Impacts des technologies 2.0 sur la relation candidat / recruteur

By 25 June 2013

B) L’apparition des réseaux sociaux et des outils collaboratifs

D’un point de vue sociologique, « un réseau social est un ensemble de relations entre des entités sociales (individus) »41. Les contacts entre ces individus peuvent être, par exemple, des relations de collaboration, d’amitié, ou des citations bibliographiques. Ces ressources sont donc aussi bien formelles qu’informelles, matérielles qu’immatérielles. Nous avons ainsi tous les concepts sociologiques pour définir un réseau social : les individus, leurs liens (contacts), leurs affinités et l’environnement les entourant.

D’un point de vue technologique, le réseau définit un ensemble d’équipements interconnectés qui servent à acheminer un flux d’informations. Le réseau des réseaux est Internet. Il permet de mettre en relation des milliers d’individus autour des mêmes centres d’intérêt ou non, de les faire échanger des informations ou encore de les faire participer à des évènements, le tout à distance et sans contacts réels. Ainsi, le réseau social sur Internet, peut- être définit, en reprenant les aspects technologiques et sociaux, par des outils qui facilitent le processus de mise en relation autour d’un centre d’intérêt commun et permettent la prise de contact en ligne.

40 GERVAIS, J-F. (2007). « Les Internautes au pouvoir : blogs, réseaux sociaux, partage de vidéo… ». Paris, Dunod, p. 82.
41 WASSERMAN, S. ; FAUST, K. (1994). “Social Network Analysis : Methods and Applications”. Cambridge University Press, Cambridge.

Friendster était le premier « réseau social » de l’après bulle Internet de 2001. La page d’accueil du site décrivait ainsi les étapes du processus :
– Trouver : chercher un ancien ami, un camarade de classe ou autre
– Se connecter : regarder des profils, agrandir son réseau
– Rester en contact : obtenir des nouvelles de ses amis, partager ses photos et ses vidéos.

Chaque utilisateur dispose de sa propre fiche d’identité : son profil, son métier, centres d’intérêts, livres, musique, films favoris, etc. Le profil peut être privatisé (accès limité à ses amis).

Tout comme les réseaux informatiques, les réseaux sociaux en ligne peuvent être classés selon différentes typologies :

▫ Les réseaux personnels et généralistes sont souvent orientés autour d’un centre d’intérêt (musique, lecture…), le but de ce type de réseaux n’est autre que de faire partager ses passions au reste de la communauté. Les mises en relation directes sont rares sur ce type de réseaux. Exemples : MySpace, Skyblog…

▫ Les réseaux personnels et thématiques fonctionnent souvent sur le même principe que les réseaux généralistes mais sont orientés autour d’une thématique : les voitures, la musique, la cuisine… Exemples : Boompa, EonsCom…

▫ Les réseaux professionnels sont les réseaux les plus aboutis dans le sens réel du terme. Ils offrent la possibilité de mise en relation ainsi que le partage d’informations (coordonnées, informations sur les entreprises…) entre candidats et recruteurs potentiels. Ils peuvent par exemple constituer une base de données de type CVthèques ou candidathèques pour les recruteurs. Exemples : 6nergies, Viadéo, LinkedIn, Copains pro…

De plus en plus de recruteurs ont recours aux réseaux sociaux ou à Internet pour trouver leur futur candidat, et surtout les contacter. Le but étant d’avoir dans ses contacts le plus de personnes, afin d’avoir un vivier disponible. Dans le cadre d’un recrutement en France, Viadéo est le réseau social le plus orienté ressources humaines (1,2 millions de personnes environ). Ce site est composé de fiches personnelles, incluant un CV. Les centres d’intérêt ou d’expertise de la personne peuvent également être mentionnés. Par ailleurs, l’ensemble des contacts d’une personne est visible, tout comme les recommandations d’anciens collègues. A cela, s’ajoute un moteur de recherche avec divers filtres qui permettent de sélectionner les profils. Plus simplement, on peut y déposer une offre d’emploi.

Facebook quant à lui est actuellement le réseau social qui connaît la plus forte croissance (2006-2007 : +270%) car il est le seul à conjuguer « business » et « amusement ». En France, on trouve surtout des étudiants (50% des nouveaux inscrits français sont étudiants), mais il ne cesse de croître et comporte déjà plus d’un million d’inscrits. Néanmoins, Facebook n’est pas un réservoir à CV comme Viadéo ou Linked’In. L’intérêt de Facebook pour les entreprises semble surtout de permettre un mode plus fin de communication avec leur clientèle : large mais ciblé.

Ainsi, chaque réseau social possède sa propre logique de classement, d’utilisation, de fonctionnement. Ces logiques nécessitent un minimum d’investissement de la part du recruteur pour en comprendre les subtilités et les contraintes, afin de cerner les différents profils qui s’y trouvent et s’expriment, souvent indépendamment d’une activité professionnelle. Il est alors possible d’identifier des experts dans différents domaines (par les « groupes » sur Facebook ou les « hubs » sur Viadéo) et de générer des actions de recrutements innovantes : nous verrons que se sont aussi les gens qui vont voir l’entreprise pour être recrutés.

C) L’avènement des blogs et des médias personnels

Un blog se différencie d’un site Web statique ou dynamique principalement par ses fonctionnalités : le blog est un site Web constitué par la réunion de billets écrits dans l’ordre chronologique. Les blogs se distinguent d’autres systèmes de publication sur le Web par des auteurs primaires. Chaque billet (appelé aussi note ou article) est, à l’image d’un journal de bord ou d’un journal intime, un ajout au blog ; le blogueur y délivre un contenu souvent textuel, enrichi d’hyper liens et d’éléments multimédias, sur lequel chaque lecteur peut généralement apporter des commentaires ou opinions personnelles (auteurs secondaires).

Dans le domaine du recrutement, les blogs, alimentés par des candidats potentiels sont orientés vers un sujet métier et/ou technique et permettent d’en apprendre beaucoup sur l’environnement professionnel de l’internaute et sur sa personnalité42. Ils sont communément appelés blogs emploi ou blog CV, certains pouvant par exemple, servir de support à la publication de « portfolios »43 qui retracent le parcours d’expériences de l’internaute.

42 Un exemple de blog, celui de Julien Hermetet sur le marketing sportif : http://www.hermetet.com/blog/.
43 C’est un dossier qui présente les compétences de son auteur. Il y apporte des preuves de ce qu’il sait faire : photos de réalisations, attestations d’employeurs, comptes-rendus d’activités de stage, etc. C’est un travail personnel qui se construit et s’enrichit au fil du temps. L’e-portfolio est un portefeuille de compétences qui est réalisé et accessible en utilisant l’informatique.

Les Nouvelles Technologies de l’Internet offrent aujourd’hui aux candidats et aux recruteurs de nouvelles possibilités de recherche et de choix, bien supérieures à celles que propose le modèle classique d’intermédiation du marché de l’emploi. La mise en oeuvre d’une démarche de e-recrutement doit intégrer ces possibilités offertes aux acteurs ; pour que des transactions via Internet puissent déboucher vers des embauches de candidats aux profils qui intéressent les recruteurs, l’entreprise offre aux candidats la possibilité d’accéder à toute l’information qui les concerne, leur donne la possibilité de prendre l’initiative d’établir des transactions avec le ou les recruteurs finaux (concernés par leur profil) et aussi celle de se présenter, soi et/ou son parcours d’expérience de manière inédite (par opposition au CV traditionnel).

Lire le mémoire complet ==> (Dans quelle mesure les supports Web 2.0 participent-ils à la promotion de soi lors de la situation de e-recrutement ?)
Master 2 – Mémoire de recherche – Spécialité : Psychologie Sociale
Université Catholique de l’Ouest – Institut de Psychologie et de Sociologie Appliquées