Innovation et stratégies d’acquisitions dans l’industrie pharmaceutique 

By 22 August 2013

“… comportement et des performances des laboratoires en matière d’innovation dans ce contexte de changement. Les contributions de ce travail s’adressent donc aux politiques d’innovation et de la propriété industrielle mais aussi aux politiques antitrust. En effet, si le brevet est un instrument essentiel pour inciter les firmes à innover, et tout particulièrement dans cette industrie, il est aussi devenu un outil stratégique…”

L’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne

Thèse Pour obtenir le grade de Docteur de l’Université de Paris I
Discipline : Sciences Économiques

Innovation et stratégies d’acquisitions dans l’industrie pharmaceutique :
analyses empiriques

Présentée et soutenue publiquement par M. Gautier DUFLOS

Directeur de thèse : Monsieur le Professeur Emmanuel COMBE
(Université de Paris-I)

JURY :
M. Emmanuel CO M B E Professeur à l’Université de Paris-I (Directeur)
M. Stéphane LH U I L L E RY Professeur à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne
M. Jacques MA I R E S S E Inspecteur Général INSEE, Professeur à l’Université de Maastricht (Président)
M. Pierre MO H N E N Professeur à l’Université de Maastricht (Rapporteur)
M. Saïd SO UA M Professeur à l’Université de Paris-Nord (Rapporteur)

Le 4 Juillet 2007 à la Sorbonne

À la mémoire de mon père, à Roly

Merci, merci…

Les recherches présentées dans cette thèse n’auraient pu être menées à bien sans le concours des nombreuses personnes qui m’ont fait confiance et m’ont apporté leur aide dans des domaines très divers.

Je tiens en premier lieu à remercier mon directeur de thèse, Emmanuel Combe, pour le soin et l’attention avec lesquels il a suivi mes travaux et les conseils et encouragements qu’il m’a prodigués.
J’ai également eu la chance de poursuivre mes recherches dans d’excellentes conditions au sein tout d’abord du laboratoire TEAM-CNRS de l’université de Paris-I puis du laboratoire d’économie industrielle du CREST-LEI (INSEE) à l’École des Ponts et Chaussées. Je tiens notamment à remercier Philippe Choné et Philippe Février pour m’avoir chaleureusement accueilli au CREST puis Philippe Martin pour l’accueil au laboratoire TEAM-CNRS. J’ai ainsi pu profiter du dynamisme et du sérieux des chercheurs qui composent ces laboratoires. Je tiens aussi à saluer Jean-Louis Muchielli qui, le premier, à fait naître mon intérêt pour la recherche en économie.

Merci également à Frank Lichtenberg qui m’a accueilli à l’université de Columbia à New-York et m’a fait confiance dans le cadre de plusieurs collaborations et projets, à Bernard Salanié pour ses conseils et sa disponibilité ainsi qu’à Bronwyn Hall pour son aide technique sur les données utilisées dans cette thèse.

Mes remerciements vont enfin aux nombreux chercheurs et doctorants travaillant dans les laboratoires que j’ai fréquentés et qui, à des moments divers, m’ont aidé dans mes recherches. Merci en particulier à Julien Vauday, Rodolphe Desbordes, Etienne Pfister et Maria-Pluvia Zuniga pour les critiques et encouragements formulés lors de différents travaux d’étapes. Je tiens surtout à remercier mes réflecteurs : Rodolphe Desbordes, Audrey Sabourin et Olivier Souraqui.

Je suis enfin reconnaissant à l’ensemble de mon entourage et ma famille pour leur aide et leur soutien. Je dois une mention toute particulière à Audrey pour ses encouragements, ses remarques critiques et surtout sa patience…
Je tiens aussi à remercier les nombreux chercheurs qui m’ont formulé des critiques constructives lors de divers colloques séminaires auxquels j’ai participé. La plupart de ces événements sont les suivants :

-2007- Royal Economic Society Conference, (London School of Economics), Londre, janvier. Séminaire interne INRA, Grenoble, Janvier. XXIIème séminaire REPÈRES, Ministère de la recherche, juin.

-2006- Congrès del’EEA (European Economic Association), Autriche, Vienne, août. Congrès de l’AFSE (Association Française de Science Economique), Paris, septembre. Conférence de l’APET (Association for Public Economic Theory), Vietnam, Hanoï, juillet. Congrès de la DRUID (Danish Research Unit for Industrial Dynamics), Danemark, Copenhague, juin. Séminaire interne du CREST-LEI, École des Ponts et Chaussées, deux séminaires : en mars & en juillet. Congrès de l’ADRES au GREQAM, Marseille, mars. Séminaire interne du TEAM Maison des Sciences Économiques, Paris, Janvier.

-2005- Conférence de l’AEA, (Applied Econometrics Association), Paris, octobre. Conférence de l’EARIE, (European Association for Research in Industrial Economics), Portugal, Porto, septembre. XIVème séminaire REPÈRES, Ministère de la recherche, juillet 2005. XXème colloque des JMA (Journées de Microéconomie Appliquée), Tunisie, Hammamet, mai. Groupe de la travail de l’IMRI Université de Paris X Dauphine, Paris, avril. Conference de l’IIOC (International Industrial Organization Society), USA, Atlanta, avril. XVème Conférence EC2 , (Econometrics of Industrial Organization) Marseille, décembre. Xème Conférence de l’International Schumpeter Society Université de Boconni, Italie, Milan, juin. IXème SMYE Spring Meeting of Young Economists Pologne, Varsovie, avril.

Résumé :
Le chapitre introductif présente les évolutions récentes de l’industrie pharmaceutique et les concepts de brevets pionniers et de dépôts de brevets stratégiques analysés dans les trois autres chapitres de la thèse. Le second chapitre analyse la performance à l’innovation des entreprises pharmaceutiques avant la vague de fusions acquisitions des années 90. Selon nos résultats, les dépôts de brevets pionniers ne sont pas persistants sur le court terme, contrairement aux autres dépôts de brevets. En outre, les grands laboratoires pharmaceutiques effectuent principalement des dépôts de brevets cumulatifs. Le troisième chapitre analyse les déterminants technologiques des acquisitions. Le choix des cibles apparaît étroitement lié à leurs performances en matière de dépôts de brevets pionniers. Le dernier chapitre montre que ces opérations ont permis aux acquéreurs d’accroître leurs performances à l’innovation dans le domaine des biotechnologies : les année suivant ces opérations, les acquéreurs accroissent plus rapidement que les non-acquéreurs la proportion de brevets biotechnologiques pionniers dans leur portefeuille de brevets.

Discipline : Sciences Économiques

Mots-clés : Industrie Pharmaceutique, Innovation, Fusions & Acquisitions

Abstract :
An introductory chapter presents the recent mutations of the pharmaceutical industry as well as the concepts of radical patents and strategic patenting used in the three chapters of the dissertation. The second chapter analyzes the innovation performance of individual firms prior to the merger wave of the 1990s. Our results indicate that radical patenting is not persistent in the short term and that large pharmaceutical groups experience difficulties in producing radical patents. The third chapter considers the technological determinants of mergers and acquisitions in the pharmaceutical industry and identifies the technological quality of the potential targets’ patent portfolios as a fundamental selection criteria. Accordingly, the final chapter shows that these mergers and acquisitions have improved the technological performance of acquirers in biotechnology : in the years following such operations, the proportion of radical biotechnology patents in the acquirers’ patent portfolios has increased more rapidly than for non-acquirers.

Discipline : Economics

Key words : Pharmaceuticals, Innovation, Mergers & Acquisitions

Chapitre I
Introduction Générale

Introduction

Selon le New York Times du 11 janvier 20061 l’industrie pharmaceutique américaine traverse une “crise de l’innovation” : les laboratoires innovent de moins en moins malgré des efforts soutenus en recherche et développement (R&D). Les États-Unis ne sont pas les seuls concernés car, comme le soulignait déjà The Economist du 16 Juin 20052, la crise qui touche l’industrie pharmaceutique est mondiale. Les données sur les nouveaux médicaments et les dépenses de R&D des laboratoires pharmaceutiques américains que rapporte le New York Times imposent le constat suivant : “the number of new drugs approved by the FDA has fallen by more than half since 1996 [while] R&D spending in the pharmaceutical industry more than doubled.” Des découvertes importantes, notamment dans les biotechnologies, devraient inverser cette tendance mais les investissements en la matière tardent encore à se concrétiser dans des innovations de produit.

L’industrie pharmaceutique transiterait en fait d’un cycle d’innovation à un autre, l’ère de la chimie pure se laissant progressivement supplanter par celle de la biologie moléculaire (Cockburn, 2006). Ce changement de cycle est marqué par le déclin des méthodes de recherche traditionnelles qui se basent essentiellement sur des compétences en chimie pour découvrir puis élaborer de nouveaux médicaments. Ces méthodes ont connu un essor important après la seconde guerre mondiale et l’utilisation de la pénicilline. Cette dernière fut découverte par l’écossais Sir Alexander Fleming le 3 septembre 1928 (pénicilline G). Elle n’a été introduite pour des thérapies qu’à partir des années 1940 et s’est développée après la guerre. La pénicilline est actuellement à la base de nombreux antibiotiques. Le véritable décollage du développement des médicaments sur une base chimique s’est cependant opéré plus tard, dans les années 1970, pour arriver à maturité dans les années 1990. Cette maturité s’est remarquée avec la diminution des innovations qui étaient de moins en moins significatives et de plus en plus rares. Dans le même temps, le développement de médicaments sur une base biotechnologique, et non plus chimique, a commencé son essor.

L’objet de cette thèse est d’étudier les différentes stratégies des firmes de l’industrie pharmaceutique américaine3 dans ce contexte de changement technologique. L’industrie pharmaceutique est particulière car comme le suggérait Levy & Wickelgren (2001) “It is hard to think of many industries that have contributed as much to human welfare as the pharmaceutical industry.” L’activité d’innovation de la pharmacie a en effet un impact très important sur la société en affectant directement l’espérance de vie des consommateurs, ou encore en réduisant le coût financier des maladies.4 L’industrie pharmaceutique offre aussi un contexte intéressant pour analyser le brevet et l’innovation dans les domaines de haute technologie. Il s’agit en effet du secteur qui a le plus recours au brevet pour protéger ses inventions et qui compte parmi les plus intensifs en recherche (cf. infra).

3 Le choix de l’industrie pharmaceutique américaine s’explique essentiellement par la disponibilité des données. Le marché américain est cependant de loin le plus important avec, en 2005, 47% du marché mondial devant l’Europe, 30% et le Japon, 10,7%.

4 Se référer notamment à Triplett (1999), Lichtenberg (2001, 2003) ainsi qu’à Long et al. (2006) pour le premier point puis à Lichtenberg (1996) pour le second.

Cette thèse traite alors du comportement et des performances des laboratoires en matière d’innovation dans ce contexte de changement. Les contributions de ce travail s’adressent donc aux politiques d’innovation et de la propriété industrielle mais aussi aux politiques antitrust. En effet, si le brevet est un instrument essentiel pour inciter les firmes à innover, et tout particulièrement dans cette industrie, il est aussi devenu un outil stratégique pour faire face à la concurrence. Un apport supplémentaire de cette thèse à l’économie industrielle concerne les stratégies de fusions-acquisitions technologiques et leurs effets au niveau individuel.

La thèse se structure autour des questions suivantes :

i. Quelles sont les différentes stratégies d’innovation des laboratoires pharmaceutiques et existe-t-il une dynamique de l’innovation au niveau de la firme ?

ii. Quels sont les déterminants des Fusions et Acquisitions dans l’industrie pharmaceutique, notamment durant la restructuration des années 1990 ?

iii. Quels sont les effets de ces opérations sur les performances économiques et technologiques des firmes ?

Nous commençons ce chapitre introductif par une présentation du secteur et de ses nouveaux enjeux au travers de quelques statistiques descriptives. Celles-ci révèlent que l’intensification des dépôts de brevets, pourtant très nette, n’a pas été suivie dans les mêmes proportions par des innovations de produits significatives. Le taux de pénétration croissant des génériques contraste avec la faiblesse du renouvellement technologique des laboratoires établis. Ces derniers multiplient alors les stratégies pour maintenir leur exclusivité après l’expiration des brevets. Ces brevets, déposés 20 ans auparavant, décrivent également les mutations technologiques qu’a connues l’industrie pharmaceutique au cours de ces dernières années. Nous décrirons en quoi le secteur traverse en fait une période de mutation qui laisse présager une prochaine phase de développement. Il paraîtra important de distinguer les innovations sur une base technologique pour identifier les sources de ce changement et les sources d’inertie. Nous verrons aussi que cette mutation des techniques de recherche, basée sur les biotechnologies, devrait permettre des progrès importants mais qu’elle résulte surtout de l’émergence de nouvelles firmes qui ne disposent pas des compétences indispensables pour commercialiser elles mêmes leurs innovations. L’industrie se révèlera alors segmentée entre d’une part des fournisseurs de connaissances et d’autre part des développeurs de médicaments. Le contexte décrit apparaîtra alors propice aux études qui suivront.

Nous allons maintenant présenter quelques faits stylisés et définir les concepts fondamentaux auxquels nous ferons régulièrement référence dans la thèse. La présentation de ces différents éléments nous permettra de préciser notre problématique générale puis de justifier le plan et la cohérence générale du travail.

Table des matières :

I Introduction Générale

1 L’Industrie Pharmaceutique .

1.1 Quelques chiffres

1.2 Caractéristiques du secteur 11

2 Le Brevet et l’Industrie Pharmaceutique 14

2.1 Une importance cruciale pour l’innovation 15

2.2 L’Évolution des dépôts de brevets aux États-Unis 17

3 L’Évolution du Cadre Réglementaire 24

3.1 Les stratégies des laboratoires face à la concurrence des génériques 28

3.2 L’utilisation stratégique du brevet

4 La Maturation Technologique du Secteur 33

4.1 Nouveaux enjeux : la conception rationnelle des médicaments 34

4.2 L’essor des biotechnologies au travers des brevets 36

5 L’Innovation Radicale Comme Point de Vue Pertinent 37

II Propension et Persistance à Innover

1 Revue de la Littérature

1.1 Le Brevet et le médicament 51

1.2 La Propension et la persistance à innover 54 ix

1.3 Brevets et citations

2 Données et Méthodologie 64

2.1 Bases de données 64

2.2 Variables dépendantes et explicatives 67

2.3 Propension à innover 76

2.4 Analyse dynamique 78

2.5 Méthode d’estimation

3. Résultats

3.1 Propension à innover

3.2 Dynamique de l’innovation au niveau de la firme

3.3 Extensions

III Les Déterminants des Fusions et Acquisitions dans l’Industrie Pharmaceutique 103

1 Revue de la Littérature et Hypothèses 114

1.1 L’Hypothèse de l’Innovation Gap 114

1.2 L’Hypothèse de la Capacité d’Absorption 120

1.3 L’Hypothèse du Portefeuille de Brevets 122

IV Les Effets des F&A Technologiques sur les Performances des Acquéreurs dans l’Industrie Pharmaceutique 179

1 Prédictions Théoriques sur les Effets des F&A 183

1.1 Effets des F&A sur la performance économique 183

1.2 Effets des F&A sur la performance technologique 184

1.3 Autres gains possibles 185

2 Revue de la Littérature Empirique 188

3 Hypothèses 195

3.1 L’hypothèse d’efficience 195

3.2 L’hypothèse managériale 196

3.3 L’hypothèse de la diversification

3.4 L’hypothèse du changement d’environnement

3.5 L’hypothèse du pouvoir de marché

Conclusion Générale

  1. L’industrie Pharmaceutique en France : quelques chiffres
  2. Les caractéristiques du secteur pharmaceutique français
  3. Le Brevet et l’Industrie Pharmaceutique
  4. L’Évolution des dépôts de brevets aux États-Unis
  5. Cadre Réglementaire de commercialisation d’un médicament générique
  6. Stratégies des laboratoires face à la concurrence des génériques
  7. L’utilisation stratégique du brevet de l’industrie pharmaceutique
  8. Innovation et Maturation technologique du secteur pharmaceutique
  9. L’innovation Radicale Comme Point de Vue Pertinent
  10. La persistance à innover dans l’industrie pharmaceutique américaine
  11. Le brevet et le médicament et les firmes pharmaceutiques aux USA
  12. Propension et persistance à innover des firmes pharmaceutiques
  13. Les brevets pharmaceutiques et les citations de brevets
  14. Variables dépendantes et explicatives : Brevets et citations
  15. La propension à innover des firmes pharmaceutiques
  16. Dynamique de l’innovation au niveau de la firme pharmaceutique
  17. Déterminants des stratégies d’acquisition dans l’industrie pharmaceutique
  18. L’Hypothèse de l’Innovation Gap, l’industrie pharmaceutique
  19. L’Hypothèse de la Capacité d’Absorption des acquéreurs
  20. Hypothèse du Portefeuille de Brevets, l’industrie pharmaceutique
  21. F&A et performance économique des acquéreurs dans l’industrie pharmaceutique
  22. F&A et performance technologique des acquéreurs, Industrie pharmaceutique
  23. L’influence du brevet sur les comportements d’innovation
  24. Le rôle du marketing et le rôle des fusions et acquisitions