La situation de la santé en RDC (Congo)

By 26 July 2013

Situation de la santé en RDC – Section 2.

2.1. Historique du système de santé en RDC

L’historique du système de santé de la RDC comme celle d’autres Etats africains se distingue par le caractère institutionnel et par l’initiative des pouvoirs publics.

La RDC a hérité d’un système de santé basé essentiellement sur des hôpitaux et des dispensaires appuyés par des équipes mobiles de lutte contre les grandes endémies. Les multiples crises politiques que connaîtra le pays immédiatement après, et qui se sont accompagnées de l’effondrement progressif de l’économie, ne vont pas épargner le secteur de la santé. C’est ainsi que très vite, les nombreux hôpitaux et dispensaires du pays vont se retrouver démunis de leurs équipements, et la chaîne d’approvisionnement en médicaments connaîtra plusieurs ruptures entre le niveau central et les points d’utilisation. L’arrière-pays sera le plus touché.

Le besoin de restructuration du système de santé pour faire face à la situation sera clairement souligné dans le Manifeste de la Santé et de Bien-être publié en 1968. Et en vue de matérialiser cette orientation, il sera créé en 1973, le Conseil National de la Santé et du Bien-être. Cette structure qui se voulait inter sectoriel, était chargée de la conception, de l’orientation et du contrôle de la politique sanitaire nationale. En plus de grandes orientations politiques, les années 70 sont caractérisées par le développement des expériences en médecine communautaire, respectivement à Bwamanda (province de l’Equateur), à Kisantu (province du Bas-Congo), à Kasongo (province du Maniema) et Vanga (province de Bandundu). Ces expériences vont être déterminantes et vont influencer d’une manière caractéristique la politique de santé de la RDC. C’est en effet de ces expériences que sont nées les premières unités décentralisées associant la population à leur fonctionnement : les Zones de Santé (ZS).

Quoique plusieurs réflexions soient menées, et alimentées de surcroît par des expériences de terrain, il n’existe pas à proprement parler jusqu’en 1984 des documents spécifiquement consacrés à la politique sanitaire. La RDC achèvera effectivement en 1984 de définir sa politique et sa stratégie dans le domaine de la santé, concrétisant ainsi son adhésion à la charte de développement sanitaire en Afrique. Ce processus commencé en 1975, à l’instigation du Ministre de la Santé Publique (MSP), avec l’organisation de la première conférence nationale sur la médecine communautaire, sous l’impulsion de deux réseaux confessionnels impliqués dans l’offre des soins (catholique et protestant), attendra le Plan d’Action sanitaire 1982 – 86 et parallèlement le Programme de Réhabilitation Economique de 1983 – 86 pour voir apparaître les préoccupations des autorités politiques vers les soins de santé primaires et voir consacrer la ZS comme unité opérationnelle de planification et de mise en œuvre de la nouvelle politique axée sur la stratégie des soins de santé primaires (Min. de la Santé, 2010).

L’année 1985 sera celle de l’achèvement de la délimitation du pays en zones de santé mais aussi l’année de la fin des actions mues par une vision du système de santé. Cette année sera aussi celle de la restructuration du FONAMES (Fonds National Médico-Sanitaire), dont la mission n’est plus celle de combattre les endémo- épidémies mais devient celle de coordonner au nom du MSP, l’aide des partenaires aux ZS. Malheureusement, le FONAMES ne jouera jamais ce rôle, laissant ainsi continuer le manque de coordination efficace de l’aide des partenaires aux ZS.

La période 1987-1991 est celle du fléchissement de l’enthousiasme des partenaires pour l’extension de la couverture en ZS fonctionnelles. Quelques éléments pour essayer de comprendre le phénomène :

– Le projet de formation des cadres des ZS (PNUD-OMS) mis en œuvre par le FONAMES met l’accent sur le Médecin Chef de Zone de Santé (MCZS) comme représentant du MSP et non comme membre de l’équipe de la ZS;

– Les décisions unilatérales du MSP de permuter les MCZS problématiques (qui ont mal géré) vers des ZS fonctionnelles au mépris du principe de méritocratie;

– Les décisions unilatérales du MS de transférer les MCZS formés en santé publique des ZS fonctionnelles vers les fonctions administratives aux niveaux intermédiaire et national.

La période de 1993 à nos jours se caractérise par des aides humanitaires et des opportunités manquées. En effet, cette période a été marquée sur le plan national par le changement en mai 1997 du régime politique avec une opportunité de remise en question de l’ensemble de la vie nationale. Plusieurs rendez-vous sont à mentionner sur le plan sanitaire :

– L’organisation des Etats Généraux de la Santé en décembre 1999 ;

– La tenue du colloque SANRU en février 2003 avec comme thème “rebâtissons les soins de santé primaires en RDC” par le fondement communautaire, la gestion améliorée, le leadership dynamique et l’intégration aussi bien des programmes, des partenaires que des autres secteurs sociaux ;

– Et enfin, la tenue en mai 2004 de la Table Ronde de la Santé.

Mais qu’est ce qui fait que le système de santé soit moins performant qu’il ne l’a été avant 1985 ? Et pourtant, le flux financier dans le secteur de la santé, quoique toujours insuffisant, n’a jamais été aussi important qu’aujourd’hui (Min. de la Santé, 2010).

2.2. Caractéristiques du système de santé congolais

Le tableau ci-dessous, donne la configuration des districts et zones de santé en RDC. Ceci donne une idée sur le fonctionnement du système de santé congolais.

Tableau 3 : Répartition des Zones de Santé par province

Province Districts Sanitaires Zones de Santé
1 Bas-Congo 5 31
2 Bandundu 6 52
3 Equateur 8 69
4 Kinshasa 6 35
5 Kasaï Oriental 4 43
6 Kasaï Occidental 6 49
7 Katanga 7 67
8 Maniema 4 18
9 Nord-Kivu 4 34
10 Sud-Kivu 5 34
11 Province Oriental 10 83
Total 65 515

Source : Plan National du Développement Sanitaire (PNDS) 2011-2015

Le tableau ci-dessus reflète les insuffisance constatées dans le fonctionnement du système de santé de la RDC. En effet, les différents effectifs de districts et zones de santé repris ci-haut ne correspondent pas à la demande de soins de santé par une population congolaise en pleine croissance. Cette croissance démographique n’est fort malheureusement pas accompagnée des actions ciblées dans le secteur de la santé car, beaucoup de facteurs entravent la bonne marche du système et donnent lieu à des interventions un peu disparate.

La situation d’urgence, consécutive aux troubles sociopolitiques que connaît le pays depuis 1990, a balisé la route à des interventions humanitaires dont l’approche a été essentiellement une approche sélective des problèmes de santé. Ces interventions qui, avec la normalisation de la situation socio-économique, devaient au fur et à mesure laisser la place aux interventions de développement, passent malheureusement à la chronicité et démasquent au fil de temps leur vrai visage : un outil de déstructuration du système de santé de la RDC.

L’approche sélective des problèmes de santé avec une priorité accordée aux interventions de lutte contre certaines maladies, dites les plus meurtrières, a atteint son point culminant avec l’adoption en septembre 2000, lors du sommet du millenium des Nations Unies, des Objectifs du Millenium pour le Développement (OMD) dans le but d’accélérer la réduction de la pauvreté. Ceci s’est traduit par la création au niveau international d’une série des programmes sélectifs et des fonds d’appui aux problèmes spécifiques de santé.

A l’évidence, sur le plan interne de la RDC, le bon sens suffit pour dire que l’organisation actuelle du niveau central du MSP en 13 Directions Centrales et 52 Programmes Spécialisés rend très difficile la fonction de coordination intra sectorielle qui doit être assurée par le Secrétaire Général à la Santé, et conduit inévitablement aux chevauchements dans les missions et attributions des Directions et Programmes spécialisés. Cet état des choses n’est pas sans conséquence sur l’offre des soins au niveau opérationnel. De plus, les stratégies de survie individuelle et institutionnelle depuis des décennies, et qui au fil de temps sont devenues des caractéristiques de fonctionnement des institutions (MSP & éducation notamment) ont conduit à une multiplication des structures aussi bien de formation que de prestation des soins. C’est ainsi qu’on dénombre actuellement plus d’une soixantaine des facultés et institut de niveau supérieur offrant une formation dans le domaine de la santé.

Depuis 1998 le nombre d’ITM (Instituts des Techniques Médicales) a augmenté d’environ 15% par an. Il y a en ce moment 362 ITM offrant des formations d’infirmiers ou d’autres professions auxiliaires. Parmi celles-ci, 241 ont été officiellement agrées, et 121 en attente d’agrément. Ces chiffres ne prennent en compte que les structures enregistrées au MSP à Kinshasa. Le nombre réel est sans doute encore plus important.

Subsidiairement à ce qui se passe au niveau central, une tendance se dessine pour le niveau intermédiaire, la multiplication des bureaux dans une logique de reproduction des tâches des Directions centrales et la création des Coordinations et Points focaux des Programmes spécialisés. Les deux échelons du niveau intermédiaire à savoir, l’Inspection Médicale Provinciale et l’Inspection de District, tirent ainsi leurs priorités du niveau central.

Au niveau opérationnel, outre le fait qu’un nouveau découpage des ZS est intervenu, l’intégration des structures dans celle-ci pose problème (l’hôpital évolue à part et fait concurrence aux centres de santé). La plupart des Programmes subsidiés par des bailleurs des fonds étendent leurs activités jusqu’au niveau périphérique. Le Paquet Minimum d’Activités (PMA), au lieu d’être mis en œuvre de façon intégrée par une équipe polyvalente, devient un PMA sélectif mis en œuvre par du personnel spécialisé (Min. de la Santé, 2006).

Le système de santé est caractérisé ainsi par la désintégration qui se traduit par la désarticulation de ses éléments, l’exercice anarchique des activités de santé, la production de services de santé de qualité douteuse et la déshumanisation des services de santé.

Lire le mémoire complet ==> (Pauvreté des ménages et accès aux soins de santé en république démocratique du Congo)
Mémoire en vue de l’obtention du titre de Diplômé d’Etudes Approfondies en Economie – Option : Economie des Ressources Humaines
Université De Kinshasa – Faculté Des Sciences Economiques Et De Gestion