Les TIC et le développement social au Sénégal : état des lieux

By 3 August 2013

“…privatisation de la SONATEL6, l’opérateur national de télécommunication, est d’ailleurs une bonne illustration de la marginalisation qui frappe les cercles intellectuels, politiques, syndicaux et les citoyens lorsqu’il est question de la définition et de la mise en œuvre des politiques en matière de technologies de l’information et de la communication…”

Institut de recherche des Nations Unies pour le développement social

Technologie et société Document du programme no. 1

Les technologies de l’information et de la communication et le développement social au Sénégal
Un état des lieux

Olivier Sagna

janvier 2001

Summary/Résumé/Resumen

Summary

This is the first report to be published by the UNRISD research project on Information Technologies and Social Development in Senegal. In it, Olivier Sagna draws on a large number of published and unpublished documents to provide an overview of what is currently known about the changing role of these new technologies in the national economy and society. His use of so-called “grey literature”—unpublished government reports, seminar papers, and evaluations by independent experts—is particularly valuable.

The author has several goals. One is to provide background for new research, which must draw on existing knowledge and then expand it. Thus he not only summarizes available studies, but also points out their biases and highlights existing gaps in the literature. In the final section of the paper, he suggests a number of subjects that could be the focus of future research.

Beyond this, a broader goal is to improve the quality of national debate on information technology policy. As Sagna notes, the problem is not a lack of interest in this issue, but rather that discussion is too fragmented to provide a basis for sustained public debate in the places where it must be held: institutions of higher learning and research, political parties and the legislature, labour unions, civic associations and the media. People are not well informed about the social, economic and political implications of the “information revolution” in Senegal; as a result, they tend to defer to the opinion of technical experts who have scant familiarity with social concerns. It seems obvious that good social science research has a critical role to play in improving the environment for informed policy choices.

The author begins with a comprehensive history of the development of information and communication technologies (ICTs) in Senegal, from the first use of the telegraph in 1859 through the remarkable expansion of telephony and the current growth of access to the Internet. The country now has one of the most highly developed telecommunications and information technology infrastructures in sub-Saharan Africa, and Sagna reviews the development of key institutions and government programmes that have made this possible. He emphasizes the important role of the Societé nationale des télécommunications (SONATEL) in building quality infrastructure and providing efficient service. The changing role of radio in Senegalese society has also been critical for the development of the country. The gradual liberalization of FM radio—to allow for private and community broadcasting, outside the immediate control of the government—was central to the process of democratization during the 1990s.

Although the government can be credited with recognizing the challenge of linking ICTs to development as early as the mid-1980s, it has proved difficult to co-ordinate and implement a series of plans and programmes that were designed to harness the new technologies to the task of overcoming existing social and economic problems. Sagna suggests that this is closely related to the fragmentation of responsibility for ICT policy in the public sector, and he shows how a behind-the-scenes battle for control has been an obstacle to implementing the coherent national policy required to close the gap between those who can afford to pay for new ICT services and those who cannot. Enlightened regulatory policy will be central to this endeavour.

The author goes on to provide up-to-date figures on the role of ICTs in the Senegalese economy. The telecommunications sector represented 2.6 per cent of gross domestic product in 1996—a figure that was expected to reach 3.5 per cent by 2000. Furthermore, in 1999, this sector grew by roughly 9.5 per cent, compared to 6 per cent for the economy as a whole. Access to both fixed and mobile telephone service expanded extremely rapidly during the 1990s—in the first instance through the remarkable economic success of small private “phone shops”, first authorized in 1992; and in the second, through a phenomenal jump in cellular telephone use during the past three years (from 7 000 to 100 000 users between the end of 1997 and the end of 2000).

Internet access has also grown, though far more slowly. The real breakthrough in Internet use came in 1996, when SONATEL and the American company MCI signed an agreement allowing technical updates that signalled the beginning of the commercial Internet era in Senegal. By 2000, there were 13 Internet service providers in the country, and approximately 8,500 registered subscribers. In addition, a dozen or more cyber cafés opened in Dakar, and more were being set up in most large provincial towns. The fact that SONATEL offers a single Internet access rate throughout the country is greatly facilitating the growth of Internet use outside the capital.

Although there is much discussion of the prospects for creative use of the Internet in Senegal’s education and health sectors, this kind of application is only in its infancy. Studies are needed of the lessons learned from early experiments. Clearly the question of cost is important. Early experience with using ICTs for distance education, for example, suggests that it is expensive; and that it has the potential to widen, rather than narrow, the differences in quality of education between better-off and worse-off sectors of the population. The same concern arises when looking at the capacity of small and medium enterprises to make good use of computers and the Internet: unless training is adequate and technical assistance at hand, investments in equipment and connectivity can be easily lost.

Government plans to establish a 195-hectare economic zone, in which high-technology enterprises could benefit from tax incentives and from synergies with neighbouring research and teaching centres—somewhat on the model of the Multimedia Super Corridor in Malaysia— have not yet borne fruit. And in the meantime, the most dynamic growth in ICT use seems to be occurring in the informal sector. Migrants are particularly important users of fixed and mobile phones, and even of e-mail and Internet telephony.

Sagna closes with a series of suggestions for in-depth research. Writing a history of SONATEL figures high on the list, both because this has been an extremely successful public corporation and because its privatization in 1996 raises a host of questions about the future. The author also feels that the “phone shops” initiative deserves to be carefully analysed, and that the implications of mobile telephony for fixed-line investments by SONATEL should be studied. In addition, the social characteristics of Internet and cell phone users should be better understood; and the impact of the changing ICT environment on young people and women is of central importance, given their pervasive marginalization in much of Senegalese society. Finally, Sagna underlines the significant role of new kinds of radio broadcasting in the democratization of Senegal and suggests more policy-oriented studies on the factors supporting or inhibiting the growth not only of private FM stations, but also of community radio.

Olivier Sagna is an Associate Professor at the School for Archives, Documentation and Librarianship at the Université Cheikh Anta Diop in Dakar.

Résumé

Ceci est le premier compte rendu publié par le projet de recherche de l’UNRISD consacré aux Technologies de l’information et le développement social au Sénégal. Olivier Sagna puise dans un grand nombre de documents, certains publiés, d’autres pas, pour dresser un état des lieux de ce que l’on sait actuellement du rôle changeant de ces nouvelles technologies dans l’économie et la société nationales. Son utilisation de ce que l’on nomme la “littérature grise”— rapports non publiés du gouvernement, documents présentés lors de séminaires et évaluations de la part d’experts indépendants—est particulièrement utile.

L’auteur a plusieurs objectifs. L’un d’entre eux consiste à fournir une base en vue de nouvelles recherches, qui doivent s’appuyer sur les connaissances actuelles, avant de les élargir. Ainsi, non seulement il résume les études disponibles, mais il signale également leurs partis pris et met en relief les lacunes existantes au sein de la littérature. La section finale propose nombre de sujets qui pourraient faire l’objet de recherches futures.

Par ailleurs, un objectif plus vaste consiste à améliorer la qualité du débat entourant la politique en matière de technologies de l’information. Comme le fait remarquer Olivier Sagna, le problème n’est pas l’absence d’intérêt pour cette question, mais plutôt le fait que la discussion est tellement fragmentée qu’elle n’arrive plus à servir de fondement à un débat public soutenu dans les lieux où celui-ci devrait se tenir: institutions d’enseignement supérieur et de recherche, partis politiques, législatures, syndicats, associations civiques et médias. La population n’est pas bien informée des implications sociales, économiques et politiques de la “révolution de l’information” au Sénégal, d’où sa tendance à s’en remettre à l’opinion d’experts techniques, guère familiarisés avec les préoccupations d’ordre social. Il semble évident qu’une bonne recherche en matière de sciences sociales a un rôle crucial à jouer dans l’amélioration de l’environnement donnant lieu à des choix politiques informés.

L’auteur commence par brosser un vaste historique du développement des technologies de l’information et de la communication (TICs) au Sénégal, de la première utilisation du télégraphe en 1859 jusqu’à l’expansion remarquable de la téléphonie et à l’élargissement actuel de l’accès à Internet. Le pays est doté aujourd’hui des infrastructures les plus développées qui soient en matière de technologies des télécommunications et de l’information en Afrique subsaharienne, et Olivier Sagna examine le développement des principaux programmes des institutions et du gouvernement qui ont rendu tout cela possible. Il souligne le rôle important de la Société nationale des télécommunications (SONATEL) dans la mise en place d’une infrastructure de qualité et la prestation de services efficaces. Le rôle changeant de la radio au sein de la société sénégalaise a également été crucial pour le développement du pays. La libéralisation progressive des fréquences radio FM—afin de permettre des diffusions privées et communautaires, hors du contrôle immédiat du gouvernement—a été un des pivots du processus de démocratisation durant les années 1990.

Bien que l’on puisse attribuer au gouvernement le mérite d’avoir reconnu la nécessité de lier les TICs au développement, et cela dès le milieu des années 1980, il n’a pas été facile de coordonner et de mettre en œuvre une série de plans et de programmes destinés à encourager l’exploitation des nouvelles technologies afin de surmonter les problèmes sociaux et économiques existants. Olivier Sagna laisse entendre que cela est étroitement lié à la fragmentation de la responsabilité de la politique des TICs dans le secteur public, et montre comment une bataille pour leur contrôle, en coulisse, a été un obstacle à l’application de la politique nationale cohérente requise pour combler le fossé entre ceux qui peuvent se payer les nouveaux services en matière de TICs et ceux qui ne le peuvent pas. Une politique de réglementation éclairée sera essentielle à cette fin.

L’auteur fournit ensuite des chiffres actualisés sur le rôle des TICs dans l’économie sénégalaise. Le secteur des télécommunications représentait 2,6 pour cent du produit intérieur brut en 1996—chiffre qui devrait atteindre 3,5 pour cent d’ici à l’an 2000. De plus, en 1999, ce secteur a augmenté de 9,5 pour cent environ, comparé à 6 pour cent pour l’économie, dans son ensemble. L’accès aux services de téléphonie, tant fixe que mobile, s’est élargi très rapidement dans les années 1990, premièrement par le biais du succès économique remarquable des “télécentres” privés, autorisés pour la première fois en 1992, et deuxièmement, par suite d’un bond phénoménal de l’utilisation des téléphones cellulaires au cours des trois dernières années (de 7 000 à 100 000 abonnés entre la fin 1997 et la fin 2000).

L’accès à Internet a également augmenté, quoique bien plus lentement. La vraie percée dans l’utilisation d’Internet est survenue en 1996, lorsque la SONATEL et la société américaine MCI ont signé un accord permettant des mises à jour techniques, donnant ainsi le coup d’envoi de l’ère commerciale Internet au Sénégal. En 2000, on comptait 13 prestataires de services Internet dans le pays et quelque 8 500 abonnés inscrits. En outre, plus d’une douzaine de cybercafés ont ouvert à Dakar, et d’autres ont été établis dans la plupart des grandes villes de province. Le fait que la SONATEL offre un taux forfaitaire unique d’accès à Internet dans tout le pays facilite grandement le développement de l’utilisation d’Internet hors de la capitale.

Bien qu’un grand débat entoure les perspectives d’une utilisation créatrice d’Internet dans les secteurs de l’éducation et de la santé au Sénégal, ce genre d’application n’en est qu’à ses premiers balbutiements. Il faut étudier les enseignements tirés des premières expériences. La question du coût est manifestement importante. Les expériences précédentes relatives à l’utilisation des TICs pour l’éducation à distance, par exemple, révèlent que celles-ci sont chères et pourraient élargir, plutôt que réduire, les écarts en matière de qualité d’éducation entre les segments privilégiés et non privilégiés de la population. La même préoccupation surgit quand on examine la capacité des petites et moyennes entreprises à faire un bon usage des ordinateurs et d’Internet: à moins d’une formation adéquate et d’une assistance technique à portée de main, les investissements dans l’équipement et les connexions peuvent facilement être gaspillés.

Les projets du gouvernement visant à établir une zone économique de 195 hectares, dans laquelle des entreprises à haute valeur technologique pourraient profiter d’intéressements fiscaux et de synergies avec les centres voisins de recherche et d’enseignement—un peu sur le modèle du Multimedia Super Corridor en Malaisie—n’ont pas encore porté leurs fruits. Entre- temps, la croissance la plus dynamique dans l’utilisation des TICs semble se produire dans le secteur informel. Les migrants sont des utilisateurs particulièrement importants des téléphones fixes ou mobiles, voire de la messagerie électronique et de la téléphonie Internet.

Olivier Sagna conclut en formulant une série de suggestions pour des recherches approfondies. Écrire une histoire de la SONATEL figure en tête de liste, à la fois parce que c’est un organisme public qui a été particulièrement fructueux, et parce que sa privatisation en 1996 a soulevé nombre de questions relatives à l’avenir. L’auteur a également le sentiment que l’initiative des “télécentres” mérite d’être prudemment analysée, et que les implications de la téléphonie mobile pour les investissements de la SONATEL relatifs aux réseaux à lignes fixes devraient être étudiées. En outre, les caractéristiques sociales des usagers d’Internet et des téléphones cellulaires devraient être mieux comprises: l’effet sur les jeunes et les femmes des transformations de l’environnement en matière de TICs est particulièrement important, compte tenu de la marginalisation de cette population dans la société sénégalaise. Enfin, Olivier Sagna souligne le rôle important des nouveaux types de radiodiffusion dans la démocratisation du Sénégal et propose des études plus orientées sur la politique, relatives aux facteurs qui soutiennent ou entravent la croissance, non seulement de stations FM privées, mais également de radios communautaires.

Olivier Sagna est maître-assistant à l’École des Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes, Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Resumen

Este es el primer informe que se publicará dentro del marco del proyecto de investigación de UNRISD sobre las Tecnologías de la Información y el Desarrollo Social en Senegal. En este informe, Olivier Sagna hace uso de un gran número de documentos, tanto publicados como no, para ofrecer una visión general de qué es lo que se conoce actualmente sobre el papel desempeñado por estas nuevas tecnologías en la economía nacional al igual que en la sociedad. Es particularmente valioso el empleo que el autor hace de la llamada “literatura gris”—informes del gobierno no publicados, documentos de seminarios y evaluaciones de expertos independientes.

El autor tiene varios objetivos. En primer lugar, proporciona las bases para una nueva investigación basada en los conocimientos ya existentes sobre las tecnologías de la información, para ampliarlos posteriormente. Así, el autor no sólo nos resume los estudios disponibles, sino que también señala sus tendencias y las lagunas existentes sobre la materia. En la sección final, el autor sugiere una serie de temas que podrían ser objeto de una futura investigación.

Más allá de esto, se encuentra un objetivo mucho más amplio: el de mejorar la calidad del debate nacional sobre la política de la tecnología de la información. Como observa Sagna, el problema no es tanto la falta de interés por este tema, como la discusión excesivamente dividida al respecto. Esto impide que se mantenga un constante debate público en los lugares en que debe celebrarse: centros de educación superior y de investigación, partidos políticos y cuerpo legislativo, sindicatos, asociaciones cívicas y medios de comunicación. La gente, en general, no está debidamente informada sobre las repercusiones sociales, económicas y políticas de la “revolución de la información” en Senegal y, en consecuencia, tiende a acatar la opinión de los expertos técnicos, quienes están escasamente familiarizados con las preocupaciones sociales. Parece evidente que una buena investigación social juega un papel esencial en la mejora del entorno que favorezca la toma de decisiones sobre políticas bien fundamentadas.

El autor comienza con la historia general del desarrollo de las tecnologías de la información y la comunicación (TIC) en Senegal, desde el empleo del telégrafo por primera vez en 1859 hasta la notable expansión de la telefonía y el crecimiento actual del acceso a Internet. Actualmente, el país cuenta con una de las infraestructuras de telecomunicaciones y tecnología de la información más desarrolladas de África subsahariana. En este contexto, Sagna analiza el desarrollo de instituciones clave y de programas gubernamentales que han logrado que esto sea posible. El autor subraya el importante papel de la Sociedad Nacional de las Telecomunicaciones (SONATEL) en la creación de una infraestructura de calidad y en la prestación de un servicio eficaz. Al mismo tiempo, señala la importancia que ha tenido para el desarrollo del país la evolución del papel de la radio en la sociedad senegalesa. La paulatina liberalización de la radio FM—permitiendo la radiodifusión privada y local, sin el control inmediato del gobierno—fue crucial en el proceso de democratización en los años 90.

Aunque puede atribuirse al gobierno el mérito de que ya a mediados de los años 80 reconoció el reto que suponía asociar las TlC al desarrollo, ha resultado difícil coordinar y poner en práctica una serie de planes y programas que se elaboraron para utilizar las nuevas tecnologías en la tarea de superar los problemas sociales y económicos actuales. Sagna indica que ello está estrechamente relacionado con la división de responsabilidad sobre la política de las ITC dentro del sector público, y muestra el modo en que la lucha entre bastidores por su control ha supuesto un impedimento a la hora de aplicar una política nacional coherente y necesaria para reducir las distancias entre los que pueden y los que no pueden costear los nuevos servicios de las ITC. Para la realización de esta tarea será clave la existencia de una política liberal reguladora.

A continuación, el autor proporciona cifras actualizadas sobre el papel que las ITC desempeñan en la economía de Senegal. El sector de las telecomunicaciones representaba el 2,6 por ciento del PIB en 1996—cifra que se esperaba alcanzase el 3,5 por ciento para el año 2000. Además, en 1999 este sector creció aproximadamente un 9,5 por ciento, en comparación con el 6 por ciento de la economía en su totalidad. El acceso a los servicios tanto de telefonía móvil como fija se expandieron con gran rapidez en los años 90—en un primer momento, mediante el notable éxito económico de las pequeñas “tiendas de teléfonos” privadas, autorizadas por primera vez en 1992; y, en segundo lugar, mediante un aumento espectacular del uso del teléfono celular en estos últimos tres años (de 7.000 a 100.000 usuarios entre finales de 1997 y finales del 2000).

También ha aumentado el acceso a Internet, aunque más lentamente. Su gran avance se produjo en 1996, cuando SONATEL y la compañía Americana MCI firmaron un acuerdo que permitía actualizaciones técnicas, lo que marcó el comienzo de la era comercial de Internet en Senegal. Para el 2000, había ya 13 proveedores de servicios Internet en el país y aproximadamente 8.500 abonados registrados. Además, se abrieron una docena o más de cibercafés en Dakar, mientras se establecían más en la mayoría de las grandes ciudades de provincia. El hecho de que SONATEL ofrezca en todo el país una tarifa única de acceso a Internet está facilitando considerablemente el aumento del uso de Internet fuera de la capital.

Aunque hay un gran debate sobre las perspectivas del uso creativo de Internet en los sectores de la educación y la salud en Senegal, este tipo de utilización es incipiente. Es necesario hacer estudios sobre las experiencias obtenidas en casos anteriores. También es importante señalar la importancia que reviste la cuestión del coste. Las anteriores experiencias respecto del uso de las ITC en la educación a distancia, por ejemplo, indican que es costosa, y que tiene la capacidad de aumentar más que de reducir, las diferencias en la calidad de la educación entre los sectores más pobres y más ricos de la población. Este mismo problema se plantea al analizar la capacidad de las pequeñas y medianas empresas para usar adecuadamente los ordenadores e Internet: a menos que la formación sea adecuada y la asistencia técnica esté disponible, las inversiones en equipos y la conexión pueden perderse fácilmente.

Los planes del Gobierno para establecer una zona económica de 195 hectáreas, donde las empresas de alta tecnología pudieran beneficiarse de los incentivos fiscales y de las sinergias con la investigación inmediata y los centros de enseñanza –basándose de algún modo en el modelo del Gran Corredor Multimedia de Malasia – aún no han producido su fruto. Y, mientras tanto, parece que el crecimiento más dinámico del uso de las ITC ocurre en el sector informal. Los migrantes son usuarios particularmente importantes de teléfonos móviles y fijos, e incluso del correo electrónico y la telefonía de Internet.

Sagna concluye su informe con una serie de sugerencias para la realización de una investigación en profundidad. Entre éstas se encuentra escribir la historia sobre las estadísticas de SONATEL, ya que, primero, ha sido una empresa pública de gran éxito y, segundo, su privatización en 1996 plantea numerosas cuestiones sobre el futuro. El autor considera que la iniciativa de las “tiendas de teléfonos” también merece ser analizada detenidamente, y que deberían estudiarse las consecuencias que la telefonía móvil tiene para las inversiones de línea fija hechas por SONATEL. Además, deberían comprenderse mejor las características sociales de Internet y de los usuarios de los teléfonos celulares; también reviste gran importancia los efectos que la evolución de las ITC tiene en los jóvenes y las mujeres, dada su marginación generalizada en una parte importante de la sociedad senegalesa. Por último, Sagna subraya el papel tan importante que desempeñan los nuevos tipos de difusión de programas de radio para la democratización de Senegal, a la vez que sugiere la realización de estudios que estén más orientados hacia políticas que traten sobre los factores que favorecen u obstaculizan el crecimiento, no sólo de las emisoras FM privadas, sino también de la radio local..

Olivier Sagna es Profesor Adjunto en la Escuela de Bibliotecarios, Archivos y Documentación, de la Universidad Cheikh Anta Diop de Dakar.

Introduction  :

Si l’on prend en considération le développement de l’infrastructure et des services de télécommunication, la multiplication des radios privées, la diversification du paysage audiovisuel avec l’arrivée de bouquets de programmes par satellite, la connexion aux autoroutes de l’information et l’utilisation croissante des technologies de l’information et de la communication dans les différents segments de la société, on peut dire que le Sénégal a fait son entrée dans la société de l’information au début des années 90. Depuis, il est confronté à ce phénomène, que d’aucuns appellent “la révolution de l’information”, dont les effets sont politiques, économiques, culturels, mais également sociaux. Au-delà des avancées technologiques, nous assistons donc aux prémisses d’une révolution sociétale dont les causes et les conséquences doivent être analysées pour que le développement social soit au cœur des préoccupations et surtout des priorités.

L’entrée du Sénégal dans la société de l’information se fait en effet dans un contexte économique et social particulièrement difficile. La structure de la production est marquée par la prédominance du secteur des services qui contribuait pour 59,3% au produit intérieur brut (PIB) en 1998 alors que le secteur primaire qui occupe 60% de la population ne concourt que pour 17,4% à la formation des richesses nationales. Signe de l’aggravation de la crise, la part du nombre d’actifs du secteur informel dans la population active n’a cessé de s’accroître, le taux de chômage urbain est de 29%, le Sénégalais moyen dispose d’un revenu annuel de 530 dollars US et 33% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Si les équilibres macroéconomiques se sont améliorés suite à la mise en œuvre du plan d’urgence de 1993 et à la dévaluation de 1994, avec notamment un taux de croissance de 6,1% en 1999, le Sénégal supporte un fort endettement extérieur (3 865 millions de dollars US) et les déficits sociaux sont de plus en plus lourds.1

La population sénégalaise, qui s’élève à 8,6 millions d’habitants, connaît un rythme d’accroissement très rapide (2,7% par an). Sa structure se caractérise par l’importance des jeunes et des femmes, puisque les moins de 20 ans représentent 58% de l’ensemble et les femmes comptent pour 52% du total. Aujourd’hui 45% de la population vit dans les villes, mais compte tenu du rythme d’urbanisation élevé, les projections laissent envisager que ce chiffre sera de 63% en 2025. On note par ailleurs un grand déséquilibre dans la répartition spatiale de la population puisque la région de Dakar concentre à elle seule 22% de la population totale sur une superficie représentant 0,3% du territoire national.

La forte croissance démographique, la jeunesse de la population, l’accélération de l’urbanisation, et la prédominance des femmes induisent une forte demande sociale qui reste pour l’essentiel insatisfaite.2 Des pans entiers de la société sont privés de l’accès aux services de base tels que l’éducation, la santé, l’eau courante, l’électricité, etc. et ce dans un contexte de chômage généralisé où la demande d’emploi augmente beaucoup plus rapidement que l’offre. Ainsi, en 1998, le taux de scolarisation était de 65,1% et l’analphabétisme touchait 65,4% des adultes. La situation sanitaire est préoccupante avec des taux de mortalité maternelle et infantile élevés, une couverture sanitaire faible par rapport aux normes préconisées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), une espérance de vie à la naissance de 52 ans et un accès à l’eau potable qui n’est réalité que pour 51% de la population. Bien que majoritaires dans la population totale et fortement impliquées dans l’agriculture en milieu rural et dans le secteur informel en milieu urbain, les femmes sont les plus exposées à la pauvreté, à la maladie et à l’analphabétisme car l’allocation des ressources et des instruments de développement économique et social se fait généralement à leur détriment. De même, elles sont quasi absentes des instances de décision politiques, bien que constituant la majorité de l’électorat.

La forte pression démographique et la dégradation du niveau de vie de larges secteurs de la population ne sont pas sans conséquence sur l’environnement. Dans les zones urbaines, les problèmes de gestion des ordures ménagères, de pollution par les eaux usées d’origine domestique ou industrielle, et d’assainissement font parties du quotidien des populations. En milieu rural, la surexploitation des ressources naturelles, combinée à leur dégradation sous l’effet de facteurs climatiques ou humains, entraîne de profonds bouleversements dans les terroirs avec notamment pour résultat des flux migratoires en direction des villes.

Le Sénégal fait face, depuis le début des années 80, à une crise qui a considérablement réduit la capacité de l’Etat à répondre à la demande sociale. Une des illustrations de la difficile situation sociale vécue par les Sénégalais est l’Indice de développement humain (IDH), établi par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), qui classe le Sénégal au 153e rang sur 174 pays en 1998.3

L’infrastructure et les services de télécommunications, l’informatique et les médias ont atteint un degré de développement relativement important par rapport à la situation qui prévaut dans nombre de pays africains. Avec un chiffre d’affaires du secteur des télécommunications représentant 2,6% du PIB en 1996, le Sénégal fait partie des pays dans lesquels le secteur des télécommunications a atteint un niveau de développement important par rapport aux autres secteurs de l’économie.4 Cependant, ce qui caractérise la situation sénégalaise, c’est la quasi absence de réflexion systématique, dans les cercles intellectuels et politiques comme dans l’opinion publique, sur les choix techniques, politiques, économiques, culturels et sociaux qui se présentent et, au-delà, sur les formes, les règles et les valeurs qui devraient prévaloir dans le Sénégal de la société de l’information. En effet, tout se passe comme si l’introduction et l’utilisation des technologies de l’information et de la communication5 étaient des phénomènes naturels, intrinsèquement positifs, s’inscrivant dans le cours “normal” de la modernisation de la société et, par conséquent, ne méritant ni réflexion, ni débat. Dans un tel contexte, les techniciens imposent le plus souvent leurs choix, aux décideurs politiques comme aux simples citoyens. L’absence d’un véritable débat national lors de la privatisation de la SONATEL6, l’opérateur national de télécommunication, est d’ailleurs une bonne illustration de la marginalisation qui frappe les cercles intellectuels, politiques, syndicaux et les citoyens lorsqu’il est question de la définition et de la mise en œuvre des politiques en matière de technologies de l’information et de la communication.

Aujourd’hui, le développement d’Internet se fait à peu près dans les mêmes conditions. En l’absence d’une véritable stratégie, voire d’une simple politique correspondant à un choix de société raisonné, l’Etat se contente de répéter que l’objectif est de faire du Sénégal “un pays de services”, sans dire ni comment ni pourquoi, et sans que l’on sache à quoi ressembleront le politique, l’économique, le culturel, le social, et donc le vécu quotidien des Sénégalais dans cette nouvelle société. De même, les débats touchant à la protection de la vie privée et des libertés individuelles, l’utilisation de la cryptographie, la censure, la préservation et la promotion du patrimoine et des valeurs culturelles, l’accès universel aux services de télécommunication, l’impact sur les conditions et les rapports de travail, en particulier, et les relations sociales, d’une manière générale, le fossé entre “info-pauvres” et “info-riches”, la question des zones rurales, la problématique des langues nationales, la dimension genre, etc. ne sont pas ou que superficiellement abordés.

En réalité, la réflexion sur ces questions n’est pas inexistante, mais elle est trop individualisée, et donc trop atomisée, pour pouvoir impulser de véritables débats de fond dans ces lieux naturels de questionnement que sont les structures d’enseignement supérieur et de recherche, les partis politiques, les syndicats, la société civile et les médias. Il est donc urgent de mobiliser, dans des structures et programmes de recherche, une masse critique capable d’initier des débats de fond, puis de les transférer dans la société afin que la question de plus en plus centrale des technologies de l’information et de la communication soit l’affaire de tous, ou au moins du plus grand nombre. Il faut donc mettre fin au monologue des technocrates et des techniciens sur ces questions pour des impératifs qui sont avant tout d’ordre démocratique. L’autre raison qui milite en faveur de ce changement de situation est que, trop souvent, la mise en œuvre des politiques en la matière se fait sur la base de préférences personnelles, d’intérêts particuliers ou de choix idéologiques, sans qu’il n’ait été procédé auparavant à une évaluation sérieuse des alternatives existantes et des implications induites par ces politiques.7

La science et la technique sont des outils au service de forces politiques, économiques et sociales élaborant des projets de société qui peuvent engendrer le meilleur comme le pire pour les citoyens ordinaires. En effet, comme l’affirme Manuel Castells, si la technologie ne détermine pas, par elle-même, l’évolution historique et le changement social, son existence (ou son absence) incarne la capacité des sociétés à se transformer, aussi bien que les usages au profit desquels ces dernières décident, dans un processus toujours conflictuel, de mettre leur potentiel technologique.8 Dans ce sens, le programme de recherche lancé par l’Institut de recherche des Nations Unies pour le développement social (UNRISD) constitue une précieuse opportunité, pour la communauté des chercheurs en sciences sociales, d’impulser une dynamique de recherche pluridisciplinaire sur l’impact des technologies de l’information et de la communication dans notre société, afin de faire prévaloir les choix qui contribuent à l’épanouissement des citoyens au détriment de ceux qui concourent, d’une manière ou d’une autre, à leur aliénation.

Problématique et méthodologie

La présente étude a été rédigée dans le cadre du programme de recherche sur les technologies de l’information et le développement social de l’UNRISD avec l’objectif de fournir une base de travail pour de futures recherches en la matière. Plus précisément, elle se propose de présenter de manière sommaire:

• l’histoire du développement des technologies de l’information au Sénégal ainsi que le rôle de l’informatique, de la modernisation des télécommunications et des médias dans la construction du Sénégal moderne;

• les transformations de l’environnement légal et réglementaire dans le secteur des technologies de l’information ainsi qu’une analyse de la politique nationale en matière de technologies de l’information;

• le développement de l’infrastructure, son financement et l’ensemble des questions qui s’y rapportent;

• les technologies de l’information et le secteur public;

• les technologies de l’information et le monde des affaires, notamment tout ce qui touche à l’utilisation des technologies de l’information dans la production, le commerce électronique et les exportations;

• les technologies de l’information et les réformes démocratiques, notamment la décentralisation;

• les problèmes et défis associés à l’utilisation des technologies de l’information dans les secteurs de l’éducation et de la santé;

• les expériences de télécentres communautaires, télécentres privés et autres approches visant à étendre l’accès aux moyens de communication;

• les études sociologiques sur l’impact des nouvelles technologies sur les relations

familiales et de genre, les structures de pouvoir communautaires, etc.;

• le rôle des technologies de l’information dans les économies et les sociétés en transition;

• le débat sur la société de l’information en Afrique, d’une manière générale, et au Sénégal en particulier.

Au-delà de la situation qui prévaut dans ces différents secteurs, le présent document signale également les principales études sur lesquelles nous nous sommes appuyé et mentionne les biais qu’elles comportent ou les points de vue qui caractérisent certaines recherches particulières. Dans la même lancée, cette étude attire l’attention sur les silences de la littérature afin de souligner ce qui n’est pas connu mais qui devrait être étudié. Enfin, la dernière partie recense des problématiques qui peuvent faire l’objet de futurs travaux.

Ce travail a principalement été réalisé grâce à une documentation personnelle accumulée au fil des ans sur la base de notre participation à des études, colloques, séminaires et ateliers et de nos contacts personnels. Constituée pour l’essentiel de documents relevant de ce qu’il est convenu d’appeler la “littérature grise” ou “littérature souterraine”, cette documentation est souvent difficilement accessible, bien qu’ayant rarement un caractère confidentiel. Par ailleurs, nous nous sommes également appuyé sur la lecture de la presse sénégalaise, sur des documents disponibles sur Internet, sur des travaux académiques, des articles de périodiques scientifiques et des ouvrages publiés.

Abréviations  :

ACCT Agence de la francophonie

ACDI Agence canadienne pour le développement international

ACMIS Association des clubs de micro-informatique du Sénégal

ADIPIA Association des internautes pour la promotion de l’informatique et de l’Internet en Afrique

AFRISTEC Biennale africaine des sciences et des techniques

AOF Afrique occidentale française

APC Alliance for Progressive Communication

APR Association des présidents de région

ART Agence de réglementation des télécommunications

AUPELF Agence francophone pour l’enseignement supérieur et la recherche

BBC British Broadcasting Corporation

BCEAO Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest

BDT Bureau de développement des télécommunications

BIT Bureau international du Travail

BOAD Banque ouest-africaine de développement

BPS byte per second

BRVM Bourse régionale des valeurs mobilières

CCIA Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture

CDMA Code Division Multiple Access

CEA Commission économique pour l’Afrique

CESTI Centre d’études des sciences et techniques de l’information

CFI Canal France international

CICES Centre international du commerce extérieur du Sénégal

CID Centre informatique de la douane

CLAD Centre de linguistique appliquée de Dakar

CNCR Conseil national de coordination des ruraux

CNCT Comité national de coordination des télécommunications

CNDST Centre national de documentation scientifique et technique

CNES Confédération nationale des employeurs du Sénégal

CNI Comité national informatique

CNUCED Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement

CRDI Centre de recherches pour le développement international, (Canada)

CRODT Centre de recherches océanographiques de Dakar-Thiaroye

DAF Direction de l’automatisation du fichier

DAST Délégation aux affaires scientifiques et techniques

DERPT Direction des études et de la réglementation de la Poste et des Télécommunications

DINFO Délégation à l’informatique

DPS Direction de la prévision et de la statistique

DTAI Direction du traitement automatique de l’information

DUA Direction de l’urbanisme et de l’architecture

EBAD Ecole des bibliothécaires archivistes et documentalistes

EGEF Etats généraux de l’éducation et de la formation

ENDA Environnement et développement du tiers monde

ENSUT Ecole nationale supérieure universitaire de technologie

ESMT Ecole supérieure multinationale des télécommunications

ESP Ecole supérieure polytechnique

FCR France câbles et radio

FFA Forum francophone des affaires

FIAS Foreign Investment Advisory Service

FIDAK Foire internationale de Dakar

FM modulation de fréquence

FRAO Fondation rurale de l’Afrique de l’Ouest

FST Faculté des sciences et techniques

GEEP Groupe pour l’étude et l’enseignement de la population

GES Groupement des entrepreneurs du Sénégal

GtpNet Global Trade Point Network

GRCC Groupe de réflexion sur la compétitivité et la croissance

HCA Haut Conseil de l’Audiovisuel

HCRT Haut Conseil de la Radio Télévision

IDH Indice de développement humain

IP Internet Protocol

IRD Institut de recherche pour le développement

ISO International Organization for Standardization

ISOC Internet Society

ISP Internet Service Provider

ISSIC Institut supérieur des sciences de l’information et de la communication

ISRA Institut sénégalais de recherches agricoles

KBPS kilobyte per second LS liaison spécialisée

MBPS megabyte per second

MEN Ministère de l’éducation nationale

MIC Millicom International Cellular

MMDS Multipoint Multichannel Distribution System

NIC National Internet Center

OMC Organisation mondiale du commerce

OMS Organisation mondiale de la santé

ONEL Observatoire national des élections

ONG organisation non gouvernementale

OPCE Office des Postes et de la Caisse d’épargne

OPT Office des Postes et Télécommunications

ORSTOM Institut de recherche pour le développement

ORTS Office de Radiodiffusion-Télévision du Sénégal

OSIRIS Observatoire sur les systèmes d’information, les réseaux et les inforoutes au Sénégal

PAO publication assistée par ordinateur

PDEF Plan décennal de l’éducation et de la formation

PIB produit intérieur brut

PII Programme intergouvernemental en informatique

PIISE Projet d’introduction de l’informatique dans le système éducatif

PME/PMI Petite et moyenne entreprise/petite et moyenne industrie

PNB produit national brut

PNUD Programme des Nations Unies pour le développement

PS Parti socialiste

RACV Réseau administratif de communication voix et données

REFER Réseau électronique francophone de l’enseignement et de la recherche

RESIDEL Réseau d’information Internet sur la décentralisation et le développement local

RFI Radio France internationale

RINAF Regional Informatics Network for Africa

RIO Réseau intertropical d’ordinateurs

RNIS réseau numérique à intégration de services

RTC réseau téléphonique commuté

RTS Radio télévision sénégalaise

SAFEFOD Société africaine d’éducation et de formation pour le développement

SIG système d’information géographique

SIID système intégré d’informations décisionnelles

SINEC Salon international de l’informatique, de l’électronique et de la communication

SITA Société internationale de télécommunications aériennes

SONATEL Société nationale des télécommunications

SYFED Système francophone d’édition et de diffusion

TIC Technologie de l’information et de la communication

TSF télégraphie sans fil

TSS Télévision scolaire du Sénégal

TVA taxe sur la valeur ajoutée

UEMOA Union économique et monétaire Ouest-Africaine

UFR Unité de formation et de recherche

UIT Union internationale des télécommunications

UNRISD Institut de recherche des Nations Unies pour le développement social

UNTPDC United Nations Trade Point Development Center

UPS Union progressiste sénégalaise

URID Unités régionales d’information pour le développement

USAID United States Agency for International Development

UUCP Unix to Unix Copy Protocol

UVA Université virtuelle africaine

UVF Université virtuelle francophone

WorLD World Links for Development

Sommaire :

  1. L’introduction des TIC dans le système éducatif sénégalais
  2. Les immigrés sénégalais et les TIC
  3. Les cybercafés et autres points d’accès à Internet au Sénégal
  4. Les technologies de l’information pour l’éducation et la santé
  5. Les technologies de l’information dans l’économie sénégalaise
  6. TIC au Sénégal : Les initiatives de la coopération internationale
  7. L’environnement légal du secteur des télécommunications au Sénégal
  8. Le développement de l’infrastructure et des services au Sénégal
  9. La politique de développement des télécommunications sénégalaises
  10. Le développement des TIC au Sénégal
  11. Les TIC et le développement social au Sénégal : état des lieux

Sommaire :
Introduction
Problématique et méthodologie
Le développement des technologies de l’information et de la communication au Sénégal
La politique nationale
Le développement de l’infrastructure et des services
L’environnement légal et réglementaire
Les initiatives de la coopération internationale
Les technologies de l’information et le secteur public
Les technologies de l’information dans l’économie
Les technologies de l’information et la gouvernance
Les technologies de l’information pour l’éducation et la santé
Télécentres, cybercafés et autres points d’accès à Internet
La société civile et les technologies de l’information et de la communication
L’impact des nouvelles technologies sur l’évolution des rapports sociaux
L’immigration et les technologies de l’information et de la communication
Perspectives de recherche
Histoire d’une success story: La SONATEL
L’utilisation des technologies de l’information et de la communication par le secteur informel
L’évolution des télécentres: Du téléphone à l’Internet
Géographie des technologie de l’information et de la communication
Les TIC ou l’ouverture sur le “global” et la rupture avec le “local”
Internet, outil de reconnexion des élites et d’isolement des masses
Les télécentres, ou le secteur privé au secours du service public
Les TIC et les jeunes, ou comment la technologie peut être un outil de valorisation d’un groupe socialement marginalisé
Téléphonie mobile: Une technologie pour les pauvres?
Conclusion