Participation des internautes aux actions menées par l’association

By 8 August 2013

4. La participation des internautes aux actions menées par l’association

a) La cybermobilisation et les pétitions en ligne

Internet a surtout été utilisé pour diffuser des idées dans le monde entier. Ce sont les pétitions comme celle d’Amnesty qui ont été les premières à circuler. L’organisation a depuis longtemps fait rentrer dans ses habitudes l’utilisation du net comme moyen d’augmenter le nombre de signatures sur ses pétitions.

Mais les individus eux-mêmes ont saisi l’opportunité, à partir du pays où ils se déclaraient oppressés, de contacter en direct, les webmasters de sites humanitaires ou politiques ainsi que les abonnés aux forums de discussions sur l’humanitaire.

Plus récemment, les associations françaises se sont mises à diffuser des pétitions ciblées.

– Amnesty International

En novembre 2001, un demandeur d’asile somalien devait être renvoyé sans délai par les autorités australiennes en Somalie, où il risquait d’être victime de graves atteintes à ses droits fondamentaux. La veille de son expulsion, Amnesty International a lancé une action urgente. Les appels ont afflué, par télécopie et par courrier électronique, alors que des représentants du gouvernement et des membres des forces de sécurité conduisaient le demandeur d’asile, entravé par une ceinture de contention, vers un avion à destination de Mogadiscio et le forçaient à embarquer. Durant une escale à Perth, il a bénéficié d’un sursis de dernière minute et a été autorisé à demeurer temporairement en Australie. Cette décision a fait suite aux interventions conjuguées d’Amnesty International, du Comité des Nations unies contre la torture, de certains députés australiens et d’un syndicat des travailleurs des transports également australien, qui a pris des mesures pour empêcher l’avion qui assurait la correspondance de décoller de Perth.

– Médecins Sans Frontières

L’association a lancé en février 2000 une pétition dans le monde entier protestant contre les poursuites judiciaires entreprises par 39 laboratoires américains à l’encontre des laboratoires pharmaceutiques Sud Africains. Ces derniers ont, en effet, annoncé le lancement de médicaments génériques permettant de proposer des traitements anti-sida à moindre coût aux populations africaines, ce qui tendrait à réduire les bénéfices que les laboratoires américains prévoyaient de faire sur le traitement du sida.

– Handicap International

Handicap International, dans le cadre de sa campagne anti-mines « Envoyez une chaussure à Bush », propose de signer une pétition en ligne, matérialisant une signature de plus par une chaussure de plus à la Pyramide de chaussures pour Bush.

– Greenpeace

Greenpeace est certainement l’association qui utilise le mieux les techniques de cybermobilisation. En effet, celle-ci a détourné plusieurs logos dont ceux de Total Fina Elf et Esso. Pour cette dernière, les deux S de ESSO ont été remplacés par les signes dollar ( E$$O), afin de montrer que, pour la multinationale, les profits passent avant la préservation de la planète pour les générations futures.

Plus récemment, l’association a détourné le logo d’Areva (conglomérat du nucléaire) présenté ci dessous. Ceci a valu à l’association d’être attaquée en justice par Esso et Areva pour détournement de logo.

Logo d’Areva modifié par Greenpeace Logo d’Areva modifié par Greenpeace  Logo d’Areva modifié par Greenpeace

Suite à ces procès, l’association s’est servie d’Internet pour mettre l’opinion publique de son côté en présentant les procès de ces groupes industriels comme des atteintes à la liberté d’expression. Et lorsque l’on connaît l’importance et la fragilité de l’opinion publique en cas de crise, on comprend les soucis que Greenpeace cause à ces grands groupes.

La campagne “L’AREVA de soi” a pour objectif d’informer l’opinion publique de la stratégie d’Areva et sur sa volonté de s’acheter une image à bon compte en sponsorisant le Défi Français participant à la Coupe de l’America. Cette image est bien loin de la réalité des méfaits du nucléaire, source quotidienne de dangers et de pollutions dénoncée par Greenpeace.

Depuis maintenant plusieurs mois, Greenpeace mène cette campagne de protestation en particulier sur son site web français. “Après Esso qui essaye de censurer Greenpeace, c’est aujourd’hui Areva qui se réveille et s’attaque maintenant à la liberté d’expression et au droit à l’information”, déclare Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire à Greenpeace France. Greenpeace appelle tous les citoyens attachés à la liberté d’expression, les internautes pour lesquels Internet doit rester un espace de liberté, les organisations citoyennes et les mouvements sociaux à ” adopter ” et à relayer la campagne Areva. L’association propose alors à l’internaute d’accéder à ses pages de campagnes « L’arrêt va de soit » et « Stop Esso » qui offrent plus d’information sur ce feuilleton interactif de David et les internautes contre Goliath…

b) Le Décrypthon

Le Décrypthon est une opération initiée par l’AFM et IBM, lancé à l’occasion de la fête de l’Internet. Dès le 11 mars 2001, les 100 000 Internautes inscrits au Décrypthon, vont pouvoir mettre la puissance inutilisée de leurs 180 000 PC au service de la recherche.

– Fonctionnement

Le 11 mars, les Internautes qui avaient enregistré leur promesse de participation lors du Téléthon 2001, ont reçu un courrier électronique leur indiquant que l’opération Décrypthon débutait ainsi que les consignes d’installation à partir du site web, du logiciel de calcul gratuit pour participer à la recherche.

Ce programme téléchargé, les internautes ont reçu et renvoyé les données traitées. Le téléchargement du logiciel de 5.6 Mo est simple, il prend une quinzaine de minutes en moyenne selon le type de connexion. Par la suite, l’Internaute est entièrement libre de poursuivre ses activités sur son ordinateur lors de la réalisation des calculs. Une connexion de quelques secondes à Internet est suffisante pour l’envoi des données traitées et la réception de nouvelles données .

Les pages Décrypthon du site www.telethon.fr délivrent depuis le 11 mars les informations relatives à la participation des Internautes et à l’état d’avancement des calculs. « Si l’on n’utilisait qu’un seul ordinateur personnel standard pour réaliser la cartographie des protéomes, le calcul prendrait environ 417 000 jours, soit environ 1170 années. »

La forte mobilisation des 100 000 Internautes et de leurs 180 000 PC va permettre de réaliser ce calcul en environ 3 mois, soit 10 millions d’heures de calculs.

– Profil des « Décrypthonautes » ?

Les internautes inscrits au Décrypthon sont majoritairement des hommes (76%) âgés de 16 à 45 ans (73 %) :

Dans le détail, nous retrouvons les proportions suivantes : de 16 à 25 ans = 26% ; de 26 à 35 ans = 26 % et de 36 à 45 ans = 22 %

Ils sont majoritairement cadres (27%), étudiants (21%) ou employés (20%), même si de nombreuses autres catégories socio – professionnelles sont représentées.

Lire le mémoire complet ==> (Les enjeux d’Internet dans la communication des associations)
Mémoire de DESS – Nouveaux Medias De L’information Et De La Communication
Université de la Méditerranée – Ecole de Journalisme et de Communication de Marseille