Les conséquences de consommation de masse : gaspillage et stockage

By 9 August 2013

1.3 Les conséquences

1.3.1 Le gaspillage

L’un des facteurs de la consommation de masse ayant des effets environnementaux néfastes a été l’augmentation des produits jetables. Combien d’objets jetables utilisons-nous chaque jour sans même se soucier des effets qu’ils produisent ? L’augmentation des déchets est l’un des problèmes actuels les plus difficiles à traiter, à organiser et à valoriser.

À l’époque de la création du premier gobelet jetable par Moore et Luellen, en 1907, les conséquences d’un tel produit sur la planète n’avaient pas été examinées. Le sociologue Robert K.Merton a mis au jour la « loi des conséquences involontaires » se définissant comme les actions dont les personnes n’ont pas anticipé et voulu les conséquences.

Dans cette loi, le sociologue identifie cinq sources de conséquences involontaires dont l’ignorance et l’intérêt immédiat révèlent profondément les raisons de l’hyper consommation. Il est impossible d’anticiper toutes les conséquences de nos actes, et lorsqu’un consommateur souhaite ardemment quelque chose il va choisir d’ignorer les effets à long terme pour privilégier une réponse immédiate à ses besoins ou désirs.

1.3.2 La possession et le stockage

Au début des années 90, une famille américaine détenait deux fois plus d’objet que 25 années plus tôt. La taille des maisons a également augmenté de 50 % en 50 ans et les garages sont devenus quasiment indispensables. Ce phénomène montre que plus nous avons d’espace, plus l’acquisition de nouveaux objets est importante.

En France métropolitaine, on remarque que la surface moyenne des logements à augmenter de 9 m² en 22 ans et que le nombre moyen de personne y habitant a diminué de 0.4 points. Ceci, confirme la tendance mais on remarque que la France est moins rapide dans cette évolution que les Américains.

Au fur et à mesure, des entrepreneurs se sont installés sur un nouveau marché très porteur : la location d’espace de stockage pour les entreprises et les particuliers. De 1990 à aujourd’hui, ils ont connu une croissance de 740 % et stocks en majorité les objets des familles qui n’ont plus leur place à la maison puis des factures et des équipements de bureaux d’entreprises. Après quelques années, des locataires se sont aperçus que les objets qu’ils stockaient avaient une valeur bien inférieure à ce qu’ils payaient pour les stocker.

1984 2006
Par logement
Surface moyenne (m²) 82 91
Nombre moyen de personnes 2.7 2.3
Par personne
Surface moyenne (m²) 31 40
Champ: France Métropolitaine, résidences principales

Shéma 1 :Indicateur de taille et d’occupation des logements de 1984 à 2006
Source: Insee, enquêtes logement

Pour terminer, nous pouvons énoncer un bilan écologique des activités du XXe siècle afin de nous apercevoir des effets néfastes de nos activités sur la planète :4

– La moitié des forêts a disparu.

– De nombreuses espèces animales se sont éteintes.

– La majorité des eaux douces disponibles est déjà utilisée.

– Un milliard de personnes souffrent de malnutrition dans le monde.

– Un Européen consomme et jette 32 fois plus de ressources qu’un Africain.

Malgré ses conséquences, nous observons que le monde se soucie peu de trouver des solutions fiables et durables pour répondre aux problèmes souvent irréversibles liés à l’activité humaine et à la surconsommation.

En deuxième partie, nous allons voir comment une nouvelle économie plus respectueuse de l’environnement et plus sociale contourne la surconsommation par la redistribution, les services et l’entraide entre particuliers.

Lire le mémoire complet ==> (Le rôle de la confiance dans l’économie du partage)
Thème du Mémoire de recherche appliquée: La confiance
Groupe Sup de Co Amiens Picardie – ESC 3