L’efficience semi-forte des marchés financiers : Bourse de Casablanca

By 2 February 2014

“… l’étude des aspects théoriques de l’efficience des marchés financiers, il sera notamment question de présenter les cadres théoriques dans lesquels s’inscrit toute la réflexion sur cette thématique. L’objectif de ce chapitre reste la mise en exergue des éléments fondant l’analyse théorique de l’efficacité des marchés financiers permettant de mieux comprendre son ancrage théorique ainsi que les variables …”

Université Cadi Ayyad de Marrakech
Faculté des sciences juridiques Économiques et sociales

Master: Finance Appliquée

Mémoire pour l’obtention du Master en Finance Appliquée

Etude de l’efficience semi-forte des marchés financiers : cas de la bourse de Casablanca
Etude de l’efficience semi-forte des marchés financiers :
cas de la bourse de Casablanca

Présenté par : DIALLO Alpha Oumar

Sous la direction du professeur MORCHID Brahim

Membres du jury :
Professeur MORCHID Brahim, Université CADI AYYAD
Professeur ESSARDI Omar, Université CADI AYYAD
Professeur ZIKY Mustapha, Université CADI AYYAD

Année Universitaire :
2010-2011

Remerciements

Mes sincères remerciements à mon professeur et encadrant MORCHID Brahim pour l’orientation et les précisions tout au long de ce travail, aux professeurs ESSARDI Omar et ZIKY Mustapha d’avoir accepté d’être membres de jury, à ma famille pour le soutien qu’elle ne cesse de m’apporter. Ma reconnaissance envers mon frère pour ses conseils éclairés et à toutes les personnes qui m’ont accompagné durant ce séjour au Maroc.

Introduction

Les théories de la libéralisation financière développées dans les années 701 ont eu à fustiger la politique monétaire qui consistait dans certains pays à maintenir des taux d’intérêt nominaux à un niveau tel que les taux d’intérêts réels deviennent négatifs. Une telle politique désignée sous le vocable de répression financière a eu pour effet non seulement de décourager l’épargne, mais d’agir défavorablement sur la quantité d’investissement. L’arrivée des théories de libéralisation financière a eu un écho favorable dans beaucoup de pays à telle enseigne qu’elles ont été les fondements des différentes politiques économiques portées désormais sur l’ouverture du compte capital des économies. Rappelons que les politiques de libéralisation financière sont censées influencer positivement sur la croissance économique en stimulant l’épargne et l’investissement, en améliorant la productivité du capital. Mais ces mécanismes de transmission de la libéralisation financière sont conditionnés et le fonctionnement des marchés boursiers y occupe une place importante. En effet, des marchés financiers efficients sont nécessaires pour que cette relation entre libéralisation financière et croissance via le développement financier soit effective car l’efficience des marchés financiers permet tout simplement d’allouer les ressources financières vers les secteurs productifs.

L’efficience des marchés financiers, une question ancienne

Comprendre les comportements des opérateurs sur les marchés financiers en identifiant, expliquant les variables aidant à la prise de décision dans une logique d’allocation optimale des ressources, tel est l’objectif de la théorie de l’efficience sur les marchés financiers.

La notion de l’efficience des marchés financiers est l’un des principaux fondements de la théorie financière, car elle constitue l’hypothèse de base des modèles d’aide à la décision et de négociation sur les marchés. L’efficience des marchés est une théorie qui peut apparaitre simple au premier abord mais dont les multiples développements l’ont rendu complexe. Elle a évolué au cours du temps, suite aux travaux empiriques réalisés depuis le premier énoncé de la théorie.

« La notion d’efficience des marchés financiers est l’une des propositions les plus controversées et étudiées dans toutes les sciences sociales » [B. Ndong (2007), p.5]. Et malgré des décennies de recherches, elle n’arrive pas jusqu’à présent à faire l’objet d’un consensus. Ceci montre donc sa profondeur et son étendue et le fait qu’il continue toujours à fasciner les chercheurs en général et les économistes en particulier

1 Des économistes comme R. Mackinnon, M. Friedman, ont travaillé sur cette question.

Une caractéristique importante du marché efficient est qu’il évalue les titres de la même manière. Ainsi, lorsque cette efficience est réelle, le prix du titre est une bonne estimation de la valeur que lui confère le marché. D’où l’importance du concept d’efficience pour les investisseurs qui comptent investir dans un marché financier et surtout pour l’allocation efficiente des ressources financières. C’est ainsi que la variation des cours boursiers est toujours un prétexte pour une réallocation des ressources financières dans l’économie en question. Une telle allocation n’est efficiente que lorsque le marché boursier lui-même fonctionne de manière efficiente. Ce fonctionnement efficient assure une bonne évaluation des titres cotés sur le marché boursier. Dans la littérature financière, il existe plusieurs formes d’efficience2 correspondant au degré d’intégration de l’information disponible dans les cours des actifs ou simplement des dans les décisions des différents opérateurs de marché quant à l’achat ou à la vente d’un titre donné. Cette hypothèse d’efficience peut être analysée à plusieurs niveaux. Ainsi E. Fama (1970) distingue trois formes d’efficience : l’efficience au sens faible, l’efficience au sens semi fort et enfin l’efficience au sens fort. Ces trois formes d’efficience se différencient par le contenu informatif auquel elles se réfèrent.

Dans le cadre de ce travail, nous nous attacherons à la forme semi-forte de l’efficience dans laquelle les cours boursiers réagissent instantanément à l’annonce d’information dès que celles-ci deviennent publiques impliquant une réaction absolument immédiate des investisseurs.

Cette question de l’efficience informationnelle au sens semi fort du terme sera abordée en ayant comme base de travail les cotations à la bourse des valeurs mobilières de Casablanca. Travailler sur cette question de la réactivité de la prise en compte d’une nouvelle information par les opérateurs sur ce marché est nécessaire pour s’assurer d’une allocation optimale des ressources, d’un intérêt pour les investisseurs mais aussi du maintien de confiance au niveau cette place financière pour des acteurs divers et variés. Ces éléments là restent déterminants aujourd’hui dans l’attrait des capitaux étrangers, facteurs de croissance et de promotion du développement

2 Nous reviendrons plus largement sur cette question dans le chapitre 1.

En d’autres termes, nous répondrons à la question de savoir si oui ou non, le marché des valeurs mobilières de Casablanca est efficient au sens semi fort

Vérifier l’efficience au sens semi fort de la bourse des valeurs mobilières de Casablanca tel reste l’objectif de notre travail. Et, pour arriver à cette fin, méthodologiquement, nous nous servirons des études d’évènements, démarche statistique permettant de vérifier la réactivité d’un cours boursier suite à l’émission d’une nouvelle information. Ce mémoire sera divisé en 3 chapitres sur le plan du travail, avec un premier consacré aux différents aspects théoriques de la notion d’efficience informationnelle , de rationalité et d’anticipations rationnelles pour en saisir le contenu, les formes, les implications, éléments importants dans l’établissement des modèles de référence, le second aura pour objectif d’étudier le cadre théorique de la forme semi-forte de l’efficience des marchés financiers et le dernier chapitre traitera de la vérification empirique de l’efficience semi-fort sur la bourse des valeurs mobilières de Casablanca au travers un échantillon de titres. Il sera notamment question de faire des tests statistiques dont les résultats seront la base de notre jugement sur l’efficience ou non de ce marché boursier au sens semi fort de la littérature financière.

Sommaire :

Introduction
Chapitre 1 : Notions d’efficience, de rationalité et d’anticipations rationnelles
1.1-Notion d’efficience des marchés financiers
1.1.1 : Evolution et dimension de la notion de l’efficience
1 .1.2 : Hypothèses et implications de cette notion de l’efficience
1.2- Notions de rationalité et des anticipations rationnelles
1. 2. 1 : Définition et formes de la notion de rationalité
1. 2. 2 : Les anticipations rationnelles et leurs implications
1.3 – L’efficience informationnelle du marché et ses modèles
1.3. 1 : L’efficience informationnelle des marchés boursiers
1. 3. 2 : Les modèles de l’efficience
Chapitre 2 : la forme semi-forte de l’efficience et les tests d’événements
2.1 : Revue de littérature sur les études d’événements
2.1.2 : Historique
2.1.2 : Quelques applications
2.1.3 : La question de la vitesse d’ajustement
2.2 : La méthodologie de l’étude d’événement
2.2.1 : origine et évolution
2.2.2 : les étapes
2.2.3 : Les limites de la méthodologie des études d’événement
Chapitre 3 : vérification empirique
3.1 Présentation de la bourse des valeurs de Casablanca
3.1.1 : Evolution
3.1.2 : Caractéristiques de la bourse de Casablanca
3.2 : l’étude de l’événement
3.2.1 : Méthodologie de travail
3.2.2 : Application
3.3 : Les principaux résultats
Conclusion

Chapitre1 : Notions d’efficience, de rationalité et d’anticipations rationnelles

Essentiellement consacré à l’étude des aspects théoriques de l’efficience des marchés financiers, il sera notamment question de présenter les cadres théoriques dans lesquels s’inscrit toute la réflexion sur cette thématique. L’objectif de ce chapitre reste la mise en exergue des éléments fondant l’analyse théorique de l’efficacité des marchés financiers permettant de mieux comprendre son ancrage théorique ainsi que les variables expliquant les comportements des différents opérateurs sur ces marchés. Il sera question plus spécifiquement de présenter l’évolution de la théorie économique sur cette analyse de l’efficacité des marchés financiers. Et pour cela, cette partie comportera trois points dont la succession facilitera la compréhension de la théorie sur l’efficacité des marchés financiers. Ces éléments seront traités en détail dans ce chapitre selon le plan suivant : dans un premier point sera traitée la notion d’efficience, dans un second les notions de rationalité et d’anticipations rationnelles et dans le troisième point l’efficience informationnelle des marchés et les modèles d’efficience.

1.1 Notion d’efficience des marchés financiers

Comme mentionné précédemment, la notion de l’efficience des marchés financiers occupe une place importante dans la réflexion sur la théorie financière. Elle pose les conditions d’une allocation optimale des ressources et du maintien de la confiance des différents acteurs sur le marché. Ils sont nombreux les travaux qui en ont été consacrés dans un objectif de mieux comprendre les comportements des différents opérateurs sur les marchés financiers et singulièrement sur ceux boursiers. Partager le contenu des notions d’efficience, de rationalité, d’anticipations rationnelles et d’efficience informationnelle, tel demeure l’objectif principal de ce chapitre et ce, en passant en revue la dynamique de la recherche scientifique en la matière en faisant référence notamment aux travaux de E. Fama.