Le segment des jeunes touristes en autonomie, Motifs de voyages

By 4 August 2013

Mise en perspective de l’analyse documentaire par une confrontation à une analyse qualitative de la demande – Chapitre 3 :

Au delà de l’analyse documentaire du tourisme des jeunes de 18 à 25 ans en France, il nous est apparu judicieux de mener à bien des enquêtes qualitatives sur la demande et l’offre de produits touristiques afin de compléter notre analyse sur cette cible.

Pour mener à bien cette analyse nous avons interrogé une vingtaine de personnes en suivant les étapes d’un questionnaire établi grâce à un dossier pratique « Réaliser son étude de marché »50.

Voici les grandes orientations des réponses obtenues au questionnaire :

Section1 : Les motifs de voyages

Concernant les motifs de voyages les plus souvent cités, une grande partie des personnes interviewées déclarent être attirées par la volonté de découverte de nouvelles cultures mais aussi la rencontre de nouvelles personnes, des locaux, comme nous le voyons dans ces déclarations : « Séjours qui permettent une fois sur place de rencontrer les locaux et de passer le séjour avec eux », « découverte d’autres cultures, évasion (…) envie d’aller vers l’inconnu… »51.

Nous voyons que sur ce point l’enquête est en accord avec l’analyse documentaire. Toujours dans ce sens, nombre d’interviewés se déclarent fortement sensibles aux festivités mais aussi aux loisirs. Ce second élément nous renvoie également à l’envie de profiter de réelles vacances pour ces jeunes qui, au delà de l’image de baroudeurs que l’on s’en fait, sont également attirés par des vacances plus tranquilles faites de repos, farniente et festivités. Ainsi, de nombreux entretiens rejoignent les préférences de cet interrogé « Faire la fête et me reposer ». Cette volonté de loisirs et de farniente s’accompagne de l’envie de la mer et du soleil. L’étude fait ressortir ces éléments comme motifs principaux de vacances pour la majorité des interviewés. Un autre point similaire à l’analyse documentaire est la volonté de découverte culturelle des villes. Comme nous l’avons vu, les voyages de cette cible des jeunes de 18 à 25 ans sont souvent sous- tendus par une volonté de découverte et d’apprentissage. Les voyages dans les grandes villes européennes ou internationales participent dès lors à ce désir comme le déclare certains interviewés « Week- ends pour découvrir les villes en Europe par exemple » ou encore « Visiter et découvrir ».

Au delà des préférences identifiées ci- dessus et rejoignant l’analyse documentaire, nous voyons qu’une proportion non négligeable des interviewés mettent également en avant dans leurs préférences la volonté d’évasion et de rupture avec leur quotidien comme le déclarent ces personnes dans leurs priorités de voyages « évasion, faire un bon break dans sa vie quotidienne », « Changer d’air (…) Changer la routine » ou encore « Se détendre ».

Ceci apparait alors comme une donnée ayant partiellement échappée aux différents travaux étudiés dans l’analyse documentaire. En effet, si ceci peut être rapproché d’une volonté de découverte, les termes employés d’évasion, et de rupture avec le quotidien semblent significatifs d’une volonté de changement et de dépaysement plus large que la simple volonté de découverte.

Section 2 : Les opérateurs spécialisés sur le segment des jeunes de 18 à 25 ans en autonomie

Sur cette question nous pouvons voir que les réponses sont quasi- unanimes, quasiment aucun des interviewés ne connaissant un opérateur spécialisé pour la cible jeune. Ceci est néanmoins à relativiser dans la mesure nous pouvons penser que certains des interviewés connaissent par exemple l’UCPA. Cependant, les réponses apparaissent significatives dans la mesure où une seule personne l’a citée « UCPA peut être mais sinon non je n’en connais pas » (ceci étant certainement lié au fait qu’aucune des personnes interrogées n’ait déjà effectué un voyage avec cette association) et ou personne n’a cité d’autres opérateurs.

En ce qui concerne les opérateurs touristiques sur le marché de la formation linguistique, là aussi nous voyons que malgré une réponse faisant part de la connaissance d’une organisation « Je ne me rappelle plus du nom mais c’est un truc qui organise des voyages linguistiques », le nom n’a pas été mémorisé ce qui encore une fois est symptomatique de la communication médiocre de ces organismes ou du désintérêt de ce segment pour ces derniers. Au final, au sujet de ces opérateurs touristiques spécialisés sur la cible jeune, nous pouvons dire qu’il apparait, comme d’ailleurs dans l’analyse documentaire de l’offre que nous verrons ensuite, que ces opérateurs sont peu nombreux sur ce marché et qu’ils jouissent d’une notoriété insuffisante notamment chez leur cible prioritaire. Cette méconnaissance des opérateurs doit alors être analysée au regard de la stratégie de communication de ces derniers certainement insuffisante pour toucher un large panel du segment des jeunes de 18 à 25 ans mais également au regard de la recherche de liberté de ces jeunes qui préfèrent souvent une composition autonome de leurs voyages.

Section 3 : Les préférences en termes de séjours et packages touristiques

Concernant l’intérêt des interviewés au sujet des séjours et packages touristiques, il a été possible de relever des réactions très diverses. En effet, certains se déclarent par essence opposés aux packages touristiques:

« Houla… j’avoue que je préfère voyager par mes propres moyens. Pas de voyage organisé ou de vol + hébergement ou autres. Je préfère me sentir libre quand je voyage, pas contrainte par un quelconque package. »
« Euh… je n’aime pas trop tout ce qui est voyage organisé, je ne vois pas trop ce que je pourrais répondre. »

Une de ces deux personnes restent néanmoins rationnelle et serait prête à se diriger vers de tels packages dans la mesure où ces derniers permettent de réaliser des économies :

« Après, si je devais passer par eux, ça serait parce qu’ils auraient des prix sur les vols et transports. Mais pas plus. »

Nous rejoignons là encore l’analyse documentaire sur les fondamentaux de la demande, à savoir un désir d’autonomie et de liberté et par conséquent une réticence réelle aux voyages packagés qui prennent trop l’image des voyages organisés des générations précédentes, de nos parents ou grands- parents. L’intérêt de tels packagings, comme nous l’avons vu également dans l’enquête documentaire, reste néanmoins potentiellement étudiable dans la mesure où le consommateur est rationnel et souhaite consommer le produit au meilleur rapport qualité prix.

Malgré cette réticence envers les packagings, nous voyons que certains jeunes semblent plus enclins à consommer de tels produits. Ainsi, nombre de réponses de l’enquête qualitative mettent en avant différentes formules de séjours, autour de la fête, de la plage et de la mer ou encore des grandes villes européennes susceptibles d’intéresser ce segment.

« Circuits, Combinés Vol+Hôtel+demi- pension »
« Week- ends pour découvrir les villes en Europe par exemple, ou séjour d’une semaine (pas obligatoirement linguistique) »

Section 4 : Les modes d’hébergement en voyage

Concernant maintenant les modes d’hébergements en voyage, l’hébergement chez des amis ou connaissances arrive le plus souvent en tête des modes d’hébergements préférentiels, suivi par les auberges de jeunesse et ensuite par les hôtels et campings. Nous retrouvons ici globalement la hiérarchie établie précédemment, et nous retrouvons surtout, là aussi, le paradoxe français qui est que les auberges de jeunesse arrivent parmi le premier choix d’hébergement cité par cette cible alors que les hôtels semblent, du fait souvent de leur localisation, attirer davantage de clients de ce segment. Des modes d’hébergement particuliers identifiés dans l’analyse documentaire de l’offre sont également cités par les interrogés comme par exemple les bungalows ou le couch surfing qui se révèlent être des alternatives de plus en plus usitées. Enfin, concernant cette analyse des préférences de logements, nous pouvons mettre an avant le fait que celle- ci est aussi grandement influencée par le niveau socioculturel et surtout les philosophies de vie propres à chaque personne composant ce segment des 18- 25 ans. En effet, si nous prenons par exemple les deux déclarations suivantes :

« Dans le Nord : Hôtel 5* et Hôtel 4* suite. »
« Sac de couchage, un peu n’importe où (champs, parcs de préférence, aux environs des autoroutes pour l’autostop). Se faire héberger par des connaissances, amis, rencontres…Auberge de jeunesse. »

Nous voyons bien ici que ces deux personnes ne semblent pas du tout posséder la même philosophie de vie et du voyage. Elles sont, en réalité, significatives de l’hétérogénéité de la demande des jeunes de 18 à 25 ans mais aussi de la permutabilité des modes de consommations de ces jeunes entre deux voyages. Ce sont cette hétérogénéité et cette permutabilité qu’il est nécessaire d’appréhender pour les offreurs afin de proposer des produits touristiques de qualité.

Lire le mémoire complet ==> (Le marché des jeunes touristes français et internationaux en autonomie, de 18 à 25 ans, en France)
Mémoire de recherche
IEP de Toulouse