Définition du succès de l’entreprise, un melting-pot d’indicateurs

By 11 February 2014

1.4 La définition du succès, un melting-pot d’indicateurs

La littérature a montré un manque de clarté et de consensus concernant la définition du concept de succès. Néanmoins, certains traits et dimensions semblent récurrents dans les recherches étudiées. Ainsi, le concept de succès apparaît comme pouvant être représenté par un nombre récurrent d’indicateurs.

Bien qu’il existe un grand nombre de tentatives de combinaisons déjà réalisées afin de rendre compte de la multitude des dimensions que revêt le concept de succès, certains indicateurs apparaissent comme analysés fréquemment de manière conjointe. C’est le cas de la croissance, de la survie et des profits. Ces trois indicateurs restent au sens de Solymossy (1998, 2000) des mesures économiques objectives. L’emploi de ce type de mesures reste donc pertinent pour obtenir une vision objective du concept de succès.

On retrouve également ces trois indicateurs dans la conception du succès défini par Witt (2004), qui y implémente une dimension temporelle. Il semble alors, qu’autour d’un cœur d’indicateurs largement acceptés par la communauté de la recherche, composé de la survie, de la croissance et des profits, il y ait une possibilité d’ajuster un certain nombre d’autres indicateurs (satisfaction, légitimité, taille, évaluations subjectives de l’entrepreneur, part de marché, etc.) selon le centre d’intérêt que le chercheur souhaite développer et analyser.

Du fait de la vision incrémentale de la recherche concernant le concept de succès, il apparaît donc plus cohérent d’adopter une démarche également intégrative, en formulant une définition du succès dans laquelle se retrouvent les trois indicateurs principaux dénotés de la littérature passée : la survie, la croissance et les profits.

Néanmoins, dans le même sens que Solymossy (1998, 2000) ou encore Witt (2004), il est également apparu, que certaines évaluations subjectives telles que la satisfaction de l’entrepreneur puissent être également pertinentes dans l’appréhension du concept de succès. Ainsi, au regard des études antérieures, il peut être considéré comme constitué de deux dimensions d’analyses pertinentes : la dimension relative aux mesures économiques objectives et la dimension plus subjective relative aux évaluations faite par l’entrepreneur. Selon ces auteurs, l’analyse de ces deux dimensions reste fondamentale pour obtenir une vision globale du concept de succès, ce qui reste cohérent avec la remarque de Sammut (1998).

Dans cette recherche, le concept de succès sera donc entendu comme l’aboutissement final de la notion de survie, la notion de survie apparaissant au regard des travaux de Witt (2004), comme l’élément initiant le processus conduisant la nouvelle entreprise à son succès futur.

Cette définition plus précise de la notion de survie, ainsi que son impact sur le concept de succès à terme, implique ainsi, pour une analyse plus approfondie des facteurs favorisant la survie de la nouvelle entreprise, de prendre en compte dans les développements suivants, les éléments favorisant aussi bien le concept de succès que ceux relatifs spécifiquement à la notion de survie puisque concourant dans le même sens.

1.5 La notion de survie comme objet de recherche

La littérature a révélé que l’objet de notre recherche constituait l’indicateur d’origine d’un processus plus ou moins long conduisant l’entrepreneur ainsi que son entreprise à leurs succès. Pour cette raison, nous avons détaillé fortement les éléments liés au succès, afin de repérer clairement la position de la notion de survie au sein de ce processus.

La notion de survie peut ainsi se voir prolongée par la notion de pérennité, qui sur une échelle du temps différente, engendre les mêmes types de préoccupations pour les chercheurs. Les développements précédents nous conduisent donc à nous positionner de manière plus synthétique.

1 Le concept de survie sera donc considéré comme l’élément déclencheur du processus conduisant la jeune entreprise et son entrepreneur à leur succès futur,

2 Le concept de survie est également entendu ici comme une notion englobant une dimension temporelle. Cette dimension se trouve sur une échelle allant de la naissance de la jeune entreprise (0) à trois ans.

Ainsi, nous nous positionnons clairement dans la lignée d’auteurs tels que Lasch et al. (2005) ou encore Teurlai (2004) relativement à l’échelle temporelle d’analyse (0-3 ans) et dans la lignée d’auteurs tels que Witt (2004), Littunen et al. (1998) ou encore Tamássy (2006) concernant notre vision de la place de la notion de survie dans le processus plus complexe menant au succès.

1.6 Conclusion : La notion de survie à l’origine du concept de Succès

La définition de notre objet de recherche, à savoir la notion de survie de l’entreprise nouvellement créée, nous a conduit à repérer ses contours au travers de l’explicitation du concept de succès, dans lequel la notion de survie se retrouve circonscrite.

Petit à petit, la notion de survie est apparue comme à l’origine des divers indicateurs relatifs au concept de succès, mis à part le profit (puisqu’existant une possibilité lors de la revente de les obtenir, cf. partie sur l’échec). Les quatre éléments récurrents relatifs au succès, que sont la survie (ou l’échec), la croissance, les profits, ainsi que la satisfaction de l’entrepreneur relative aux indicateurs précédents sont apparus comme ayant un lien sous-jacent intrinsèque à la définition même du concept de succès que nous défendons ici.

La notion de survie pourrait ainsi également être influencée par la croissance, les profits étant apparus comme trop volatiles à repérer, mais aussi comme difficiles à imputer à la survie ou encore à la fermeture de l’entreprise, ils ne seront pas pris en compte dans l’analyse des facteurs de survie des entreprises qui sera présentée plus en avant.

La présente analyse se retrouve donc dans la lignée de travaux comme ceux de Lussier (1995), Lussier et Pfeifer (2000) ou encore celles menées par Teurlai (2004) ou Lasch, et al. (2005) concernant la définition du concept de succès.

Cette définition se retrouve elle-même à la croisée de plusieurs disciplines dans la recherche en sciences de gestion. Ces différentes conceptions qui ont été développées se retrouvent synthétisées dans la Figure 7 suivante.

Figure 7 Le succès et la survie à la croisée de plusieurs champs de recherche
Le succès et la survie à la croisée de plusieurs champs de recherche

Ce schéma représente donc le cadre théorique dans lequel nous puisons les éléments que nous utiliserons pour analyser et observer notre objet de recherche.

Des liens étroits sont apparus entre la survie et le succès et, plus globalement, entre tous les éléments de ce cadre théorique. En effet, comme la littérature mobilisée l’a montrée, survie et succès sont parfois confondus ou agglomérés dans leurs définitions. Les auteurs s’emploient à cerner la problématique du mieux possible, parfois en s’inspirant de disciplines transversales aux leurs pour enrichir le débat sur leur angle de recherche.

Les développements nous conduisent maintenant à nous intéresser aux différentes études qui ont été menées pour observer, appréhender ou faire apparaître les facteurs favorisant la survie ou le succès d’une entreprise. Nous détaillerons, dans la prochaine partie, les différents modèles rencontrés dans la littérature. Nous nous attacherons à expliciter de manière approfondie les différentes caractéristiques fondamentales de ces différentes modélisations des problématiques de survie/succès afin de disposer d’une vision élargie des travaux effectués. Nous espérons ainsi relever des thématiques qui s’avèrent récurrentes dans les analyses afin de dénoter un éventuel consensus dans les différentes études.

Facteurs de survie des jeunes entreprises en France : une approche intersectorielle
Thèse présentée pour obtenir le grade de Docteur de l’Université Montpellier I
Ecole doctorale économe et gestion – Institut supérieure de l’entreprise de Montpellier
ISEM Equipe de recherche sur la firme et l’industrie

Chapitre 1 – Fondements théoriques
Section 1. Du succès à la survie, du concept élargi vers l’objet de recherche
Section 2 Les analyses du succès et de la survie, rencontrées dans la littérature
Section 3. Des facteurs clé de succès aux facteurs de survie
Section 4. Synthèse de la revue de littérature
Chapitre 2 – Méthode
Section 1. Positionnement théorique
Section 2. SINE 2002 comme données d’analyse
Section 3. Modélisation statistique
Section 4. Modélisation statistique
Section 5. Conclusion et synthèse
Chapitre 3 – Résultats
Section 1. Caractéristiques sectorielles
Section 2. Facteurs de survie et facteurs d’échec, les évolutions du modèle et les résultats sectoriels
Chapitre 4 – Discussion
Section 1. Évolutions du modèle d’analyse théorique et place des processus entrepreneuriaux dans la modélisation
Section 2. Les secteurs d’activité analysés sont-ils singuliers vis-à-vis de leur survie ?
Section 3. Discussion intersectorielle des résultats : une certaine singularité sectorielle
Conclusion