Le projet d’allaitement maternel en France – les limites de l’étude

By 30 January 2014

Discussion Référencée

L’étude avait pour objectif d’évaluer l’efficacité des deux stratégies d’éducation anténatale sur l’allaitement maternel réalisées au niveau du CHU. Il s’agissait d’observer comparativement la conduite de l’allaitement dans les deux premiers mois du post-partum.

Après avoir exposé les limites de l’étude, j’argumenterai les résultats en fonction de mes objectifs de départ tout en les discutant avec des données présentes dans la littérature.

I – LES LIMITES DE L’ETUDE

A – Les points faibles et les points forts de l’étude

Une des limites de l’étude réside dans la potentielle non représentativité des patientes dans chacun des deux groupes qui composent l’échantillon.

La faible représentativité dans le groupe information spécifique est due au fait que ces séances ne sont planifiées qu’une fois par mois environ et accueillent entre 8 et 15 patientes. Par contre, le consentement de toutes les patientes ayant participé à la séance d’information spécifique sur l’allaitement maternel et éligible pour l’étude a été recueilli sur les 5 mois de recrutement. Dans le groupe préparation à la naissance le recrutement n’a pas été optimal, seulement une partie des patientes étaient éligibles car certaines avaient un projet d’allaitement artificiel.

Un des points forts de l’étude est le faible taux de perdues de vues (12.5%). Sur les 56 patientes à contacter à 2 mois du post-partum, seulement 7 patientes n’ont pas pu être joignables par téléphone. Elles se répartissaient équitablement dans les 2 groupes (4 et 3), les perdues de vues n’ont donc pas entrainé un biais de sélection.

Aussi, le fait de faire un entretien semi-directif m’a permis d’obtenir un taux de réponse proche de 100% à toutes les questions.

B – Les biais

Les patientes de l’échantillon ont été réparties dans les deux groupes en fonction du type d’information reçue sur l’allaitement maternel et, en anténatal, avant de connaitre l’histoire de leur allaitement. La représentativité des exposés et des non exposés par rapport à la population source était correcte.

Dans l’étude, des biais de mémorisation existent. En effet, les patientes rappelées à 2 mois du post-partum étaient interrogées sur leur allaitement depuis leur accouchement. Et donc elles ne se souvenaient plus de façon précise de certains éléments, notamment des complications pendant le séjour à la maternité. Certaines ont eu des difficultés à identifier l’influence de l’information reçue pendant la grossesse sur leur allaitement. Ces biais de mémorisation étaient plus importants dans le groupe de la préparation à la naissance et à la parentalité. Les patientes ayant suivi une séance spécifique ont une information plus complète et plus spécialisée, ont leur a décrit plus précisément certaines notions et elles ont donc pu mieux les intégrer.

Les entretiens téléphoniques ont été conduits de façon équitable entre les deux groupes de patientes. Les questions étaient strictement les mêmes, les précisions demandées étaient similaires. Par contre, les entretiens ne sont pas déroulés en insu, le statut exposé / non exposé était connu au moment de l’appel téléphonique.

Toutes les patientes de l’échantillon ont été rappelées à partir de deux mois de leur accouchement, ceci dans un souci d’homogénéité de suivi des groupes pour limiter un biais de suivi.

Certains facteurs de confusion ont étaient maitrisés lors de l’élaboration du protocole avec les critères d’inclusion et d’exclusion de l’étude : le lieu d’accouchement, la primiparité, le projet d’allaitement. D’autres facteurs de confusion étaient répartis de façons homogènes entre les deux groupes : l’âge maternel, les caractéristiques socio démographiques de la population, l’utilisation de complément à la maternité, les difficultés rencontrés par la mère pendant l’allaitement.

II – CARACTERISTIQUES SOCIO-ECONOMIQUES DE LA POPULATION

Dans l’étude, la moyenne d’âge maternel était de 29.6 ans. La tranche d’âge la plus représentée est les 25-34 ans dans les deux groupes de l’échantillon. Les 18-24 ans et les 35 ans et plus sont minoritaires, mais les patientes du groupe allaitement maternel sont plus représentées dans la tranche d’âge des plus de 35 ans que les patientes du groupe préparation à la naissance et à la parentalité ; plus de 20% dans le groupe allaitement maternel versus moins de 5% dans l’autre groupe. Dans une étude relative aux durées et aux facteurs qui influent sur le déroulement de l’allaitement maternel menée en Rhône- Alpes, 77% des patientes avaient entre 25 et 35 ans [22].

L’ensemble des personnes interrogées vivait en couple. Plus de 95% des patientes avaient un niveau d’étude supérieur au baccalauréat. Et dans l’étude citée précédemment, 63% avait un niveau d’étude supérieur et au baccalauréat [22].

Les catégories socioprofessionnelles des agriculteurs, des artisans et des ouvriers n’étaient pas représentées dans la population d’étude. Par contre, dans les deux groupes de l’échantillon, les catégories des employés et des professions intermédiaires étaient les plus représentées. Dans l’étude menée en Rhône-Alpes, l’allaitement domine chez les cadres, les professions intermédiaires et les employés. Par contre, dans notre étude, en comparaison à celle-ci, la catégorie des cadres n’était pas la plus représentée, moins de 8% de l’échantillon [22].

Les caractéristiques socio-économiques de notre étude sont cohérentes avec la littérature sur ces mêmes caractéristiques qui initient ou influencent la pratique d’un allaitement maternel. Ce sont les mères plus âgées, mariées ou en couple d’un niveau de scolaire supérieur, et les femmes socio-économiquement plus favorisées qui allaitent plus [1 ; 11 ; 31].

Les données recueillies recoupent aussi le paysage socio-économique des femmes utilisant la préparation à la naissance. D’après l’association Sages-femmes et recherches, ayant étudié l’impact de la préparation à la naissance, 62% des femmes préparées ont un niveau d’études supérieures et, parallèlement, 73% ont une activité professionnelle [29].

III – LE PROJET D’ALLAITEMENT MATERNEL

Dans l’étude, 57.1% de l’échantillon avaient un projet d’allaitement avant la grossesse et 26.5% ont pris cette décision en début de grossesse, les taux n’étaient pas significativement différents entre les deux groupes. La synthèse de la littérature montre que les femmes choisissent majoritairement d’allaiter leur nouveau-né en préconceptionnel ou au premier trimestre de la grossesse. Dans une étude menée en Rhône-Alpes, 73% des patientes avaient pris leur décision en anténatal.

Ceci montre que les professionnels de la périnatalité n’ont pas un rôle propre par rapport au projet de la femme. Mais la période de la grossesse est propice à la promotion de l’allaitement maternel et pour inclure le père dans des actions d’information et de soutien de l’allaitement maternel [7 ; 22 ; 32].

Des études montrent que les mères qui participent à une séance de préparation sont moins indécises sur la durée qu’elles souhaitent allaiter mais sont plus nombreuses à souhaiter des durées plus courtes, inférieures à 5 mois. De plus, une intention d’allaiter prolongée induit une plus longue durée d’allaitement. Inversement, les décisions tardives entrainent plus de sevrages précoces.

Dans notre étude une patiente qui était indécise jusqu’à la fin de la grossesse n’a pas initié l’allaitement maternel à la naissance [22 ; 31].

10.7% des patientes ayant eu une information spécifique sur l’allaitement maternel versus 4.8% des patientes du groupe préparation à la naissance et à la parentalité ont décidé leur projet d’allaitement après la séance d’information. L’information spécifique sur l’allaitement a donc été plus efficace pour renforcer ou faire pencher une décision en faveur de l’allaitement.

D’après Marjorie R et al, 43% des patientes ayant reçu des conseils sur l’allaitement ont planifié un allaitement, contre 24.3% des patientes qui n’ont pas été informées et 62.8% ont décidé d’un allaitement artificiel en cas de non information [33].

Evaluation post-natale des différentes stratégies d’éducation anténatale sur l’allaitement maternel
Mémoire – Diplôme d’Etat de sages-femmes – Ecole de sages-femmes de Clermont- Ferrand
Université d’Auvergne – Clermont 1

Sommaire  :Introduction
Revue de littérature
I – L’allaitement
II – Politique de Santé Publique pour soutenir l’allaitement maternel
III – Education anténatale sur l’allaitement maternel
Résultats
Discussion
I – Les limites de l’étude
II – Caractéristiques socio-économiques de la population
III – Le projet d’allaitement maternel
IV – La conduite de l’allaitement maternel
V – La durée de l’allaitement maternel
VI – L’influence de l’éducation anténatale sur la pratique de l’allaitement maternel
VII – La satisfaction des patientes
Projet d’action
Conclusion