Le bilan et les perspectives de Médiaterre 2003-2005

By 9 August 2013

2.4. Bilan et perspectives
2.4.1. Calendrier de réalisation 2003-2005
2.4.1.1. Phase 1 : Déploiement technique de Médiaterre (2003-2004)

Bénéficiant déjà d’un appui de l’Agence Intergouvernementale de la Francophonie (IEPF et INTIF) et de l’Agence Universitaire de la Francophonie, Médiaterre a obtenu un soutien de la part du Fonds Francophone des Inforoutes [42] pour son déploiement.

D’autres démarches sont également entamées auprès des autres organisations internationales, régionales et auprès des coopérations bilatérales pour renforcer le système et élargir le réseau des partenaires.

La première phase vise une couverture de l’ensemble des régions par le développement de portails de dépêches, de bases de données (répertoire) sur les sites, calendrier des événements, listes de diffusion, forum…

2.4.1.2. Phase 2 : Diffusion de contenus, dépêches destinées au grand public (2004-2005)

L’ouverture de portails thématiques est planifiée en tenant compte des thèmes prioritaires mis en exergue par le Sommet de Johannesburg (eau, énergie, santé, agriculture et biodiversité), ceux de la Commission du développement durable de l’ONU pour les biennums 2004-2005 (eau et assainissement, santé et établissements humains) et 2006-2007 (énergie, atmosphère, climat et industrie), ainsi que des thèmes transversaux essentiels tels que pauvreté, mondialisation, modes de production et de consommation.

De façon pragmatique, un ou plusieurs partenaires sont positionnés pour chaque portail géographique ou thématique. Leur rôle est de contacter l’ensemble des acteurs potentiellement concernés et de mettre en place un comité d’animation (réunion physique ou virtuelle).

Tous les événements internationaux d’importance sont également couverts par Médiaterre : le Sommet Mondial sur la Société de l’Information à Genève en décembre 2003 et à Tunis en 2005, le Colloque AIFAUF “Développement durable : leçons et perspectives” à Ouagadougou du 1er au 4 juin 2004, la Conférence Internationale pour les Énergies Renouvelables à Bonn du 1er au 4 juin 2004, le Xe Sommet de la Francophonie à Ouagadougou à l’automne 2004, les sessions de la Commission du Développement Durable des Nations-Unies (12e et 13e) en 2004-2005 et les Conférences des Parties des Conventions des Nations-Unies en 2003-2005 (sur les Changements Climatiques (CCNUCC), sur la Diversité Biologique (CDB) et sur la lutte contre la Désertification (CLD)), le Sommet des Petits États Insulaires en Développement “Barbades + 10” (Maurice, août-septembre 2004), le 19e Congrès Mondial de l’Énergie à Sydney du 5 au 9 septembre 2004…

2.4.1.3. Phase 3 : Consolidation du système avec des éléments d’information structurants (2006-2009)

Les informations sur les programmes et projets menés au sein de la Francophonie sont progressivement intégrées dans Médiaterre.

Pour le moment, il n’existe pas réellement de consensus entre les différents partenaires pour les perspectives à adopter pour 2006-2009. Deux grandes tendances semblent se dégager : certains partenaires souhaitent cibler l’information plus particulièrement pour les décideurs politiques alors que d’autres préfèrent maintenir un accès grand public1. Cette dualité transparaît dans l’étude de ce système. Le public ciblé n’est pas clairement défini. Globalement, l’impression générale reste quand même que ce système s’adresse à des “habitués” du système, le style journalistique, politique des dépêches nous oriente vers un public plus “spécialisé”.

1 Ces informations nous ont été communiquées par M. Jail, responsable du service d’information- documentation de l’IEPF.

Les projets suivants sont envisagés :

* Ouverture prochaine des portails “jeunes” et “syndicats”

* Mise en place d’un thésaurus sur l’information sur le développement durable. En effet, si le système permet les échanges en temps réel, dans l’actualité, il reste à qualifier de façon plus précise les informations et de développer un thésaurus spécifique au développement durable. Un premier travail de terminologie a été fait et a été publié dans un dictionnaire [3], ce qui permet de livrer à la communauté un document de travail base de dialogue. Dans la problématique de la traduction ce travail est nécessaire. Il faut en effet organiser des passerelles.

Prenons comme exemple l’eau et l’énergie. Deux raisons militent pour établir une passerelle entre ces deux domaines. La première est que les approches de maîtrise de l’énergie développées dans les années 70 méritent aujourd’hui d’être transférés dans le domaine de l’eau. Le passage de la mobilisation de l’offre à la maîtrise de la demande est aussi à l’ordre du jour dans le domaine de l’eau, les langages et les structures techniques dans les deux domaines ne sont pas les mêmes, un effort de traduction est nécessaire. Seconde raison plus opérationnelle sur le terrain, la gestion des services locaux peuvent réunir l’eau et l’énergie selon des approches qui combinent la gestion de réseau et celle de solutions individuelles, domaines dans lequel les énergies renouvelables et l’assainissement individuel peuvent être considéré en parallèle, voire dans les mêmes sociétés de service.

* Mise en place d’une base de données documentaire sur le développement durable à des fins éducatives. Il semblerait que pour ce projet, l’utilisation de XML soit envisagée.

* Projet de programmation du système sur la base d’un processus de syndication de contenus en remplacement des actuels logiciels libres type MySQL ou PHP.

* Interconnexion avec les autres médias.

* Intégration des langues locales, partenaires de la Francophonie. L’aspect multilingue est cher à Médiaterre. Il existe déjà un partenariat avec le site des Caraïbes disponible en créole. Le réseau est compatible avec un élargissement ultérieur vers les langues nationales ou les autres espaces linguistiques (hispanophones ou lusophone par exemple). Il s’agirait désormais d’axer plus spécifiquement sur des recherches techniques concernant le traitement des langues. Si la retranscription de l’arabe est aujourd’hui facilitée grâce à des logiciels de traitement de texte, comment diffuser par exemple certaines langues africaines non écrites ? Certaines questions nécessitent une véritable expertise.

2.4.2. Perspectives

“Les problèmes techniques sont derrière nous. Nous avons aujourd’hui un outil fiable. Notre principale préoccupation aujourd’hui, c’est d’élargir notre réseau de partenaires, d’axer sur la communication”.

Selon Louis Noël Jail de l’IEPF, l’objectif est aujourd’hui d’élargir le plus possible le réseau de partenaires pour financer Médiaterre. L’adhésion se faisant sur la base du volontariat, un effort de communication est à envisager.

Médiaterre, unique dans sa conception constitue l’outil de référence en français le plus exhaustif dans le domaine du développement durable. Il n’existe pour le moment pas d’équivalent dans le monde. On peut mentionner une belle réalisation avec le site anglais : scidev.net1 qui ressemble à Médiaterre, on y retrouve la structure en trois colonnes mais sa configuration technique est beaucoup plus pointue.

Nous sommes conscients du fait que cette partie sur Médiaterre reste principalement descriptive. Nous nous sommes appuyés essentiellement sur un entretien avec M. Jail, responsable du service information et documentation de l’IEPF ainsi que sur le guide d’utilisation technique de Médiaterre. Nous regrettons de ne pas avoir eu ni temps ni le recul nécessaire à une analyse critique plus poussée. L’observation de Médiaterre nous aura néanmoins permis de nous faire un idée plus précise du fonctionnement d’un système d’information pour le développement durable. C’est un exemple d’outil concret contribuant à la mise en œuvre du développement durable dans l’espace francophone.

L’étude de son fonctionnement met en exergue quelques points forts : la simplicité d’usage (robustesse et rapidité de téléchargement), une entrée géographique et par acteurs, une interface dynamique et personnalisée. Mais cette analyse nous révèle aussi quelques faiblesses : ce jeune réseau manque de partenaires pour s’élargir, il devrait améliorer les outils existants et s’enrichir de plus d’outils documentaires. Le public ciblé n’est pas clairement défini. A première vue, Médiaterre semble aujourd’hui avoir pour principal objectif de vulgariser les grandes tendances des réunions internationales. Mais peut-être gagnerait-il à s’étoffer, à être élargi à d’autres orientations. Une plus large ouverture au grand public permettrait une diffusion plus importante de l’information sur le développement durable. Le moteur de recherche paraît aujourd’hui insuffisant et l’on manque visiblement de moyens plus performants pour aiguiller l’internaute, classer l’information, la repérer plus clairement, donner accès à des textes en ligne… L’étude critique de Médiaterre pourrait constituer un sujet de travail à part entière. Une étude plus poussée permettrait en effet à l’équipe de Médiaterre, d’avoir un regard extérieur sur leur travail, elle permettrait de pointer les dysfonctionnements du système. Des questionnaires et entretiens auprès des utilisateurs permettraient de recueillir leurs impressions, leurs témoignages et de faire apparaître leurs principaux besoins, de donner des pistes de recherche… De même, ce système prévoit à moyen terme de belles réalisations qu’il serait intéressant de voir évoluer.

Médiaterre a été présenté au Sommet Mondial de la Société de l’Information de Genève 2003 comme “une contribution originale des Technologies de l’Information et de la Communication pour le développement durable”. La mise en place d’un système d’information sur le développement durable est effectivement une des contribution possible des technologies de l’information et de la communication mais il existe de nombreuses autres initiatives pour la mise en œuvre du développement durable.

Nous avons donc souhaité, pour terminer cette analyse, proposer une réflexion plus globale sur le rôle des Technologies de l’information et de la communication (TIC) dans la construction du développement durable. La partie qui va suivre a pour principal objectif de faire découvrir au lecteur quelques initiatives relevées au fil de nos lectures, de pays en développement utilisant les TIC en vue de l’amélioration du vécu quotidien des populations. Nous avons choisi d’utiliser comme fil directeur les grands thèmes des Objectifs du Millénaire pour le développement. Ces thèmes servent d’appui à notre réflexion et nous n’avons en aucun cas la prétention de présenter chacune de ces initiatives comme étant la solution aux besoins exprimés par les Objectifs du Millénaire pour le développement. Nous avons fait le choix de nous limiter, pour l’essentiel de notre observation, à l’espace francophone, mais nous gardons bien évidemment à l’esprit que les expériences que nous présentons ici ne représentent qu’une infime partie de ce qui existe et de ce qui est réalisable en la matière. Nous souhaitons avant tout sensibiliser le lecteur à ces problématiques et montrer qu’il existe des expériences réussies dans ce domaine.

Lire le mémoire complet ==> (L’information au service du développement durable dans l’espace francophone)
Mémoire DESS en Sciences de L’information et de la Documentation Spécialisées
Conservatoire National Des Arts Et Métiers – Institut National des Techniques de la Documentation