En pratique : des règles typographiques de l’éditeur à redéfinir

By 7 September 2013

3.2 – En pratique : des règles typographiques à redéfinir

Les Presses universitaires du Septentrion ont dû mettre en pratique cette réécriture des feuilles de style CSS pour ses publications numériques. Cela s’est passé en plusieurs étapes.

* Tout d’abord, il a fallu identifier les noms des styles créés par les Presses universitaires de Caen. En effet, l’export ePub est réalisable, mais la mise en page est plutôt basique et ne correspond pas forcément à celle des ouvrages publiés par les Presses universitaires du Septentrion, ce qui a nécessité une réécriture de la feuille de style.
* Ensuite, ces styles ont été comparés avec ceux utilisés par les Presses universitaires du Septentrion, notamment pour voir lesquels ne seraient pas ou peu utilisés et pour les distinguer plus facilement dans les fichiers XHTML.
* Pour finir, les styles ont été modifiés selon les critères typographiques de l’éditeur pour en faire un fichier CSS spécifique répondant aux fonctionnalités du Web plus qu’aux critères d’un livre papier.

Comme nous l’avons remarqué précédemment, la feuille de style ne correspond pas exactement à celle de la version papier, notamment pour mettre en avant les liens hypertextes. C’est également le cas pour promouvoir la complémentarité entre les versions papier et numérique des ouvrages édités par les Presses universitaires du Septentrion. À l’inverse, le livre numérique est pourtant parfois vu comme l’adversaire du livre imprimé, celui qui va peu à peu prendre sa place. Les nouvelles maquettes mises au point pour le fichier numérique enrichissent quant à elles le livre pour en montrer les nouvelles possibilités. Cependant, une fois les maquettes déterminées, l’éditeur doit les mettre en application par la mise en page qui peut modifier à son tour quelques éléments de la maquette.

Dans ces maquettes, la mise en page est également remise en cause. Les livres imprimés développent une mise en page traditionnelle. Ainsi, les livres littéraires ont un pied de page et un grand fond (les marges extérieures) plus important que les livres techniques5. Ces caractéristiques proviennent du livre au Moyen Âge et sont appliquées sur la version papier des ouvrages. Elles peuvent être définies dans la CSS sans que les lecteurs ne puissent la changer. Mais nous pouvons nous demander si cette tradition imprimée peut être calquée sur les fichiers numériques ou si ceux‐ci doivent à leur tour développer une mise en page spécifique.

Il faut également penser à la liseuse que va utiliser le lecteur pour visualiser cet ePub. En effet, les aperçus peuvent varier d’une liseuse à une autre, d’autant plus si le lecteur utilise son smartphone. Par conséquent, les tests des feuilles de style ont été réalisés sur différents supports et logiciels de lecture d’ePub : ordinateur, iPad, smartphone pour les premiers, puis les logiciels Calibre et Adobe Digital Editions, enfin le module EPUBReader pour lire ces fichiers sur Firefox.

Le lecteur qui a l’habitude de naviguer sur le Web peut s’attendre à certaines particularités de la part d’un livre numérique qui n’existent pas sur la version papier. C’est notamment le cas des liens hypertextes ou des images zoomables. Mais si l’éditeur a certains critères comme ne pas souligner le texte ou ne pas intégrer de couleurs sur la version papier, il devra revoir ses choix pour la version numérique.

En effet, un livre numérique a été développé aux Presses universitaires du Septentrion en respectant les critères précédents (figure 1) et il s’est avéré que deux lectrices test n’ont pas du tout pensé que les titres de la même collection, le nom de l’éditeur et même l’URL du site pouvaient être cliquables et mener vers les pages Internet concernées. Une autre version a donc été créée en soulignant les liens en bleu (figure 2), ce qui a amené les lectrices à mettre le pointeur sur le texte pour cliquer sur le lien.

Page de collection vue avec Adobe Digtal Edition. Les titres des ouvrages en italique sont cliquables et en noir
Figure 1. Page de collection vue avec Adobe Digtal Edition. Les titres des ouvrages en italique sont cliquables et en noir.

Page de collection vue avec Adobe Digtal Edition, le fichier CSS a été modifié
Figure 2. Page de collection vue avec Adobe Digtal Edition, le fichier CSS a été modifié.

Les titres cliquables ont été mis en valeur en les soulignant en bleu

L’éditeur doit mettre en avant le fait que le livre numérique qu’il propose à la vente n’est pas qu’une simple copie du livre imprimé mais contient des éléments interactifs qui vont permettre au lecteur d’aller plus loin dans l’environnement de l’ouvrage, ceci en développant son identité graphique à ce nouveau support de diffusion.

5. Pour en savoir plus sur l’organisation de la page, se référer aux pages 89‐94 de Graphisme & édition, [Chaudoye, 2010].

Lire le mémoire complet ==> (Publication numérique dans l’édition scientifique : Presses universitaires du Septentrion)
Mémoire de stage Master 2, Mention Ingénierie documentaire, édition et médiation multimédia IDEMM
Université Charles de Gaulle, Lille 3 – Unité de Formation et de Recherche IDIST