Les trois formes de l’efficience des marchés financiers

By 27 August 2013

III- Les trois formes de l’efficience

Dans le but de réaliser des tests statistiques plus fins, Fama a défini trois formes de l’efficience des marchés financiers.

La forme faible ou hypothèse faible de la théorie de l’efficience prétend qu’il n’est pas possible de tirer parti des information passés concernant un actif financier pour prévoir les révoltions futurs du prix de cet actif.

La forme semi forte ou l’hypothèse semi forte de la théorie de l’efficience prétend qu’il n’est pas possible de tirer parti des information concernant un actif financier au moment même où ces informations sont rendues publiques pour prévoir les révoltions futurs du prix de cet actif.

La forme forte ou l’hypothèse forte de la théorie de l’efficience prétend qu’il n’est pas possible de tirer parti des information non publiques concernant un actif financier au moment même où ces informations sont rendues publiques pour prévoir les révoltions futurs du prix de cet actif.

a) La forme faible de l’efficience et les tests de prévision des cours

1- Définition et implications de la forme faible de l’efficience

La forme faible consiste à énoncer que le prix actuel d’un actif financier est totalement indépendant de l’ensemble des informations concernant ce titre publié dans le passé. On ne peut donc utiliser l’ensemble des informations passées pour déminer de façon certaine le prix actuel ou l’évolution de prix. Deux remarques paraissent importantes à formuler à ce point du raisonnement.

– les investisseurs ont déjà analyse l’ensemble des informations diffusées dans les passées et les ont déjà répercutées dans les cours.

– Rien n’empêche les analystes financiers d’utiliser les informations passées concernant un actif financier ou une entreprise pour tenter de prévoir l’évolution du prix d’un actif.

En autres termes, l’hypothèse de l’efficience peut se résumé aux affirmation suivantes : les prix à l’instante t de chaque actif financier est totalement indépendant du prix du même actif à la période t-1 ou aux autres périodes précédents.

Les trois formes de l’efficience des marchés financiers

E(Pj,t+1 / Φj) = Pj,t

Il en résulte qu’en moyenne, la meilleure prévision d’évolution du prix d’un actif financier à la période t+1 reste son prix connu dans la période t.

Cette impossibilité de prévoir de façon certaine l’évolution du prix d’un titres à partir du cours passées amène la remise en cause de pratiques pourtant très utilisées : l’analyse fondamentale et l’analyse technique.

2- L’analyse fondamentale et l’analyse technique

2.1- L’analyse fondamentale

L’analyse fondamentale concerne à l’origine le marché des actions. Il consiste à analyser l’ensemble des informations économique, comptable…, des entreprises cotées de manière à déterminer leur valeur. Cette valeur peut être calculée grâce à plusieurs méthodes. En premier

lieu, elle peut apparaître comme la somme de la valeur des ses actifs et de sa capacité à gérer des bénéfices. L’évaluation comptable consiste en effet à évaluer séparément les actifs de la firme et sa capacité à réaliser des bénéfices puis à additionner ces deux éléments distincts.

Elle peut être déterminée à partir de la somme actualisée de ses bénéfices futurs. Il s’agit alors d’une évaluation plus financière qui consiste à tenter de prévoir les dividendes futurs de la firme à estimer la somme de ses dividendes actualiser. D’autres types d’évaluations, prenant en compte des aspects stratégiques ou des anticipations d’évolution du bénéfice.

Les évaluations peuvent varier quelque peu d’un analyste à l’autre.

En théorie, les différents prix successifs des actions de la firme devraient varier autour de la valeur intrinsèque de la firme, ainsi déterminée comme si une force de rappel invisible ramenait toujours les cotations vers la valeur fondamentale. Cette dernière apparaît alors comme une moyenne sur longue période des prix des actions. La valeur fondamentale varie cependant en fonction des informations successives concernant l’entreprise ou marché. Les cotations quotidiennes conserve le prix autour des cette valeur intrinsèque.

Le règle d’arbitrage possible des investisseurs est alors la suivantes : acheter lorsque le cours est située en dessous la valeur fondamentale, vendre lorsque le cours est située en dessus de cette valeur fondamentale.

Le graphique 1 montre les cours varier autour la valeur fondamentale.
variation du cours autour de la valeur fondamentale
Graphique 1 variation du cours autour de la valeur fondamentale

Le problème est de savoir si l’analyse fondamentale est contraire ou non à la théorie de l’efficience. Or, il apparaît que l’analyse fondamentale n’est pas opposée à la forme faible de l’efficience. Il est toujours possible de tenter de déterminer une estimation comptable ou économique de la valeur d’un société ou d’un autre actif financier.

Lire le mémoire complet ==>

(La Bourse de Beyrouth : Test de l’efficience du marché financier)
Mémoire de fin d’année du Master 2 recherches APE « analyse et politique économique »
Université Montpellier 1