Les deux dimensions de l’efficience des marchés financiers

By 26 August 2013

II- Réexamen de l’hypothèse d’efficience des marchés financiers

1 -Les deux dimensions de l’efficience : information et rationalité

L’efficience est un concept pouvant revêtir plusieurs dimensions. On distingue l’efficience informationnelle, la rationalité des agents, l’efficience fonctionnelle ou encore l’efficience allocationnelle. On s’intéressera ici à l’efficience informationnelle et rationalité du comportement et des anticipations des agents.

1.1- Efficience informationnelle

La définition de l’efficience informationnelle nécessite au préalable de présenter la notion de valeur fondamentale d’une action.

1.1.1- Définition de la valeur fondamentale d’un actif

Soit Rt la rentabilité d’un actif au temps t : Rt = Pt+1 – Pt + Dt / Pt

Pt est le cours de l’action
Dt est le dividende au temps t

Si les agents sont neutre au risque, ont des fonctions d’utilité séparables au cours du temps et disposent d’un ensemble d’information It. alors CPO de la maximisation de l’utilité intertemporelle des agent s’écrit :
la valeur fondamentale d’un actif
r est le taux d’intérêt

Cette condition est appelée parfois condition d’efficience, implique que l’anticipation rationnelle de taux de rentabilité égale au taux d’intérêt.

En remplaçant R par sa valeur, on obtient l’équation gouvernant les prix

Pt* = Σ θj+1 E[Dt+j / It]
θ est le taux d’actualisation

Pt* est la valeur fondamentale du titre est égale à la somme d’actualisée des dividendes futures anticipés rationnellement par les agents.

1.1.2- La théorie de l’efficience des marchés financier

Dans cette paragraphe on redéfinie de l’efficience de marché par les points suivantes :

– Le prix reflète toute l’information disponible : un marché est informationnelle ment efficient si l’ensemble des information pertinentes à l’évaluation des actifs qui y sont cotes se trouve instantanément reflète dans les cours.

– La présence d’un grand nombre de l’opérateur sur le marché

– Imprédictibilité des variations de prix et de modèle de marche aléatoire : les variation des prix (rentabilité) sont imprévisible.

– L’impossibilité de réaliser des profits anormaux et le modèle de martingale : Le modèle de martingale est moins restrictif que celui du marché aléatoire au sens où aucune condition n’est imposée sur l’autocorrection des résidus. Ainsi Pt suit une martingale si :

E[Pt+1 / It ] = Pt

Cette équation signifie que la meilleure prévision faire du prix en t+1 sur la base de l’ensemble de informations It.

Cette définition implique que l’on peut s’attendre à une rentabilité qui soit supérieure à la rentabilité de marché au sens où l’espérance conditionnelle des variations de prix est nulle.

Lire le mémoire complet ==>

(La Bourse de Beyrouth : Test de l’efficience du marché financier)
Mémoire de fin d’année du Master 2 recherches APE « analyse et politique économique »
Université Montpellier 1