TICs et l’enseignement : Bureau virtuel de l’université Lyon II

By 26 July 2013

“…communication [TICs] et l’enseignement. Comment et pourquoi ces deux domaines sont-ils venus à se croiser ? Pour quelles raisons en France a-t-on intégré les TICs dans les enseignements ? Les buts visés par l’enseignement et les TICs ne sont-ils pas opposés…”

Université Lyon II : Institut de la communication

Les TICs et l’enseignement.
Le cas du bureau virtuel de l’université Lyon II

Lena BRANDENBUSCH

Sous la direction de Monsieur William SPANO

2007

Remerciements
Je tiens à remercier Monsieur William Spano d’avoir accepté de superviser ce travail, ainsi pour que sa disponibilité et son encouragement.

Je tiens tout particulièrement à remercier les étudiants, professeurs et personnels de Lyon, qui ont accepté de participer à cette étude. Sans eux, ce travail n’aurait pas pu voir le jour.

Enfin, merci Eric pour ton soutien.

Introduction  :

L’utilisation quotidienne d’un outil technologique au sein de l’université Lyon II, l’intranet étudiant, autrement dit le Webetu, a été l’élément déclencheur de ce travail de recherche que je propose avec ce mémoire. Il s’agit ici de la rencontre entre les technologies de l’information et de la communication [TICs] et l’enseignement. Comment et pourquoi ces deux domaines sont-ils venus à se croiser ? Pour quelles raisons en France a-t-on intégré les TICs dans les enseignements ? Les buts visés par l’enseignement et les TICs ne sont-ils pas opposés, voire contradictoires ? Telles ont été les premières questions que je me suis posée à l’égard de ce phénomène d’informatisation des établissements scolaires. Comment un outil de communication peut-il devenir éducatif ?

L’introduction des TICs dans le système éducatif peut être analysée de deux points de vue. Le premier correspond à la nécessité, voire à l’obligation, de faire évoluer les contenus et les compétences à enseigner. Le second réside dans l’intérêt éventuel que ces nouveaux outils peuvent apporter à la pédagogie.1 Autrement dit, répondent-ils ou créent-ils un besoin ?

Les questionnements sont récurrents à chaque nouvelle vague d’innovation technologique. Porteuses d’espoirs et de progrès, elles sont toujours accompagnées de débats. Cela a été le cas entre autre pour l’ordinateur, puis de l’Internet.

Étudier les technologies de l’information et de la communication [TIC] dans l’enseignement est une chose, mais comment ?

Tout d’abord, il ne s’agit pas ici d’une étude scientifique sur le fonctionnement des systèmes informatiques. De plus, il y a distinction entre l’informatique outil d’enseignement et l’informatique objet d’enseignement.2 Cela signifie qu’il n’est pas question non plus ici d’étudier les techniques d’enseignement en informatique.

Ainsi, nous prendrons ces questions sous l’angle communicationnel. Terme signifiant « qui favorise la communication. »3

Bien que ce mémoire soit effectué dans le cadre des sciences de l’information et de la communication [SIC], les technologies de l’information et de la communication font l’objet d’études interdisciplinaires. Cette discipline a recours à une profusion de modèles, de concepts et de cadres méthodologiques pour mener à bien les recherches. Comme le souligne A. Mucchielli4, l’intégration d’un TIC peut-être étudiée d’un point de vue sociologique, psychologique ou encore anthropologique. La particularité des SIC, et par conséquent de l’approche communicationnelle, est de poser précisément la question de la communication chez les acteurs sociaux, ainsi que leurs actions au sein de leurs activités faisant intervenir des TICs.

Si on se réfère à A. Mucchielli, un « fait de communication » n’existe pas en lui-même, mais par la situation dans laquelle il prend sens pour un acteur. Il s’agit donc d’analyser un « fait de communication » comme un processus transformant la situation et qui essaie de résoudre les problèmes qui en découlent. Schématiquement l’analyse consisterait à analyser des « faits de communication » et à en trouver les significations. Puis il s’agirait d’expliquer comment ils participent à la construction des situations nouvelles. Enfin, dans quelles mesures ces échanges résolvent le ou les problèmes situationnels ?5

En somme, il est question ici de décrire les situations par leurs contextes, c’est-à-dire les normes, les enjeux, les positionnements et les relations.6 C’est l’utilisation finale et non les TICs en eux-mêmes qui sont étudiés.7

L’approche étymologique nous servira à clarifier les différentes notions puis l’analyse du discours nous aidera à mettre à jour les objectifs et intentions des différents acteurs, dont ceux des industriels et des politiques.

D’un domaine différent, les sciences de l’éducation ne font pas partie des SIC. Néanmoins, compte tenu du sujet de ce mémoire, il est utile et nécessaire d’en puiser les connaissances et théories de bases. Les sciences de l’éducation sont constituées de références et de démarches scientifiques éclairant l’éducation. Ceci, notamment pour situer les pratiques de communication et l’intégration d’un TIC, à fortiori son évolution technologique, au sein des pratiques d’enseignement.

L’organisation générale de ce mémoire se fera en deux temps. La première partie est consacrée à faire un point sur les différents apports théoriques sur ce sujet, tandis que la seconde aborde ce thème sous l’angle empirique.

À cause d’une certaine méconnaissance de l’enseignement et pour mieux cerner le contexte de base, le premier chapitre introduit les notions et concepts propres à l’enseignement. D’autre part, sachant que les technologies de l’information et de la communication ne recouvrent pas intrinsèquement des qualités d’enseignement et d’éducation, le second chapitre étudiera les spécificités liées à ces technologies introduites dans le monde de l’éducation et ce qu’elles induisent sur l’enseignement.

Le troisième chapitre présentera mon objet d’analyse et le quatrième sera consacré à l’analyse elle-même, ainsi que la confrontation de celle-ci avec les hypothèses que j’ai émise plus tôt.

Index des abréviations

AFPA : Association nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes

A.T.S.S. : administratifs, techniques, de service et de santé

B2i : brevet informatique et internet

BV : bureau virtuel

C2i : certificat Informatique et Internet

CNDP : Centre national de documentation pédagogique

Datar: delegation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale

EIAH : environnements informatisés pour l’apprentissage humain

EIAO: environnements interactifs d’apprentissage avec ordinateur

ENS : espace numérique des savoirs

ENT : Un Espace ou environnement numérique de travail

GIE : groupement d’intérêt économique

Greta : Groupement d’établissements publics locaux d’enseignement

IATOS : personnels Ingénieurs – Administratifs – Techniques – Ouvriers – de Service

IUFM : instituts universitaires de formation des maîtres

KNE : Kiosque Numérique pour l’Education

EAO: enseignement assisté par ordinateur

LMD : licence, Master, Doctorat

MCP : modalités de communication pédagogique

Mipe : micro portable étudiant

NTIC : nouvelles technologies de l’information et de la communication

PAGSI : programme d’action gouvernementale pour la société de l’information

PDA : Personal Digital Assistant, assistant personnel

RIP : reconnu d’intérêt pédagogique

SDTICE : sous -direction des technologies de l’information et de la communication pour l’éducation

Sentier : Service des nouvelles technologies de l’information pour l’enseignement et la recherche

SI : système d’information

TE : Technologies éducatives ou éducationnelles

TIC : technologies de l’information et de la communication

TICE : Technologies de l’Information et de la Communication Educative ;

Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Education ou pour l’Enseignement

UNR : Universités Numériques en Région

UNT : Universités Numériques Thématiques

USB : Bus série universel

Sommaire :
Partie I : Etude théorique
1. Chapitre 1 : Le monde de l’enseignement (sans les TICEs)
1.1. Précisions sur les notions
1.2. Relation pédagogique : La communication et l’enseignement
1.2.1. Des orientations aux méthodes pédagogiques
1.2.2. La relation pédagogique
1.3. L’enseignement en France
1.3.1. Le système éducatif français
1.3.2. Les politiques éducatives française
2. Chapitre 2 : Les technologies dans le monde de l’éducation
2.1. Des TICs aux TICEs
2.1.1. Qu’est ce que c’est qu’un TIC ?
2.1.2. Qu’est ce que c’est que les TICEs
2.2. Les politiques des TICES en France
2.2.1. Le cas des universités
2.3. Economie et éducation
2.3.1. Problématique économique des TICs
2.3.2. Liens industriels
2.4. Les acteurs d’un TICE
2.4.1. Le personnel encadrant
2.4.2. Les enseignants
2.4.3. Les élèves
2.5. Usages éducatifs des technologies et intérêts
Partie II : Corpus
3. Présentation de l’objet d’étude
3.1. Contexte
3.2. Présentation de l’objet d’étude : le Bureau Virtuel
4. Enquête et analyse
4.1. Méthodes d’enquêtes
4.2. Présentations des résultats

  1. Relation pédagogique : la communication et l’enseignement
  2. L’enseignement en France : le système éducatif français
  3. Les technologies dans le monde de l’éducation : des TICs AUX TICEs
  4. Les politiques des TICEs en France : le cas des universités
  5. Economie et éducation : Problématique économique des TICs
  6. Les acteurs d’un TICE : personnel encadrant, enseignants et élèves
  7. Usages éducatifs des technologies et intérêts
  8. Espace/ Environnement numérique de travail ENT et Projet Encora
  9. Le bureau virtuel de l’université Lyon II
  10. La formation des enseignants, le personnel et l’outil courrier
  11. Attentes et besoins des étudiants et enseignants – les TICEs