La création de valeur au sein d’une entreprise

By 28 June 2013

1.1.2 Création de valeur au sein d’une entreprise

Ce concept a été développé par l’économiste Michael Porter dans plusieurs de ses ouvrages puis à de nombreuses reprises réutilisé dans des travaux de recherche, comme dans le travail de Clément Michel :

« Le but de toute entreprise commerciale est la création et la valorisation de valeurs. Selon les travaux de Porter, la valeur est le prix que les clients sont prêts à payer pour acquérir le produit ou service de l’entreprise (Porter, 1999). » (Michel, 2009, traduit de l’allemand)21

Dans son livre « Competition in Global Industries » (1989), Porter définit la création de valeur dans une entreprise comme l’assemblage d’activités distinctes, appelées activités de valeur, lui permettant de produire un produit ou service tout en développant un avantage concurrentiel, et de ce fait, réaliser du profit. Les activités de valeur se différencient technologiquement et souvent physiquement. La structure d’une entreprise est composée de deux sortes d’activités, celles de base et celles de soutien, rangées dans neuf catégories génériques comme indiqué dans le schéma ci-dessous :

La chaîne de création de valeur
Illustration 1: La chaîne de création de valeur (Porter, 1989) 22

20 Zerdick Axel, Picot Arnold, Schrape Klaus, Burgelman Jean-Claude, Silverstone Roger, Feldmann Valerie, Heger Dominik K., Wolff Caroline, E-Merging Media – Kommunikation und Medienwirtschaft der Zukunft, Berlin, Springer, 2004, 416 p, p.51 Mais aussi : Emes Jutta, Unternehmergewinn in der Musikindustrie, Wiesbaden, Deutscher Universitäts-Verlag, 2004, 334p, p.163
21 Clement Michel, Ökonomie der Musikwirtschaft, Wiesbaden, Gabler, 2009, 262 p., p.197

Les activités de base sont celles impliquées dans la création physique du produit ou service, sa commercialisation, sa livraison et le suivi de vente auprès du client. Les activités de soutien fournissent des infrastructures et des inputs permettant la réalisation des activités de base, comme les ressources humaines ou le service d’achat. Plusieurs étapes sont ainsi réalisées de la fabrication à l’achat, et au cours de chacune le produit final gagne en valeur23.

Les activités d’une entreprise ne sont pas indépendantes mais connectées les unes aux autres. Porter les définit comme des « liens » ou « linkages »24. Ainsi, la manière dont une activité est réalisée, influera sur l’efficacité et les coûts des autres activités. Une connexion efficace entre les différentes activités est nécessaire à la création d’un avantage compétitif. Les liens entre les activités sont multiples au sein de l’entreprise mais associent également les acteurs extérieurs à l’entreprise comme les fournisseurs et les clients. Par exemple, les consommateurs de musique font partie de la chaîne de création de valeur du secteur musical. La chaîne de création de valeur permet l’organisation optimale d’une entreprise dans le but de développer les produits ou services dont elle tirera profit.

22 Traduction du livre : Porter Michael, Competition in Global Industries, Boston, Harvard Business School Press, 1989, 581 p., p.21
23 Clement Michel, Ökonomie der Musikwirtschaft, Wiesbaden, Gabler, 2009, 262 p, p.197
24 Porter Michael, Competition in Global Industries, Boston, Harvard Business School Press, 1989, 581 p., p.22

La chaîne de création de valeur, telle qu’elle a été développée par Porter, ne se situe qu’au niveau de l’entreprise. Elle est loin d’être négligeable pour cette étude car elle permet de bien comprendre l’élaboration de produits et de projets au sein d’une entreprise et permettra d’expliquer la dématérialisation de la production au sein des labels. Cependant, elle ne permet pas d’analyser dans son ensemble l’impact des Nouveaux Médias. Les activités en amont et en aval doivent également être prises en compte25 afin de comprendre l’organisation globale d’une branche d’activité.

L’industrie de la musique enregistrée et le consommateur aujourd’hui
Analyse de la création de valeur au regard des mutations engendrées par les Nouveaux Médias
Mémoire de fin d’études – Formation : Programme Grande Ecole 3ème année
ESC Rennes School of Business