TIC et Formation à distance au service de l’enseignement à Cuba

By 19 July 2013

2) Le contexte

2.1- L’enseignement du FLE à Cuba

Le français est la deuxième langue étrangère enseignée à Cuba, après l’anglais. De fortes empreintes historiques10 de la culture française sont présentes dans certaines régions de l’île comme à Cienfuegos et à Santiago de Cuba. Au début du XXe siècle, « l’immigration française a constitué le second composant ethnique européen qui a le plus immigré à Cuba, derrière les composants ethniques hispaniques » (Cobiella, Michael, 2011). « Les immigrants ont fondé des écoles avec les méthodes d’enseignement de grands Français […] » (Lauzan, J.R., cité par Amaro, Leonor). La culture française, à savoir le cinéma, les arts plastiques, l’histoire, la littérature et la chanson, a toujours attiré la population cubaine autant que la langue. Pour donner un exemple insolite, en 2011 Cuba a été après La France l’endroit au monde où un festival de cinéma français compte le plus de spectateurs (plus de 130 000)11. D’ailleurs, à côté de cette sensibilité particulière pour la langue française, il y a aussi l’espoir d’accéder à de meilleurs emplois. Le français a été bercé par l’idéal d’émancipation humaine qu’a incarné la France dans les stéréotypes nationaux, ces idéaux ayant influencé la pensée politique cubaine et les divers processus de libération/ émancipation nationale. Cette langue a aussi constitué pour Cuba une porte d’ouverture économique et politique au monde, et une sorte d’échappatoire à la suprématie linguistique de l’anglais, et à l’hégémonie politique des États-Unis dans les Amériques.

L’Alliance française est actuellement l’acteur de diffusion de la langue française le plus important à Cuba, et sans doute le plus puissant, mais il n’est pas le seul12.

2.1.2- Spécificités de l’Alliance française de La Havane

Les cours de français généraliste vont du niveau A1 au niveau C2 13 du CECR et préparent aux diplômes DELF et DALF14 du CIEP15 ; les cours de FOS16 visent également les diplômes de français professionnel juridique, médical, des affaires et du tourisme de la CCIP17. Contrairement aux autres Alliances dans le monde, les cours sont donnés toute la journée (de 9 heures du matin à 9 heures du soir) et, jusqu’à 201118, ils s’étalaient sur une année scolaire (octobre-juin). Cela a créé chez l’apprenant, pendant des années, un sentiment « d’appartenance » vis-à-vis de son professeur, du groupe-classe et, à long terme, de l’institution.

10 Pour avoir un bref panorama historique de l’enseignement du FLE à Cuba lisez l’Annexe 22
11 Les films sont exhibés dans toutes les municipalités des 15 provinces du pays entier, une programmation spéciale pour les enfants est aussi prévue. En 2011, Cuba a gagné le 1er lieu à l’Australie www.ambafrance-cu.org/Isabelle-Huppert-invitada-de-honor
12 Pour connaitre la situation actuelle de l’enseignement-apprentissage du FLE à Cuba consultez l’Annexe 25
13 Pour connaître davantage sur la distribution des niveaux, les cours proposés à l’Alliance et leur correspondance avec les examens DELF DALF correspondants jusqu’au cours 2011-2012. Voir l’Annexe 23, tableau illustratifs 2
14 L’AF est le seul centre d’examens à Cuba pour les diplômes internationaux français.
15 Centre international d’études pédagogiques.
16 Français sur Objectifs Spécifiques.
17 Chambre de commerce et d’industrie de Paris.
18 Pour savoir plus sur la correspondance entre l’ancien niveau et le nouveau système, à savoir durée des cours, niveaux, examens DELF-DALF qui leurs correspondent, veuillez consulter l’Annexe 23, tableau illustratifs 3.

Une session d’examens DELF-DALF est organisée chaque mois de juin, qui vient compléter l’évaluation continue réalisée par les professeurs tout le long de l’année. Des cours de niveau supérieur et de FOS sont également proposés qui passent les examens correspondants de la CCIP.

Depuis septembre 2006, la méthode utilisée pour les quatre niveaux généralistes a été Tout Va Bien ! (1 à 4, A1 à B2). À partir de l’année scolaire 2012-2013, TVB sera remplacée par Alter ego plus. L’AF est une véritable ruche, en mouvement permanent, qui totalise plus de 1.100.000 heures de cours par an. De plus, l’Alliance est aussi au cœur d’événements culturels cubains qui dépassent son cadre, et propose à ses étudiants des ateliers de théâtre, d’écriture et de cinéma. Le public attiré vers le français par l’Alliance française et ses atouts a toujours été très hétérogène (du point de vue de l’âge, de la formation académique-professionnelle, de l’origine socioéconomique, etc). Dotée d’une très forte attrayance, l’Alliance française se voit obligée de décliner chaque année, pour des raisons de capacité, plus de 30% des demandes d’inscription qu’elle reçoit.

En outre, l’Alliance française de Cuba constitue un référant théorique et méthodologique pour les enseignants du FLE du pays entier. Son investissent dans la formation continue de ses professeurs mais aussi des enseignants de FLE de toute l’île est remarquable. Chaque année, l’Alliance offre à ses professeurs et à des enseignants d’autres institutions et provinces, des stages animés par des spécialistes cubains et étrangers, et envoie des professeurs à suivre des stages en France.

2.1.3- Les étudiants : rapport au français et culture d’apprentissage

L’âge minimal requis pour étudier à l’Alliance est de 18 ans. Même si nombre de ces étudiants dépassent les 45 ans, il n’en est pas moins vrai que l’Alliance Française accueille un grand nombre de jeunes élèves qui font souvent leurs études dans des universités cubaines. Les tarifs extrêmement bas que propose l’Alliance à Cuba permettent à un public très hétérogène –du point de vue de sa formation académique et de son origine socioéconomique–d’accéder à ces cursus. D’ailleurs, l’intérêt du public de l’AF pour le français trouve bien plus souvent ses origines dans le désir d’épanouissement intellectuel et culturel que dans des besoins concrets, professionnels ou économiques par exemple19. De plus, l’enseignement assuré par l’Alliance ayant une réputation d’excellence auprès des Cubains et l’offre étant malgré tout bien au-dessous de la demande, les étudiants inscrits éprouvent généralement un fort sentiment de fierté et d’appartenance vis-à-vis de l’Institution.

L’enseignement à Cuba, même au niveau supérieur, est parfois un peu scolaire et paternaliste. Aussi les étudiants cubains sont-ils par nature peu autonomes et considérablement attachés au professeur en tant que détenteur absolu du savoir (pas seulement académique). Une pédagogie frontale ne leur déplaît donc pas. En revanche, s’effacer pour favoriser leur autonomie peut s’avérer un défi pour l’enseignant qui essaie d’inscrire ses démarches dans une perspective actionnelle. Celui-ci est alors contraint de négocier un contrat didactique lui permettant d’habituer ses élèves à jouer un rôle actif dans leur apprentissage et dans celui de leurs camarades. Encore faut-il que l’enseignant lui-même veuille se rapprocher de la philosophie prônée par le CECR, ce qui n’est pas toujours le cas. Un effort est fait dans ce sens par la direction pédagogique de l’Alliance, notamment au niveau des formations continues mises en place chaque année.

19 Cela constitue le résultat d’une politique éducative et culturelle menée par la Révolution.

2.2- Les TIC et la Formation à distance au service de l’enseignement à Cuba

Malgré les gros efforts politiques et budgétaires réalisés par l’État cubain dans tous les niveaux de l’éducation nationale, Cuba ne peut pas se permettre d’être au sommet dans le domaine des NTIC 20pour l’enseignement. Si à cela on ajoute le fait que le pourcentage de foyers cubains possédant un ordinateur et une connexion Internet reste très faible, et que le pourcentage de professionnels devant partager un même ordinateur avec plusieurs collègues est très élevé, on comprend vite pourquoi il n’est pas rare de trouver des étudiants qui manquent d’aisance avec l’outil informatique. L’autonomie d’apprentissage que permettent les TICE et face à laquelle, l’étudiant cubain a des réserves, peut représenter pour lui un facteur anxiogène supplémentaire. Il ne faut pas oublier non plus l’appréhension que ressentent certains enseignants –de surcroît lorsqu’ils sont âgés- face à ce phénomène.

Une révision bibliographique sur Internet permet de constater que l’information portant sur la situation ou comportement des TICE à Cuba est très éparpillée, et peu nombreuse. Il existe des articles écrits par des spécialistes cubains faisant référence aux TICE, les NTIC et la FAD, mais ils sont très axés sur des questions théoriques et visent plutôt la formation continue d’autres professionnels. La plupart des documents trouvés sur la Toile (une vingtaine) n’illustrent guère la réalité cubaine au sujet des TICE, ni approfondissent pas beaucoup dans l’histoire/ évolution des TICE et de la FOAD dans le contexte national.

Lire le mémoire complet ==> (Gestion des interactions dans un dispositif hybride : rôles et stratégies des tuteurs.)
Le cas du présentiel réduit de l’Alliance française de La Havane.
Mémoire de Master 1 – 15 crédits – Mention Sciences du langage Spécialité : Français Langue Etrangère (FLE) – 1ere session d’examens
Université Stendhal – Grenoble 3 – UFR LLASIC (Sciences du langage)