Interactions à distance : Socialisation dans la construction des connaissances

By 19 July 2013

1.3- Les interactions à distance : la socialisation dans la construction des connaissances

De nombreux philosophes du langage considèrent l’utilisation de la langue comme une coaction sous contrainte relationnelle. En d’autres mots, « on dit donc on agit » et puisqu’on a (ou cherche) un interlocuteur, on dit « à quelqu’un » donc on « agit avec quelqu’un » et on construit un contexte d’interaction. D’autre part, l’interaction sociale, vue comme un facteur d’apprentissage (individuel pour certains auteurs et surtout collectif pour d’autres théoriciens), sert à la réalisation d’une tâche (même non langagière). Dans le cas de l’apprentissage d’une langue étrangère, l’interaction sert à la réalisation d’une tâche en langue cible. D’ailleurs, dans une situation d’enseignement-apprentissage d’une langue, les échanges entre les acteurs impliqués peuvent être considérés comme une fin en soi car ces échanges véhiculent la pratique et la manipulation de la langue cible.

La communication entre apprenants dans une FAD naît avec l’apparition des réseaux locaux, les étudiants se trouvant alors dans la même salle d’ordinateurs. A partir du moment où les réseaux locaux ont été remplacés par Internet (réseau mondial) dans les années 1990, le développement d’outils de communication numérique (courriel, forum de discussion, chat, visioconférence, audioconférence, etc.) a permis une interaction plus rapide entre les acteurs d’une formation à distance : tuteur-apprenants, apprenante-apprenants. L’interaction qu’Internet véhicule est davantage écrite. Dans un dispositif de formation présentiel réduit, comme c’est le cas du contexte analysé dans ce travail, la plupart des interactions se font à distance, fondamentalement par écrit, par le biais d’outils de communication numérique et en langue étrangère, même si pour des raisons pédagogiques ou ergonomiques le recours à la langue première est récurrent et admis. C’est la présence d’un tuteur qui permet de veiller, d’assurer que l’interaction se déroule autant que possible en langue étrangère dans le cadre d’une FOAD. En fait, les interventions du tuteur servent de modèle à être imité par les apprenants, qui apprennent par observation.

Mais la gestion des interactions en ligne (majoritairement écrites) constitue un défi pour les tuteurs car elle est d’autant plus problématique que les participants n’ont aucun contact présentiel. Il existe au départ un déficit socio-affectif qu’il va falloir compenser, à savoir que le tuteur devra estomper. D’ailleurs, nous constatons que la simple mise à disposition d’outils de communication n’amène pas les étudiants à échanger entre eux, par conséquent le tuteur ne peut pas se contenter d’attendre tout simplement que les interactions se produisent pour intervenir ou répondre, il devra donc inciter les apprenants à le faire, il devra provoquer ces interactions.

1.3.1- Les outils véhiculant les interactions dans une formation à distance

Les moyens/outils de communication en ligne les plus habituellement fournis par les dispositifs/environnement numériques destinés à assister le travail collectif sont : mail, blog, chat, forum, wiki, sites de partage, etc. Ils permettent des échanges accordant une place plus importante à l’écrit et fondamentalement asynchrones. Grâce à ces outils, la distance temporelle et géographique qui sépare les apprenants impliqués dans une formation à distance pourrait devenir un avantage : les apprenants prennent davantage de la distance par rapport à leur apprentissage.

« Le temps de l’apprentissage n’est pas le temps des technologies, ce n’est pas l’immédiateté […]. On apprend quand on est capable d’exprimer des choses, de confronter ses idées, de revenir sur une opinion. Autrement dit de réfléchir. Et Internet, justement, permet de ralentir ce temps de l’apprentissage. » (Bruillard, 2003).

La plateforme Moodle, environnement numérique qui supporte le cours de FLE de notre dispositif de formation permet l’utilisation de blogs, chat, courriel et de forums. Nous verrons par la suite les caractéristiques, les avantages et les inconvénients propres à chacun de ces outils, ainsi que les raisons pour lesquelles ils ont été soit priorisés, soit négligés par les concepteurs du cours d’abord et par les tuteurs ensuite.

* Chats:

Ersatz par excellence de l’interaction synchrone avec le tuteur et les autres apprenants, certains théoriciens émettent l’hypothèse que le chat se révèle un bon outil au service du développement des compétences de production/ communication orale. Animer un chat implique pour le tuteur la préparation d’une discussion synchrone qui sera d’autant plus importante que durera l’échange (de 30 min à 1h en fonction du nombre de participants).

Dans le cadre du dispositif présentiel réduit que je prétends analyser, le chat n’a pas été prévu comme moyen d’interaction à cause de la lenteur et la mauvaise connexion qui caractérisent le service d’Internet, dont disposent les apprenants inscrits. D’ailleurs, le fait d’avoir un accès restreint (question de permissions, de quotas de temps, de lignes téléphoniques et d’ordinateurs partagés, etc.) a rendu impensable le fait de se donner rendez-vous sur un chat, de coïncider en ligne.

– – Blogs:

Le blog permet de développer des pratiques collaboratives et de co-construction à l’intérieur d’espaces éducatifs toujours plus vastes, ce qui rend la tâche plus visible et met en valeur les productions des apprenants. Il inscrit le travail des enseignants et des apprenants dans une logique possible de conception, de développement et de collaboration dans et hors de la classe. L’apprenant peut ainsi partager ses travaux avec son entourage ce qui peut participer à donner une image positive d’un tel apprentissage et le pérenniser. D’ailleurs, le blog permet aussi une intervention (en classe) de locuteurs de langue première de la langue cible du cours. Cette communication authentique respecte néanmoins le rythme des jeunes apprenants car asynchrone. L’utilisation d’un blog en classe de FLE ne nécessite pas d’équipement et de connaissance informatiques d’envergure et est transposable à la plupart des cadres pédagogiques.

Je ne connais pas les raisons exactes qui conduit les premiers concepteurs du cours à ne pas concevoir/ mettre en œuvre le blog comme outil de partage. Je me permets de penser qu’ils ont peut-être laissé cette incitative aux tuteurs, ou à des phases secondaires de l’implémentation du dispositif. Outres les raisons techniques déjà mentionnées, la méconnaissance de l’outil informatique en général par les personnes censées manipuler la plateforme, utiliser le cours ultérieurement (apprenants et tuteurs), ainsi que l’appropriation encore insuffisante de l’environnement numérique sont-elles de possibles réponses.

* Le forum comme outil pédagogique

Un forum, d’après Mangenot (2004), est un « Service permettant l’échange et la discussion sur un thème donné : chaque utilisateur peut lire à tout moment les interventions de tous les autres et apporter sa propre contribution sous forme d’articles». Le forum constitue un outil unique, notamment pour la formation à distance, grâce à quatre particularités (qui ont été résumées par Mangenot): c’est un espace écrit, asynchrone, public et structuré. Je considère à la suite de Mangenot (2004), que dans une situation de formation à distance, « ce qui est posté sur le forum est considéré par les participants comme faisant partie de la connaissance du groupe : il y a une volonté de ne pas se répéter, donc -peut-être de façon non consciente- de constituer un objet collectif harmonieux, « peu à peu les discours se font moins distants, plus personnels, le groupe se rapproche ».

1.3.2- Modalités interactionnelles : configuration de la participation à distance

Malgré ce qu’on pourrait penser, à distance, toutes les configurations de la participation sont possibles : travail individuel, travail par pairs, travail par petits groupes. Le travail en groupe est rarement prévu dans une formation à distance car la configuration de la participation est très liée au lieu et au temps.

La pratique de plus en plus répandue en formation à distance est celle du travail en binôme, où les interactions ont lieu entre les/deux apprenants. Cette modalité est justifiée par les chercheurs qui mettent en valeur les apports du conflit socio-cognitif qui s’origine entre pairs, à savoir : les contradictions entre les solutions proposées par chaque apprenant et la recherche d’une solution commune. D’autres théoriciens pensent que le conflit socio-cognitif se produit en réalité rarement, car il est plus fréquent qu’un individu approuve simplement ce qu’autre sujet propose ; mais ils voient aussi des effets bénéfiques pour l’apprentissage dans la co-élaboration, l’imitation et l’étayage qui peut se produire dans les interactions symétriques (et sans conflit) entre pairs, toujours d’accord ou non. Même dans le cas d’une interaction en dyade, la présence ou intervention du tuteur est/ peut être prévue, ses commentaires, suggestions ou corrections ne s’adressant pas (seulement) à chaque individu mais au binôme, à la différence de la modalité du tutorat individuel. Le tuteur est chargé d’enseigner à travailler en collaboration.

1.3.3- Quelques aspects socio-affectifs des interactions dans une formation à distance

Les études des aspects socio-affectifs des interactions qui se produisent en ligne, par le biais de l’outil informatique, nous montrent que la communication par ordinateur incite le sujet à révéler ses émotions et à avoir une participation active, car cette interaction communicative à distance favorise la perte d’inhibition. L’expression des sentiments dans les écrits sur les forums se manifeste à travers l’utilisation d’émoticônes, de la mise en majuscules de mots/phrases, de la ponctuation expressive, de l’utilisation du soulignement, des couleurs et des caractères différents, etc. D’ailleurs, des études portant sur l’expression des émotions sur des forums en ligne font constater que plus les apprenants exprimaient leurs émotions, plus ils s’impliquaient dans le processus d’apprentissage (Hassan, 2005).

Néanmoins, d’autres études plus récentes ont démontré que dans un contexte didactique et dans le cadre d’une formation à distance il n’y pas d’échanges réels à cause du déficit socio-affectif provoqué par le manque de contact présentiel (Lamy, 2001 ; Develotte & Mangenot, 2004). Ware (2003), de son côté, est arrivée au constat que dans une situation d’échange par des moyens langagiers autres que la langue maternelle commune aux participants, ceux-ci ne s’impliquaient pas dans un réel échange interpersonnel, soulignant de cette manière un déficit socio-affectif dans l’interaction en ligne. Or, Atifi, Gauducheau et Marcoccia (2005) considèrent en revanche que la proximité relationnelle qui n’est pas présente par défaut sur les forums peut être développée par l’expression d’émotions (sur les messages écrits). La situation que l’on considère dans ce travail n’est pas celle d’un forum anonyme, car le nombre de participants par groupe n’est pas trop nombreux, ceux-ci sont identifiés par leur vrai nom et une photo.

À la suite de nombreux chercheurs, je considère que, compte tenu de l’outil utilisé pour véhiculer la communication, de la configuration de la participation et de la nature des échanges et du contexte socioculturel, l’importance d’un accompagnement humain qui gère les interactions dans une formation à distance se voit renforcée. Le tuteur est amené à faire naître le groupe, à jouer le rôle de soutien technique, à exercer celui de médiateur interculturel, à tricoter le lien social entre les apprenants pour pallier le manque socio-affectif et provoquer une dynamique interactionnelle. Comme le décrit Grosjean (2005), reprenant les deux dimensions du lien social définies par Develotte et Mangenot (2004) :

« – En montrant un engagement personnel dans la conversation, en créant dans le discours une entité « groupe », en cherchant à renforcer l’engagement et la participation des apprenants, le tuteur construit la dimension socio-affective du lien social.

Par des questionnements, des commentaires évaluatifs sur les contributions des apprenants, des encouragements à poursuivre la discussion, le tuteur engage cognitivement les apprenants, renforçant la dimension socio-cognitive du lien social ».

* En guise de conclusion :

La place et le rôle que jouent les interactions à distance dans une FOAD, ainsi que les outils voies de communication qui seront utilisés/priorisés dans l’environnement numérique doivent être préconisés, planifiés en amont et parfois réadaptés par les tuteurs (durant la formation) pour qu’il y ait des échanges, et pour qu’ils soient efficaces : ils servent à créer des liens, à motiver les apprenants, à s’impliquer dans l’apprentissage, et à s’entraider.

L’étude ou l’observation des interactions, des échanges qui ont lieu en situation d’enseignement-apprentissage à distance permet de saisir la manière dont les tuteurs et les apprenants s’approprient l’environnement numérique, la façon dont les tuteurs exercent leur rôle et dans quelle mesure les étudiants échangent des informations et des messages qui relèvent du pédagogique au socio-affectif.

Lire le mémoire complet ==> (Gestion des interactions dans un dispositif hybride : rôles et stratégies des tuteurs.)
Le cas du présentiel réduit de l’Alliance française de La Havane.
Mémoire de Master 1 – 15 crédits – Mention Sciences du langage Spécialité : Français Langue Etrangère (FLE) – 1ere session d’examens
Université Stendhal – Grenoble 3 – UFR LLASIC (Sciences du langage)