La conduite de l’allaitement maternel

By 30 January 2014

IV – LA CONDUITE DE L’ALLAITEMENT MATERNEL

Durant le séjour à la maternité, plus de la moitié des patientes (59.2%) ont eu recours au moins une fois à un complément, cela se répartissait de la même façon dans les deux groupes. Ces compléments ont été donnés préférentiellement à la seringue pour éviter de perturber l’apprentissage de la succion des nouveau-nés, conformément aux différentes recommandations.

Le taux d’utilisation de compléments est légèrement supérieur aux taux retrouvés dans d’autres études qui sont de 31%, 41% et 45% suivant les études. L’apport de compléments de lait artificiel est une pratique observable à la maternité, souvent sans réelles indications médicales. Les professionnels de santé ne sont pas toujours conscients des conséquences négatives de leur utilisation [7 ; 11 ; 22].

En effet, les indications à l’utilisation de compléments sont rares, certaines sont liées à la mère : maladie infectieuse, insuffisance de lait documentée (anomalies anatomiques, chirurgie mammaire), retard à l’établissement de la lactation ou encore tétées extrêmement douloureuses ; certaines sont liées à l’enfant : hypoglycémie sévère documentée, perte de poids associée à des signes de déshydratation et/ou un ictère.

Or, lors des entretiens, les patientes ont décrit y avoir recours pour les raisons suivantes : « peur de l’hypoglycémie et de l’insuffisance d’apports, tétées considérées comme trop espacées, fatigue maternelle et surtout difficultés à gérer les pleurs des bébés, des angoisses, et ce en particulier la nuit ».

La littérature montre que dans les situations suivantes il n’y a pas d’indication médicale à donner des compléments : faible nombre de tétées au cours des 24-48 premières heures chez un nouveau-né à terme en bonne santé et sans facteur de risque ; perte de poids > 7-10 % chez un nouveau-né ni déshydraté, ni ictérique, qui tête bien et dont la mère présente des signes d’établissement de la lactation ; pas de compléments systématiques chez les nouveau-nés à risque d’hypoglycémie ; agitation, pleurs, tétées rapprochées chez un nouveau-né à terme en bonne santé qui s’apaise quand il tète [34].

L’utilisation de complément sans indication médicale est associée à des durées d’allaitement total et exclusif plus courtes comparativement à l’absence de complément ou médicalement indiqués. Mais ceci reste à pondérer, pour A Ego et al, l’utilisation de compléments n’est pas l’explication principale au sevrage précoce [35].

Aussi l’apport de compléments est préjudiciable à la mise en route et à la poursuite de l’allaitement à plus d’un titre, diminution de la fréquence des tétées, risque de stase lactée, d’engorgement; interférence possible avec l’apprentissage de la succion au sein. Mais aussi, perte de confiance de la mère dans sa capacité à allaiter en particulier en cas d’utilisation de compléments en l’absence d’indications médicales et notamment en cas de pleurs ou d’agitation [34-35].

Les crevasses étaient un des incidents de parcours les plus retrouvés pendant le séjour à la maternité, environ 60% de la population, ensuite différentes difficultés avec les nouveau-nés mais en proportion plus faible. Les problèmes d’allaitement durant la première semaine ont entrainé 10% arrêt précoces. Les causes de ces arrêts sont des crevasses douloureuses, une impression de manque de lait, une mauvaise courbe pondérale, un nouveau-né irritable qui prend mal le sein, et un allaitement mixte dès la naissance. La littérature décrit les mêmes motifs, auxquels s’ajoutent l’utilisation d’une tétine qui multiplie par 2.5 le risque d’arrêt, l’avis de professionnels devant l’appariation d’une pathologie maternelle et le désir personnel [7 ; 35].

Les patientes ont aussi été interrogées sur la survenue d’incidents de parcours au retour à la maison le temps de l’allaitement.

Les crevasses ont représenté la plus grande proportion des complications, soit 32.7% de la population, ceci répartie de façon relativement équilibrée entres les deux groupes d’études. Dans diverses études, les crevasses sont souvent les plus cités et sont un des premiers motifs de sevrage. Par contre dans notre étude, aucune des patientes n’ont sevré leur nouveau-né à cause de crevasses, ceci peut s’expliquer par le fait qu’elles étaient associées à d’autres difficultés citées comme motifs d’arrêt ; où aussi que les patientes ont réussi à gérer leurs crevasses et poursuivre l’allaitement [11 ; 22].

Le taux d’engorgement pathologique était de 32.1% dans le groupe allaitement maternel et de 4.8% dans le groupe préparation à la naissance et à la parentalité, il existe une différence statistiquement significative entre les deux groupes. La définition d’engorgement n’est homogène, les taux de survenue d’engorgement pathologique fluctuent entre 20 et 85% suivant les études [11].

Les patientes ayant eu une information spécifique ont eu des explications plus complètes sur les différentes complications et notamment de l’engorgement. Elles sont donc en mesure de mieux identifier un engorgement quand celui-ci survient. Ceci peut expliquer la différence observée entre les deux groupes de préparation.

L’opinion du père, et de l’entourage de la mère de façon plus large, a une influence sur la poursuite de l’allaitement maternel. Dans l’étude menée en Rhône-Alpes, les pères étaient moins favorables à l’allaitement dans le groupe des enfants sevrés que des enfants non sevrés [22].

Dans l’étude, l’influence de ce facteur est difficilement analyse, un seul item du questionnaire se référait à l’avis de l’entourage. Pendant l’entretien, les patientes ont des difficultés à répondre à cette question, une certaine gène a été ressentie. L’influence négative du père sur la poursuite de l’allaitement a sans doute été sous estimée.

Les incidents de parcours, et les motifs de sevrage sont globalement similaires avec ceux retrouvés dans la littérature. L’impression de manque de lait est un motif principal de sevrage avant 9 semaines dans l’enquête périnatale, or ce n’est pas retrouvé dans les résultats [11].

Par contre de façon qualitative les patientes du groupe de préparation à la naissance et à la parentalité ont plus décrit en incident de parcours et/ou motif de sevrage le manque de lait que les patientes ayant bénéficiée d’une information spécifique.

Evaluation post-natale des différentes stratégies d’éducation anténatale sur l’allaitement maternel
Mémoire – Diplôme d’Etat de sages-femmes – Ecole de sages-femmes de Clermont- Ferrand
Université d’Auvergne – Clermont 1

Sommaire  :Introduction
Revue de littérature
I – L’allaitement
II – Politique de Santé Publique pour soutenir l’allaitement maternel
III – Education anténatale sur l’allaitement maternel
Résultats
Discussion
I – Les limites de l’étude
II – Caractéristiques socio-économiques de la population
III – Le projet d’allaitement maternel
IV – La conduite de l’allaitement maternel
V – La durée de l’allaitement maternel
VI – L’influence de l’éducation anténatale sur la pratique de l’allaitement maternel
VII – La satisfaction des patientes
Projet d’action
Conclusion