Les technologies relatives aux déficiences auditives et motrices

By 10 August 2013

b. Technologies relatives aux déficiences auditives

5 thèmes technologiques composent le dossier « surdite_me » regroupant les principales technologies dédiées aux personnes sourdes et aux personnes malentendantes.

Ces thèmes sont : les systèmes de transmission, l’amplification, les témoins visuels, la communication à distance et les projets à suivre.

La boucle magnétique appartient à l’ensemble des systèmes de transmission. Il s’agit d’un système d’aide à l’écoute pour les malentendants porteurs d’un appareil auditif. Elle capte le son émis par la source sonore (un orateur par exemple) et le transmet directement à l’appareil auditif.

Parmi les systèmes de transmission on trouve également des systèmes audio IR (infrarouge) se composant d´au moins un émetteur et d´un récepteur. L´émetteur est relié à sa source audio (par exemple, un microphone) et transmet les signaux reçus sous forme d´impulsions lumineuses infrarouge, sans connexion filaire, au récepteur. Celui-ci transforme les impulsions lumineuses captées en signaux audio électriques et les retourne au système de restitution, par exemple à des écouteurs ou à une boucle magnétique, pour une transmission inductive directe sur prothèses.

Les dispositifs d’amplification sont liés aux systèmes de transmission. Ainsi, un amplificateur de boucle magnétique génère un signal inductif pouvant être capté par une prothèse auditive ou par un récepteur à boucle magnétique (tel qu’un casque stéthoscopique). Il existe également des amplificateurs téléphoniques permettant d’augmenter le volume sonore d’un téléphone de façon à ce qu’il soit adapté au besoin auditif de la personne malentendante.

Il existe également nombre de témoins visuels permettant d’améliorer le quotidien des personnes sourdes ou malentendantes. Les appareils de signalisation lumineuse et sonore captent les sonneries de la sonnette de porte ou du téléphone et les transforme en flash et/ou en signal sonore puissant. Ainsi, les retours visuels peuvent être utilisés pour avertir de l’activation d’une sonnette de porte, d’une alarme incendie ou encore de la sonnerie du téléphone.

Le thème de la communication à distance présente des principes de communication récents servis par des outils technologiques bien connus tels que la webcam, le réseau Internet ou le téléphone mobile. Parmi ces principes, les centres relais téléphoniques se montrent particulièrement utiles pour les personnes sourdes signantes (utilisant la langue des signes) mais également pour les autres personnes sourdes et malentendantes. Il s’agit de services (d’interprètes, de traduction instantanée de la parole ou autre) à distance qui permettent à la personne sourde de « téléphoner » à une personne entendante ou une autre personne sourde. Des forfaits téléphoniques ne facturant que l’envoi de message textuels et/ou proposant la visiophonie (grâce à une caméra intégrée dans le téléphone) sont également utiles à cette catégorie de la population.

Certains projets en cours méritent qu’on s’y intéresse car leur aboutissement offrirait de nouvelles possibilités d’accessibilité de communication pour les personnes sourdes ou malentendantes. Ainsi, on peut citer l’idée de réaliser un système de traduction en LPC (Langage Parlé Complété, code permettant la désambiguïsation de la forme visible des phonèmes de la parole) via une tête parlante artificielle combinant la reconnaissance vocale, la reproduction des mouvements des lèvres correspondant à la parole captée et l’accompagnement manuelle en LPC de ce discours. Un autre projet ambitionne de proposer une traduction automatique de la langue des signes française (LSF). Enfin, citons une version de téléphone doté d’un système de reconnaissance vocal et capable de transcrire les données vocales en texte sur un petit écran.

c. Technologies relatives aux déficiences motrices

Le dossier « PMR » rassemble 5 thèmes regroupant les principales technologies dédiées aux personnes à mobilité réduite (quelle que soit l’aspect moteur affecté). Au regard des multiples affections motrices existantes pouvant entraîner un large éventail de besoins potentiels, ce dossier propose un horizon relativement étendu des articles proposés sur le marché. Ces thèmes sont : les logiciels, les outils informatiques, les rampes et élévateurs, le mobilier et la préhension.

Les logiciels proposés sont spécifiques à l’adaptation d’un contacteur unique (le logiciel permet de prendre en compte l’utilisation d’un contacteur à la place de la souris), à la reconnaissance (le logiciel reçoit la parole émise via un micro et la retranscrit à l’écran) ou à l’utilisation et au paramétrage d’un clavier virtuel (clavier à l’écran compensant une difficulté ou une incapacité manuelle à se servir du clavier physique).

Les outils informatiques (auxquels sont adaptés les logiciels cités précédemment) se structurent en plusieurs classes d’éléments. Parmi elles, on trouve les claviers écrans (clavier à l’écran sur lequel l’utilisateur sélectionne des éléments en utilisant un dispositif de pointage), les claviers guides (dispositif évitant l’appui simultané sur plusieurs touches ou l’appui sur les touches de manière accidentelle), les joysticks (périphérique informatique constitué d’un manche posé sur un socle et de boutons, l’utilisation se fait en bougeant le manche dans une direction ou en pressant les boutons), les licornes (système de pointage par la tête vers l’écran ou sur le clavier, à l’aide d’un pointeur en forme de bâton), les trackball (boule de commande permettant de déplacer des objets à l’écran).

Il est, également, possible de choisir un ensemble spécifique tel que les systèmes embarqués (ensembles informatiques autonomes composés d’un écran, d’une unité centrale et des périphériques dédiés à une tâche précise).

Le dossier « Rampes_elevateurs » répertorie nombre de structures assurant le cheminement horizontal et vertical des personnes circulant en fauteuil roulant. Ainsi, on y trouve différents modèles de rampes telles que des rampes télescopiques, pliables ou enroulables, des rampes de seuil ou des rampes fixes. L’élévation, quant à elle, peut s’effectuer grâce à des plates-formes élévatrices pour fauteuil ou via des fauteuils monte- escalier.

Le mobilier présente diverses possibilités d’aménagements ou d’accessoires visant à faciliter la vie des personnes en situation de handicap moteur. Le mobilier de bureau, tel que des tables, des bureaux ou des chaises ergonomiques, peut proposer des réglages variés de la hauteur et de l’inclinaison. Les fournitures de bureau adaptées (ciseaux ergonomiques, manche adaptable de stylo, etc.) et les accessoires spécifiques du poste de travail (repose- poignée, tapis de souris, repose-jambes, coussin releveur, etc.) peuvent également être utiles.

L’environnement peut être adapté par des structures d’aide comme des mains courantes ou des ouvertures automatisées.

Le thème de la préhension regroupe plusieurs catalogues. Le catalogue des outils informatiques est isolé des catalogues d’objets relatifs au quotidien. Les outils informatiques font principalement référence à des contacteurs ou des trackballs, tous deux présentant des alternatives à la souris. Ces dispositifs peuvent être commandés manuellement imposant un moindre effort ou par d’autres gestes de l’utilisateur (le souffle, l’abaissement de paupière, les mouvements de la tête, les mouvements des yeux, etc.). Les catalogues relatifs aux situations quotidiennes traitent des extensions de portes, visant à rendre plus préhensible une poignée de porte), des pinces de préhension (permettant de saisir facilement certains objets), des tourne- boutons et des tourne-clé (atténuant l’effort de rotation du poignet).

d. Technologies relatives aux déficiences communicationnelles

Le dossier « Communication» rassemble 4 thèmes regroupant les principales technologies dédiées aux personnes ayant des troubles du langage ou une difficulté, voire une incapacité à communiquer par la parole. Ces thèmes sont : les claviers écrans, les appareils de communication, les logiciels et les systèmes embarqués.

Les claviers écrans visent à s’adapter et proposer des pictogrammes ou autre type de symboles chargés sémantiquement (porteur de sens) afin de permettre l’élaboration de message sans passer par la forme orthographique de la langue.

Les appareils de communication ont l’avantage d’être mobiles. Certains proposent des claviers écrans constitués de pictogrammes, d’autres utilisent des pointages spécifiques (exemple : les yeux, les doigts, …).

Les logiciels fournissent les éléments porteurs de sens (des pictogrammes, des lettres, des mots, des images,…). Ils fonctionnent avec écran tactile et permettent d’assembler ces éléments pour créer un message.

Enfin, un catalogue liste quelques systèmes embarqués rassemblant des éléments spécialisés pour une compensation communicationnelle donnée.

En conclusion, il est important de souligner que ces recherches ont eu pour objectifs de donner une idée des principales technologies de compensation existantes et qu’en cas de volonté d’achat d’une de ces technologies, il serait judicieux d’approfondir le comparatif entre fournisseurs. De plus, le marché des technologies de compensation étant en plein essor parallèlement à la découverte constante de nouveaux besoins à solutionner, une maintenance de ce dossier permettrait d’actualiser les données afin de conserver l’utilité des informations contenues. Ainsi, j’ai pris soin d’en informer le lecteur via le mode d’emploi proposé pour la navigation au sein du dossier « Technologie ».

Lire le mémoire complet ==> (La problématique du handicap dans l’entreprise : l’accessibilité des conditions de travail et de l’offre de service)
Rapport de stage M2 – Sciences Technologie, Santé (STS) – Spécialité : Technologie et Handicap
Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis – Master HANDI