultats des recherches antérieures, et se rapportent clairement ce groupe de facteurs.

Les éléments organisationnels : ont été regroupés, les FCS considérés comme liés à la structure organisationnelle de l’entreprise. Ainsi, l’âge ou encore la taille de l’entreprise ont été mis en avant par le grand nombre de recherches qui les ont affichés clairement comme des facteurs facilitant l’atteinte de la survie et – ou du succès. Ces éléments font d’ailleurs largement écho aux travaux développés par Gibrat (1931) et poursuivis par Sutton (1997) montrant un lien entre le succès – survie et l’âge ainsi que la taille de l’entreprise. Enfin, certaines typologies de structures sont également apparues à la lumière des recherches antérieures, notamment la franchise avec les travaux menés par Bates (1995).

La clientèle : la nature de la clientèle a un impact certain sur l’organisation, il apparaissant donc cohérent de l’intégrer à la thématique organisationnelle. Au sein de cette thématique, la littérature a fait apparaître deux FCS, pour lesquels il n’y a semble-t-il pas de consensus clair. Ainsi, l’origine et la nature de la clientèle de l’entreprise ou encore les interactions avec les clients ont pu être considérées comme des facteurs de succès – survie par les analyses passées.

Tableau 10 : les facteurs de survie et de succès relatifs à l’organisation

Auteurs
Effets positifs non significatifs Effets négatifs
EMPLOIS Nombre d’employés Hinz et al. 1999 ; Schutjens & Wever, 2000 ; Persson, 2002 ; Bates, 1995 ; Brüderl et al. 1992 ; Hampe

et Steininger 2001 ; Kanenburg et al. 2002 ; Béthune 2005 ;

Ressources Humaines Lussier & Pfeifer, 2000 ; Lussier, 1995 ; Bruno 1987 ; Flahvin 1985 ; Lauzen 1985 ; Reynolds 1987 ; Sommers 1987 ; Thompson 1988 ; Lussier et Pfeifer 2000 ; Persson 2004 ; Reynolds 1989 ; Myung-Soo et al. 2004

(relati à l’âge de la masse salariale) ; Wu et Young

2002 ;

Eléments Organisationnel s Age de l’entreprise Carter et al. 1997 (femmes) ; Ortega et Moreno 2007 ; Abbring et Campbell 2003 ; Carter et al. 1997

(hommes)

Taille de l’entreprise au démarrage Fotopoulos et Louri 2000 ; Persson, 2002, 2004 ; Kalleberg & Leicht, 1991 ; Singh, 1997 ; Honjo 2004

; Jensen et al. 2006 ; Ortega et Moreno 2007 ; Kanenburg et al. 2002 ; Teurlai 2004 (grande taille) ; Abbring et Campbell 2003 ; Duchesneau et Gartner 2002 ;

Teurlai 2004 (petite taille);
Type de Structure Franchise pour Bates, 1995 ; Matrice pour Larson & Gobeli, 1988 ; Flexibilité pour Souder, 1988
Structure

Financière

Capital investi Hinz et al. 1999 ; Lasch et al. 2005 ; Fotopoulos et Louri 2000 ; ; Bates, 1995 ; Praag, 2003 ; Brüderl

et al. 1992 ; Bruno 1987 ; Cooper 1990, 1991 ; Dun et Bradstreet’s 1993 ; Flahvin 1985 ; Kennedy

1985 ; Lauzen 1985 ; McQueen 1989 ; Reynolds 1987 ; Reynolds 1989 ; Vesper 1990 ; Wight 1985 ; Béthune 2005 ; Teurlai 2004 ; Headd 2003 ;

Thompson 1988 ; Béthune 2005 (si trop faible) ;
Trésorerie Carter et al. 1997 ;
Profitabilité Fotopoulos et al. 2000
CLIENTS Origine et nature de la clientèle lasch et al. 2005 ; Teurlai 2004 (clients nationaux pour les survivants) ; lasch et al. 2005 (clients

internationaux pour les non survivants)

Interaction client Kleinschmidt & Cooper, 1991 ; Maidique & Zirger, 1984 ;

Le tableau ci-dessus a montré clairement que la dimension organisationnelle pouvait révéler en son sein un nombre important de facteurs clés de succès – survie. Il semble donc nécessaire d’enrichir l’hypothèse de recherche relative à l’organisation avec un jeu de quatre sous hypothèses afin d’affiner le modèle d’analyse qui sera développé plus loin.

H3.a Le type d’emplois dans l’entreprise a une influence positive sur la survie à trois ans

H3.b Les éléments organisationnels mis en place ont une influence positive sur la survie à trois ans de la jeune entreprise ;
H3.c La structure financière de la jeune entreprise influence sa survie à trois ans ;
H3.d Le type de clientèle a une influence certaine sur la survie à trois ans de la jeune entreprise.

3.3.4 Les facteurs de survie / succès relatifs à l’environnement

Les éléments liés à l’environnement et relevés dans la littérature mobilisée se montrent peu nombreux et se trouvent être très larges, au point qu’il paraît inutile d’établir un regroupement comme dans les développements précédents. Toutefois, il est notable que l’élément sectoriel revienne très clairement dans quatre facteurs relevés allant de la différence sectorielle à la complexité technologique au sein de ces secteurs. Ces éléments semblent par ailleurs clairement acceptés par la communauté scientifique pour avoir un impact certain sur le succès ou encore la survie des entreprises.

Il apparaît donc cohérent pour l’analyse qui sera menée ensuite de prendre en compte la dimension sectorielle, impliquant de relever pour chacun des secteurs qui seront analysés les facteurs clés de succès – survie qui leur est propre afin de disposer d’une vision claire des FCS dans chacun d’entre eux.

La localisation est également apparue comme un élément important qui semble trouver un certain consensus dans les recherches passées, montrant l’importance pour certaines entreprises de se localiser dans certains espaces plutôt que dans d’autres (Fotopoulos et Louri, 2000). Ce constat nous permet ainsi d’affiner l’hypothèse liée à l’environnement émise auparavant ; nous amenant à considérer la région d’implantation de la jeune entreprise :

H4. La région d’implantation lors de la création a une influence positive sur la survie à trois ans de la jeune entreprise.

Tableau 11 : les facteurs de survie et de succès relatifs à l’environnement

variables Auteurs
Effets positifs non significatifs Effets négatifs
Différences sectorielles Schutjens & Wever, 2000 ; Persson, 2002 ; Praag, 2003 ; Littunen 2000 ; Béthune 2005 ; Headd 2003 ; Dun & Bradstreet, 1994 ; Persson 2004 ; Strotmann 2007 ;
Concurrence sectorielle Shepherd et al. 2000 ; Fotopoulos et Louri 2000 ; Myung-Soo et al. 2004 ; Kleinschmidt & Cooper, 1991 ; Gerben et al. 2003 ; Zimmerman et al.

2002 ;

Rogoff et al. 2004 ;
Taille du secteur et croissance Stuart & Abetti, 1987 ; Singh, 1997 ; Hampe et Steininger 2001 ;
Complexité

technologique du secteur capacité à innover

Solymossy & Hisrich, 2000 ; Singh, 1995 ; Cooper, 1980, Roy & Riedel, 1997
Conditions économiques et incertitudes des marchés Myung-Soo et al. 2004 ; Bruno 1987 ; Cooper 1990, 1991 ; Dun et

Bradstreet’s 1993 ; Kennedy 1985 ; Vesper 1990 ;

Crawford 1974 ; Roure & Keeley, 1990 ; Wu et Young

2002 ;

Localisation Espace Urbain pour Fotopoulos et Louri 2000 ; Persson, 2002 ; Teurlai 2004 ; Espace Rural pour Fotopoulos et Louri

2000 ; Honjo 2004 ; Hampe et

Steininger 2001 ;

Régulation institutionnelle Myung-Soo et al. 2004 ;
Marché local des

ressources humaines

Myung-Soo et al. 2004 ; Rogoff et al.

2004 ;

Différences Pays Littunen et al. 1998 ; Lussier et Pfeifer 2000 ; Dun et Bradstreet’s 1994 ;

Section 4. Synthèse de la revue de littérature

4.1 Conclusion de la revue de littérature

La première section de ce chapitre a eu pour ambition de développer les différences et similitudes pouvant exister entre les concepts de performance et de succès. Il a ensuite explicité la place de la notion de survie au sein du concept de succès, pour arriver à définir plus clairement le succès et la survie afin de faire apparaître leurs contours de manière plus précise.

La deuxième section de ce chapitre a fait évoluer l’analyse de la littérature antérieure vers les multitudes d’analyses qui ont été menées, mettant ainsi en lumière une grande diversité dans les approches qui ont été menées aussi bien en termes de pays, d’échantillons, de secteurs que de durées.

Il a également été mis en lumière une très grande hétérogénéité des modélisations utilisées pour analyser le succès et/ou la survie des jeunes entreprises. Toutefois, au cours de cette section, et malgré la grande diversité rencontrée, il est apparu un certain consensus dans la recherche au niveau de quatre grandes dimensions, qui sont clairement acceptées comme ayant un effet sur le succès et/ou la survie des jeunes entreprises, ce qui a poussé l’analyse à formuler les quatre hypothèses de recherche principales, qui structureront les développements ultérieurs. La section deux a également permis de révéler un modèle d’analyse représenté par la figure 11 et reprenant les quatre dimensions précédemment citées.

La troisième section a été l’occasion de détailler les résultats des études mentionnées en section deux. Au cours de cette section, les recherches antérieures ont finalement montré un certain consensus concernant bon nombre de facteurs clés de succès / survie. Ce constat amène ainsi à envisager que, malgré la très grande hétérogénéité des approches entreprises, malgré la grande diversité des modélisations rencontrées, et des théories mobilisées, les recherches arrivent à un consensus sur les FCS qui ont pu être rencontrés. Cette remarque met en lumière la complexité de l’objet de recherche, mais met également en exergue le fait que la notion de survie (ou plus globalement de succès) se retrouve à la croisée d’un grand nombre de disciplines en sciences de gestion compte tenu des dimensions retenues pour son observation.

Cette dernière section a permis également de pouvoir mettre en avant des groupes de facteurs clés de succès se rapprochant dans leurs thématiques, permettant à l’analyse d’enrichir les hypothèses de recherches formulées en section deux, par un jeu de sous hypothèses, permettant d’affiner l’analyse qui va suivre.

Enfin, la fable de l’aveugle et de l’éléphant décrite par Mintzberg et al. (1999) pourrait tout à fait s’adapter dans le cas des recherches antérieures sur le concept de succès et de la notion de survie si l’on considère que la multitude de points de vue a permis de concourir à une meilleure compréhension de ce phénomène complexe qu’est la survie.

4.2 Synthèse des Hypothèses et du Modèle de recherche

Figure 12 Modèle théorique d’analyse de la survie
Modèle théorique d’analyse de la survie

Adapté sur la base de Ucbasaran et al. (2001), Lasch et Yami (2006), Duchesneau et Gartner (1990) et Chrisman et al. (1999)

4.3 Synthèse des Hypothèses de recherche :

Les hypothèses de recherches peuvent ainsi être synthétisées de la manière suivante.

Hypothèse 1 : Des éléments liés à l’entrepreneur influencent positivement la survie à 3 ans de l’entreprise nouvellement crée.

H1.a Le capital humain à une influence positive sur la survie de la jeune entreprise à 3 ans,
H1.b L’expérience de l’entrepreneur influence positivement la survie à 3 ans de la jeune entreprise
H1.c Les motivations de l’entrepreneur à la création ont une influence positive sur la survie à 3 ans de la jeune entreprise.

Hypothèse 2 : Des éléments liés aux process et aux stratégies mises en place au cours des trois premières années d’existence, ont une influence positive sur la survie de l’entreprise nouvellement créée.

H2.a La préparation à la création réalisée a une influence positive sur la survie à 3 ans de la jeune entreprise
H2.b Les activités de « réseautage » entretenues par l’entrepreneur avec son environnement ont une influence positive sur la survie des jeunes entreprises
H2.c Les stratégies mises en place par l’entrepreneur au cours des trois premières années d’exercice de l’entreprise influence positivement la survie à 3 ans de la jeune entreprise

Hypothèse 3 : Les caractéristiques organisationnelles de la jeune entreprise influencent positivement la survie de la jeune entreprise à 3 ans.

H3.a Le type d’emplois dans l’entreprise a une influence positive sur la survie
H3.b Le type de structure organisationnelle mise en place a une influence positive sur la survie de la jeune entreprise
H3.c La structure financière de la jeune entreprise influence sa survie à 3 ans
H3.d Le type de clientèle a une influence certaine sur la survie à 3 ans de la jeune entreprise

Hypothèse 4 : La région d’implantation lors de la création a une influence sur la survie à 3 ans de la jeune entreprise.

4.4 Synthèse du cadre théorique

Figure 13 Synthèse du cadre théorique
Synthèse du cadre théorique

Facteurs de survie des jeunes entreprises en France : une approche intersectorielle
Thèse présentée pour obtenir le grade de Docteur de l’Université Montpellier I
Ecole doctorale économe et gestion – Institut supérieure de l’entreprise de Montpellier
ISEM Equipe de recherche sur la firme et l’industrie

Chapitre 1 – Fondements théoriques
Section 1. Du succès à la survie, du concept élargi vers l’objet de recherche
Section 2 Les analyses du succès et de la survie, rencontrées dans la littérature
Section 3. Des facteurs clé de succès aux facteurs de survie
Section 4. Synthèse de la revue de littérature
Chapitre 2 – Méthode
Section 1. Positionnement théorique
Section 2. SINE 2002 comme données d’analyse
Section 3. Modélisation statistique
Section 4. Modélisation statistique
Section 5. Conclusion et synthèse
Chapitre 3 – Résultats
Section 1. Caractéristiques sectorielles
Section 2. Facteurs de survie et facteurs d’échec, les évolutions du modèle et les résultats sectoriels
Chapitre 4 – Discussion
Section 1. Évolutions du modèle d’analyse théorique et place des processus entrepreneuriaux dans la modélisation
Section 2. Les secteurs d’activité analysés sont-ils singuliers vis-à-vis de leur survie ?
Section 3. Discussion intersectorielle des résultats : une certaine singularité sectorielle
Conclusion