L’évolution et l’évaluation des bourses des valeurs de Beyrouth

By 26 August 2013

3.6- L’évolution des bourses des valeurs de Beyrouth

Les bourses dans le monde ont été significativement affectées ces toutes dernières années par :

– la libéralisation et la mondialisation des marchés à travers l’internationalisation des portefeuilles gérés par des investisseurs recherchant une diminution de leur risque.

– Des évolutions technologiques qui ont permis la création de réseaux de communication électronique.

– La multiplication des intervenants, entreprises d’investissement et autres intermédiaires financiers.

Au liban, on peut espérer une réelle évolution induite par les nouvelles générations. Ainsi, la grande distribution se développe rapidement et le secteur des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Les autorités s’emploient à lever les obstacles aux investissements étrangers. En effet, il reste difficile pour une entreprise étrangère de travailler au Liban, où elle se heurte notamment à des problèmes récurrents pour obtenir des papiers administratifs simples, notamment aux douanes, organisation « multicéphale » (jusqu’à 30% du temps de travail peut y être consacré). L’instabilité législative, contractuelle, judiciaire et administrative est encore forte.

A partir de la, La Bourse de Beyrouth a évolué de manière trop rapide dans les trois dernières années.

Apres onze ans de rupture le travaillent dans la bourse entre le période 1983 et 1995 à cause de la guerre. Les volumes traités à la Bourse de Beyrouth demeurent symboliques même si le premier trimestre de 2003 marque un frémissement prometteur, mais il est contenu dans l’augmentation jusqu’au 2006 dépassant la choc d’attenta de x premier ministre en FEV 2005.

Le volume des transactions s’est élevé à 7,92 millions de titres représentant une valeur de 35,59 millions de dollars Certes, cela représente un quasi triplement de l’activité du 4éme trimestre de l’exercice 2002, mais cela ne représente en 3 mois ce que la Bourse de Paris traite souvent en moins d’une heure!

La capitalisation boursière a atteint 2,33 milliards de dollars fin 2004, contre 1,24 milliard fin 2001, soit une hausse de 86,7 % en trois ans. La valeur quotidienne moyenne des transactions en dollars est passée de 219,7 dollars en 2001 à 807,5 dollars, soit une augmentation de 267 %. Selon un communiqué de la Bourse de Beyrouth, l’année 2004 a été marquée par l’introduction en Bourse des euro bonds émis par le gouvernement libanais. Les investisseurs et les institutions peuvent négocier ces instruments en séance.

Les nouvelles cotations de GDR, d’actions privilégiées et de fonds de placement, en plus des actions ordinaires déjà cotées, ont contribué à l’augmentation du nombre des instruments cotés (euro bonds exclus), qui sont passés de 14 en 2001 à 19 en 2004. Ils n’étaient que quatre instruments cotés fin 1996. En 2004, c’est Blominvest qui a effectué le plus de transactions boursières en valeur (35,82 % du marché), suivi de Audi Saradar Investment Bank (21,77 %), du Crédit commercial et foncier (16,86 %) et de Fidus (9,12 %). En ce qui concerne les titres échangés, c’est Solidere (reconstruction) qui continue de se tailler la part du lion avec 62,9 % des transactions échangées (en valeur). Au niveau des actions du secteur bancaire, ce sont les titres de la Blom Bank qui ont fait l’objet du plus gros montant de transactions boursières (GDR, 38,21 %), suivis de ceux de la Bank of Bierut (actions ordinaires, 25,78 %) et de la Banque Audi (actions ordinaires, 24,66 %)1.

Chaque jour, treize transactions seulement y sont en moyennes effectuées, pour un volume moyen d’un peu moins de 140.000 titres et une valeur moyenne de presque 680.000 USD.

A partir de 2004, les compagnies qui représentent dans la bourse deviennent 17 entreprise devisée sur le trois secteurs sont : reconstruction, bancaire, commerce et industrie. Pour cela, l’augmentation de le volume des transactions quotidienne et les valeurs de transaction est normale.

Par ailleurs, la Bourse de Beyrouth précise qu’elle a installé le même logiciel de transactions utilisé par Euronext, le NSC-Unix et un nouveau système électronique de transactions permettant plus de 1000 transactions horaires1., et qu’elle prévoit de passer bientôt à un système de cotation en continu. La Bourse a souligné également qu’elle va instaurer un système électronique de transactions en 2005 et tenter de collaborer davantage avec les Bourses arabes pour encourager les opérations transfrontalières.

3.7- L’évaluation de la bourse de valeur de Beyrouth

L’évaluation de la bourse des valeurs de Beyrouth et de l’environnement de marché financier et de normalisation relié a été accomplie par Anderson Wilson en 1996 (directeur de gestion de la consultation de valeurs internationales à Londres et spécialiste en marchés financiers pour MetaMetrics inc). L’évaluation a été conduite pour identifier des fonctions plus nécessitant être renforcé et restructuré. Un ensemble prioritaire d’activités techniques recommandées pour renforcer l’BSE et son environnement de normalisation ont été définis.

Le rapport final a formé la base pour davantage d’assistance technique sur la question prioritaire du développement d’une loi sur les valeurs mobilières qui répond à des normes internationales. Le rapport inclut une discussion de la structure légale de l’BSE, recommandations concernant la gestion des risques et la sécurité physique, contraintes à l’expansion des marchés des obligations courants et des obligations sur l’BSE, une discussion du climat d’investissement, et une description du dépôt central et du marché secondaire de Beyrouth. Le but de cette assistance technique était :

– Adresser les questions potentielles dans l’ébauche initiale de la loi sur les valeurs mobilières (Securities Law).

– Fournir au Liban la base technique pour une loi sur les valeurs mobilières moderne aux normes internationales.

– Analyser et décrire une structure de normalisation appropriée pour les marchés financiers du Liban.

– Définir toutes les difficultés dans le cadre légal et de normalisation avant d’entreprendre n’importe quelles étapes de commandant pour établir et développer une organisation de normalisation de valeurs (des activités d’autorégulation et une Commission d’échange de valeurs)1.

L’objectif était de développer une loi qui assure la protection d’investisseur, se conforme aux normes internationales, et est compatible avec la législation existante.

L’examen de la loi sur les valeurs mobilières d’ébauche a eu comme conséquence des discussions intensives et des mesures prises. L’équipe de projet a analysé la législation relative de marchés financiers et la structure de normalisation proposée en ce qui concerne les objectifs d’assurer la conformité aux normes internationales, d’assurer la protection d’investisseur, et d’attirer l’investissement international. Après cette revue, le personnel de Banque du Liban (banque centrale du Liban) a mis à jour le projet de loi pour le rendre plus conformé aux normes internationales pour la législation de valeurs.

Donc, MetaMetrics fournit l’appui technique pour développer des règlements en vertu de la nouvelle loi sur les valeurs mobilières qui répondra à des normes internationales pour le règlement de valeurs et soutiendra les objectifs du gouvernement du Liban pour les marchés financiers internationaux.

D’autre part, au niveau financier. Malgré l’augmentation dans les trois dernières années, mais Les volumes traités à la Bourse de Beyrouth demeurent symboliques à plusieurs raisons L’instabilité législative, contractuelle, judiciaire, administrative et la meilleur raison est la sécurité social, ce qui empêche les investisseurs étranger d’investir au liban. Exactement après l’attentat de l’ex première ministre RAFIC AL HARIRI en février 2005, il était la confiance internationale en économie libanais, où la pente de l’économie est devenue convexe et tous les indicateurs économiques sont devenus négatifs. Pour cela, il est très important qu’on étudie la situation boursière libanaise en considérant le meilleur indicateur de l’économie libanais.

1 Anderson Wilson, MetaMetrics inc, rapport d’assistance technique, septembre 1996.

Lire le mémoire complet ==>

(La Bourse de Beyrouth : Test de l’efficience du marché financier)
Mémoire de fin d’année du Master 2 recherches APE « analyse et politique économique »
Université Montpellier 1