La formation initiale des sages-femmes : parcours et études

By 30 August 2013

2 La formation des sages-femmes
2.1 Formation initiale

2.1.1 Parcours de formation

Actuellement en France, cinq années d’études supérieures sont nécessaires pour obtenir le diplôme d’état (DE) de sage-femme.

Tout d’abord, pour accéder à la formation de sage-femme, les étudiants doivent avoir validé l’examen classant de fin de 1ère année du Premier Cycle des Études Médicales (PCEM1).

Un numerus clausus national, fixé à 1 015 pour l’année universitaire 2009-2010, détermine le nombre d’étudiants sélectionnés. [16]

Les études durent ensuite quatre années. La formation à la profession de sage-femme est assurée dans des écoles de sages-femmes agréées par la région. À la rentrée 2009, il y avait 32 écoles en France métropolitaine, avec en moyenne 30 étudiants par promotion, et 3 écoles en outre-mer (Fort de France, Saint-Denis de la Réunion et Papeete). [17]

Le passage d’une année à l’autre se fait par validation des stages, contrôle continu et évaluations cliniques.

Pour l’obtention du diplôme d’état, en plus des épreuves écrites, orales et cliniques, il faut soutenir un mémoire de fin d’études exposant un sujet de recherche en sciences médicales, humaines ou sociales.[17]

2.1.2 Contenu des études de sage-femme

Les études comprennent tout au long du cursus des enseignements théoriques, des travaux pratiques et des stages. Elles se déroulent en deux phases de deux ans chacune : la première phase est dédiée principalement à la physiologie et à l’eutocie. La deuxième phase est davantage axée sur la pathologie.

Le programme des études de sage-femme doit permettre aux futurs professionnels d’acquérir toutes les compétences attribuées aux sages-femmes.

« La formation initiale des sages-femmes doit conduire les élèves à l’exercice d’une compétence médicale et d’une réelle responsabilité »

Préambule de l’arrêté du 11 décembre 2001 fixant le programme des études de sage-femme

Aussi, les modes d’exercice de la profession de sage-femme peuvent être très variés. Les sages-femmes peuvent choisir de travailler en milieu hospitalier public ou privé, en clinique, en PMI, dans des services de procréation médicalement assistée, dans des centres de planification familiale ou en libéral.

Il semble alors logique que ces différentes possibilités d’exercice de la profession soient enseignées dans les écoles de sages-femmes :

« [La] formation initiale doit permettre (…) l’apprentissage des différents modes d’exercice. »

Préambule de l’arrêté du 11 décembre 2001 fixant le programme des études de sage-femme

Au cours des études, de nombreux stages permettent non seulement de se familiariser avec les différents services et les différentes structures, mais aussi de participer activement au travail des sages-femmes, tout en étant encadré par les professionnels. Les stages à effectués sont émis sur des recommandations précisées par l’arrêté du 11 décembre 2001 fixant le programme des études de sage-femme. (Annexe III)

Pourtant, actuellement, le stage en milieu libéral, prévu en 4ème année, reste optionnel. Certaines écoles choisissent de le proposer de façon obligatoire aux étudiants sages-femmes, mais cela n’est pas le cas pour toutes les écoles où les étudiants doivent alors réaliser eux- mêmes les démarches auprès des sages-femmes libérales pour obtenir un stage auprès d’elles.

Aussi, les étudiants sage-femme pourraient être rapidement amené dans leur exercice professionnel à se tourner vers le libéral puisqu’une sage-femme nouvellement diplômée a le droit de s’installer directement en libéral. Il n’y a ainsi, contrairement aux infirmières, pas de délai minimum d’exercice de la profession avant l’installation en libéral.

Par ailleurs, il est possible pour les étudiants de 4ème année d’effectuer des remplacements ponctuels de sages-femmes libérales (les conditions fixées par le Code de la Santé Publique sont précisées en Annexe IV ).

Le pourcentage d’étudiants sages-femmes souhaitant s’orienter vers l’exercice libéral au sortir de l’école n’a pas été récemment évalué. Les seules estimations que nous ayons pu retrouver lors de nos recherches datent de 1995 : il s’agissait d’une enquête réalisée auprès de 10 écoles de sages-femmes sous forme de questionnaire, auquel 111 étudiants avaient répondu. Il ressortait de cette étude qu’au sortir de l’école, 7,2% des élèves aimeraient exercer en libéral.[18]

Il semble qu’à l’heure actuelle que ce projet d’installation en libéral parmi les étudiants soit en train de s’amplifier. Les écoles de sages-femmes constatent chaque année que de plus en plus de jeunes diplômés s’installent directement en libéral au sortir de l’école, ou peu de temps après.

Lire le mémoire complet ==> (Quelle formation pour s’installer en libéral ? )
Mémoire de la maîtrise en économique – Mémoire de fin d’études pour le diplôme d’Etat de sage-femme
Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines – U.F.R. Médicale Paris-Ile-de-France-Ouest
Ecole de Sages-Femmes Jeanne SENTUBERY – Centre Hospitalier Intercommunal de Poissy/Saint-Germain-en-Laye