La satisfaction des patientes pendant la grossesse

By 30 January 2014

VII – LA SATISFACTION DES PATIENTES

Dans un des objectifs secondaires, nous avons évalué la satisfaction des patientes sur l’information reçue pendant la grossesse pour la mise en route et la conduite de l’allaitement au retour à la maison.

Les différents types de stratégies anténatales doivent respecter les convictions de chaque femme pour lui permettre de prendre une décision dans les meilleures conditions possibles. Il est donc de la responsabilité des professionnels de santé de donner une information claire et objective sur la pratique de l’allaitement et de ses bénéfices [40].

De façon générale, le ressenti est meilleur chez les patientes qui n’ont pas encore sevré leur nouveau-né au moment de l’enquête et pour celles qui allaitent exclusivement [22].

Dans notre étude, l’information pendant la grossesse a eu significativement plus de bénéfice pour la mise en route de l’allaitement maternel chez les patientes ayant eu une information spécifique que chez les patientes ayant participé aux séances de préparation à la naissance et à la parentalité. En effet les patientes du groupe allaitement maternel ont été satisfaites à plus de 80% contre environ 50% environ dans l’autre groupe.

Les patientes ont plus de difficultés à évaluer l’influence des cours de préparation sur la poursuite de l’allaitement au retour de la maison car, selon elles, les conseils sont surtout centrés sur le début de l’allaitement.

Dans une autre étude ayant aussi étudié l’influence d’une information spécifique et structurée uniquement sur l’allaitement maternel, 85% des patientes y ont trouvé des bénéfices pour leur allaitement, avec une satisfaction en moyenne de 8.15 sur 10 sur une échelle analogique. Pour 45% des patientes, le principal apport de ce cours est l’apprentissage des différentes positions. 20% ont tiré des bénéfices des solutions proposées en cas de difficultés.

De façon comparable à l’étude, ce sont les aspects pratiques et concrets sur le déroulement et la mise en route de l’allaitement maternel qui furent ressentis comme utiles par les femmes ayant participé [3].

L’OMS recommande, pour une préparation optimale des patientes, des séances où n’est abordé uniquement que l’allaitement maternel ; l’information sur l’allaitement artificiel et la préparation des biberons doit être traitée à part dans une autre séance. Le CHU, en mettant en place les séances d’information spécifique respecte les recommandations. Par ailleurs, aux séances de préparation à la naissance et à la parentalité, il est abordé de façon simultanée les deux modes d’alimentation.

De plus, nous avons pu remarquer que la majorité des patientes de l’étude ont eu recours à divers types de soutiens post-nataux pour leur allaitement. Elles ont eu surtout besoin de soutien et conseils pour la conduite de l’allaitement au retour à la maison, la gestion des difficultés et reprise du travail.

Les ressources des patientes du groupe préparation à la naissance étaient plus restreintes autour du personnel qui a été amené à être en contact avec l’enfant (pédiatre, PMI). Ce groupe de patientes a, de façon générale, plus tenu compte des conseils post- nataux que de l’aide apportée en anténatal.

En revanche, les patientes ayant eu une information spécifique ont fait plus appel à des associations de soutiens à l’allaitement car les contacts et le rôle de ces associations étaient expliqués pendant la séance. Les patientes recherchaient plus des informations complémentaires à celles données en anténatal et un soutien psychologique pour poursuivre l’allaitement.

Pour un bon déroulement de l’allaitement et un meilleur vécu des femmes allaitantes, il est important que le soutien anténatal et post natal se complémentent, qu’ils s’articulent autour des besoins des patientes.

Projet d’action

L’accompagnent de l’allaitement maternel débute pendant la grossesse mais se poursuit en post-natal pour soutenir et aider les femmes dans leur projet et ainsi favoriser l’initiation et la poursuite de l’allaitement.

La création d’un poste de consultante en lactation au sein de la maternité du CHU s’intègrerait totalement dans la mission d’accompagnement, d’écoute, de soutien et de valorisation des parents. Outre la qualité de prestation, allant du prénatal à la sortie de l’établissement et au-delà, c’est tout un environnement de bien-être et de sécurité à offrir aux familles.

Les objectifs d’une consultante en lactation sont les suivants : avoir un rôle de coordination auprès des équipes, faciliter la mise en place d’un projet commun, favoriser la cohérence dans les discours, soulager les équipes surchargées, offrir un suivi personnalisé en cas de problème.

Une définition du profil de poste d’une consultante en lactation est ainsi proposée. En prénatal, elle organiserait des cours en petits groupes d’information spécifique sur l’allaitement maternel, soit uniquement avec des femmes enceintes ou en y intégrant des femmes allaitantes qui pourraient partager leur expérience.

Durant l’hospitalisation, son rôle serait une évaluation complète d’une tétée et de son efficacité en partenariat avec la patiente et le personnel soignant, la mise en place d’un dossier spécifique « allaitement maternel », le suivi individuel en cas de difficulté d’allaitement ou de complications, une consultation de sortie (individuelle ou collective), un groupe de parole entre mères et professionnels.

En post-natal, elle effectuerait un suivi de l’allaitement par téléphone et des consultations spécifiques dans l’établissement.

Enfin, elle aurait un rôle de formation du personnel médical et paramédical.

Un entretien d’accueil pourrait être proposé aux patientes souhaitant allaiter dans le post-partum immédiat, en complément ou non de l’information reçue pendant la grossesse. Les professionnels de santé dans les suites de naissances sont les interlocuteurs incontournables pour soutenir leur choix. Il est clairement établi qu’un bon démarrage dans les premiers jours donne toutes les chances de faire de l’allaitement une expérience durable et satisfaisante pour la plupart des mères et des enfants.

Cet entretien pourrait donc être réalisé, grâce à une grille d’entretien standardisée à l’accueil dans le service de chaque patiente souhaitant allaiter, par une consultante en lactation mais aussi par les sages-femmes ou les auxiliaires de puéricultrice formées.

Le but est d’apporter un soutien efficace aux mères désirant allaiter. Il consiste à créer un moment privilégié de rencontre entre une personne du service dans les heures qui suivent l’arrivée de la maman. Ce temps d’échange permettra de lui apporter des informations précises sur la conduite de l’allaitement et le comportement du nouveau- né ; de faire le point sur ses connaissances et ses besoins. Ce moment privilégié permettra également de répondre à ses attentes et ses interrogations, et enfin de la rassurer quant à ses craintes. La sage-femme a un donc un rôle d’information qui permettra à la femme d’anticiper le séjour en maternité et d’être plus avertie en lui donnant ainsi des repères fondamentaux. Cet outil instaure aussi un suivi des femmes allaitantes pour leur permettre de mener à bien leur projet d’allaitement.

L’entretien d’accueil comporte ainsi 5 thèmes qui sont inspirés des recommandations de l’hôpital ami des bébés : la lactation, les positions de l’allaitement, la cohabitation mère-bébé 24h/24h, les rythmes du nouveau-né. La sage-femme informera également la patiente d’une chute de poids physiologique de son bébé les deux ou trois premiers jours, afin de la rassurer dans la pratique de son allaitement.

Conclusion :

L’allaitement maternel est une pratique intime et culturelle à replacer dans l’histoire de notre société. Mais il s’agit également d’une question de santé publique. Les sages- femmes ont une place prépondérante dans la promotion de l’allaitement maternel et dès la grossesse avec une information permettant aux patientes de faire un choix éclairé et leur donner des bases pour mener à bien leur allaitement.

Nos résultats et la synthèse de la littérature montrent que l’information anténatale augmente la durée de l’allaitement maternel. Même si nos résultats n’ont pas mis en évidence de différences significatives entre les deux stratégies d’éducation anténatale à cause du manque de puissance, les patientes ayant bénéficié d’une information spécifique ont été plus nombreuses à suivre un allaitement à 1 mois et 2 mois du post- partum et aussi à allaiter de façon exclusive.

De plus, les femmes ayant eu l’information spécifique ont retenu une impression de l’intervention à plusieurs niveaux et ont exprimé une plus importante satisfaction pour la mise en route de l’allaitement. Ainsi, les femmes ont particulièrement estimé les conseils pratiques, comme les différentes positions de l’allaitement, mais également le soutien qui leur a notamment permis d’être confortées dans leur choix.

Ce type d’intervention semble être une préparation satisfaisante pour les futures mères pour leur allaitement en complément d’une intervention postnatale ultérieure. Elle permet de sensibiliser les femmes avant la naissance de leur enfant sur les différents aspects de l’allaitement maternel et la nécessité de se faire conseiller et aider pendant celui-ci.

De la même façon où nous nous sommes intéressés à l’éducation anténatale, nous pourrions mener une réflexion qui permettrait aux sages-femmes de consacrer une partie plus importante de leur temps à l’accompagnement de l’allaitement maternel en services de suites de naissance. Un soutien post-natal est un complément indispensable à l’information anténatale.

Enfin, dans le cadre d’une démarche d’amélioration de la qualité au sein des structures hospitalières une évaluation des pratiques professionnelles sur ce thème pourrait constituer un lever d’amélioration des pratiques d’accompagnement non conformes.

Un des buts serait d’une part d’améliorer l’accès à l’information et à l’éducation anténatale pour les personnes les moins favorisées au niveau socio-économique.

D’autre part, des actions pour améliorer la continuité de la prise en charge à la sortie de la maternité, en favorisant une utilisation plus systématique des associations d’usagers qui permettent un soutien de l’allaitement maternel. Aussi nous pouvons réfléchir à l’engagement d’une prise en charge médicale ville-hôpital, lorsque par exemple survient une complication pour éviter un sevrage précoce.

Et aussi, la participation des pères aux sources d’information sur l’allaitement maternel devrait être favorisée, car l’opinion des pères est un déterminant de la durée de l’allaitement.

Evaluation post-natale des différentes stratégies d’éducation anténatale sur l’allaitement maternel
Mémoire – Diplôme d’Etat de sages-femmes – Ecole de sages-femmes de Clermont- Ferrand
Université d’Auvergne – Clermont 1

Sommaire  :Introduction
Revue de littérature
I – L’allaitement
II – Politique de Santé Publique pour soutenir l’allaitement maternel
III – Education anténatale sur l’allaitement maternel
Résultats
Discussion
I – Les limites de l’étude
II – Caractéristiques socio-économiques de la population
III – Le projet d’allaitement maternel
IV – La conduite de l’allaitement maternel
V – La durée de l’allaitement maternel
VI – L’influence de l’éducation anténatale sur la pratique de l’allaitement maternel
VII – La satisfaction des patientes
Projet d’action
Conclusion