Modification de la chaîne éditoriale numérique: un projet national

By 7 September 2013

2.3 – La modification de la chaîne éditoriale : un projet national

Comme nous l’avons mentionné plus tôt, MM. Roux et Buard sont intervenus dans plusieurs presses universitaires depuis 2010. Ci‐dessous la liste des dix éditeurs chez lesquels la chaîne éditoriale développée à Caen a été installée entre 2010 et 2012 :

* ENS‐LSH : ENS éditions ; INRP (Lyon)

* Presses de l’ENSSIB (Villeurbanne)

* Presses universitaires de Rennes

* Presses universitaires François Rabelais (Tours)

* Presses de l’université Saint Joseph (Beyrouth)

* Éditions de la Maison des sciences de l’homme (Paris)

* Université d’été du Cléo (Marseille)

* Presses de l’EHESS (Paris)

* Presses universitaires de Franche‐Comté (Besançon)

* Presses universitaires du Septentrion (Lille)

Les deux intervenants présentent également leur travail lors de journées de travail telles que celles de l’AEDRES, les journées Medici ou encore le Consortium « Corpus » Cahier pour l’édition de sources d’éditeurs publics et privés. L’implantation de la chaîne XML qu’ils ont développée est un projet national où chaque membre des maisons d’édition ayant reçu cette formation peut aider au développement de cette chaîne éditoriale numérique, notamment via un Tumblr mis en route en juillet 2012 pour faciliter les échanges entre éditeurs à propos de cette chaîne XML et des problèmes qu’ils peuvent rencontrer ou des solutions à amener. Lors de la journée de travail de l’AEDRES du 18 juin 2012, M. Roux a confirmé le caractère communautaire de cette chaîne XML.

C’est un outil développé de façon collective mais qui doit garder son unicité.

Dominique Roux, journée de l’AEDRES, 18 juin 2012

Plusieurs organismes travaillent donc de concert pour le développement de l’édition électronique en France.

L’AEDRES , Association des Éditeurs de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur regroupe 31 éditeurs liés à des universités, des écoles d’enseignement supérieur, des institutions scientifiques. <http://www.aedres.fr/>

Cette association, dont les Presses universitaires du Septentrion sont membres et en charge du dossier de l’outil de gestion commun, propose notamment des journées de réflexion dont celle du 18 juin 2012 portait sur la chaîne XML développée à Caen, l’équipement d’excellence Open Edition et la Bibliothèque Scientifique Numérique. Les membres présents ont donc été mis au courant des différentes avancées des acteurs dans l’édition électronique et ont pu dire ce qu’ils en pensaient, les avantages et les inconvénients que cela peut amener. Les presses listées auparavant sont d’ailleurs toutes membres de l’AEDRES, ce qui montre que le mouvement de mise en commun de façon collaborative la chaîne éditoriale est parti de cet organisme.

Le Cléo, Centre pour l’édition électronique ouverte est un autre acteur important du développement de l’édition électronique. Un travail de convergence a ailleurs été réalisé afin que la chaîne AEDRES‐PuC‐OpenEdition corresponde à celle de Revues.org, ce qui permet aux éditeurs d’exporter directement leur fichier XML vers un fichier XML correspondant aux critères de Revues.org. La plate‐forme OpenEdition Books développée par le Cléo est un consortium de plus de 20 éditeurs en SHS. Cette plate‐forme complète de publication et de communication en libre accès pour les SHS met en place des programmes de numérisation de livres tels que 1 000 livres d’Open Edition Books en 2012 et 15 000 livres d’ici 20207. Cet équipement d’excellence ne tient pas à diffuser de simples versions PDF des livres papier mais des fichiers structurés en XML TEI pour une interopérabilité des fichiers avec d’autres plates‐formes.

Nous pouvons également citer le TGE Adonis , dont la mission principale est d’assurer l’accès et la préservation des données numériques produites par les sciences humaines et sociales. [TGE Adonis, 2012]

7. Le lien pointe sur l’appel à proposition pour le programme 15 000 livres d’OpenEdition Books et développe la finalité et le déroulement du projet ainsi que les conditions d’éligibilité . <http://leo.hypotheses.org/9098>

Le Cléo fait partie du TGE Adonis et ils développent tous deux des pratiques convergentes avec celles des Presses universitaires de Caen.

Le Réseau Médici , réseau des métiers de l’édition scientifique publique propose également des journées de travail dont la dernière des 3 et 4 avril 2012 traitait notamment du livre numérique. MM. Roux et Buard y avaient d’ailleurs présenté leur chaîne XML8. Les Presses universitaires du Septentrion sont membres du groupe de travail sur les contrats.

Dans les journées proposées par ces acteurs, des membres des organismes mentionnés sont souvent présents, ce qui montre qu’il y a un souci d’homogénéiser le développement de l’édition électronique ou tout du moins de la regrouper autour de groupes de travail. La normalisation du livre numérique était d’ailleurs le thème de la journée d’étude AFNOR CG46/BnF du 29 juin 2012, journée à laquelle de nombreux professionnels de l’édition étaient présents. L’enjeu de la normalisation des livres numériques est notamment de permettre à chaque éditeur de produire des livres numériques qui correspondent aux recommandations du Web, aux usages, à l’interopérabilité des données et à la portabilité des fichiers. En effet, toutes les liseuses ne lisent pas tous les formats de fichiers. Selon François Nawrocki, chargé de mission à l’économie numérique au Centre national du livre, la normalisation des formats permettra une amélioration qualitative (structuration intellectuelle et non typographique) ; l’évolutivité et la pérennité (contre l’obsolescence des formats) ; une indépendance relative des stratégies commerciales et concurrentielles. p. 17 [Nawrocki, 2009]

Cette normalisation apparaît, selon Lorenzo Soccavo, « indispensable à l’interopérabilité »9. Elle est en train de se mettre en place dans les presses universitaires françaises avec la chaîne d’édition structurée AEDRES‐PuC‐ OpenEdition, mais ce n’est pas le cas chez les éditeurs privés et les constructeurs de liseuses qui préfèrent pour certains créer un format fermé afin de s’assurer un lectorat.

8. Voici le programme des deux journées dont le thème central était « Les modèles économiques de l’édition scientifique publique. Les connaître pour optimiser sa stratégie éditoriale » . <http://medici.in2p3.fr/fr/index.php5/Journ%C3%A9es_du_r%C3%A9seau_M%C3%A9dici_‐_3_et_4_avril_2012_‐_Programme>9. Cité de l’article du blog de Lorenzo Soccavo « Les enjeux de la normalisation pour l’édition numérique » qui est une synthèse subjective de la conférence AFNOR/BnF du 29 juin 2012. <http://ple-consulting.blogspot.fr/2012/06/les‐enjeux‐de‐la‐normalisation‐pour.html>

Lire le mémoire complet ==> (Publication numérique dans l’édition scientifique : Presses universitaires du Septentrion)
Mémoire de stage Master 2, Mention Ingénierie documentaire, édition et médiation multimédia IDEMM
Université Charles de Gaulle, Lille 3 – Unité de Formation et de Recherche IDIST