Valeur ajoutée du support Web 2.0 sur la présentation de soi

By 26 June 2013

Stratégies d’usages du Web 2.0 – B) Thème 2 :

Il s’agit dans cette thématique d’aborder les différentes logiques d’action des candidats / chercheurs d’emploi vis à vis de l’outil Web 2.0 qu’ils ont choisi d’utiliser dans leurs recherches.

Sous thème A) Valeur ajoutée du support Web 2.0 sur la présentation de soi

A.L souligne l’aspect original et contraignant de son blog emploi : « Peut-être est-ce l’originalité et la persévérance qui paieront ?». Il précise que « la modernité et la créativité sont importantes dans son métier » et espère que son « blog reflète ce [qu’il est], [son]métier et [sa] motivation ! » car « il faut y passer du temps, l’alimenter sérieusement, réaliser des billets intéressants et qui ne sont pas truffés de fautes d’orthographe ». «[Sa] meilleure publicité reste la rédaction d’articles en relation avec [son] métier, c’est réellement stratégique (…)». Son but est ensuite « d’amener les personnes à s’intéresser à la personne qui écrit ces articles ». Plus concrètement, il considère que son blog lui « permet plus facilement d’obtenir des contacts, d’être reconnu ». Il lui sert de « point d’entrée (…) et lui permet d’être au point sur l’actualité du métier ». « C’est finalement devenu un blog CV puisque j’y ai inséré mes expériences professionnelles et bénévoles ou encore mon CV classique ». La réelle valeur ajoutée du blog « c’est qu’il s’agit là d’un complément au CV, où l’on peut sans cesse apporter des informations nous concernant, la preuve de notre recherche d’infos ou de nos compétences sur Internet » : « le blog permet l’interactivité contrairement au simple dépôt de CV, car d’autres personnes lisent vos articles, parlent de vous, on rencontre d’autres bloggeurs qui vous apportent alors des informations supplémentaires voire vous aident dans votre recherche d’emploi ».

G.B considère que contrairement aux CV classiques, avec l’e-portfolio, il est « facile de vendre ses compétences de façon détaillée ». Elle pense que la curiosité des recruteurs est éveillée parce que sa manière de se présenter est différente des autres candidats, et que le support qu’elle a choisi permet essentiellement de valoriser ses compétences à défaut d’autre chose. D’une part, « le recruteur ne peut pas se lasser puisqu’il choisit de consulter ce qui l’intéresse » et d’autre part, « à compétences égales, les recruteurs vont peut être [la] choisir car [elle] leur a montré [sa] créativité : Qui présente mieux ? Qui à l’air davantage force de proposition ? ». Par ailleurs, n’étant pas française d’origine, il lui était indispensable de trouver un outil lui permettant de montrer facilement à quoi correspond, en terme de compétences, telle ou telle expérience à l’étranger, l’occupation de tel poste.

S.L pense que le fait d’utiliser Viadéo permet au recruteur « qu’il prenne le temps de te contacter ou de te rencontrer pour en savoir plus, pas uniquement par rapport à un CV » . En fait, « tout en restant dans un cadre délibérément professionnel, tu montres un peu plus ta personnalité », déjà parce que « on n’est pas obligé d’être exhaustif (…) et que tu fais la démarche de te positionner, de créer ton e-portfolio, ton CV». Selon elle, cela peut montrer aux recruteurs qu’elle est « plus active », qu’elle est « en recherche active et qu’[elle] est partout où il peut y avoir des recruteurs potentiels ». L’intérêt de sites sociaux c’est qu’ils offrent « la possibilité de se montrer, de se présenter autrement et d’identifier des personnes susceptibles d’être intéressées par [son] profil (…) et systématiquement d’entrer en contact avec les recruteurs qui [l’]intéresse». Le dernier avantage de ce type de plate-forme est la « traçabilité » : « comme on a la possibilité de savoir qui a consulté ton profil, on peut orienter sa présentation ». Par exemple, « si en tant qu’ingénieur, on se rend compte que l’on plait aux SSII et que ce n’est pas là qu’on a envie d’aller, on va modifier sa fiche profil et insister sur nos expériences et sur notre volonté d’être en corporate ».

M.B quant à elle, pense que le « CV vidéo est un outil qui doit faciliter le recrutement (…) cela doit être une sorte de détente pour le recruteur qui doit se laisser guider par une vidéo courte ». Elle précise qu’elle ne « voit pas l’intérêt de dire à haute voix et devant une caméra ce qu’il y a d’écrit sur ton CV papier ». Par ailleurs, elle considère que le CV vidéo est plus « impactant » car il « est une mise en mouvement de tes capacités » : « rien ne vaut la rencontre physique, l’image, le coup de fil ou le fait de se déplacer », cela « limite le côté statique et impersonnel ». L’énorme avantage de cet outil, c’est que « pendant 30 secondes, c’est le candidat qui te mène un peu là où il veut t’emmener (…). Le recruteur n’est plus maître de ce qu’il va faire ».

Pour résumer, la valeur ajoutée des supports Web 2.0 est qu’ils permettent au candidat d’orienter leur présentation en axant sur tel ou tel aspect de leur parcours, de leur compétence ou de leur personnalité, ce qui leur permet, outre le fait de se différencier des autres candidats, de maîtriser davantage leur image vis à vis des recruteurs. C’est notamment grâce à l’interactivité et à la traçabilité que les candidats modifient leur présentation.

Lire le mémoire complet ==> (Dans quelle mesure les supports Web 2.0 participent-ils à la promotion de soi lors de la situation de e-recrutement ?)
Master 2 – Mémoire de recherche – Spécialité : Psychologie Sociale
Université Catholique de l’Ouest – Institut de Psychologie et de Sociologie Appliquées