Le traitement des risques financiers de l‘export vers la Russie

By 3 August 2013

2.1.2 Le traitement des risques financiers : paiement et contrôle des échanges

Credit Default Suap (CDS)

Ce produit financier est proposé par la banque contre la prime qui varie selon le rating du pays ou de l‘entreprise dans le classement MOODY‘S ou dans tout autre classement déterminant les risques financiers du pays utilisé par la banque. Le placement d‘un pays ou d‘une entreprise dans cette liste détermine le montant de la prime à payer par un exportateur pour bénéficier le CDS. CDS est une sorte de garantie donnée par la banque de couvrir le risque de non-paiement. Grâce à ce CDS l‘exportateur sera payé par sa banque-garant dans le cas du non-paiement survenu.

Change à terme (Forward)

Si la devise de paiement n‘est pas EURO l‘exportateur est soumis sous le risque de la variation de taux de change. Le change à terme est un produit financier visant de couvrir les parties contractant contre le risque de la variation du taux de change (pour 90%) et du taux d‘intérêt (pour 10%). Ce produit est acheté par des parties contractantes auprès de leurs banques. Il permet de fixer le taux de change et d‘intérêt pour le paiement à terme.

Les contrats futurs

Le contrat futur, instrument de couverture sur les matières premières, permet aux producteurs ou aux industriels de s‘assurer d‘un prix de vente ou d‘un prix d‘achat futur. Ce faisant, ils transfèrent sur la contrepartie adverse le risque de variation du prix du produit. Un contrat futur est un contrat à terme négociable à l‘achat ou à la vente, portant sur un sous-jacent. Le sous-jacent peut être une matière première agricole (soja, maïs), un indice d‘actions (Dow Jones, Nasdaq, Cac 40), une devise (eurodollar), une matière première (pétrole, or) ou un taux d‘intérêt (T-Bond, Bund). Les contrats sont standardisés, traités sur des marchés organisés – par opposition aux marchés OTC, où les produits sont traités de gré à gré – et ont une échéance. Ainsi, ce produit financier permet aussi à l‘exportateur français d‘éviter le risque de variation de taux de change ou d‘intérêt. En revanche, il peut être acheté aussi sur le marché (l‘Etat).

La sécurité financière

En Décembre 2000, le gouvernement français a limité à 200 millions d’euros les garanties financières par les compagnies d‘assurance pour les exportations vers la Russie (COFACE), puis le seuil a été augmenté à partir du 01.01.2002 jusqu’à 250 millions d’euros pour financer des projets de la coopération mutuellement bénéfiques. COFACE a convenu d’accepter les garanties sur le prêt à moyen terme de la Sberbank, Vneshtorgbank, la Banque internationale de Moscou, MDM Bank, Moscow Credit Bank, Raiffeisenbank et Vnesheconombank. Au printemps 2003, suite à une autre hausse de la cote de crédit de la Russie par la COFACE, la liste des banques russes a été élargie à Gazprombank, Banque Petrokomers, NIKoylbanka, la banque Uralsib. En outre, la partie française a exprimé sa volonté d’accepter des garanties corporatives des entreprises russes. En 2003, ces entreprises sont OAO Gazprom OAO VimpelCom et OAO Severstal. En Mars de cette année, il y a eu quelques changements dans la politique de la COFACE envers la Russie. Les représentants Coface ont annoncé leur volonté de travailler sans restriction avec les banques Russe. COFACE examinera en détail la situation financière chaque banque et prendra une décision concrète dans chacun des cas66.

2.1.3 Solutions du transport économique

La grande distance entre la France et la Russie rend l‘acheminement des marchandises cher et demande des exportateurs des solutions élaborées pour diminuer au maximum le cout des transports. Pour atteindre ce but il serait préférable de spécifier les moyens de transport selon les volumes des expéditions et le trajet :

– transport maritime pour les grands volumes et l‘acheminement des marchandises entre deux pays ;

– ferroutage pour l‘acheminement de marchandise à l‘intérieur de la Russie dans la partie sibérienne ;

– groupage/messagerie pour les petits envois dans les cas des PME.

Actuellement, il existe de nombreux prestataires de transport spécialisé dans les expéditions vers la Russie. Ce sont, par exemple, ABX Logistic, Le group Heppner, Gefco, FM Logistics, DHL, ils sont capables de proposer des solutions intéressantes aux exportateurs français. Cependant, pour bénéficier de tarifs avantageux il faut atteindre de grands volumes d‘exportations vers la Russie et mettre en place une massification. Dans le cas contraire, par exemple pour les PME, il est conseillé de mettre le transport à la charge du client russe si possible et si ce dernier a son prestataire de transport.

Cas pratique
Transport Multimodal : Gefco lance un flux ferroviaire entre Vesoul et la Russie

Transport Multimodal : Gefco lance un flux ferroviaire entre Vesoul et la RussieGEFCO, en partenariat avec Captrain Deutschland et Transcontainer, lance un flux ferroviaire de transport de pièces automobiles SKD (Semi Knocked Down) entre Vesoul, en France et Kaluga, en Russie. Ce projet de transport multimodal est l‘un des plus ambitieux d‘Europe en termes de volumes transportés.

Au départ du Terminal de Naviland Cargo, situé à proximité de l‘usine PSA Peugeot Citroën de Vesoul, cet ensemble ferroviaire prend la direction de Malaczewisze/Brest à la frontière de la Pologne et de la Biélorussie où s‘effectue un transbordement des containers (fournis par Transcontainer) sur des wagons russes pour être acheminés ensuite sur le site de production de Kaluga.

Le premier train complet de pièces automobiles, à destination de l‘usine PSA Peugeot Citroën et Mitsubishi est arrivé à Kaluga, en Russie, le mercredi 10 mars, parcourant ainsi 3 000 kilomètres en cinq jours. Fruit d‘un an d‘études des différents partenaires, ce flux est l‘un des plus importants projets multimodaux en Europe.

Au titre de solutions de transport et logistique respectueuses de l‘environnement, GEFCO a déposé une demande de subvention via le programme de l‘union européenne Marco Polo (2003-2006) aidant les entreprises souhaitant transférer une partie du trafic routier vers d’autres modes de transport plus compatibles avec l’environnement, comme le rail. En effet, la ligne ferroviaire Vesoul – Kaluga s‘inscrit dans la politique de développement durable mise en place par GEFCO. Remplaçant l‘équivalent de 36 camions par jour au départ et raccourcissant les délais d‘acheminement de 8 à 5 jours, ce flux quotidien contribue à une diminution significative d‘émissions en CO2. Un tel choix préserve la route, en permanence, de 576 camions en transit entre la France et la Russie sur un trajet aller-retour Vesoul-Kaluga.

Au carrefour de l‘Europe et de l‘Asie, la Russie constitue une région strat égique pour le secteur du transport et de la logistique. Le marché russe connaît un développement des unités de production de l‘industrie automobile en raison d‘investissements importants réalisés par de grands constructeurs mondiaux. En réponse à une demande croissante de services logistiques, GEFCO a donc investi pour optimiser les infrastructures et développer sa gamme de prestations, notamment dans la Logistique Amont Automobile.

GEFCO Russie et l‘administration de la région de Kaluga ont signé une Lettre d‘Intention présentant leur coopération en matière de transport et logistique dans la région. Signée par Yves Fargues, PDG du Groupe GEFCO et Anatoly Artamonov, Gouverneur de la région de Kaluga, cette lettre est l‘expression d‘une ambition commune de développement d‘infrastructures logistiques efficientes dans cette zone stratégique.

Longeant la rivière Oka en Russie occidentale, à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Moscou, Kaluga est un site névralgique de l‘industrie automobile internationale implantée en Russie. En 2010, PSA Peugeot Citroën, en joint-venture avec Mitsubishi, y ouvrira une nouvelle usine d‘assemblage, destinée à produire des véhicules de taille moyenne pour des particuliers ; ce marché représente 60% des ventes sur le marché national russe. GEFCO est prestataire logistique amont et aval exclusif de cette usine et jouera un rôle essentiel tout au long de la chaîne de production. Le bureau GEFCO de Kaluga emploiera dans un premier temps une dizaine de personnes et proposera l‘intégralité de la gamme de services de logistique du groupe, comme le transport en Russie, le dédouanement et les prestations en entrepôt.

Malgré l‘impact de la crise qui a touché le pays, la Russie demeure une zone stratégique d‘investissement pour GEFCO, comme en témoigne l‘ouverture en 2008 de la plate-forme logistique de Podolsk, près de Moscou ou encore le projet de parc automobile à Domodedovo, lancé début 2010. Le marché russe est également propice à l‘extension par GEFCO de sa gamme d‘activités à des secteurs autres que l‘automobile.

Source du communiqué : Gefco67
Mardi 30 Mars 2010

Lire le mémoire complet ==> (Quels sont les voies envisageables pour éliminer, atténuer ou prendre en compte)
les contraintes qui freinent les possibilités d’accroissement
des exportations des produits français vers la Russie.
Mémoire de fin d‘études – Master 2 Sciences du Management Spécialité Logistique
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne