Identité graphique face à la mondialisation des livres numériques

By 7 September 2013

3 – Garder son identité face à la mondialisation des livres numériques

3.1 ‐ Point de vue théorique

Les Presses universitaires du Septentrion ont donc mis en place, comme neuf autres éditeurs grâce aux Presses universitaires de Caen, une chaîne basée sur un pivot XML pouvant générer des versions numériques et papier. Mais cette généralisation, et nous pourrions même dire mondialisation, du livre numérique implique un travail supplémentaire pour l’éditeur basé sur son identité graphique. Celle‐ci est également présente dans les nouveaux formats de diffusion numérique qui doivent se démarquer des millions d’autres titres disponibles sur le Web. Cette normalisation et cette évolution vers le livre numérique posent donc quelques questions quant à l’image et à la composition même du livre numérique.

L’éditeur doit réagir face à la normalisation des livres numériques. La chaîne d’édition structurée AEDRES‐PuC‐OpenEdition mise en place par MM. Roux et Buard propose un export ePub avec une feuille de style CSS attachée. L’éditeur peut donc modifier cette feuille de style afin qu’elle corresponde à ses propres critères typographiques et par conséquent à son identité, ce qui va lui permettre de se démarquer des autres. Il s’agit également pour l’éditeur de mettre en avant ses livres numériques en leur attachant de nouvelles fonctionnalités pour les faire sortir du lot. Cette chaîne d’édition implique d’ailleurs de nouvelles compétences pour l’éditeur telles que la connaissance de langages informatiques, notamment le XML, XHTML et CSS, le premier structurant les fichiers sources où doivent être effectuées les corrections, les suivants étant les langages de base d’un ePub. D’autres langages peuvent être utilisés tels que le JavaScript qui est un plus pour le dynamisme du livre numérique. L’éditeur doit également être capable de proposer les nouvelles versions des formats de lecture comme l’ePub 31 par exemple qui est sorti en octobre 2011. Ce sont notamment par ces langages et ces nouvelles compétences que l’éditeur va conserver son identité numérique propre à ce nouveau format de diffusion.

1. Prenant en charge le HTML5 et le CSS3, l’ePub 3 tend à devenir le nouveau standard des livres numériques.

Les Presses universitaires du Septentrion sont en relation avec d’autres éditeurs et centres de composition tels que le Ceges, Centre de Gestion de l’Édition Scientifique de l’Université de Lille 3, et aimeraient également participer au développement de la chaîne d’édition structurée AEDRES‐PuC‐OpenEdition. De ce fait, elles ont déjà présenté cette chaîne à quelques acteurs et souhaiteraient atteindre les centres de recherche qui, pour certains, éditent des revues, la Maison des Sciences de l’Homme, le Pôle de Recherche de l’Enseignement Supérieur et l’école doctorale. Cette diffusion de la production du livre numérique implique pour les éditeurs concernés de prendre eux aussi en compte la nouvelle identité graphique engendrée par le numérique.

Parmi les nouveaux éléments graphiques du livre numérique, nous pouvons tout d’abord mentionner les caractères reflowable2 et « recomposable » de l’ePub. La première caractéristique implique que l’ePub n’a pas une forme unique mais s’adapte à la liseuse, ce qui est appréciable du point de vue du confort de lecture. De plus, le lecteur peut, sur la majorité des liseuses, décider de la police et du corps des caractères ainsi que du thème de l’ouvrage, ce qui correspond à l’aspect recomposable de l’ePub. Par conséquent, il pourra décider, notamment pour son confort visuel, de mettre un fond noir avec les caractères en blanc, inversement et d’autres possibilités [GFII, 2012]. Un livre de 200 pages peut donc devenir en un clic un livre de 500 pages et les illustrations, pourtant placées d’une certaine manière par l’éditeur, peuvent se retrouver n’importe où sur la « page ». Hors, cette étape de composition n’est pas anodine chez un éditeur, comme le rappelle Geneviève Chaudoye.

Des connaissances typographiques sont nécessaires pour gérer correctement un logiciel de mise en pages, en comprendre les subtilités et élaborer un travail graphique ; nécessaire également pour choisir et proposer la (ou les) police(s) de caractère adaptée(s) ; nécessaire pour mettre en forme un texte, qui réponde à la fois à des critères de confort, d’efficacité et de séduction ; nécessaires enfin pour communiquer entre professionnels. p. 51 [Chaudoye, 2010]

C’est donc une étape de la production éditoriale représentant le savoir‐faire et les connaissances de l’éditeur qui peut être facilement et rapidement modifiée par le lecteur. Pour faire face à ce problème, l’éditeur peut proposer des PDF plutôt que des ePub, les PDF étant visualisés sous la forme d’images zoomables. Mais la recomposition du texte n’est alors plus possible, tout comme la fonctionnalité de recherche pour les scans de PDF non océrisés3. De plus dans le cas d’ouvrages scannés, le PDF est une version similaire à la version papier, nous parlons alors de livre homothétique, et il n’est pas adapté à la lecture en ligne car il supprime justement les fonctionnalités qu’offre l’ePub comme les liens hypertextes ou les éléments dynamiques, dans le cas où ceux‐ci n’ont pas été insérés via Adobe Acrobat Pro par exemple4. Dans le cas de PDF natifs, donc directement générés par un logiciel de traitement de texte ou de mise en page tel que Word ou InDesign, les liens hypertextes restent actifs et la recherche pleine texte est possible.

2. Anglicisme traduit par repaginable. Cela signifie que le texte du livre numérique va s’adapter à la taille du support, ce qui fait varier le nombre de pages et assure une qualité de lecture.

Contrairement au PDF, avec le format ePub, l’éditeur n’est donc plus tout à fait maître de la mise en page d’un ouvrage une fois que celui‐ci a été acquis par l’internaute, ce qui signifie que son identité graphique peut également être modifiée.

3. L’OCR, Optical character recognition, est une technique informatique utilisée pour convertir l’image d’un texte imprimé en un fichier texte afin d’en permettre l’utilisation sur un ordinateur, comme l’éditer dans un logiciel de traitement de texte. Avec un PDF océrisé, le moteur de recherche d’une liseuse sera capable de repérer les mots et de répondre à la requête du lecteur.
4. L’utilisation de ce logiciel implique d’avoir acheté la version. Cependant, il est possible de convertir un fichier en PDF gratuitement et tout en conservant les liens hypertextes sur <http://www.conv2pdf.com/>

Lire le mémoire complet ==> (Publication numérique dans l’édition scientifique : Presses universitaires du Septentrion)
Mémoire de stage Master 2, Mention Ingénierie documentaire, édition et médiation multimédia IDEMM
Université Charles de Gaulle, Lille 3 – Unité de Formation et de Recherche IDIST